Audi A8 : l’Audi du renouveau

Publié le samedi 26 avril 2014.
Mis à jour le mardi 11 décembre 2018.
Retour

Jusqu’en 1994, et malgré la tentative V8 (lire aussi: Audi V8), Audi n’avait pas encore totalement percé dans le haut de gamme allemand, restant en retrait des champions du genre, Mercedes et BMW. Oui mais ça c’était avant. Car cette année-là, la marque aux anneaux frappe un grand coup en présentant l’Audi A8, qui entraînera par la même occasion la série en A.

Avec elle, Audi se paie un vaisseau amiral qui frappera les esprits. Outre le V8 4,2 tout alu, c’est la carrosserie qui sera faite du même métal, et Audi communiquera abondamment dessus. L’A8 (dite « D2 », produite de 1994 à 2002), c’est la base du style Audi pour les 20 années suivante.

Avec l’A8, il y en a pour tous les goûts, mais pas de roturiers 4 cylindres s’il vous plaît. En bas de la gamme, on trouve un V6 2,8 litres de 174 ch, et en haut, le 4,2 litres déjà vu sur l’Audi V8 mais porté à 300 ch. A partir de là, tout devient possible et Audi développera sa partition en proposant toujours plus : transmission Quattro, version rallongée (A8 L), S8 ultrasportive de 340 ch, puis 360 ch quand le V8 4,2 litres sera disponible sur l’A6 (histoire de tenir son rang), et enfin une W12 de 420 ch (elle existera aussi en 6 cylindres diesel de 2,5 litres, mais ce serait vulgaire d’en parler).

Même si la W12 sera la plus puissante de la gamme, la sportive qui restera dans les esprits, ce sera la S8. La ligne déjà pure de l’A8 sera habilement travaillée pour lui donner encore plus de sportivité tout en restant dans l’extrême sobriété. Aucune faut de goût n’est à déplorer. A l’intérieur, tout n’est que luxe et volupté. Enfin, sachez qu’un projet de coupé restera lettre morte (lire aussi: Audi A8 Coupé).

Aujourd’hui, on peut trouver des A8 (en V6 voire diesel) pour pas grand chose, que ce soit « de base » ou en S8, voire même en W12. A ce prix là, c’est presque cadeau. L’A8 ne souffre pas encore du syndrôme du design qui se mort la queue puisqu’elle en est l’instigatrice, n’a quasiment pas de défauts (ou si peu). D’ailleurs, elle paraît aussi moderne que ses petites sœurs nées dans les années 2000 voire même 2010. Alors pourquoi se priver ?

Articles associés

3 commentaires

Le 01/11/2014 à 18:14

à noter qu’il y a eu aussi un éphémère v8 3.3 tdi, et 225cv

Olivier

Le 13/07/2017 à 15:22

De mémoire il y a aussi eu un V8 3.7 qui est sorti environ 2-3 ans après le 4.2 et qui n’était qu’un 4.2 dont la course avait été réduite.
Le but était de concurrencer la 735i là où la 4.2 concurrençait la 740i (dont le V8 cubait 4.0 puis 4.4).

gougoul

Le 15/12/2018 à 07:36

Fin des années 90 mon associé en avait une (S8)… Franchement c’etait assez sympa à rouler.
Surtout il y avait une boite manuelle, ce qui était rare sur des grosses berlines.
La tenue de route était impériale, après niveau fun…

Laisser un commentaire