Avanti 4 Door Sedan : fin de lignée

Publié le mardi 6 juin 2017.
Mis à jour le vendredi 30 novembre 2018.
Retour

L’Avanti, née Studebaker avant de vivre sa propre vie, est une voiture étonnante (lire aussi : Studebaker Avanti). Dessinée par une équipe de designers sous la direction du français Raymond Loewy (le pape du design à l’époque), elle n’est pas particulièrement belle, bien qu’originale. Pourtant, elle réussira à vivre une longue carrière grâce à des clients sans doute adeptes du décalage, et à des fêlés prêts à perdre leur chemise pour tenter de faire perdurer cette incongruité automobile. Au cours de sa longue carrière, elle subira de nombreuses retouches esthétiques, et s’offrira un étrange dérivé à 4 portes : l’Avanti 4 Door Sedan.

Au début des années 60, Studebaker avait réfléchi à une version 4 portes de l’Avanti

Dès les les débuts de l’Avanti en avril 1962, les équipes de Studebaker avait pensé sortir une version à 4 portes du petit coupé. Deux prototypes furent réalisés mais la chute de la petite firme américaine ne permit pas de passer à la production. Lorsque l’outillage, les plans de l’Avanti et l’usine de South Bend furent racheter par deux anciens concessionnaires de la marque, seule la version coupé, dite Avanti II, fut mise à nouveau en production, et on enterra le projet d’une berline.

En haut, une version Coupé short wheel base, et en bas, la version LSC Long wheel base

Après de nombreux changements de propriétaires, c’est au tour de Michael Kelly de reprendre la petite affaire en 1986. Il a dans ses projets l’idée d’une version rallongée de l’Avanti, la Luxury Sport Coupe (LSC) : il faut selon lui proposer aux américains une plus grande voiture pour dynamiser les ventes. L’intention était bonne, mais la voiture ne rencontrera pas le succès, avec seulement 40 exemplaires vendus entre fin 1987 et 1988. Il faut dire qu’entre temps, la petite firme a déménagé, quittant le site historique de South Bend pour Youngstown dans l’Ohio. Pas évident de mener de front la production et le déménagement, surtout quand les finances sont exsangues.

Pour recapitaliser Avanti, Michael Kelly va ouvrir le capital à John J. Cafaro, qui prendra un peu 47 ,5% des parts en 1987, puis finira par monter à 95 % dès l’année suivante. Pour lui, la solution pour changer enfin de dimension, c’est de proposer non pas une version longue du coupé, mais bel et bien une berline, à 4 portes. S’inspirant des travaux réalisés par Loewy et les équipes de Studebaker, il va donc lancer l’Avanti 4 door Sedan, ou Touring Sedan. Présentée au New York International Automobile Show en mars 1989, elle rentre en production mi-89 (année modèle 1990).

Esthétiquement, l’Avanti était déjà « spéciale ». Avec deux portes de plus, autant dire qu’elle devient très particulière. Mais Cafaro y croit dur comme fer, à tel point qu’il va décider de ne proposer que ce nouveau modèle en 1990. Pourtant, la voiture va elle aussi rencontrer un échec cuisant. On estime sa production entre 90 et 104 exemplaires. Elle ne sera produite que cette année-là, Cafaro reprenant la production du coupé et du cabriolet dès 1991, pour finir par jeter définitivement l’éponge cette année-là, par manque de moyens.

En 1989, Avanti produisait 200 voitures, en 1990 seulement 90, et en 1991, seuls 7 exemplaires sortiront des chaînes. La fausse bonne idée d’une 4 portes aura au contraire précipité la petite entreprise vers la faillite. Michael Kelly tentera de relancer la marque entre 2001 et 2006 (les derniers modèles seront d’ailleurs fabriqués à Cancun, au Mexique), avec des « nouvelles Avanti » sur base Firebird TransAm puis Mustang, sans réussite (l’affaire se terminera en scandale financier, Kelly étant arrêté pour fraude dans une sale affaire de pyramide de Ponzi).

Reste qu’on trouve encore quelques 4 Door Sedan aux USA, à des tarifs relativement bas pour une voiture aussi rare. Seuls 22 exemplaires sont recencés pas l’AOIA (Avanti Owners International Association).

Articles associés

2 commentaires

Philippe CENTA

Le 06/06/2017 à 20:47

Je n’avais pas fait le rapprochement avant que je sache et vois qu’il a existé un projet de berline (pas la mocheté finale mais celle des sixties) : il y a une parenté stylistique entre Saab 99 et Avanti. Et pourtant pas trace de Loewy dans la genèse de la SAAB dessinée par Sixten Sason.

Malo

Le 07/06/2017 à 16:22

Je trouve la ligne de l’avanti coupe plus réussie que la type e loewy. Mais la Lancia flaminia loraymo est géniale !

Laisser un commentaire