Alfa Romeo Giulia : le retour du trèfle !

Dimanche 6 mars 2016
Retour

Cette année, je n’étais pas à Genève. Dommage car j’adore ce salon, suffisamment compact pour vraiment profiter du spectacle, où l’on retrouve facilement tout le « petit monde » de l’automobile, en terrain neutre, avec souvent la présence de petits constructeurs de « supercars » ou de modèles exotiques qui rend la balade toujours amusante, surtout quand on fait un site comme Boîtier Rouge. Mais une fois n’est pas coutume, la vie de famille est passée avant l’info qui, de toute manière, sort en même temps chez à peu près tout le monde. Pour une visite détaillée, je vous encourage d’ailleurs à vous rendre sur POA (http://petites-observations-automobile.com/) où Renaud vous retranscrit admirablement l’ambiance de ce salon, tout en vous présentant l’essentiel des nouveautés.

Giulia 05

Giulia 03

N’étant pas Auto Plus, je ne me sentais absolument pas obligé de parler des nouveautés de Genève. N’y étant pas, cela me semblait logique. Pourtant, je cède aujourd’hui face à ce que je considère comme l’une des informations les plus intéressantes du moment : l’Alfa Romeo Giulia. Sans être un alfiste pur et dur, j’ai toujours eu une certaine affection pour cette marque, et notamment pour ses voitures « haut de gamme » ! Depuis les années 70, Alfa se cherche sur ce segment, sans jamais réussir à trouver la martingale. De la 6 sortie trop tard (lire aussi : Alfa Romeo 6) à la 166 trop discrète malgré ses superbes moteurs (lire aussi : Alfa Romeo 166), en passant par la 164 issue d’un programme commun à Fiat, Lancia et Saab inaugurant la traction (lire aussi : Alfa Romeo 164), Alfa n’a jamais réussi à s’imposer dans un segment où la marque était pourtant légitime.

Giulia 12

Alors quand sort une nouvelle grande Alfa, forcément ça m’intéresse, surtout quand autant de rumeurs courent sur elle. Présentée en juin de l’année dernière, la version Quadrifoglio Verde, hyper agressive et musclée (V6 Turbo de 510 ch) avait permis aux impatients d’attendre un peu ! Mais tous attendaient les versions normales, Giulia et Giulia Super pour se faire une idée plus précise et pour s’emballer (ou non). Entre temps, les rumeurs avaient enflammé le net : la voiture serait retardée, ou bien elle ne passait pas le crash test ! Il faut dire que parfois la communication du groupe FCA est étonnante, et celle de Sergio Marchione encore plus.

Giulia 04

L’ensemble des critiques se concentrent d’ailleurs sur le flamboyant patron du groupe, à qui l’on reproche de faire de l’esbroufe pour cacher la misère. Beaucoup finissaient d’ailleurs par douter de la réalité de son plan de relance d’Alfa Romeo, malgré l’amuse gueule Giulia QV. Pourtant, les déclinaisons sages ont bien été présentées à Genève, avec des prises de commandes à partir d’Avril et des livraisons à partir de mai ! Les annonces sont trop précises pour douter de la sortie de la Giulia à ces dates là.

Giulia 07 Quadifoglio

Giulia 09 Quadrifoglio

Alors qu’en général, les versions sportives sont les plus désirables d’une gamme, c’est totalement l’inverse qui se passe avec la Giulia. A mes yeux, la QV était outrancière, et finalement pas trop dans l’esprit d’une grande berline Alfa. On sentait l’envie d’en découdre avec les allemandes surpuissantes dominant le marché, mais est-ce vraiment ce que l’on attend d’une Giulia ? Pas moi en tout cas, et en voyant les versions « standards », me voilà rassuré : la Giulia est assez convaincante. Pas forcément sur le plan du style, auquel j’ai du mal à adhérer. Ses phares avant un peu globuleux me semblent ratés, et la ligne générale, surtout de ¾ avant, fait furieusement penser à une BMW Série 3. Mais au niveau technique, le retour à la propulsion est une vraie bonne nouvelle pour tout Alfiste (et tout amateur de ce segment).

Giulia 02

Si le haut de la gamme (les versions les plus puissantes) auront recours à la transmission intégrale, les versions présentées à Genève retrouveront, elle, cette propulsion abandonnée avec la 164, soit depuis presque 30 ans ! Un retour aux sources salutaires, mais aussi un passage obligé dans ce segment. Certains constructeurs français feraient bien d’y réfléchir : pour exister à ce niveau, il faut ce petit supplément d’âme, cet indéfinissable charme des roues arrières motrices. Ce sont des détails qui permettent à l’homo erectus du 21ème siècle ayant réussi dans la vie de se distinguer du commun des mortels, et de se croire un peu plus pilote que les autres. Les allemands l’ont compris depuis belle lurette !

Giulia 06

Côté moteur, deux diesels et un essence ont été dévoilés : 2.2 JTDm en deux puissances (150 et 180 ch) et 2 litres essence (200 ch). Sortiront ensuite un diesel de 210 ch, et un essence de 280 ch (pas besoin des 510 ch de la QV, cela suffira amplement). La plate-forme de la Giulia est quant à elle totalement nouvelle, la répartition des masses proche du 50/50, et les suspensions ont fait l’objet de toutes les attentions (avec semble-t-il des innovations brevetées de ce côté là).

Giulia 14 Quadrifoglio

Je ne suis pas un spécialiste du marketing automobile, et peut-être que cette Giulia n’arrivera pas à se faire sa place sur le marché, mais j’ai l’impression qu’Alfa a pour une fois mis toutes les chances de son côté. Les erreurs des précédents modèles ont été digérées, et la copie rendue semble très intéressante. La difficulté sera d’arriver à séduire les Alfistes (ce ne sera pas le plus dur) mais aussi de conquérir de nouveaux clients face à une concurrence bien établie (les allemandes) ou en devenir, comme la Jaguar XE (lire aussi : Jaguar XE). Une version Station Wagon serait un argument de plus, mais pour l’instant, rien ne filtre !

Giulia 16 Quadrifoglio

J’espère en tout cas avoir l’occasion de tester cette nouvelle voiture aux alentours de mai/juin pour vous en dire plus, mais l’offre est alléchante. Reste à savoir si le plan de relance promis par Marchione pour la marque au trèfle se concrétisera à tous les niveaux (le plan produit annoncé ou fuité était assez chargé), et si FCA a réellement les moyens de ses ambitions. En tout cas, après l’euthanasie de Lancia, et la (longue) traversée du désert d’Alfa avec une gamme réduite à peau de chagrin, je ne peux que me réjouir de voir se concrétiser la relance promise ! Affaire à suivre !

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Articles associés

37 commentaires

Denis Pechon

Le 06/03/2016 à 12:27

mouai, qui vivra verra….
l’illusionniste Sergio en spectacle ?

Paul

Le 06/03/2016 à 12:40

Oui il est doué le bougre pour les tours de passe passe ahahah… Il aurait fait fureur avec quelques cartons et un bonneteau sous le métro de Barbès ahahah !

lolo51

Le 06/03/2016 à 12:29

si c’est la même merde que l’alfa 33 d’un pote , c’était une voiture catastrophique , la peinture rouge ne tenait pas sur la carrosserie , le moteur vaillant était peu solide et les commandes de clignotant ou autres très fragile ! en bref , à part une tenue de route exceptionnelle pour l’époque , à part pour la durée de vie des pneus , tout le reste était de la merde ! alfa , lancia font partie de ces marques faisant de belle voiture mais de qualité moyenne à nulle !

Paul

Le 06/03/2016 à 12:33

Heu il s’est passé un peu de temps depuis la 33… La 156 ou la 166 étaient de très bonnes bagnoles. Toujours un peu faiblardes en « finition », mais pas aussi catastrophiques que dans les 80’s ! Comparons ce qui est comparable 😉

Benjamin C

Le 07/03/2016 à 13:04

Jusqu’à il y a assez peu de temps, les peintures rouges fanaient très vite, ce problème n’était pas propre à Alfa…
Je ne suis pas d’accord avec vous, l’Alfa 33 avait certes un gros point faible, la rouille, la rouille et encore la rouille, mais elle avait surtout un gros point fort, son moteur boxer, très rageur, très grisant, très fiable et très facile d’entretien… J’entends encore les 2 double carbus glouglouter grave bas dans les tours et ce son métallique haut dans les tours, un son formidable comme on n’en fait plus!
En ce qui concerne la finition, c’est vrai que ce n’était pas au top, mais l’intérieur avait tout de même un charme indéniable, notamment la planche de bord…
Pour finir, la tenue de route, comment dire, c’était pas mauvais, mais pas exceptionnel pour l’époque, en tout cas bien moins bien qu’une française…
Ce qui est certain, c’est que ce n’était pas une merde, c’était même une auto super attachante et passionnante.

Korrigan

Le 07/03/2016 à 14:29

Je conduis en ce moment une Alfa Romeo Brera avec le 5 cylindres diesel de 2.4l (210cv) qui va avoir 10 ans, 140.000 km, carrosserie nickel (sauf habituels petits impacts après 10 ans d’usage), pas un point de rouille, moteur robuste, fiable et puissant, un plaisir à conduire.
Bref, la légende que les Alfas ne seraient que des tas de rouille peux fiables est finie depuis belle lurette.

Malo

Le 06/03/2016 à 12:33

Tout comme Renaud Roubaudi et toi je préfère le versions normales. Les versions Qv n’ont pas un style honnête, j’aurais préféré un look plus discret a l’instar de la Lancia Thema 8.32 : une berline avec un dessin placide mais avec un coeur de feu.
Ces temps-ci je suis content que des marques comme Renault ou Alfa se décident a lancer des voitures pour aller marcher sur le terrain d’Audi ou BMW.
En espérant voir un test de cette Alfa…

Paul

Le 06/03/2016 à 12:42

Oui je suis d’accord avec Renaud (et toi donc) sur le côté plus sympa des versions normales… Et comme toi, je préfère que les grandes berlines puissantes soient discrètes, et pas tapa à l’oeil et tapageuse ! La subtile différence entre snobisme et bling bling 😉

Denis the Pest

Le 06/03/2016 à 13:06

Suis d’accord aussi, le vrai style, la vraie classe n’ont pas besoin d’artifices!

Olivier

Le 06/03/2016 à 14:43

Belle élégance, face avant Alfa (très bien), profil japonisant (Infiniti) et beau cul (très Audi)! Au niveau du style, et je rejoins ce qui a été dit, les versions « de base » sont réussit et bien dans l’air du temps, avec moins de personnalité que naguère (156 / 166), mais obligatoire dans ce segment ! Le retour à la propulsion est une bonne nouvelle, bref, elle a tout pour réussir mais ne réussira pas, malheureusement l’image renvoyée par les allemandes, pas toujours justifiée, est en béton armé. Entre nous, pour avoir conduit et comparé une Audi A4 et une Skoda Superb, toutes deux de dernière génération, je ne vois pas comment justifier les 15000€ d’écart, mais le marketing a fait le reste ! Au fait, les fausses idées ont la peau dure, jamais un boxer Alfa n’a manqué de fiabilité, par contre, la tenue de route et surtout la motricité d’une 33 (l’une de mes anciennes maîtresses) n’étaient vraiment pas au top !

Guepe

Le 06/03/2016 à 16:27

Effectivement, cette nouvelle Alpha est tentante, on verra les tests sur route, mais je retrouve la philosophie de la 156 que j’ai bien connue… et appréciée, notamment pour sa finition (en haut de gamme).

Par contre, faut il aller jusqu’à Genève pour chanter une ballade ou pour se promener en balade ?
Bon, c’est un peu private joke, mais tant pis, c’est trop tentant !

esteban

Le 06/03/2016 à 16:56

Ballade ou balade, certes, mais on parle de Alfa avec PH ? 😉

Paul

Le 06/03/2016 à 16:57

Un partout, la balle au centre 😉

Patrick Coyote Auto

Le 06/03/2016 à 16:41

J’ai possédé des Alfetta, des GTV, des 33, une Giulia et quelques 75, depuis, je boycotte; cette nouveauté me donne l’envie de retourner chez Alfa, à suivre…

Benjamin

Le 06/03/2016 à 18:08

Je ne suis pas sûr que le recours à la propulsion soit indispensable pour chasser sur les plates-bandes des haut de gamme allemands. Audi en est la preuve, avec l’essentiel de ses ventes en traction.

Hugues

Le 06/03/2016 à 18:09

Belle auto. Bon papier. Le problème, c’est que les Alfistes, dégoûtés par les Alfiat et autres tréteaux fumeurs de pneus avant, sont passés depuis belle lurette à la concurrence. Allemande essentiellement. Espérons que ce nouvel avatar rallumera la flamme. J’ai envie d’y croire. Attendez-moi, je vais allumer un cierge à la sainte chapelle.

michel

Le 06/03/2016 à 19:23

« les Alfiat et autres tréteaux fumeurs de pneus avant »

Donc en gros tu n’as pas posé très fesses dans une Alfa depuis 30 ans 😉

« C’était mieux avant » ma bonne dame !

Hugues

Le 06/03/2016 à 19:34

Je ne parle que de ce que je connais, mon bon monsieur.

Dabe

Le 06/03/2016 à 19:27

La plate-forme est loin d’être nouvelle, elle a fêté ses 20 ans l’année dernière et c’est une des raisons du retard de l’auto (une vieille plate-forme a toujours du mal à passer les crash-tests). Il s’agit d’une version raccourcie de la plate-forme Maserati, elle-même dérivée de la plate-forme Chrysler LX qui est une version modifiée de la plate-forme Mercedes ayant donné naissance à la Classe E W210 et date de 1995.

FCA n’a pas les moyens de développer des plate-forme.

Michel

Le 07/03/2016 à 14:15

Sauf erreur, c’est une toute nouvelle plateforme qui a été développée pour la GIULIA, et la nouvelle gamme ALFA

Patrick Coyote Auto

Le 06/03/2016 à 23:08

Donc une double triangulation avant!

Jacques seller

Le 06/03/2016 à 23:19

Moi j’adore Verte version QV Mais peut être parce que je regrette qu’il n’y ait jamais eu de version GTA de la 159…

Utopiaboy

Le 07/03/2016 à 00:01

Je trouve incompréhensible la stratégie du groupe Fiat qui, après avoir donné un rebond exceptionnel à la marque au Biscione à la fin des années 90 et début 2000, a ensuite laissé la gamme réduite à sa plus simple expression !
Concernant le style de cette nouvelle venue, eh bien c’est sans doute un mal moderne, toutes les nouvelles productions se ressemblent, au point de briser les codes propres à chaque marque.
Franchement, enlevez la calandre et les logos Quadrifoglio, moi je vois une Kia ou Hyundai avec un cul d’Audi et des feux de Maserati Granturismo.
Tout ce qu’on peut espérer, c’est qu’elle retrouve du caractère mécanique, mais avec les 4 cylindres turbocompressés, la partie n’est pas gagnée…

Benjamin C

Le 07/03/2016 à 12:48

Très content que BR aborde ce sujet. Cela dit, j’espère que la Giulia ne restera pas un modèle rare et anecdotique… ^^

Je trouve très juste ce que vous dites Paul, si un constructeur veut exister dans ce segment des berlines premium, la propulsion s’impose, les amateurs sont intraitables là dessus. Et les alfistes de la 1ère heure encore davantage… Nos constructeurs français devraient intégrer ça, je rêve de la vraie remplaçante de la 505, mais j’y crois pas… Le français moyen a trop d’idées préconçues sur ce sujet ( et bien d’autres ), donc aucun constructeur français ne franchira le pas…

Par contre, j’ai toujours trouvé bizarre qu’on ne reproche pas ça à Audi, qui semble légitime dans ce fameux segment tout en ne proposant pas de propulsion… Oui je sais quattro tout ça… mais non, une Audi c’est une traction (ou 4rm rarement) à moteur en port à faux avant… Pas la même répartition des masses, pas le même comportement… Même si cette marque propose la meilleure finition qui soit, j’ai jamais pu mettre Audi dans la même case que Mercedes, BMW, Jaguar…

Pour revenir à la Giulia, moi j’aime bien la version QV. C’est vrai qu’elle a côté très affirmé, très ostentatoire, mais elle à la vue de sa fiche technique exceptionnelle, elle n’usurpe pas son identité, elle se place directement en face de la M3 et de la C63 elles aussi très « j’me la pète »… Il s’agit d’un modèle ultra sportif, pas d’une autoroutière.

Paul

Le 07/03/2016 à 13:18

Qui sait si, un jour, Peugeot ne reviendra pas à la propulsion. Tavares a l’air tout de même d’être un vrai amateur de bagnole doublé d’un pragmatique. S’il sent qu’un marché s’ouvre à Peugeot, peut-être se laissera-t-il tenter ? J’ai lu une interview de lui récemment où il affirmait « qu’il était prêt à changer de benchmark si la situation l’exigeait »… Pour l’instant, le benchmark, c’est VW (traction), mais pourquoi pas BMW (propulsion) plus tard ?

wolfgang

Le 07/03/2016 à 13:02

Sur le design, je suis d’accord qu’il y a une ressemblance avec la série 3. J’ajouterais que les feux rouges sont piqués sur Maserati.
Mais bon, elle a pas l’air mal quand même. J’attends de la voir en vrai pour juger.
De façon généal, j’aime beaucoup le desig alfa de ces dernières années, à part la Mito. Si la Giulietta avait offert une bonne visibilité dans la lunette arrière, j’aurais succombé.
Il faut saluer le retour à la propulsion, c’est pas courant ce retour en arrière. C’est le signe qu’il y a bien une volonté de concurrencer BM et de faire dans le sportif.
Par contre le pb ça va être les moteurs… depuis la fin du V6 arese on a du GM modifié ou du Fiat, c’est bien dommage ne serait ce que pour le caractère. C’est primordial le moteur pour une marque sportive, il aurait mieux fallu payer un peu plus et moderniser le V6 arese pour conserver la tradition et un moteur légendaire.

VDR

Le 07/03/2016 à 13:34

Je suis toujours content quand une marque comme Alfa Romeo décide de se sortir les d……., surtout quand on connait l’histoire de la firme, ses réussites et (principalement) ses déboires. J’étais enthousiaste à la sortie de la 4C, un constructeur en « relative » difficulté prenant le pari d’une auto de niche, quel courage!

Toutefois, en attendant de la voir en volume et sans commenter le contenu technologique, je me demande depuis des mois ce qui, en dehors de la calandre et du macaron, fait Alfa dans le style…

Greg

Le 07/03/2016 à 16:52

Wait and see…
Déjà 1ère erreur pour présenter une Alfa: diffuser des photos d’une voiture bleue ou blanche; et pourquoi pas gris métal tant qu’on y est?!
Les aficionados s’attendent à « voir rouge »!
Ou, au moins, une couleur qui évoque autre chose qu’une berline allemande ou japonaise.
Le bleu layette de la 156 était plus « connecté » à Alfa car hérité de la Giulia 1ère du nom (teinte opportunément reprise sur la DS3 sous le nom de Bleu Botticelli).
Mais pourquoi viens tu si tard?
Sergio Marcchione justifie le « retard à l’allumage » par le repli du marché Chinois, qui devait avoir la primeur du lancement commercial de la Giulia.
Patatras, il a fallu refaire tout le plan de lancement.
Vous le croirez si vous voulez…

Paul

Le 07/03/2016 à 16:54

Avec Sergio, je n’écoute plus, j’attends de voir 😉 (quand à la question des couleurs, je re rejoins évidemment)

VDR

Le 08/03/2016 à 08:02

Une volonté de la rendre moins Alfa, plus passe partout, comme une alternative crédible aux grises allemandes? Ce serait dommage, personne n’attend d’une Alfa qu’elle soit fade…

Petite mention spéciale pour le bleu layette : mes beaux-parents ont encore leur vieille 156 1.9 JTD dans cette couleur, 350 000 km, pas une panne, et un délicieux volant bois, totalement incongru, mais qui fait une partie de son charme!

Fabrizio

Le 24/03/2016 à 22:01

C’est saoûlant à la longue ces discours « moutonneux » du genre « les italiennes et les françaises c’est de la merde » parce que son beau-frère à lui il est tombé sur une voiture de malheur.
En fait je crois surtout que de nos jours pour montrer sa réussite sociale il FAUT posséder une VAG-Merco-Béhème et qu’il ne faut surtout pas trop dire qu’elles ne sont pas plus fiables que les autres ! Franchement, moi aussi je me sentirais pigeon d’avoir payé 20% plus cher pour pratiquement le même résultat ! Ah mais c’est vrai, il faut que mon voisinage me regarde avec admiration…même si les bagnoles j’y connais rien.
Je repense parfois avec un immense plaisir à ce jour où j’ai appris à mon abruti de voisin qui me parlait fièrement de sa Ford que sous le capot il y avait le même moteur que dans ma 307, ou à ce copain que son Opel avançait grâce à un moteur Fiat ! Mouhahaha !

Korrigan

Le 25/03/2016 à 09:21

Les mecs avec les BMW sportives gonflées vont avoir une drôle de surprise quand ils vont tomber sur une Giulia QV au feu rouge… 😛

Beud

Le 29/03/2016 à 19:08

J’ai possédé une 156 pendant 4 ans j’en étais super content (malgré ces foutus silent blocs qui bruitaient au bout de 40 000kms). Je l’ai quitté pour sa relève : la 159. J’ai fait un gosse pour justifier l’achat de la SW. J’adore ma voiture, aujourd’hui elle a 140 000kms et pas de pb.
Mon voisin ,en revanche en a chié avec son A4. Tout ça pour dire que les préjugés ont la dent dure.
En revanche la Giulia ne me séduit pas, pour le moment.
On sent la volonté de faire du volume, et cette volonté se traduit par une ligne avec zéro originalité.
Là où la 156, la giuletta ou la Brera se démarquaient des lignes consensuelles cette Giulia a piqué le regard de l’A4, le profil de la BMW série 3, l’arrière ressemble là encore bcp à l’A4.
Heureusement que l’amande du sigle est là pour différencier cette voiture.
Bon, peut-être changerai-je d’avis en le voyant en vrai…?

Fabrizio

Le 29/03/2016 à 23:33

C’est justement ce que j’allais te dire. en vrai c’est autre chose qu’en photo. Je ne crois pas qu’on la confondra avec une autre. Maintenant je ne peux pas dire que j’ai eu un vrai coup de coeur non plus…

letarmo

Le 20/08/2016 à 16:49

Ho moi c’est simple, déja 9 Alfa au compteur (2×145, 2×155 dont une V6, 2×156 dont une 175 TI, 2 x Juliette (140 puis 150ch)…un peu en manque.
J’ avais eu bien d’ autres marques avant.
J’ai essayé la Giulia et hop le coup de cœur absolu. Quel plaisir au volant, la direction, la poussée, la ligne les intérieurs…après des essais boaf chez Audi, BM et jaguar, même la Mustang 5l…Commandée en rouge Alfa, finition Lusso cuir beige, boite AT8…
Plus qu’un mois à attendre, pour les Alfistes elle a tout, même un diesel à très gros couple et qui va aussi dans les tours. A venir le 2l mais pour moi ce sera gazole à l’ apéro ;)…450Nm pour 330 en essence…1 dixième d’ écart sur le 0-100..
Quant aux propos sur la rouille…sans déc, ma 145 de 1999 vendue à 194000 km n’ avait pas un point de rouille sous le chassis.
Seul reproche, le mélange des options est un peu curieux, difficile à combiner et au final la Lusso est moins chère que la Super !

Oussama

Le 16/11/2016 à 10:09

Un petit retour d’expérience après l’acquisition de votre Giulia?

Maxence006

Le 12/08/2017 à 22:45

Pour l’avoir vue à plusieurs reprises dans la rue, et bien je peux dire qu’elle est juste magnifique!!! Les photos officielles ne lui rendent absolument pas honneur, et si l’on se fie aux différents essais, elle est un régal à conduire!! Que du bon.

Laisser un commentaire