Aston Martin Lagonda Vignale by Ghia: une grosse baleine qui rend nostalgique

Publié le vendredi 24 mars 2017.
Mis à jour le jeudi 6 juin 2019.
Retour

Pour finir la journée en beauté, j’avais envie de vous parler d’une horreur automobile qui, 24 ans après , me rendrait presque nostalgique. Comme quoi notre vision des choses évoluent. Bien entendu, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : je vous confirme que l’Aston Martin Lagonda Vignale réalisée par Ghia en 1993 n’est pas un prix de beauté. Mais elle a le charme de celles qu’on a rencontré dans sa jeunesse, et c’est en tombant sur une photo d’elle par hasard que j’ai eu envie de vous en parler.. Comme quoi !

Moray Callum, et son équipe, pose devant son oeuvre

Bon, ne tergiversons pas, la Lagonda Vignale est moche. Une gueule boursouflée, un cul rebondi mais fuyant (fallait le faire), et entre les deux une sorte de baleine. Pas de lien stylistique avec la dernière Lagonda (en fait son exact contraire : Aston Martin Lagonda), ni même avec les premières. Rien… L’ADN Lagonda, ou même simplement celui d’Aston Martin, avait disparu sous les coups de crayon de Moray Callum. Ce nom vous dit quelque chose ? Normal.

Moray, c’est tout bêtement le frère de Ian, qui au même moment s’activait à recréer le mythe Aston avec une très réussie DB7 (lire aussi : Aston Martin DB7). Mais il faut croire que les deux brothers n’étaient pas, du moins à ce moment là, sur la même longueur d’onde. Quand l’un nous pondait un chef d’oeuvre, l’autre nous offrait … On sait pas trop en fait.

En regardant le « truc » et particulièrement son intérieur, on retrouve des « tics » du Ghia de l’époque, comme sur la Ford Focus (le concept, pas la voiture) : ce côté je mets tout en ronds et en courbes, et démerde toi avec ça. A l’arrière, y’a des airs de Lancia Thesis avant l’heure (lire aussi : Lancia Thesis). Quant à l’avant… Je vous laisse juges !

Toujours est-il que la Lagonda Vignale Concept by Ghia (oui souvenez-vous, Ford a racheté les deux officines à De Tomaso au début des années 70, pour finalement se transformer en… niveau de finition) est présentée en 1993. Et c’est là que la machine à remonter le temps fait son effet. Je me rappelle qu’à cette époque, j’avais jubilé en voyant des dérivés « Lagonda » de la Virage (lire aussi : les dérivés chics de l’Aston Martin Virage). Avec Ford aux manettes (et au portefeuille), on pouvait réellement espérer voir renaître des Lagonda. Et je m’étais rassuré en me disant : « ce n’est qu’un concept, les vraies seront plus belles ».

A la base de cette Lagonda là, on trouve un châssis de Lincoln Town Car. Elle reprend aussi le V8 américain de 4.6 litres pour 190 pauvres chevaux. On est loin du rêve, mais AML (Aston Martin Lagonda, le nom complet de la société) précisait que si jamais elle rentrait en production, ce serait bien entendu avec un V12 de 6 litres et une puissance bien plus respectable. Heureusement pour nous, la Lagonda Vignale ne sortira jamais, mais il faudra attendre la Taraf pour voir à nouveau une Lagonda sur les routes (lire aussi : Lagonda Taraf).

Au total, 3 (et non pas 2) exemplaires seront fabriqués : un gris, un bordeaux, et un bleu, qui finira dans les garages du Sultan de Brunei. Ce dernier aura-t-il eu droit à meilleure mécanique que ce V8 un peu anémique (en tout cas pour la taille de la bête) ? Nul ne le sait. Que sont devenus les deux proto gris et bordeaux ? Bonne question.

 

De cette petite aventure, ne restent donc plus que les souvenirs. Mes yeux d’ado n’ont finalement pas trop changé, je reste dubitatif sur son style, mais les années ont passé, et la nostalgie de cette époque, ce début des années 90 où les concept cars fleurissaient, où les supercars se multipliaient et où tous les espoirs étaient permis, même au plus petit, me fait la regretter un peu, finalement, cette grosse baleine badgée Lagonda.

Articles associés

8 commentaires

J2M

Le 24/03/2017 à 19:41

Epoque du bio design et de la recherche de formes nouvelles…
Cette horreur décomplexée comme seuls les anglais savent en faire quand ils se lâchent symbolise bien la volonté d’explorer de nouvelles pistes, loin des standards germanisants de l’époque.
Je fais le rapprochement avec les premières études de Patrick Le Quément pour « réveiller » le style de l’ex-Régie, en produisant des dessins finalement assez voisins (sans majuscule). Ça nous amènera le bide de la Vel-Satis.
Dans les deux cas, il reste le sentiment que cette exploration des formes ronde et cunéiformes est inachevée, fort heureusement, mais qu’elle aurait peut-être pu déboucher sur quelquechose d’intéressant. Dommage…

Michel Tona

Le 24/03/2017 à 19:49

Des accents de Maybach – pas non plus un prix de beauté – cette baleine americano-britonne !

Quentin

Le 24/03/2017 à 20:20

Quelques airs de Jaguar Mark X de profil. L’ensemble tente une synthèse entre modernisme (pour l’époque) du bio-design et néo-rétro (qui n’existait pas encore). Le tout n’est pas vraiment réussi, mais surtout manque de personnalité. Je ne reviendrai pas sur le choix de la pire plate-forme trouvable chez Ford. Le sultan l’a vraiment achetée ou a fait acte de charité ?

Gérald

Le 25/03/2017 à 00:03

Délicieusement affreuse, mais la Rover 75 a dû toutefois récupérer l’intégration élégante des poignées de portes dans la baguette chromée.
Petite observation BR, remarquez l’importance du dessin des jantes, sur la première photo elles sont magnifiques, et cela rend la caisse plus dynamique et moins patode, mais avec les 5 branches…

Germain

Le 25/03/2017 à 06:15

Pour moi des jantes du proto, (les 3 premières photos) sont magnifiques et l’intérieur est sublime, quelques détails de styles sont pertinents, mais le tout mis ensemble avec cette face avant de Pontiac bizarre…beurk.

philippe

Le 25/03/2017 à 08:06

Merci de nous avoir rappelé cet avatar.
En plein période de néo-rétro Ford avait sans-doute dans l’idée de se faire un haut de gamme un peu décalé sous une marque prestigieuse.
Pourquoi l’idée fut-elle abandonnée ?
Et finalement plus bas en gamme ils nous ont sorti la Jaguar S-Type dans le même esprit dessinée avec beaucoup moins de finesse.

Wolfgang

Le 25/03/2017 à 11:51

Moins de finesse, je trouve pas. Certes la Jag aurait pu être mieux, mais le dessin est bien dans la continuité de la marque jaguar. On voit tout de suite que c’est une Jag.

Ici c’est dans la continuité de rien du tout.
Ceci dit les jantes des premières photos sont en effet très belles.
Et puis l’intérieur plutôt rétro et original à la fois.

francois

Le 21/11/2019 à 16:27

Y’a des jours ou on se dit qu’une double fracture tibia-perone est quand meme preferable a une seance de travail.

Laisser un commentaire