Austin Allegro: mauvais tempo ?

Publié le dimanche 7 janvier 2018.
Mis à jour le lundi 26 novembre 2018.
Retour

Bide : ce mot ne désigne pas seulement la surcharge pondérale d’un buveur de bière mais aussi n’importe quelle chose ou acte n’ayant pas rencontré le succès escompté. Et s’il y a un domaine dans lequel définir un bide est complexe, c’est bien l’automobile. Cela dépend généralement de plusieurs facteurs : investissements, chiffres de production, fiabilité…. Je vais donc prendre un exemple : l’Austin Allegro. Même si on ne peut pas vraiment la qualifier de bide, l’Allegro marque pourtant le début de la fin pour l’industrie automobile britannique. Alors, tâchons de voir son niveau de « bidonnage ».

Tout d’abord, replaçons-nous dans le contexte : depuis 1968, les groupes British Motor Holding et Leyland s’allient afin de créer la BLMC (British Leyland Motor Corporation) regroupant désormais une dizaine de marques autos. Une fausse bonne idée : Des gammes vieillissantes, des modèles entrant en concurrence les uns les autres ou se vendant mal, outils de production dépassés, aucune synergie entre les différentes marques… Plus une trésorerie des plus réduites. Rajoutez par-dessus ça des grèves et mouvements sociaux et vous trouverez tous les ingrédients pour un mauvais départ.

Chez Austin, il y a certes la Mini, qui, si elle continue de bien se vendre, accuse déjà le poids des années, mais la relève peinera à venir. Un cran au-dessus, les 1100/1300 (ou ADO16) ont également fait leur temps. Ces modèles ayant beaucoup plu sur leur marché national, mais également sur le continent dans certains beaux quartiers ou en Espagne par exemple. C’est justement dans ce pays qu’aura lieu en mai 1973 la présentation de leur succession, l’Allegro, bien qu’elle n’y fût jamais vendue malgré la présence du groupe via Authi.

Alors que la Grande-Bretagne vient d’accéder à la CEE (on est loin du Brexit…), l’Allegro doit représenter un certain renouveau pour la marque : si sous le capot les motorisations se partagent entre les blocs A+ (leurs origines remontant à…1948 !) 1100 (46ch) et 1300 (58ch) des Mini et ADO16, et les 1500 (69ch) et 1750 (91ch) repris de la Maxi (sorte de R16 sauce à la menthe, lire aussi : Austin Maxi), elle se signale par ses dimensions accrues et un style disons… gonflé. Dans tous les sens du terme !!!

Au moment où la mode est aux lignes anguleuses, il fallait oser et ça ne manquera pas de susciter la controverse, tant dans la presse qu’auprès du public. En vérité le dessin original, due à Harris Mann présenter une allure plus profilée que les contraintes de production malmèneront au final. On note notamment l’absence de hayon, accessoire de plus en plus répandu. L’Allegro fut d’ailleurs souvent comparé aux Alfasud et Citroën GS, souffrant du même handicap.

A l’intérieur, un autre élément fera jaser : le volant appelé « Quartic », de forme carrée avec les coins arrondis, genre écran télé Grandin de mamie. On expliquera sa présence par une amélioration d’accès à bord et de lisibilité de l’instrumentation, d’ailleurs peu fourni sur les premiers modèles. Il s’avérera, dans les faits, peu pratique en manœuvre.

L’innovation est également au rendez-vous côté suspension : après l’Hydrolastic, voici venir l’Hydragas : les roues de chaque côté sont interconnectées (comme sur une 2CV !!!) par transfert de fluide. Mais les cônes en caoutchouc de sa devancière sont remplacés par des sphères remplies d’azote… Un genre d’hydropneumatique discount en quelque sorte… En France, bien qu’annoncée pour le début de l’année 1974, il faudra attendre octobre pour la voir débarquer chez nous avec une gamme de 3 modèles : 1100 deux portes, 1300 quatre portes et 1500 Spécial quatre-portes. Chose originale : chaque version dispose de sa propre calandre avec des barrettes verticales, horizontales ou dessin hexagonal.

En Italie, Innocenti produit une version locale nommée Regent depuis janvier. Mais proposée à un tarif excessif face aux Alfasud et Fiat 128, c’est peine perdue et après 11.213 exemplaires, la fabrication est stoppée à peine 18 mois plus tard… Les conflits sociaux influant sur la qualité de fabrication et les problèmes de mise au point (notamment de suspension) et de fiabilité auront raison d’elle et lui vaudront une mauvaise réputation durant toute sa carrière.

Les anecdotes sur le sujet sont légions : sur les premiers modèles, on risquait par exemple d’éclater la lunette arrière si on levait l’auto pour remplacer la roue arrière en cas de crevaison. Les défauts de fabrication aussi valent le détour : des filets de caisse peints non assortis de chaque côté ou une planche de bord baladeuse, tombant au gré des chocs… Ou encore des peintures « peau d’orange » ou des suspensions mal serrée… Et cette légende d’un exemplaire sorti en deux portes d’un côté et quatre-portes de l’autre !!!

Vous en voulez encore : un ami m’a raconté qu’à l’époque, un de ces potes eu l’idée (saugrenue ?) d’acheter une Allegro, neuve qui plus est. Peu de temps après son achat, en claquant un peu fort la portière, le ciel de toit lui est tombé dessus ! British Leyland réglera ces problèmes au fil du temps, la production des modèles destinés au continent sera désormais assurée par l’usine belge de Seneffe, permettant à l’Allegro de gagner en fiabilité. Mais pendant ce temps, la part de marché de la British Leyland s’effondrait. Ford et Vauxhall, qui proposaient des modèles plus attractifs, prirent le dessus sur le marché britannique qui s’ouvrait alors à la concurrence européenne du fait de son entrée dans la CEE, mais aussi japonaise. L’année 1975 verra en juin l’apparition d’une variante break nommée « Estate ». D’allure utilitaire, il présente la particularité de n’être disponible qu’en 3 portes, à l’instar de l’Alfasud Giardinetta. Une version qui sera peu diffusée de ce côté-ci du Channel.

Peu de temps après, l’Allegro, sous l’appellation « série 2 », subit un certain nombre d’améliorations au niveau de l’habitabilité (tablier avancée et banquette reculée de 7,5 cm) et de la suspension (assouplissement à l’avant, durcissement à l’arrière et diminution de la pression des pneus !). Les cardans ainsi que les supports moteurs sont également modifiés et la calandre est unifiée.

Autre évolution notable : la disparition du volant Quartic, déjà abandonné sur certaines versions destinées au marché britannique. Et justement sur ce marché, alors que British Leyland est nationalisée, l’Allegro atteindra avec peine la 5ème place des ventes les meilleures années. C’est loin des objectifs espérés. En France pour 1976, ce sont seulement 3580 exemplaires qui seront écoulés cette année-là. Pour 1977, les choses ne s’arrangent pas : l’usine de Longbridge se trouvant régulièrement bloquée par les grèves successives, une partie des autos destinées pour la Grande-Bretagne sont désormais construites… en Belgique ! Cela n’empêche toutefois pas l’introduction d’une variante à boite automatique dans la gamme. Disposant de quatre rapports, cette nouvelle transmission est fournie par la société Automotive Products, à l’instar de celle utilisée sur la Mini. Sa fiabilité plus que discutable accélèrera le retrait de cette version du catalogue…

Sur le continent, l’usine belge prend l’initiative de généraliser le montage des double-optiques rondes déjà vus sur certaines versions. Cela au bénéfice de l’éclairage qui était jusque-là digne d’une Mobylette ! Toutefois, sur le plan esthétique, cette modification donne désormais à l’Allegro un regard quelque peu ahuri ! Chez nous, l’Allegro est dépassée en termes de ventes par les Toyota Corolla et Mazda 323, bien qu’assujettis aux quotas. Pourtant, près de 4000 unités furent vendus dans l’Hexagone, l’année précédente marquant le zénith commercial du modèle. 1979 verra la naissance de l’Equipe, série limitée à 2700 exemplaires. Destinée à concurrencer la Golf GTI (??) mais surtout à rajeunir l’image du modèle, elle se distingue par sa caisse à 2 portes alliée au 1750 de 91ch accouplé à une boite cinq-vitesses, mais surtout par sa décoration noir mat et ses bandes rouges et oranges.

Deux mois plus tard, en septembre, débarque la « série 3 » qui voit l’avènement du « tout plastoc » noir mat avec pare-chocs, essuie-glaces, rétros, baguettes et spoiler, ce dernier abaissant le Cx (0,44 à 0,40) et la conso (de 6 à 14%). Bien que la partie arrière est retouchée, l’Allegro se passe toujours de hayon, un élément devenu indispensable pour une auto de cette catégorie. D’ailleurs, à la même époque, la GS adopte une 5ème porte en se muant en GSA. L’Alfasud fera de même l’année suivante…

Pour le reste, la suspension est une nouvelle fois revue et le moteur 1,5l voit sa puissance grimper à 78ch grâce à l’adoption de deux carbus. A l’intérieur, une nouvelle planche de bord est montée, utilisant des éléments d’autres autos du groupe (aérateurs de Jaguar, commodos de SD1…) et à l’équipement enrichi. Mais cette dernière tentative de relance de l’Allegro restera lettre morte (comme les autres…) d’autant qu’elle subit dès lors la concurrence interne de la Triumph Acclaim (Honda Ballade rebadgée) et même de la Metro (munie d’un hayon, elle). L’Allegro vivra, ou plutôt survivra jusqu’en mars 1982 après 642.350 exemplaires produits dont quelques 21.000 vendus en France. Il faudra cependant attendre un an avant de voir apparaitre sa remplaçante : la Maestro.

Alors ? L’Allegro, vraiment un bide ? Pour ce qui est des chiffres, il est vrai que comparer au presque-million d’Alfasud, au quasi-2,5 millions de GS (GSA comprises) citées plus haut ou même au 1,1million de sa cousine Morris Marina (lire aussi : Morris Marina) sans parler de la Golf contemporaine, l’Allegro est plutôt dans le bas du classement. Et bien que les gros problèmes de mise au point et de qualité de fabrication lui causeront du tort, ce n’était pourtant pas une si mauvaise voiture notamment en termes de tenue de route.

On ne peut pas pour autant l’accuser de l’agonie de la British Leyland, mais son début de carrière chaotique qui durera pourtant près de 10 ans en fait un symbole de cette période. Et aujourd’hui ? Si l’on excepte quelques variantes vraiment exclusives comme la convertible de chez Crayford (18 exemplaires seulement !) ou la baroque version Vanden Plas (avec boiseries et cuir svp !), la chasse à l’Allegro sera ardue ! D’après Challenges, en août 2016, il ne restait plus que 170 exemplaires, toutes versions confondues ! Alors si certains d’entre-vous désirent acquérir cette anglaise méconnue, bon courage !

Pour en savoir plus sur ce modèle : l’Allegro sur AROnline

Texte : Quentin Roux

Articles associés

26 commentaires

Patrick

Le 07/01/2018 à 12:35

L’ai tjs bien aimée cette Allegro ! Tout gamin déjà. Attachante et surtout … anglaise (quand ça voulait encore dire quelque chose!). Sinon les solutions techniques n’étatient pas idiotes (bon, d’accord ce volant … façon viande bouillie)

Manquait juste cette pointe d’humour dans le Style, façon Monty Pythons 🙂

Baroque, assurément – et c’est là son charme.

C’est vrai que sa concurrente reste l’Alfasud, plus réussie.

zeboss

Le 07/01/2018 à 13:04

Si la légende des deux portes d’un coté et d’une seule de l’autre est avérée,on atteint là le summum de l’amateurisme qui a tué une grande partie de l’industrie britannique… surtout de cette époque…
A coté de ça, les voitures italiennes font super pro, bon ok, pour se venger les Alfa rouillaient déjà sur les camions de livraison…

Guiot Yvon

Le 08/01/2018 à 11:13

Mon beau-frère ayant eu une Allegro, pourtant un « haut de gamme » avec toit vinyl et tout, je peux témoigner qu’elle a rouillé à la même vitesse qu’une Alfasud. 🙁

zeboss

Le 12/01/2018 à 21:09

au moins en avance sur le temps, elles étaient donc biodégradables (à 100% ?)…

Docteur_Oliv

Le 07/01/2018 à 13:18

C’est sûr qu’à cette époque la BLMC s’ingéniait (il ne peut s’agir de simpleS hasardS ! ) à concevoir et « produire » des Trucs complètement intrigants.
PS : Pour les phares rappelle toi les CAPRI 1 et les FIESTA 1….
PPS : la Version 2 portes rouge a un Arrière qui me rappelle la POLO Fox ??

Olivier S

Le 07/01/2018 à 14:41

J’ai vécu en Angleterre pendant presque toute la décennie 90, comme étudiant et jeune professionnel. Tous mes copains et copines roulaient encore avec des anciennes bagnoles des années 70 bon marché (moi-même avec un succesion rapide de DAF66, Datsun Cherry Coupé, Austin Mini Estate HLE, Opel Kadett C, Citroën GSA, 2CV et 4L entre autres). Donc quelques-uns en Allegro (souvent passé en cadeaux au fils ou la fille par les parents, comme 1ere voiture a 17ans).
.
En 1991, les Allegros étaient encore présentes au quotidien une peu partout, mais l’image – il n’y avait presque pas pire (bon, l’affreuse Morris Marina était vraiment encore plus bide….).
.
On l’a appelé la « flying pig »! 😀
.
C’était la bagnole des vielles grand-mères, avec un « street cred » au niveau d’une Polski-Fiat 125p rincée de ’79… On pouvait encore s’en procurer pour £350.- avec un an d’MOT (CT) et tax disc valable un peu partout.
.
En 1998, l’année ou j’ai quitté le UK, il y en restait presque plus – aucune au sud-est de l’Angleterre ou j’habitais (Londres et Brighton), quelques unes encore présentes dans les Midlands, le sud-ouest, le Pays de Galles et le Nord.
.
Au cours des années 90, toutes les Allegros sont passés a la casse, souvent remplacés par des Japonaises Made in UK avec une qualité d’assemblage sans reproche, surtout par d’innombrables Nissan Micra et Bluebird, Honda Civic et Accord ou la Carina E de Toyota UK. Même clientèle en neuf.
.
Par contre, en réalité, elle était pas si mal, en comparaison directe avec ses contemporaines qui elles aussi souffraient souvent de nombreuses incompétences…
.
La conception de l’Hydragas était superbe: Il n’y a pas d’autre voiture compacte contemporaine avec un confort et une tenue de route tellement supérieure, sauf la Citroën GS / GSA bien sur. Ça faisait tapis roulant, aucun problème de foncer au-dessus des bosses « sleeping policemen » a pleine vitesse!
.
Les moteurs, bien que d’ancienne conception mais avec beaucoup de couple a bas- et mi-régime, assurent qu’il y a toujours un certain plaisir de conduire a bord, même en surcharge.
.
On a repris ce système Hydragas pour les premières versions des sportives mid-engine MG F en ’95! Est c’est celles qui roule bien mieux que la MG TF plus tard en 2002!
.
Ça rouillait beaucoup, mais pas plus que n’importe quelle bagnole française ou même Ford / Vauxhall ou Golf I de la même époque. L’Alfasud était bien pire…
.
J’en aurait certainement eu une, mais l’absence de hayon la rendait inutilisable a mes besoins – les versions Estate déjà devenus très rare a l’époque.
.
L’heureux proprio qui en a gardé une (ou qui possède une bonne base de restauration)!
.
C’est devenu plus rare qu’une Rolls-Royce Corniche, même en Angleterre!
.
En UK, elle a un peu l’image de culte 70 comme l’AMC Pacer aux USA – un peu bide, mais tellement différent en conception que ça lui donne un caractère historique sans pair!
.
Une Allegro II en version volant carré quartic a couleur « vert fleur de tilleul » tellement 1975, c’est devenu le graal de frime automobile absolu des hipsters barbus d’Islington ou de Brighton!

Germain

Le 07/01/2018 à 15:18

C’était la période des grèves et des mouvements sociaux, la période où la dame de fer a sacrifiée l’industrie au profit de la finance, un contexte où la production tenait plus du sabotage, une période où les britanniques eux mêmes ont boudé leurs propres voitures, les riches ont pris des allemandes, la classe moyenne des japonaises ou des françaises, et les pauvres, des voitures soviétiques.

Max

Le 07/01/2018 à 20:20

Je dirais plutôt que l’industrie s’est sacrifiée toute seule, pour les raisons que vous évoquer dans la deuxième partie de votre phrase.

Il y a clairement eu un « avant » et un « après » pour l’industrie automobile britannique et l’Allegro a eu le tort de se trouver en plein dedans…

Max

Le 07/01/2018 à 20:21

« évoquez », pardon.

Thierry

Le 07/01/2018 à 19:33

Mon père en avait une en 1974/75 d’une couleur marron rouge foncé, le confort était pas mal quand la concession ne gonflait pas trop le système, car une fois il en est revenu avec la garde au sol d’un Duster, et un amortissement bout de bois ! Sinon le moteur avait un prix sympa, il n’a eu aucun soucis avec cette série 1.
Vendue (reprise) pour une GS 1976, elle même reprise pour une Golf 1981.

Docteur_Oliv

Le 08/01/2018 à 07:49

Effectivement nous avons construit des remorques sur la base du « cadre AR » de Mini ou AUSTIN 1100 en 1975 / 80.
Mini = inconduisible SANS charge. ça rebondit dans tous les sens
AUSTIN, les suspensions sont gonflables donc on peut « régler ». Attention il y a des barres montées « à l’Anglaise » qui font office d’Antiroulis il faut les débrancher.
Avantage c’est du 12″ alors que la Mini est en 10″

Gds

Le 07/01/2018 à 20:02

On peut dire qu’en termes de design et intérieur, les ingénieurs n’ont pas étés mollo sur l’Allegro.

Damien vatine

Le 07/01/2018 à 21:00

C’est dingue, je regarderai hier encore sur LBC une petite anglaises pour remplacer la 620Ti. Je n’ai trouvé qu’une allegro et c’est une épave . Je me ferais bien un petit trip avec une metro/allegro/acclaim enfin ce genre de truc quoi!

Wolfgang

Le 08/01/2018 à 01:02

La peinture peau d’orange, ça existe toujours.
J’ai vu ç sur une vw neuve récemment…

Jean-Yves

Le 08/01/2018 à 09:39

Une porte d’un côté, deux de l’autre : j’ai vu ça sur une Peugeot à Poissy.
Mais au moins elle ne sortait pas de l’usine et servait de véhicule de service.
Ça faisait bien rigoler les gars.

Corail77

Le 08/01/2018 à 13:05

Peugeot 309 break ?

Jean-Yves

Le 08/01/2018 à 23:47

C’était en 2004 ou 2005
A l’époque l’usine sortait des 306.
Et aussi les premières 1007, qui n’ont pas duré bien longtemps

depassage

Le 08/01/2018 à 10:00

Petite coquille : « En vérité le dessin original, due à Harris Mann présentAIT une allure plus profilée « 

Guiot Yvon

Le 08/01/2018 à 11:18

Est-ce que Citroën,himself, ne reviendrait pas à ce système de suspension pneumatique simplifiée? Un comble!

François

Le 08/01/2018 à 12:05

Elle n’était pas si mal l’Allegro, en tout cas sa rareté la rend plus désirable. L’absence de hayon, réservée à la seule Austin Maxi à l’époque, n’a pas facilité sa carrière. Mais elle mérite que l’on s’y intéresse.

Lionel

Le 08/01/2018 à 14:32

Revoyez ce passage avec Clarkson qui compare l’Allegro et la Marina, poilant…
https://youtu.be/3UJfbunHVuc
Sinon, ici en Suède, il y en a une à vendre… https://www.blocket.se/blekinge/AUSTIN_ALLEGRO_1300_Super_76547259.htm?ca=15&w=3
Si quelqu’un est vraiment motivé, je peux aider 😉

Docteur_Oliv

Le 08/01/2018 à 14:56

En effet CLARKSON est …impayable !
PS : Paul saurais-tu pourquoi le lien n’apparait pas dans le Mail reçu ?
Pour le 2ème lien (bien visible dans le mail ) je m’interroge quant à la marque : VW ?

Georges

Le 11/01/2018 à 00:50

A l’époque j’avais fini par lui trouver du charme avec son toit en vinyle.
Je ne suis pas sur si c’était sur ce modèle mas le mélange de peinture blanche et toit en vinyle bleu…, tout le charme des particularités anglaises !

Frédéric

Le 14/01/2018 à 17:54

Ma mère a eu une allegro orange, je me rappelle que gamin je lui demandais de me déposer plus loin que l’école… Elle ne l’a gardé qu’un an, la fiabilité était désastreuse… elle a déclaré forfait quand la malle du coffre s’est détachée en roulant 😐

rama

Le 13/04/2018 à 01:43

Mes parents avaient eu aussi la « bonne » idée d’en acheter une neuve, en 1977 je crois. J’ai toujours trouvé la ligne plutôt jolie. La notre était bordeaux. L’intérieur était en skai marron clair du plus bel effet, mais qui brûlait les cuisses l’été. A l’époque il n’y avait aucune sécurité passive ou active, et je me souviens que l’on hésitait pas, enfant, à passer de l’arrière vers l’avant même sur autoroute!
La fiabilité était désastreuse, il y avait toujours un truc qui n’allait pas. Je me souvient une fois de la pédale d’embrayage qui s’était déboîtée. Les suspensions faisaient aussi des trucs bizarres, la voiture penchait parfois d’un coté, ou de l’autre… Le pire dans la nôtre, c’était l’électricité. Nous sommes tombés en panne une nuit sur l’autoroute. La voiture s’éteint, le moteur se coupe, on a traversé deux voies dans le noir juste avec l’élan pour se réfugier sur la bande d’arrêt d’urgence! Bien entendu les feux de détresse étaient aussi aux abonnés absents. Une fois réparée, mon père l’a littéralement bradée, il ne voulait plus en entendre parler. Il racheta à la place une Dyane 6 vert pomme plus rustique, mais autrement plus solide.

Cédric

Le 16/12/2018 à 23:32

J’ai le plaisir d’en posséder une de 78 que j’ai rachetée il y a six moi et qui est en cours de restauration.
C’est une voiture attachante et qui se distingue par sa rareté, surtout dans l’hexagone où elle n’a jamais été appréciée à sa juste valeur.

Laisser un commentaire