Acoma Comtesse, Mini et Super Comtesse : la voiturette des seventies

Publié le mardi 3 janvier 2017.
Mis à jour le samedi 24 novembre 2018.
Retour

Pour commencer l’année 2017, je voulais parler d’une voiture vraiment originale, sans chercher le succès d’audience : un sujet simple, amusant, automobile évidemment, et qui pourrait surprendre un lecteur avide de petites histoires et pas uniquement de belles mécaniques. Ce sujet, je l’avais depuis longtemps sous le coude, mais par flemme, ou par refus de l’obstacle, je ne m’y étais pas encore vraiment attaqué. Alors histoire de donner la tendance de la nouvelle année, avec des sujets toujours plus fumeux (ou intéressants ?) les uns que les autres, voici la Mini Comtesse !

Image: Rétro Guidon de l’Oise

Aujourd’hui, la cherté du permis de conduire et/ou la facilité de le perdre fait pulluler les machines de ce genre, sans permis, de quoi faire râler plus d’un automobiliste sur les départementales, coincé derrière une « voiturette », véritable spécialité française. Aixam (qui un temps se risqua dans le véhicule de loisir, lire aussi : Mega Club et Ranch, ou les sportives, lire aussi : Mega Track), Ligier (qui fut aussi en son temps constructeur de voitures de sport, lire aussi : Ligier JS2, mais aussi écurie de Formule 1) ou Microcar (auparavant soutenu par le groupe Bénéteau, mais désormais sous la houlette de Ligier), dominent le marché.

Pourtant, dans les années 70, et encore au début des années 80, c’était la marque Comtesse qui s’arrogeait la part du lion. Une marque pourtant disparue aujourd’hui : telle est la vie des marques d’automobiles en général, et de voiturettes en particulier (lire aussi les difficultés de la marque JDM suite à la faillite d’Heuliez ici : La faillite de JDM).

Tout commence dans les années 60, en Charente Maritime, à Villeneuve la Comtesse. Ca y est, vous percutez ! Ce nom de comtesse, vous vous demandiez sans doute d’où il venait… Parce qu’à bien y regarder, aucun modèle de la marque ne ressemblait vraiment à une Comtesse ou à l’image qu’on s’en faisait. Les réponses sont parfois simples, et les débuts de la marque sont le fruit du hasard, lorsque l’on demande au mécano du village, Emilé Boussereau, de concevoir un véhicule permettant à un jeune handicapé du village de se déplacer. Ainsi était née la voiturette « Comtesse » qui aussitôt intéresse un industriel de l’Ouest, fabricant de chariots élévateurs, Acoma (Ateliers de Construction de Matériel), pour un tout autre marché : les « sans permis ».

Oui à cette époque encore plus qu’aujourd’hui, il existait un paquet de personnes n’ayant jamais eu l’occasion de passer le permis, et qui roulaient en Mobylette (je me souviens de Marguerite, longtemps fermière des champs familiaux, partant au marché avec sa 103 et ses sacoches à l’arrière, lire aussi : Peugeot 103). La première « voiturette » Acoma Comtesse sort en 1972 (type 73 et 730E). Il s’agit d’un véhicule à 3 roues, à l’anglaise façon Reliant Robin (lire aussi : Reliant) et doté d’un moteur de motocyclette (Saxonette 47 cm3 ou Motobécane 50cm3) : de quoi passer dans la catégorie « sans permis ».

La Comtesse sera produite jusqu’en 1979, permettant à Acoma de dominer le marché naissant de ce type de véhicule. En 1978, c’est la Super Comtesse qui fait ses début, avec un look toujours aussi extravagant (tendance pot de Kremly renversé, pour ceux qui ont connu ce yaourt au goût bulgare), mais désormais à 4 roues ! Nettement mieux pour la stabilité du véhicule. La Super Comtesse récupère son moteur Motobécane sous le siège, et devient propulsion. Il s’agit alors d’un tout nouveau châssis !

En 1980, face à l’arrivée d’une concurrence féroce, la Super Comtesse est remplacée par une Comtesse Berline au look toujours aussi étrange, et par un trio de Mini-Comtesse : la Sport (sorte de targa, la Coupé, et la Break qui ne joue objectivement pas l’aérodynamique puisqu’il s’agit d’un cube, tout simplement. Enfin, en 1982, Acoma sort la Starlette, une Coupé un peu plus grande, disponible en 49cm3 mais aussi en 125cm3 sous le nom de Star !

Malgré cette débauche dans l’offre, Acoma ne réussit pas à passer l’année 1984, et l’usine qui avait quitté Laval (oh le beau palindrome) pour Angers doit fermer ses portes. Outre une gestion financière douteuse, l’arrivée d’une concurrence toujours plus nombreuse (et encore existante aujourd’hui) eut raison des Comtesses, Super Comtesses, Mini-Comtesses et autres Starlettes. Mais aujourd’hui encore, on salue Emile Boussereau comme une gloire locale à Villeneuve la Comtesse !

A lire aussi : Villeneuve la Comtesse autrefois

Articles associés

16 commentaires

Joris Dabin

Le 03/01/2017 à 20:38

Sympa l’histoire de la genèse des comtesse.

Au début des 80’s un copain dont le père était garagiste du patelin, en avait une dans sa mini casse, et je peux vous garantir quelle à vécu…

Quentin R.

Le 03/01/2017 à 21:41

Intéressant de retracer ici les VSP vintages, invention purement française.

D’autant plus que le sujet est vaste, entre les Willam, KVS, Marden… sans oublier les fameuses Arola ou les Duport savoyardes… ça promet de futurs articles en perspective 😉

Pour ma part, j’ai connu il y a quelques années déjà une Minoto, modèle crée par Bel-Motors avant que la marque ne devienne Bellier. Modèle dont la fabrication fut reprise par Arola!!! Toute une histoire donc… Elle était abandonnée dans les bois et doit malheureusement y être encore… Du moins ce qui doit en rester.

Paul

Le 03/01/2017 à 21:53

Oui il y a de la matière ;)… Duport justement qui viendra bientôt 😉

Quentin R.

Le 03/01/2017 à 22:05

J’ai un chouia de docs sur le sujet si ça t’intéresses et peut t’aider. Tu sais comment me joindre au cas où 😉

Gérald

Le 03/01/2017 à 23:01

Rions noir ; A l’aval elle l’avala !

Gaëtan

Le 04/01/2017 à 04:01

Garagiste dans les années 80, mon père avait récupéré une mini-comtesse coupé que je conduisais gamin dans la zone industrielle après 19 heures et le dimanche…

Parée d’une nouvelle peinture bleue métallisée, identique à la Kawasaki paternelle, elle était devenue mon premier (et unique) coupé sportif :D.
Propulsés par son 50cm3 motobécane, nous avons tous les deux survécu à plusieurs levers de roue ; lorsqu’au bout des 350 mètres de ligne droite à pleine vitesse il fallait négocier un « 90 gauche ».

Laurent BUNNIK

Le 04/01/2017 à 21:05

La toute première avait deux caractéristiques amusantes : ses roulettes anti-basculement (mais elles touchent le sol, c’est trop tard !) et sa portière pliante. Plus rare qu’une porte-papillon, elle se déverrouille en bas, se plie en deux par le milieu, et se pose sur le toit ! L’idée était sans doute de pouvoir s’échapper quand on est garé contre un mur… mais on a quand même une vraie portière de l’autre côté. Ensuite, on a ajouté une quatrième roue et une seconde portière battante.

ROMINET

Le 06/01/2017 à 15:39

Un pote en avait une jaune à 3 roues, 2 petites roulettes avaient été rajoutées de chaque coté à l’avant car elle avait tendance à se renverser dans les virages (il me semble que cette modif était d’usine)

Sylvie

Le 28/10/2017 à 12:22

Le prospectus du début de l’article appartient au site du Rétro Guidon de l’Oise. On aime bien partager et laisser libres les images que nous y mettons. Mais c’est assez désagréable de voir que leur origine n’est pas indiquée.

Paul

Le 28/10/2017 à 12:28

Je le mettrai volontiers: j’avoue que cette image traînait dans mon ordi sans plus savoir d’où elle venait: je corrige cela de suite

sylvain

Le 04/12/2017 à 10:53

je suis en possession d’une super comptesse 4roue en super etat combien vaux t’elle merci appeller moi aux 0663804871 merci

Sylvie

Le 04/12/2017 à 11:08

hé oui, ça m’arrive aussi. Mais celle-ci est vraiment particulière puisqu’il s’agit de la Mini-Comtesse achetée par la famille. Merci d’avoir rectifié.

Magueur

Le 31/10/2017 à 13:49

Je suis en possession d’une acoma mini contesse. connaissez vous des sites de pièces? cordialement

Fahd

Le 02/03/2018 à 11:03

Bjr,
Je ne sais pas si avez trouvé un site ou des revendeurs de pièces détachées, car je suis actuellement entrain de chercher des pièces pour ma coupe !
Merci d’avance

Jean-Phi

Le 08/05/2019 à 10:40

Bonjour
Je viens d acheter une Acoma Super Comtesse de 1978.
La batterie est absente
Auriez vous le caractéristiques de celle ci? (dimensions L H P / Voltage et amperage?)
Sauriez vous où je peux trouver une notice / manuel d utilisateur?
D avance merci
Jean-Philippe

bourgoin michel

Le 15/09/2019 à 09:15

a Jean Philippe
je possede egalement un super contesse depuis une quinzaire d années et je vais entreprendre sa restauration mecanique j’ai besoin d’ shema de la liaison tube de direction sur la roue avant ou d’une , photo merci michel

Laisser un commentaire