Autobianchi Y10 Turbo « AC » Chardonnet : la bombinette ultime

Samedi 24 mai 2014
Retour

Il fut un temps ou les importateurs d’automobiles en France étaient de vrais passionnés. Je vous avais déjà parlé de Jacques Poch (lire aussi : Jacques Poch), mais il y eut aussi (et surtout) André Chardonnet. Je me réserve son histoire pour un futur article, mais il avait la passion automobile dans le sang, et ne se contentait pas d’importer des voitures (essentiellement d’Italie) : il en faisait des séries spéciales pour mieux les vendre en France, créant par ricochet des collectors aujourd’hui.

Y10 AC 01

C’est le cas avec l’Autobianchi Y10 Turbo (lire aussi : Autobianchi / Lancia Y10). Cette petite bombinette à l’italienne fut produite de 1985 à 1989, et disposait d’un turbo faisant passer son moteur d’originie Fiat do Brasil de 55 ch à 85 ch. Vu son poids (840 kg), il y avait de quoi s’amuser. Pourtant, la Y10 Turbo ne fut pas vraiment un succès, avec seulement 13 190 exemplaires produits : la faut sans doute à un chassis pas au niveau qui la rend difficile à conduire (voire dangereuse).

Y10 Turbo 01

Fidèle à son habitude, André Chardonnet décide en 1986 de proposer une série spéciale baptisée « Yearling » afin de doper les ventes de cette mini Gti. Cette initiative n’arrangea pas les choses, puisqu’elle se contentait d’ajout d’un kit carrosserie (spoilers avant et arrière, bas de caisse) pas de très bon goût. Conscient que le comportement de la Y10 était en cause dans sa mévente, André Chardonnet décida d’en proposer une version améliorée à sa sauce, qui portera son nom, en toute modestie : ainsi naquit en 1987 l’Autobianchi Y10 Turbo AC (pour « André Chardonnet).

La Y10 Turbo d’origine

Si l’Y10 Turbo pêchait par son chassis, l’AC, elle, fit l’objet d’un très gros travail permettant de profiter d’un moteur lui aussi retravaillé afin de délivrer 125 ch. L’AC disposait aussi d’une moitié de kit carrosserie « yearling » (seuls les boucliers avant et arrière). Elle offrait des capacités incroyales pour l’époque, bien au dessus des 205 GTI voire 405 Mi16 (selon Vincent de Fresquet, président de l’Autobianchi Club de France), et permettant de dépasser les 200 km/h.

Y10 AC 02

Sur le papier, cette Y10 Turbo AC avait tout pour plaire… Tout ? Pas son prix, puisqu’elle se vendait plus de 100 000 francs (contre 63 000 F pour la Turbo de base). Il faut dire que les transformations étaient conséquentes, mais une 205 Gti 1,6 litres 115 se vendait à l’époque 83 000 F. Inutile de vous dire que la Turbo AC fit un flop, avec deux exemplaires vendus, dont un seul a survécu.

Vous pouvez retrouver la présentation de l’Autobianchi Y10 Turbo AC par Vincent de Fresquet au salon Rétromobile ici :

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

1 commentaire

Maxime Milo

Le 13/09/2017 à 21:29

Bizarre ces critiques récurrentes sur le châssis de la Y10. J’en ai conduit une pendant des années et de façon assez sportive on va dire. Le comportement était assez sain, jamais de sous-virage. J’ai du m’en séparer car la transmission entre la boîte et le levier de vitesse s’était cassé.

Laisser un commentaire