Au coeur du Tour Auto 2019 : l’Alfa Romeo 1750 GTAm

Publié le mercredi 23 octobre 2019.
Retour

Avec la Giulia Sprint GT née en 1963 et surnommée “Coupé Bertone”, Alfa Romeo avait signé un coup de maître. Le dessin, dû à Giugiaro, à la fois moderne, sensuel et musclé, inspirait la sportivité que ses dessous de Giulia berline raccourcie et ses moteurs rageurs confirmaient irrémédiablement. Pour affirmer encore ses dispositions sportives, Autodelta et Carlo Chiti proposaient la Giulia GTA en 1965, taillée pour la course. Rapidement, la petite au Biscione s’imposait en compétition jusqu’à ce que la concurrence se mette au niveau : il fallait aller plus loin. Voilà comment naquit l’Alfa Romeo Giulia GTAm, encore plus affutée que sa soeur.

De la GTA à la GTAm

Pour créer cette ultime sportive de la famille Giulia, Alfa Romeo va à nouveau faire confiance à Autodelta et à son homme lige, Chiti. La base de la GTAm n’est pas, contrairement à ce qu’on pourrait croire, une GTA, mais la 1750 GT Veloce USA dotée d’un système d’injection directe Spica en lieu et place des carburateurs double corps. Le 4 cylindres 1750 est réalésé et passe à 1 985 cc (mais conserve pour un temps son appellation). Il développe désormais plus de 200 chevaux (parfois jusqu’à 230 suivant les préparations moteurs).

Rapidement, la GTAm va s’imposer en compétition, notamment grâce au pilote Toine Hezemans. Elle évoluera en 1971 sous le nom de 2000 GTAm : le moteur reste à 2 litres, mais gagne encore quelques chevaux (240 tout de même). Comme la 1750, elle est allégée au maximum, et dispose parfois de portes en aluminium. Au total, une quarantaine d’exemplaires de GTAm, destinés à la compétition usine ou client, sortiront des ateliers d’Autodelta. Malgré la fin de carrière du coupé Bertone, cette GTAm restait dans la course. 

Aujourd’hui, les Giulia GTAm sont particulièrement recherchées par les gentleman drivers désireux de courir dans une voiture historique qui sait rester performante, y compris aujourd’hui. Malheureusement, ces voitures sont rares et donc, inévitablement, chères. La passion de la compétition a un prix, la GTAm aussi.

Articles associés

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire