A:Level Volga V12 : beauté moscovite !

Publié le mercredi 2 mars 2016.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

Je fais partie de cette race étrange de personnes aimant les voitures de l’Est et la « mythologie » de la guerre froide (tout en étant bien content que le mur soit tombé, et de n’avoir jamais vécu du mauvais côté). J’ai ri devant « Twist Again à Moscou », ou devant « Goodbye Lenin », j’adorerai rouler en Tatra, je suis tombé amoureux de Prague, mais jamais, au grand jamais, je n’ai rêvé de vivre « sérieusement » en RDA, Tchécoslovaquie, ou bien en URSS. Je garde juste une certaine nostalgie de ce qui a accompagné mon enfance, cette séparation du monde en deux camps, et cette fascinante compétition entre deux superpuissances antagonistes !

La Gaz M21, inspiratrice de la Volga V12
La Gaz M21, inspiratrice de la Volga V12

On peut rire aujourd’hui de l’automobile « soviétique », dont les Lada distribuées par le réseau Poch en étaient les représentantes les plus visibles à l’Ouest (lire aussi : Jacques Poch). Mais dans les années 50 et 60, les automobiles « russes », copiant étrangement le style américain, impressionnaient plutôt, notamment celles qui sortaient des chaînes du constructeur GAZ (Usine Automobile Gorki) : la M13 Tchaïka (lire aussi : GAZ Tchaika) et la plus populaire M21.

C’est en 2001 que la société moscovite A:Level a présenté la Volga V12, interprétation de ce qu’aurait pu être un coupé haute performance dérivé d’une M13 ou d’une M21 (en fait on dirait qu’elle descend un peu des deux). Pourtant, malgré son air indubitablement russe, la Volga V12 cache des dessous et un cœur teutons ! Difficile de faire autrement quand l’industrie russe ne propose que des 4 cylindres et des châssis antédiluviens ! Pour comprendre la démarche d’A:Level, il faut comprendre la société. Basée à quelques kilomètres à l’Ouest de Moscou, cette officine propose à des clients fortunés, triés sur le volet, passionnés et inventifs, de réaliser leurs rêves à un seul exemplaire.

C’est le cas de cette Volga V12, commandée par un mystérieux Monsieur D.Z., qui restera unique (pour un coût proche d’un demi million de dollars). Le style est parfaitement réussi, tout à fait dans l’esprit des voitures soviétiques tout en réussissant le tour de force de paraître musclée, racée, presque sportive. D’ailleurs, elle se sert d’une base de BMW 850i (légèrement plus longue et plus large) et de son V12 de 380 ch de 5,7 litres. L’intérieur est lui aussi repris de la béhème, mais recouvert d’Alcantara et de cuir : sympa, mais un peu trop en décalage avec le style extérieur… et sans doute pas assez baroque.

Il aura fallu 17 mois pour construire la belle, à la main bien entendu. Difficile en la regardant de ne pas être envoûté par sa beauté brute et rétro. On s’imagine déjà dans la peau d’un équivalent de 007 au sein du KGB, un ennemi à la hauteur de James Bond qui lui aussi roulait malgré son salaire de fonctionnaire de sa Majesté au volant de belles anglaises, Lotus ou Aston Martin (entre autres). Ou bien on s’encanaille en se rêvant parrain de la pègre moscovite, entouré de pépés blondes toutes mieux roulées les unes que les autres, et fumant un gros cigare au volant de son coupé Volga V12 ! Ce qui est sûr, c’est que cette belle moscovite ne laisse pas indifférent, et appelle à la rêverie !

Malgré les propositions, A:Level a toujours refusé d’en produire d’autres exemplaires, restant fidèle à sa ligne de conduite : une voiture, un client ! Pourtant, les deux fondateurs, Ivan Shishkin et Anatoly Mikhaylov, n’ont pas pu résister au plaisir, quelques années plus tard, d’en décliner une version cabriolet. Cette fois-ci, c’est la moderne BMW Série 6 qui servira de base, avec sous le capot un V8 4,8 litres de 368 chevaux.

La version cabriolet est, elle, basée sur une BMW Série 6 et dotée d'un V8 !
La version cabriolet est, elle, basée sur une BMW Série 6 et dotée d’un V8 !

Cabrio 02

Il vous faudra donc un compte en banque bien garni, et une grande force de persuasion, pour qu’A:Level vous fournisse une Volga V12 ou un Cabrio Volga V8. Le plus simple sera de leur proposer un nouveau projet, car ils n’aiment rien tant que des clients imaginatifs (et fortunés of course). Sinon, vous pourrez toujours tenter de retrouver ce fameux Mister D.Z pour lui proposer de racheter son bolide. A vous de voir !

 

Articles associés

17 commentaires

YO

Le 02/03/2016 à 19:28

J’adore cette voiture ! Je l’avais vu à l’époque au salon de Genève : en vrai elle est aussi belle qu’en photo

Denis the Pest

Le 02/03/2016 à 19:59

Voilà une belle voiture, et qui sort de l’ordinaire!

Max

Le 02/03/2016 à 21:06

« Je fais partie de cette race étrange de personnes aimant les voitures de l’Est et la « mythologie » de la guerre froide (tout en étant bien content que le mur soit tombé, et de n’avoir jamais vécu du mauvais côté). J’ai ri devant « Twist Again à Moscou », ou devant « Goodbye Lenin », j’adorerai rouler en Tatra »

Content de voir que je ne suis pas le seul à me reconnaître dans tout cela !

Il y a quelques années, un Ukrainien venait régulièrement sur la Côte d’Azur (où j’habite) avec une voiture qui ressemblait beaucoup à cet engin : http://www.noelshack.com/2016-09-1456949067-24-gaz-volga-m21-coupe.jpg (photo perso)
Il y a pourtant quelques différences entre la « mienne » et celle des photos officielles. Y aurait-il eu d’autres coupés singeant la Volga M21 ?

Paul

Le 02/03/2016 à 21:15

Tiens tu m’intrigues… Officiellement un seul exemplaire, mais qui sait si d’autres n’ont pas tenté la même audace 😉

wolfgang

Le 03/03/2016 à 09:59

Lors du communisme, il fallait attendre des années pour avoir sa voiture, et on ne savait de quelle couleur elle serait.
Si la couleur ne plaisait pas, il ne restait qu’à procéder à un échange avec quelqu’un d’autre.
Ceci dit tout n’était pas négatif. Tout lemonde avait du travail (et devait même travailler) et tout le monde avait un logement. On en est loin chez nous.

J2M

Le 03/03/2016 à 10:13

A la limite de la Ferrari California et de la Turbotraction de Spirou !
Sacré coup de crayon, en tout cas …

Greg

Le 04/03/2016 à 11:26

Avec 380 chevaux, on n’ a pas affaire à une « simple » 850i mais à une 850 CSi 😉
Très belle bête, et superbe réinterprétation d’un modèle classique!

Un truc qui va faire HURLER les puristes: à la demande très pressante et très insistante du Sultan de Bruneï, AMG avait accepté à contre cœur de fabriquer une 300 SL « Gullwing » qui recevrait toute la mécanique d’une Mercedes « moderne », aides à la conduite et équipements de confort compris.
La greffe fut réalisée pour la 1ère fois en 1996 pour un montant équivalent à 1 million d’euros (qui n’existait pas en 1996…)
Opération suffisamment lucrative pour être répétée 10 fois de plus…

J’avais découvert cette auto très spéciale dans un reportage de Sport Auto, on en apprend un peu plus sur le site de RM Auctions qui en a vendu une en 2014:
http://www.rmsothebys.com/mc14/monaco/lots/1954-mercedes-benz-300-sl-gullwing-amg/1065953
Avertissements aux âmes sensibles: on parle bien de prendre une VRAIE 300 SL « papillon », et de la dénaturer de manière irrémédiable et irréversible avec des éléments modernes!

Paul

Le 04/03/2016 à 11:32

Bien vu, CSi ! Pour la SL « AMG » à destination de Brunei, je découvre l’affaire… et ça m’intéresse… vais jeter un oeil à tout ça !

Rubinho

Le 05/03/2016 à 14:21

Aston propose la même chose dans son département héritage où je ne sais plus le nom. Cela devient « à la mode » de moderniser des anciennes

Max

Le 05/03/2016 à 10:22

Autre auto que j’ai eu l’occasion de croiser…

http://image.noelshack.com/fichiers/2016/09/1457169383-12-mercedes-300-sl.jpg
http://image.noelshack.com/fichiers/2016/09/1457169390-13-mercedes-300-sl.jpg
http://image.noelshack.com/fichiers/2016/09/1457169392-14-mercedes-300-sl.jpg

Au premier abord, on est très content de croiser une rare 300 SL. Puis les jantes choquent…et l’intérieur nous fait croire à une méprise. Enfin, quand on apprend qu’une vraie « Gullwing » se cache sous ce qu’on prenait pour une évocation moderne de la légendaire Mercedes, on a bien envie de crier au scandale…

Quant au despote de Brunei, il serait bien inspiré de faire rentrer des devises en vendant ses autos, qui pour la plupart sont dans un état de délabrement avancé.

vonGorky

Le 19/10/2016 à 02:47

http://fr.ww3.autoscout24.be/classified/293244776?asrc=st|as

Une autre recréation de la superbe GAZ M21 sur base d’une KIA OPIRUS !

La voiture est immatriculée en Lithuanie.

Vincent

Le 03/01/2017 à 23:31

De nombreux russes plus modestes savent faire preuve d’un sacré talent dans l’art de la transformation au look soviétique.Ainsi de nombreuses vidéos sur le web montrent ce qui semblent être des volga ou lada 1100 avec des jantes un poil larges et une jolie peinture mais qui cachent moteurs,trains roulants et interieurs de BMW série 3 coupés ou M3 du début des années 2000.Un truc de fous, mais un truc joliment réalisé (globalement)

molodoï

Le 30/01/2017 à 18:39

Pour ceux que ça intéresse, j’ai la brochure de cette voiture : http://molodoi.voitures.free.fr/catalogue/ALevel/A%20LEVEL%202%20et%203.jpg

jesuisrelou

Le 05/08/2018 à 14:15

Croisé un cabriolet ce jour sur les quais entre Hotel de ville et Bastille !
Pas pu prendre de photo malheureusement 🙁

Valentin

Le 04/12/2018 à 14:58

Cabriolet vu sur les quais parisiens début aout (cf http://image.noelshack.com/fichiers/2018/49/2/1543931769-img-20180803-235755.jpg )

Par contre, vous noterez que :
– les jantes ne sont pas les memes
– les montants de pare-brise ne sont pas chromés

Le reste semble correspondre…

Valentin Schnapper

Le 04/12/2018 à 15:00

Cabriolet vu sur les quais parisiens début aout (cf http://image.noelshack.com/fichiers/2018/49/2/1543931769-img-20180803-235755.jpg )

Par contre, vous noterez que :
– les jantes ne sont pas les mêmes
– les montants de pare-brise ne sont pas chromés

Cela dit, le reste semble correspondre…

Valentin

Le 04/12/2018 à 15:15

Doublon à supprimer, désolé…

Laisser un commentaire