Audi S2 : pour occuper le terrain

Publié le lundi 10 décembre 2018.
Mis à jour le mercredi 5 juin 2019.
Retour

Audi s’était d’abord illustré en sport auto avec l’Audi Sport Quattro, s’imposant comme le champion de la transmission intégrale, puis avait posé un deuxième jalon dans le “premium” avec la superbe V8. Pour continuer sa montée en gamme et sa politique d’image, la marque aux anneaux comptait bien titiller BMW et Mercedes sur le créneau de la berline moyenne sportive. Avec un 5 cylindres et 3 déclinaisons (berline, break et coupé), l’Audi S2 89/B3 remplira parfaitement son rôle, préparant le terrain pour plusieurs décennies.

L’Audi S2 n’est pas le plus beau des coupés, mais il conserve une certaine classe.

L’Audi S2, c’était un peu la réponse d’Audi à la BMW M3 E30 puis E36, mais en jouant sur un autre registre : la technologie et le décalage. Là où Béhème restait fidèle à sa condition de propulsion ainsi qu’à des moteurs “classiques” (4 cylindres sur l’E30, 6 en ligne pour l’E36), Audi proposait une alternative intéressante : un 5 cylindres et les quatre roues motrices (la fameuse technologie Quattro qui avait tant fait sa réputation).

Sortie avant l’E36, l’Audi S2 donnait un sacré coup de vieux à la M3 E30 encore en production à l’époque. Avec un moteur de puissance équivalente (entre 195 et 238 ch pour la M3 selon les versions, 220 pour la S2), la S2 offrait une tenue de route et une facilité de conduite sans comparaison et cette différence se sentait particulièrement par temps de pluie ou sur route dégradée, lorsque la M3 devenait délicate à conduire tandis que la S2 avalait les virages avec sérénité.

L’Audi S2 Avant sera la plus vendue des S2 deuxième série (ABY), idéale pour les papas pressés

A l’origine, Audi avait décidé de ne proposer que le Coupé (type 8B, assimilé à l’Audi 80 B3 bien que sa plate-forme soit spécifique) avec le 5 cylindres de 2.2 litres (turbocompressé) développant 220 ch et accouplé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports (un moteur déjà vu sur l’Audi 200). Lancé en avril 1990, il rencontra rapidement un certain succès commercial : jusqu’en juin 1992, il s’en vendra 5 766 exemplaires. Surtout, la S2 bénéficia d’un trou d’air chez BMW : la M3 E30 cessait sa production en décembre 1990 tandis que l’E36 n’apparaissait qu’en janvier 1992.

L’Audi S2 Sedan est la plus rare des S2, avec seulement 306 exemplaires

Pendant toute l’année 1991, l’Audi S2 resta donc sans concurrence sur le créneau. Pourtant deux événements allaient conduire Audi à revoir sa copie. D’une part, la sortie de la nouvelle Audi 80 type B4 était l’occasion d’une déclinaison de la gamme S2 en carrosserie Sedan (berline) et Avant (break) et d’autre part, la sortie de la fabuleuse M3 E36 chez BMW obligeait à une sérieuse remise à niveau.

Intérieur « à l’allemande » : la qualité Audi s’affirme sans s’égayer.

Ainsi, en août 1992, Audi présentait son nouveau trio. Le coupé S2 recevait les modifications esthétiques nécessaires à le faire entrer dans la gamme 80 B4. Les 3 modèles recevaient une présentation sportive les distinguant des 80 “classiques” mais surtout une évolution du 5 cylindres 3B appelé ABY développant 230 chevaux cette fois-ci, accouplé à une nouvelle boîte de vitesses à 6 rapports conçue avec Porsche. Certes, le coupé gagnait 10 chevaux, mais il prenait 105 kg de plus par rapport à la première version, tout en restant assez éloigné des 286 chevaux de la M3. Il était en outre plus cher que la BMW, mais faisait bonne figure tout en gardant sa spécificité : la transmission intégrale.

Contrairement à la M3, l’Audi S2 proposait dans cette nouvelle mouture une version Avant plutôt désirable lorsqu’on aime le sport tout en étant père de famille. Pour trouver l’équivalent E36, il fallait aller chez Alpina, et cela se payait cher. Chez Mercedes, la concurrence n’émergea qu’en 1993 avec la C36 AMG, disponible uniquement en berline. Les S2 furent produites d’août 1993 à décembre 1995. Face à une concurrence plus nombreuse et plus affutée, les chiffres de ventes furent moins flamboyant que pendant les belles années du Coupé. Dans cette version, seuls 1 604 exemplaires trouvèrent preneurs, tandis que la berline ne séduisait que 306 clients (elle sera retirée du catalogue plus tôt, en décembre 94). C’est le break Avant qui séduira le plus avec 1 812 voitures produites.

L’Audi Avant RS2 dérive de la S2 Avant, mais passe chez Porsche pour une cure de vitamine.

Il est vrai que le break n’avait pas de concurrence “officielle” chez les autres constructeurs allemands et qu’il bénéficia d’un dérivé “locomotive”, la fabuleuse Audi Avant RS2 poussée avec l’aide de Porsche à 315 chevaux (2 891 exemplaires). Bref, malgré des chiffres en retrait, la S2 avait ouvert la voie des S Series et convaincu Ferdinand Piëch de poursuivre dans ce sens : désormais, chaque modèle recevrait un modèle S dans sa gamme. On commença par les S8 et S6, tandis qu’en octobre 97, l’Audi S4 (dérivée de l’A4 B5) prenait la succession des S2.

Aujourd’hui, la cote d’une S2 tourne autour de 12 000 euros selon LVA (2018). Moins recherchée qu’une M3 E36, dotée d’un moteur enchanteur qui ne courre plus les rues aujourd’hui (le fameux 5 cylindres qui fit la réputation d’Audi), facile à conduire et plutôt plaisante à regarder, la S2 pourra satisfaire à peu près toutes les demandes avec ses 3 carrosseries sans avoir à rougir de la concurrence. En revanche, Audi ne proposera jamais de version cabriolet, malgré l’existence d’un tel modèle (sous le nom de code 8G/B4). On ne peut pas tout avoir !

Liens de l’article :

 

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES AUDI S2 ABY (1992-1995)

Motorisation

Moteur 5 cylindres, 20 soupapes
Cylindrée 2 226 cc
Alimentation Injection électronique Motronic + Turbo KKK
Puissance 230 ch à 5 900 trs/min
Couple 350 Nm à 1950 trs/min

Transmission

Roues motrices Transmission intégrale Quattro + Torsen
Boîte de vitesses BVM à 6 rapports

Dimensions

Longueur 4 482 à 4 488 mm (selon carrosserie)
Largeur 1 695 mm
Hauteur 1 408 à 1 411 mm (selon carrosserie)
Poids 1 525 kg (coupé)

Performances

Vitesse maxi  248 km/h
Production totale  3 722 ex (modèles ABY, toutes carrosseries)

Tarif

Cote moyenne 2018 (LVA)  12 000 euros

 

 

Articles associés

8 commentaires

Greg

Le 10/12/2018 à 17:39

C’est marrant de tomber sur cet article: je viens de voir un coupé S2 pas plus tard que ce soir!
Il en reste!!!
Pour la préservation de l’espèce, Audi avait trouvé LA parade ultime: sous virage préventif…

Mirage

Le 11/12/2018 à 13:02

Salut,
je ne poste que très rarement mais je voulais en l’occurence exprimer que, même si cet article est de très bonne facture comme depuis toujours sur Boitier Rouge, je le trouve vraiment lisse et consensuel comme ça semble la norme depuis le lien avec Carjager… Je regrette le ton et les sujets un peu moins mainstream d’avant, ainsi que la diversification vers des histoires d’usines, des dossiers précis (exemple : le coup médiatique autour la création d’Elf), ou des sujets 2 roues, road trips, essais menés naguère entre autres par Niko. Disons que l’intérêt, s’il reste réel, s’est un peu limité au profit d’une parution toujours volumineuse et régulière. Est ce un ressenti ou une réelle tendance éditoriale ?

Paul

Le 11/12/2018 à 14:40

Le rythme et le type de sujet reste le même, les histoires d’usines continuent, et les sujets, comme auparavant, marient histoire générale des modèles et déclinaisons particulières ou sportives, et même histoire parallèle (récemment, Mai 68 ou Freddie Mercury). Je pense que c’est plus un ressenti qu’une réalité, mais je peux me tromper.

Schiacciaghiaccio

Le 27/12/2018 à 23:26

La faute en revient plus à cette voiture qu’au rédacteur, il me semble. Ces marques allemandes manquent tellement de charme…

Pepito

Le 13/12/2018 à 10:35

La petite anecdote qui « pétille » ne peut pas être présente dans chaque article, mais elle est souvent présente, c’est ce que j’aime sur BR. Cet article fait un peu descriptif, je suis d’accord avec vous. J’y ai appris des choses mais j’ai eu l’impression d’une lecture un peu rapide. Quelques photos supplémentaires seraient intéressantes, voire la brochure d’époque merci pour votre travail en ces temps autophobes, aseptisées et sans passion

Aurél'

Le 13/12/2018 à 13:09

Petite anecdote sur ce modèle : c’est elle qui amené la mode des fonds blancs et des inserts carbone dans l’habitacle.

A part ça, elle représente une époque où rouler en Audi était « décalé », avant que les racailles et les « nouveaux riches » (ou ceux qui veulent prétendre et le montrer) ne s’approprient la marque…

Grégory Lopez

Le 13/12/2018 à 13:40

Même ressenti sur cet article en particulier (aussi lisse que le design d’une S2!) mais ce serait faux de dire que tous les articles sont comme ça, il y a encore beaucoup de pépites.
Une question me taraude: mais quelle est la réserve de voitures Boitier Rouge et pour combien de temps en a-ton encore? (un peu comme le pétrole)

Lionel Peuch

Le 13/12/2018 à 16:03

Ayant eu la chance de posséder une RS2, je me dis que je m’ennuierais avec cette voiture. Il y manque quand meme presque 100 cv 😉

Laisser un commentaire