Aston Martin Lagonda : tout simplement un ovni automobile

Samedi 19 juillet 2014
Retour

Je n’ai jamais vraiment trop su quoi penser de l’Aston Martin Lagonda. Petit, elle me fascinait sans pour autant que je la trouve belle, et maintenant que je suis grand, elle me fascine tellement je la trouve laide. Et pourtant je l’aime. Vous voyez le paradoxe ?

Je crois que je l’aime parce qu’elle représente tout à fait la modernité telle qu’on l’imaginait fin 70 début 80. Elle est contemporaine des questions que je me posais à l’époque : quel sera le futur ? Les voitures voleront-elles ? Et dire que j’aurais 25 ans en l’an 2000 ! Nous voilà en 2014, et le futur imaginé par Robert Zemeckis n’existe pas : les voitures ne sont pas équipées d’aéroglisseurs même si elles ont bien évolué.

Le tableau de bord des débuts laissera la place à un modèle plus classique à la fin

Je l’aime aussi parce qu’il fallait une sacré dose d’inconscience, ou d’audace, au choix, pour lancer un tel ovni quand on représente une certaine tradition automobile britannique. Aston Martin, ce n’est pas rien, et sortir une telle voiture en 1976 (en fait la production ne débutera réellement qu’en 1979), c’est prendre un sacré risque face à une clientèle pas trop rock n’roll.

Admirez cette ligne tout en lignes tendues et en angles. Regardez cette mini calandre presque ridicule au bout de ce long capot, ces phares escamotables un poil too much, cet intérieur futuriste (avouez qu’il y a un petit côté K2000 que la série 4 perdra un peu) : ça frise le mauvais goût parfois, c’en est peut-être même, malgré la sellerie cuir parfaite et la moquette épaise. Mais elle porte deux ailes particulières sous la calandres : celle d’Aston Martin Lagonda. Sous le capot, un V8 de 5,3 litres offrent 280 ch (puis 309 à partir de 1985) à une époque où cela n’est pas si courant sur une berline.

Cette Lagonda d’un nouveau genre (Series 2, 3 et 4) sera produite jusqu’en 1990 tout de même, mais on ne peut pas parler d’un franc succès puisque seulement 636 exemplaires seront produits en 14 ans. Cela dit, à l’échelle d’Aston Martin à l’époque ce n’est pas si mal, surtout si l’on se rappelle que la précédente Lagonda, dite « Série 1 » n’aura trouvé que 8 acheteurs, elle (lire aussi: Lagonda Série 1).

En haut, le kit carrosserie Tickford, et en bas, la version limousine fabriquée à 4 exemplaires

Une version limousine sera même produite par Tickford en 1984, à 4 exemplaires, ainsi qu’une version « performance » avec kit aérodynamique un poil kitch pour une auto qui l’était déjà beaucoup. Un exemplaire réalisé par Roos Engineering reprendra le principe du shooting brake (lire aussi : Vantage Shooting Brake), mais bien plus tard, en 2000. Et autant le dire tout de suite, la carrosserie break ne lui va pas, mais alors pas du tout !

La Lagonda est relativement abordable pour une Aston Martin, mais il faut pouvoir assumer sa taille, son look, ses pépins électroniques ou électriques. Sans compter son son entretien (voire sa fiabilisation) qui vous coûtera un bras (sans parler de sa consommation gargantuesque). En contrepartie, succès assuré où que vous alliez, tant sa ligne étonne et surprend, le tout dans un confort Royal. A vous de voir !

Sachez enfin que de drôles d’oiseaux sur la base de la Virage seront produits dans les années 90, sous le nom de Saloon pour la 4 portes, et Les Vacances pour la 5 portes break, à une petite poignée d’exemplaires (lire aussi: Lagonda Saloon et Les Vacances), mais n’espérez pas trop en trouver une sur le marché.

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

6 commentaires

Polo

Le 20/07/2014 à 18:27

J »adore ce véhicule.
Par contre en la voyant « en vraie » j’ai été déçu.
L’habitable semble très exigu, et le tableau de bord fait vraiment bricolo.

Niko Laperruque

Le 07/12/2014 à 01:00

Mon dieu j’avais jamais vu l’intérieur. Putain de LSD ça a fait des dégats chez les designers dans les années 70.

Paul

Le 07/12/2014 à 13:17

Oui la drogue, c’est mal !!! Mais ils n’étaient pas les seuls ingénieurs camés dans les 70’s ahaaha

francoistasiaux

Le 20/01/2015 à 18:37

Rien ni personne ne me convaincra du contraire, j’adore !
La ligne, les angles, la présence, le luxe compensent une qualité de fabrication désastreuse, des problèmes récurrents de fiabilité électronique, assez peu de place intérieure et un coût exorbitant…
Mais elle est belle et ne ressemble à aucune berline de ces années-là.

Bouet

Le 21/02/2015 à 00:00

J ai toujours dit que j en aurais une au milieu de mon salon pour boire un cognac et écouter du haendel avec mes potes

Une œuvre d art immobile ( vaut mieux )

Paul

Le 21/02/2015 à 10:08

je suis pas loin de partager ton avis 😉

Laisser un commentaire