Alpine : une Vision en attendant l’A120 !

Publié le mardi 16 février 2016.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

Alpine n’en finit plus de renaître de ses cendres ! Après les péripéties du début avec Caterham (lire aussi : Alpine et Caterham divorcent) qui retardèrent le projet, après le départ de Carlos Tavares pour prendre la présidence de PSA, lui qui portait le projet à bout de bras, et après la présentation en juin dernier de l’Alpine Célébration (lire aussi : Alpine Célébration), voici l’heure de l’Alpine Vision, qui préfigure à 90 % l’Alpine A120 qui sera dévoilée en fin d’année, et du grand chambardement chez Alpine, puisque Bernard Ollivier rétrograde au poste de directeur général adjoint pour laisser sa place de DG à Michael van der Sande, actuel directeur marketing du Groupe Renault.

A120 06

Si l’Alpine Vision est aujourd’hui présentée en grande pompe à Monaco, au milieu d’un rassemblement de presque 100 berlinettes A110, elle donne sérieusement l’impression d’être un os à ronger en attendant. Mon dieu que cette renaissance est longue. Pire, qu’elle semble douloureuse depuis 5 ans.

A120 02

Je ne veux pas faire partie de ceux qui chipotent sur cette nouvelle Alpine : en tant que fan de la marque diéppoise, je ne peux que me réjouir de son retour sur le devant de la scène. Et la Vision (qui reste très proche de la Célébration) n’est pas du tout moche, bien au contraire. Disons qu’elle reste le cul entre deux chaises, entre néo-rétro et modernisme, sans réussir à trancher : elle est en fait la parfaite représentation de ce que l’on ressent depuis la genèse de cette voiture, entre volonté et hésitation, comme si Alpine était une épineuse question pour Renault depuis la première mort de la marque en 1995 (lire aussi : Alpine A610).

A120 04

Au menu de cette Vision, future « A120 » : un 4 cylindres turbo (puissance non précisée) en position incertaine (avant ? arrière ?) permettant un 0 à 100 km/h en 4,5 secondes ; une ligne « déjà vue » soit chez Interlagos (lire aussi : Willys Interlagos AW380) soit avec la Célébration. En fait, rien de nouveau sous le (timide) soleil de Monaco !

A120 03

Ne boudons pas notre plaisir malgré tout : une Alpine qui renaît, c’est l’espoir d’un futur un peu plus rose pour la marque jusque là cantonnée au monde de la collection et des nostalgiques. Plusieurs questions se posent désormais : quelle sera la suite ? On parle d’un SUV, mais aussi d’une « marque ombrelle » pour des déclinaisons sportives de modèles Renault. Quid de Renault Sport ? Va-t-on vers un vrai renouveau, avec des moyens, une gamme cohérente et des ambitions, ou se dirige-t-on seulement vers un coup marketing à durée limitée ? Autant de questions auxquelles Renault ne répond toujours pas, préférant décliner à l’infini son concept tout en distillant très peu d’informations sur sa stratégie.

Affaire à suivre !

A120 05

Deux vidéos signées Renault:

 

Articles associés

12 commentaires

Pierre

Le 16/02/2016 à 15:34

Comme d’habitude, nos points de vue convergent, je suis mitigé entre le retour de « ma » marque locale, qui me fait définitivemet plaisir, et ce style très consensuel, voire trop.
Advienne que pourra, comme dit le proverbe, et espérons que cette résurrection ne subisse pas le sort de la plupart des autres tentatives qui ont bien souvent avorté

Francois Tasiaux

Le 16/02/2016 à 15:41

Trrrrrrrrrrrrèèèèèèèèèès longue gestation comme tu dis. En ce qui me concerne, elle était au Mans Classic en 2012. Mise en valeur (si on peut dire) derrière des films plastiques +/- transparents et souples…

rubinho

Le 16/02/2016 à 16:08

Ca a pas l’air mal; faudra voir en vrai meme si l’arriere me semble manquer un peu de largeur.

Apres, compte tenu du manque d’image actuel d’Alpine en dehors des connaisseurs ou des vieux, je pense que Renault n’avait pas bcp d’autre choix que de s’inspirer du passé et du modèle culte de la marque (perso, je n’ai jamais accroché sur les pseudo-GT des dernières années).
Alors oui, on peut lui reprocher trop de proximité avec l’A110, une petite fadeur des lignes (et encore, faudra voir en vrai et le blanc ne lui fait pas honneur je trouve)…. mais déjà réjouissons nous du retour de cette marque qui je l’espère sera mieux utilisée que le pseudo DS chez PSA.

Et surtout, espérons que Renault investira dans son réseau et ses vendeurs pour qu’ils soient irréprochables au moment de la vente de ces autos, car pr en vendre, faudra sortir du discours argus + 5000 , 22% de remise ou prix d’appel de 7990 !

Vivement la suite !

J2M

Le 16/02/2016 à 17:32

La dernière fois qu’en haut de gamme, Renault a fait du « revival », c’est pour la Vel Satis dont la calandre était censée rappeler la largement oubliée 40 CV. On sait ce qu’il en est advenu.

Bon, alors que la Berlinette est « beetelisée » comme la Cox l’a été, pourquoi pas, si cette fois c’est plutôt réussi ?

Mais comme le dit Rubinho, il va falloir la vendre comme il se doit.

Et lui mettre un vrai moteur.

Et lui faire sortir les watts au Monte-Carlo.

Ca fait beaucoup à la fois, non ?!

eddy123

Le 16/02/2016 à 20:35

Genealement en automobile les longues gestation sont jamais bonne pour les autos…
J’aime bien la ligne meme si je trouve dommage qu’elle perde le moteur tout à l’arrière. …
Je croise les doigt pour que Renault ne foire pas tout comme à leurs habitudes.
Et avec un peux de chance le presentateur de TopGear pourra en jeter une dans un mur. ..pour rigoler bien entendu….

Olivier

Le 16/02/2016 à 22:24

Perso, je ne boude pas mon plaisir ! L’équilibre des lignes, les clins d’œil à l’historique Berlinette, mais pas trop, elle en jette sans trop en faire, j’aime la finesse esthétique, trop rare dans le design moderne ! Bref, j’adore ! Et je fais confiance à Renault pour la suite, qui ne se débrouille pas si mal dans le monde impitoyable de l’industrie automobile contemporaine ! Je regrette néanmoins le french bashing systématique, mais bon, les français sont comme ça, il ne s’aiment pas et encore moins leur patrimoine !

Antoine

Le 17/02/2016 à 12:08

Ne nous faison pas d’illusion, la résonnance d’Alpine est française et pour un groupe mondial comme Renault-Nissan cette voiture ne revêt aucun intérêt stratégique même sur le marché français à moins qu’ils ne souhaitent décliner un label comme Citroën avec DS. On peut donc s’interroger sur le but de ces manoeuvres ?
La gestation longue et douloureuse prouve bien qu’il ne s’agit pas d’un produit prioritaire mais il y a de quoi entraîner le service communication en période creuse. En attendant, Renault se garde bien de dévoiler ce que cache ce dessin classique et sans risque mais néanmoins pas désagréable.
Si l’on se souvient de la longue gestation de l’Alfa 4C, à Milan on communiquait dès le départ sur le « concept » et la technique, tout l’inverse de Renault.
En regardant la vidéo, on ne voit nulle trace de roues arrières motrices au demeurant… lorsqu’elle glisse c’est avec le train arrière délesté et lorsqu’elle sort d’un virage c’est le nez qui élargit la trajectoire. Il faut donc y voir la future concurrente d’une RCZ plutôt que d’une Porsche. D’ailleurs quel client Porsche irait acheter une Renault ? Vous en connaissez beaucoup des clients Audi qui achètent des DS ?
Si cette voiture sort un jour, il y a fort à parier qu’elle décevra les vrais amateurs et ne sera plus techniquement à la page avec tout ce retard. Il s’agira probablement d’une sorte de super coupé Mégane mais si elle est vendue un prix attractif (ça reste une Renault…) avec sa ligne nostalgique, une finition clinquante et un coeur de gamme à moteur diesel elle saura faire chavirer quelques tatoués de la bagnole franchouillarde… suffisamment peu pour faire un bide quoi qu’il en soit.
Alors à quoi donc peut donc bien servir cette Alpine ? Si l’on se réfère à l’histoire récente, cette histoire nous fait un peu penser à l’Avantime. Une auto exotique vouée à une diffusion confidentielle et fabriquée à peu de frais par un sous-traitant encombrant… Dans le groupe Renualt-Nissan, l’usine Alpine de Dieppe est elle aussi une curieuse vérue… J’espère me tromper quant à la finalité de cette manoeuvre mais le scénario a comme un goût de déjà vu.

Marc Limacher

Le 17/02/2016 à 13:03

Je suis assez d’accord avec Antoine sur l’aspect « roue arrière motrice ». Cette voiture devait être conçue par Caterham qui avait proposé un châssis moteur central, mais quelques mois plus tard, Renault annonce la sortie de la nouvelle Alpine dans les temps. j’ai trouvé cela bizarre. Pour moi c’est une rivale de l’Audi TT vendu comme une Peugeot RCZ à 2000 exemplaires par année. Donc sur la base d’une Megane (après je peux me tromper, je l’espère d’ailleurs…)

L’histoire du SUV il était déjà dans les cartons avec Caterham. L’idée était à l’époque de le vendre dans des pays comme la Russie et la Chine, mais fabriqué en Europe pour donner de la valeur. Donc Alpine pourrait devenir une marque sportive de Renault en Chine ou sur d’autres marchés. Je spécule, je spécule.

Concernant Renault Sport, ce que j’en sais c’est que les ambitions sont là et elles sont mondiales. Mais uniquement à la manière de M chez BMW ou AMG chez Mercedes-Benz. Pas de modèle spécifique en préparation, juste des Renault avec plus de chevaux sous le capot et une présentation spécifique.

wolfgang

Le 19/02/2016 à 17:04

Vision, c’est nul comme nom, c’était déjà le nom d’une Chrysler (très sympa d’ailleurs). Ils auraient pu chercher un peu plus. Bon c’est du temporaire alors on pardonne.

Sinon l’échappement central façon boxster, c’est pas dans la tradition, je trouve ça dommage.

A part ça la ligne globale est pas mal du tout. Après faut voir combien elle va mesurer et peser vraiment… et si la tenue de route sera si spectaculaire que l’ancienne, ça j’en doute beaucoup.

Déjà si elle est belle, elle doit se vendre.

Pierre

Le 19/02/2016 à 17:44

Vision, c’est parce qu’il s’agit encore d’un prototype et non du modèle définitif.

Le teasing d’Alpine commence à rejoindre celui de Star Wars, je ne suis pas sûr que le parallèle soit forcément une bonne idée pour Renault, vu les critiques mitigées de la nouvelle licence Disney…

Stéphane Barbat

Le 22/02/2016 à 04:12

Je suis d’accord avec Olivier : je trouve qu’il y a beaucoup de commentaires sévères voire injustes… Attention messieurs le french bashing n’est pas loin ! 🙂
Bon sinon j’ai pas mal bossé le sujet, alors pour ceux que ça intéresse les détails sur l’Alpine A120 sont ici : http://buylesschoosewell.com/la-belle-vision-dalpine/

Garfield

Le 22/02/2016 à 17:06

Complaisance dans le rétro design!!!
N’empêche… elle est drôlement bien foutue cette « A120 »!
Bon, la présence d’ouïes en bas de la lunette arrière laisse à penser que le moteur se trouve « du bon » coté!
Sans doute en position centrale plutôt qu’en porte à faux comme sa glorieuse aînée, mais c’est pas grave.
A part mamie 911, seule la Berlinette Échappement avait encore son moteur (XU9J4) légèrement en porte à faux arrière.
Allez Renault, faut pas vous planter sur… le prix!!!
La presse écrite se fait déjà l’écho des performances revendiquées, du même acabit qu’un Cayman GT4???
Si le tarif grimpe en proportion inverse du 0 à 100, je crains le pire!
Alors, à qui Renault pense-t-il vendre cette Alpine?
Aux doux dingues qui se sont payé les premières Elise à 165.000 francs, ou à la clientèle aisée qui met « à partir de 88310€ » dans ce fameux Cayman GT4?
Faites nous en 2, comme au temps des A110 1300G et 1600S!
Et si vous connaissez votre Berlinette illustrée sur le bout des doigts, virez-nous cet échappement central et mettez le soit à gauche (1300G) soit à droite (1600S) selon la motorisation!
Tant qu’à faire des clins d’œil au passé!

Laisser un commentaire