Audi S6 Plus : collector méconnu !

Lundi 1 février 2016
Retour

A l’époque encore, Audi n’était pas tout à fait l’Audi que l’on connaît aujourd’hui. Après avoir renoué avec les succès sportifs dans les années 80, grâce à la Sport Quattro (lire aussi : Audi Sport Quattro), la marque aux anneaux abordaient les années 90 avec la ferme intention de transformer l’essai durablement. C’est ainsi qu’apparurent les coupé S2 (sur base de coupé Audi 80), les Audi 100 S4 et la fabuleuse RS2 en 1994, initiatrice du sigle qui aujourd’hui encore désigne les modèles les plus sportifs (lire aussi : Audi RS2).

L'Audi RS2 Avant, l'inspiratrice de la S6 Plus !
L’Audi RS2 Avant, l’inspiratrice de la S6 Plus !

Si la RS2 avait été en partie assemblée chez Porsche, Audi ne tenait pas à « dépendre » d’une autre marque, fut-elle aussi prestigieuse ! C’est ainsi que naîtra la société Quattro GmbH, qui aura pour mission de produire pour la société mère des modèles à tempérament sportif, à l’instar de Motorsport pour BMW, ou AMG qui venait d’entrer définitivement dans le giron de Mercedes. Après avoir oeuvrer à la restauration de quelques Sport Quattro pour le compte de riches clients, Quattro GmbH va vraiment lancer son activité avec l’Audi S6 Plus, première voiture réalisée par la nouvelle filiale, et donc particulièrement désirable sur ce point (mais pas seulement, nous le verrons plus tard).

L'Audi 100 S4 / Audi S6 donne sa base à la S6 Plus
L’Audi 100 S4 / Audi S6 donne sa base à la S6 Plus

Auparavant, Audi avait déjà dynamiser son Audi 100 avec deux versions sportives, la S4 classique dotée d’un 5 cylindres turbo boosté à 227 ch, et la S4 V8 4.2 litres, qui s’octroyait le moteur de la berline V8 (lire aussi : Audi V8) et de la récente A8 (lire aussi : Audi A8), et ses 276 chevaux. Avec ces cavaleries, les deux 100 S4 (qui deviendront en 1995 des S6, l’Audi 100 C4 classique devenant A6, histoire de coller avec la nouvelle nomenclature instaurée par l’A8), en offraient déjà beaucoup.

S6+ 05

Pour inaugurer le passage chez Quattro GmbH, il en fallait beaucoup plus, d’où son nom S6 Plus. Si elle ne porte pas le sigle RS, comme la RS2 ou ses filles RS6, elle en est totalement digne, par sa puissance, ses performances, son look et sa rareté ! Et puis, il s’agissait de fêter dignement la fin de la plate-forme C4 qui allait bientôt laisser la place à la C5 (pas la Citroën, la nouvelle plate-forme de l’Audi A6) !

S6+ 04

Pour cela, le V8 4,2 litres à 32 soupapes est retravaillé pour obtenir 326 chevaux, soit 50 de plus que la S6 « classique », tandis que les suspensions, les freins et quelques menus détails seront revisités à la sauce Quattro pour plus d’efficacité et d’exclusivité. Côté carrosserie, quelques détails comme le spoiler (et le logo S6 Plus) permettent de différencier cette S6 Plus d’une S6 classique, ainsi que des jantes spécifiques à 6 branches. Deux couleurs étaient proposées (Rouge Misano, et Bleu Nogaro), mais vous pouviez tout de même choisir une autre couleur sur demande. A l’intérieur, les changements sont minimes, si ce n’est le carbone qui remplace les boiseries, et l’Alcantara sur les sièges rappelant la couleur de la peinture.

S6+ 01

S6+ 02

C’est en 1996 que sera présentée cette S6 Plus, qui ne sera commercialisée que pendant un seul millésime, 1997. Voilà qui explique sa rareté, outre son prix : produite une seule année, elle devenait collector d’office. Seuls 952 exemplaires seront produits, la majorité en version Avant (seules 97 berlines seront commandées). Célébrant la fin de la plate-forme C4, inaugurant l’activité Quattro, produite une seule année, à moins de 1000 exemplaires, capable du 0 à 100 en 5,6 secondes (ce qui n’est pas donnée à toutes les berlines de cette taille), autant d’arguments qui plaident en sa faveur. Surtout qu’elle reste plutôt dans l’ombre des RS6 qui lui succéderont.

S6+ 03

Aussi, si vous compulsez maladivement les petites annonces à la recherche d’une perle rare, faites bien attention à ce petit + qui pourrait tout changer. C’est le signe que vous tenez là une voiture particulièrement intéressante, et tout à fait dans l’esprit Boîtier Rouge, pour beaucoup moins cher qu’une Audi RS2 devenue presque inabordable aujourd’hui (et moins logeable!). Avis aux amateurs !

Lire aussi : Audi RS3

Images : Fourtitude.com / Audi AG

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Articles associés

11 commentaires

Greg

Le 02/02/2016 à 11:54

Méconnue, d’accord, mais collector, pourquoi?
Parce que son manque de notoriété, face à une BMW M5 bien établie, et un prix extravagant lui ont valu une diffusion très limitée?
En outre le peu de modifications apportée par rapport à une S6 suffit-il à lui donner un caractère réellement « exclusif », comme à la RS2 (damned, encore elle!)?
C’est une petite préparation d’usine (qui a dit « tuning »?) sur la base d’une S6 déjà bien « tapé » à l’origine.
Les vrais amateurs la choisiront en connaissance de cause; pour ma part je dois reconnaître encore une fois mon manque total d’émotivité face à une Audi.

Richard.

Le 29/02/2016 à 11:52

La différence par rapport à une S6 bien « tapé » qu’elle soit en 2.2 turbo 20v (Moteur AAN) ou 4.2 290ch (Moteur AEC), réside notamment dans son assemblage, et oui la S6 plus (Moteur AHK) était assemblé chez QUATTRO GMBH, le type mine est Q1 sur la carte grise! Et reste la première Audi assemblé chez QUATTRO GMBH (équivalent du département M de chez BM), ce qui la distingue des autre S4/S6 châssis C4 beaucoup plus « mainstream ».
Quant au prix il était équivalent à la concurrence, c’est tout.

Jean

Le 02/02/2016 à 13:47

Bonjour,

bah pour moi cette S6 est un peu, en quelque sorte, l’ultime évolution de l’Audi « innovateur » (cf le 5 cylindres, le procon-ten, le quattro…), l’Audi qui proposait des solutions techniques intéressantes à défaut d’être réellement innovantes, et avant le look photocopieuse d’aujourd’hui.

Le souci, à mon avis est que par rapport à une S6 V8 normale, voire même aux ür-S4, le quidam ne verra pas de différence alors que pour la M5 ou la E500 (bon, ok, au moment ou cette S6 sort c’est la E50 AMG qu’il y a en face), c’était tout de même un peu moins subtil.

Reste que cette auto n’a été diffusée qu’en Europe, donc j’imagine que chez nous trouver « the real deal » (et pas un exemplaire maquillé) va demander à être patient.
Tiens Paul, une question; puisque l’on parle cruisers allemands justement, as-tu prévu de faire un article sur la E50AMG? sur les Alpina?

Paul

Le 02/02/2016 à 13:49

Il y a déjà quelques Alpina sur BR… et si l’AMG E50 n’est pas encore là (ca viendra) il y a déjà la Brabus 6.5 E500 😉

Jean

Le 03/02/2016 à 02:06

Oh purée j’avais pas vu :-/ En plus il y a ma favorite de toutes les Alpina, la B7 E28!
Toutes mes confuses alors tant BR est un régal niveau lecture et collectors.

Olivier

Le 06/02/2016 à 08:11

Peut-être moins désirable qu’une M5 contemporaine, cette « C4 » est le chaînon qui a permis à Audi de passer d’outsider à leader de la catégorie « des berlines qui déboitent » avec la « C5 » RS6 suivante !

Daniel

Le 18/12/2016 à 19:37

Salut Paul,

Je vis aux États-Unis (NY) où les S2, RS2 et S6 Plus n’ont pas été vendus. Depuis plus d’un an, je me suis concentré sur l’achat d’un RS2 dans l’UE. Comme vous l’avez dit, les prix sont trop élevés donc je n’ai jamais tiré sur la gâchette. Je suis venu très près, en visitant et en testant 2 exemples en Espagne.

Après de nombreuses rencontres décevantes (en personne et en ligne), j’ai décidé d’aller avec le Plus. Aux États-Unis, les C4 URS4 / S6 Sedans et Avants ont un culte actif suivant. Mon pilote quotidien est un 1993 URS4, ces voitures étaient bien construites, facile à modifier et polyvalent. Avants commandent le plus de respect parmi les loyalistes américains.
Dans quelques années, je pourrai importer mon S6 Plus d’Espagne si elle attend. J’ai acheté la voiture en fonction de l’histoire, la rareté, et mon expérience passée avec la plate-forme C4. Je possède également un M3, mais avoir le Plus est de loin (pour moi) une expérience enrichissante.

Je fais écho à vos sentiments à ce sujet étant un collectable (sous-estimé). Si elle devient une ou non, ce Plus a une place solide dans l’évolution d’Audi.

Hi Paul,

I live in the US (NY) where the S2, RS2 and S6 Plus were not sold. For over a year I focused on the purchase of an RS2 in the EU. Like you said, the prices are too high so I never pulled the trigger. I came very close, visiting and test driving 2 examples in Spain.

After many disappointing (in person and online) encounters, I decided to go with the Plus. In the US, the C4 URS4 / S6 Sedans and Avants have an active cult following. My daily driver is a 1993 URS4, these cars were well built, easy to modify and versatile. Avants command the most respect among the US loyalists.
In a few years I will be able to import my S6 Plus from Spain were it waits. I purchased the car based on history, rarity, and my past experience with the C4 platform. I also own a M3 but having the Plus is by far (for me) a rewarding experience.

I echo your sentiments about it being a collectable (understated). If it becomes one or not, this Plus has a solid place in Audi evolution.

Garycooper42

Le 30/04/2017 à 07:35

Hello. Mon bestfriend à depuis peu un + en berline (96ex) et un s6 normal 290ch et j’ai eut un.S4 avant (AAN)

Sur le sujet il est indiqué 50ch de plus que la version normal
De 290 a 326 sa ne fait 36ch mais la difference apparement ce fait bien sentir le pont etant aussi plus.court.
Et il est indiqué que l’alcantara est en rapport avec la.couleur carrosserie.
Le sien d’origine est cuir noir et alacantara gris clair et violine/Bordeau en carrosserie .

Méconnu mais exclusif tout de même!!!

Audi A6 fan

Le 28/08/2017 à 23:54

Oui on n’oublie pas le changement apporté par la commercialisation de ce modèle S6 en Europe et qui a donné des ailes à la firme allemande sur cette niche Berline assez particulière comme même.

Suisse

Le 29/04/2018 à 18:49

La légende raconte qu’elle aurait dû s’appeler RS6 mais que Porsche aurait opposé son véto. Légende ou réalité, peu importe ! Elle reste une alternative fort intéressante à sa petite sœur la RS2 aussi bien aujourd’hui qu’à l’époque pour qui cherche une voiture performante et fiable au look passe-partout. Un véritable « sleeper » qui marque l’avènement d’Audi au niveau de ses concurrents Allemands.

belles femmes photos

Le 15/01/2019 à 21:52

Un ami US dira : « Amazing car » avec plein de beauté comme si c’était une commande d’une belle femme alors qu’elle ne l’est pas !

Laisser un commentaire