Baur TC4 : la BMW E36 la plus inutile et la plus désirable

Samedi 15 octobre 2016
Retour

Voilà une voiture « qu’elle est très Boîtier Rouge » : la Baur TC4, basée sur n’importe quelle Série 3 E36, de la 316i à la M3, pour peu qu’elle soit 4 portes. Totalement inutile, donc totalement indispensable, donc totalement BR, la TC4 est une pièce de choix pour une collection décalée. J’avais déjà parlé de Baur pour présenter brièvement sa production étonnante (lire aussi : Carrosserie Baur), mais j’avais envie de vous parler de ce dernier modèle réellement produit par la « Karosserie » Baur avant son rachat par IVM, cet ultime coup de génie qu’est la TC4 : fallait être un poil malade pour oser le landaulet sur une série 3, mais ils l’ont fait, pour notre plus grand plaisir de malades de l’automobile hors norme !

323i-miniature

Mon amour pour Baur remonte à loin, à l’enfance même, avec cette magnifique 323i TC2 modèle miniature que mes enfants utilisent encore, à l’époque ou BMW se reposait sur Baur pour offrir du vent dans les cheveux des clients exigeants, avant de produire son propre cabriolet (lire aussi : BMW Série 3 E30). Et puis, Baur, c’est aussi la boîte qui a « palié » aux insuffisances de Lamborghini pour produire la M1 (lire aussi : BMW M1), et qui a aussi fabriqué un autre jouet bizarre pour le compte de BMW, la Z1 (lire aussi : BMW Z1), sans compter les Porsche 959, fabriquées dans ses ateliers et non chez Porsche. Autant vous dire que Baur, c’est pas de la gnognotte… Malheureusement, avec la fin de la production de la Z1, l’avènement du cabriolet E30, mais aussi E36, Baur se retrouve fort dépourvu au début des années 90.

baur-02

Pour tenter de rebondir, la vénérable officine allemande va jouer la carte du savoir faire (le faux cabriolet) et de l’originalité, en proposant à partir de 1991 cette élégante vision landaulet de la fameuse E36 : de quoi séduire l’amateur du genre, sans trop titiller BMW qui en assure, en outre, la distribution dans son propre réseau. Plutôt que d’une « fabrication », cette TC4 serait plus une « transformation ». Soit vous achetiez votre modèle en concession (l’usine BMW livrait alors Baur d’un modèle neuf, charge à lui d’en faire la modification), soit vous alliez chez Baur avec votre E36 d’occasion pour la transformer en un magnifique cabriolet 5 places et 4 portes. Bon ok, fallait un peu être fou pour se lancer dans l’aventure, surtout avec des modèles 316i ou 318i (qui constituent le gros des troupes de TC4, aussi étonnant que cela puisse paraître).

baur-03

bmw-baur-tc42

Toujours est-il que bon an mal an, entre 1991 et 1996, Baur va effectuer 310 transformations. On est loin des années fastes, des 2002, E21 ou E30, mais mine de rien, y’a quand même eu 310 clients assez fous pour opter pour l’option TC4 ! Fallait le faire, ils l’ont fait. Et heureusement d’ailleurs, car désormais on en trouve quelques unes à vendre, surtout en Allemagne (où l’essentiel des ventes se fera, of course). Le problème sera plus d’en trouver une pas trop modifiée, sans grosses jantes moches ou bien rincées par les mauvais traitements des propriétaires désargentés successifs.

baur-04

En tout cas, conduire une Baur TC4, c’est quand même beaucoup plus chic qu’une vulgaire E36. Pour peu que vous tombiez sur une rare M3 TC4, vous serez alors le plus heureux des hommes, conciliant tous les bonheurs : puissance, rareté, espace, et surtout un toit totalement escamotable. Il vous faudra sans doute sortir le chéquier, et vous assurer que votre banquier n’y verra pas d’inconvénient. Si tous ces obstacles sont surmontés, alors soyez sûrs que vous aurez la cote à chaque fois que vous irez acheter votre pain au volant de votre TC4 !

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

32 commentaires

denis

Le 15/10/2016 à 15:06

des fois les allemands font des trucs, comment dire, zarbis, non ?

Alexandre

Le 15/10/2016 à 15:28

J’avais la même quand jetait enfant
Quel souvenir

Nabuchodonosor

Le 15/10/2016 à 16:08

Sans un panneau de toit plein, ça devait tortiller du cul dans les virages, non ?

Antoine Bourrel

Le 15/10/2016 à 17:11

Peut-être que le châssis a été renforcé ?

Maigret

Le 15/10/2016 à 17:33

Pour le savoir mon cher Antoine, il faudrait monter à Baur…
😉

Paul

Le 15/10/2016 à 17:34

ahahaha 😉 Je vois qu’on a le même humour !

Kommandan-Tur

Le 15/10/2016 à 17:43

 » Te moi fous osez fous foutez ? « 

Germain

Le 15/10/2016 à 16:12

Le jour où j’ai découvert cette version, sur la page concernant la carrosserie BAUR, je suis tombé amoureux de cette TC4 et pourtant j’ai une e36 cabriolet.
C’est pour moi la plus belle et la plus intéressante de leurs transformations, il y a quelques années j’avais failli acheter (à réparer après accident une e30 318is Baur TC2 (seulement 36 ex dont deux en France) acte manqué.

gtman

Le 15/10/2016 à 16:29

97 exemplaires la 318is e30. J’avais oublié les chiffres de production dans un de mes commentaires.

gtman

Le 15/10/2016 à 16:30

Publié… Saleté de correction automatique !

Math

Le 15/10/2016 à 17:12

J’ai eu la chance d’en voir une en vrai il y a quelques années! La transformation ne fait pas du tout bricolage. Par contre effectivement, la plupart des modèles ayant servi de base sont les modèles d’entrée de gamme, ce qui est curieux vu le prix que devait coûter la transformation à l’époque. Autre chose étrange la plupart des modèles qu’on trouve à vendre n’ont aucun équipement de confort (même pas les vitres à électriques à l’avant)

Jota

Le 15/10/2016 à 21:54

Merci de le préciser et d’ailleurs on le voit bien sur la photo de la M3 toutes portes ouvertes il y a des manivelles à l’arrière!

rubinho

Le 17/10/2016 à 11:17

c’est le propre des gammes allemandes et cela se verifie toujours aujourd’hui. On trouve de tout la-bas, du petit moteur avec rien au gros moteur avec…. rien aussi 😉
Chez les généralistes, on a des montées en gamme intéressantes (qui pousse le client à acheter un peu plus haut car c est + avantageux que de prendre les options equivalentes) souvent liées à des GMP plus puissant, mais pas chez les premium allemands et notamment chez BMW.
Un petit tour sur les sites de VO allemands et il est frequent de trouver des M3 e36 (vu que c’est le cas ici) avec la clim manu, les sieges tissus et un pauvre radio k7… 🙂

Jota

Le 17/10/2016 à 21:39

Merci de la précision. Et justement n’était-ce pas le cas ici afin de mieux faire passer la pilule de la transformation qui au final devait être très onéreuse pour une «simple» familiale.

Eddy123

Le 15/10/2016 à 18:04

La 2 cv de bmw… 4 portes et un toit souple…..

Très sympa comme auto..

Nabuchodonosor

Le 15/10/2016 à 18:20

Parait qu’elle avait été conçu en Bavière pour qu’une chope de bière posée sur la banquette ne puisse s’y renverser…
🙂

Eddy123

Le 15/10/2016 à 20:21

😉

Antoine

Le 17/10/2016 à 11:39

La TC2 Matchbox rouge… c’est quasi « proustien » pour moi aussi. C’est malin de l’avoir montrée, je vais devoir passer 2 heures à fouiller des cartons pour la retrouver maintenant !
De l’influence des jouets sur nos gouts d’adultes : la pas est allégrement franchi. Comment se fait-il qu’au moins 3 personnes (un rédacteur et 2 lecteurs de BR) l’ait eu et se retrouvent 25 – 30 ans après autour de ce blog ? Ce n’est pourtant pas un jouet très « commun ».

L’histoire des « cabriolets » BMW Baur a commencé avec la 2002 Targa et est intimement liée aux ambitions américaines de BMW et aux normes de sécurité empiriques d’une époque où un arceau était indispensable pour un cabriolet. Il me semble que Baur ne renforcait pas les caisses mais créait simplement ce toît découvrable qui présente l’avantage de faire un cabriolet pas plus lourd que la berline (à 2 ou 4 portes car on ne parlait pas de coupé à cette époque).

D’ailleurs Baur présentait cette transformation comme n’étant pas uniquement un cabriolet : coupé fermé plus rigide et confortable qu’un cabriolet classique, targa en enlevant la partie avant, landaulet en ouvrant seulement l’arrière ou cabriolet en ouvrant tout. Les amateurs ne s’y sont pas trompés puisque le cabriolet E30 n’a pas complètement tué la fabrication des TC Baur, d’où cette étonnante et désirable TC4.

A noter qu’à l’époque des TC1 et TC2, il existait une forme de concurrence avec la Lancia Beta Zagato Spider qui était très similaire dans son principe comme dans son organisation de production.

gtman

Le 17/10/2016 à 13:31

La collaboration entre les deux marques remonte à bien plus loin. Dès l’avant guerre si mes souvenirs sont bons. Et le cabriolet 1602 sans arceau est aussi une réalisation Baur.

Antoine

Le 17/10/2016 à 11:46

Détail amusant aussi sur l’intérêt de cette TC4, sur la deuxième photo de l’article, ce TC4 « Boston Grün » est un 2,5L turbodiesel (cf : echappement).
On pense souvent que la paternité du cabriolet à mazout revient à Audi mais il a existé une BMW 324d E30 TC2 avant la 80 cabriolet TDI.

gtman

Le 17/10/2016 à 13:14

Désolé mais il n’y a jamais eu de 324d transformé étant donné que les diesel n’ont jamais été disponibles en coach dans la gamme e30. Peut être une transformation à posteriori…
Et c’est un inconditionnel proprio de Baur qui vous le dit. 😉

Antoine

Le 17/10/2016 à 16:42

Effectivement !! Je n’avais pas pensé à cela mais la combustion spontanée ne fut jamais proposée sur le coach E30. Mea culpa 😉 Je ferai pénitence et vérifierai mes idées saugrenues à l’avenir.
Pourtant je suis certain d’en avoir vu une un jour dans une annonce teutonne mais ce devait être un « swap »… J’ai donc pris mon « désir » pour une réalité.
Néanmoins, je maintiens que BMW – Baur furent les premiers à proposer un cabriolet diesel avec la TC4 puisque cette possibilité existait avant 1995… à défaut d’avoir été effectivement fabriquée mais celle de la photo pourrait bien être antérieure. C’est quoi qu’il en soit le seul landaulet diesel au monde…
Notons au passage que la TC2 fut aussi proposé en « X » à transmission intégrale et qu’il a probablement existé avec le fameux moteur « eta » ce qui en aurait fait le premier cabriolet à vocation économique au monde.
Décidemment ça dé-baur-de d’imagination tout ça !
Vous avez bien de la chance d’être propriétaire d’une Baur… j’adorerais être des vôtres mais je crains que ma femme ne demande le divorce..

gtman

Le 17/10/2016 à 22:01

Oui j’ai beaucoup de chance, mais la chance ça se provoque !
Ma madeleine à moi, c’était la double page du premier catalogue de la e30.
Sinon voici les chiffres de production de l’E30 TC2 Baur.

Le nombre de TC2 produits par Baur est de 10.865 exemplaires en Europe et de 3.561 exemplaires en Afrique du Sud.

Cela se décompose de la manière suivante :

316 : 1362 exemplaires.

316i : 1805 exemplaires.

318i : 2377 exemplaires.

318is : 97 exemplaires.

320i : 2538 exemplaires.

323i : 1660 exemplaires.

325e : 430 exemplaires.

325i : 481 exemplaires.

325iX : 114 exemplaires. Ce qui constitue pour l’époque, un cas quasi unique de cabriolet 4 roues motrices, si l’on met de côtés le très rare Audi quattro Cabriolet réalisé par Treser.

Bon Paul, je crois qu’il va vraiment falloir refaire un article complet sur Baur, voire un dossier, vu l’enthousiasme inattendu. Je suis prêt à m’y coller si vous voulez. 😉

Paul

Le 17/10/2016 à 22:09

ahahah banco ! A deux c’est mieux 😛

Germain

Le 25/10/2016 à 16:17

Celle dont tu parle n’est pas « Boston Grün » et je sais de quoi je parle puisque ma e36 cabrio 318i est justement Boston Grün (ref couleur 275)

Nabuchodonosor

Le 17/10/2016 à 17:13

Avec tous les spécialistes dans la salle (Baur-del), il n’y aura donc personne pour répondre à ma question sur la rigidité de ce châssis non renforcé mais muni d’une simple traverse supérieure reliant les pieds milieu ?
Vielen danke.
🙂

gtman

Le 17/10/2016 à 21:54

Je vais tâcher de répondre : bien sûr que la rigidité y perd.
Mais il n’y a pas que l’arceau qui joue un rôle : tout l’ensemble de la structure supérieure y participe. Ce qu’un crétin du magazine Youngtimers a appelé la guérite, dans le hors série de cet été. Encore un qui n’a rien compris à l’esprit exclusif et décalé de cette auto !
Une Baur reste quand même plus rigide que bien des cabriolets (Spider Alfa, 306…) : vous me direz, ce n’est pas difficile !

Nabuchodonosor

Le 18/10/2016 à 09:58

Les deux pieds milieu forment avec la traverse haute qui les relie un arceau.
Celui-ci n’étant pas situé à l’aplomb de l’essieu arrière, il ne reprend les efforts transmis aux longerons que par leur centre ce qui, vous en conviendrez, est loin d’être optimal et de fait réduit la participation de la structure supérieure aux seuls efforts longitudinaux. La dépose du panneau de toit n’étant pas compensée par une structure en croix par exemple ou par un renforcement du châssis, les efforts de torsion ne sont donc pas repris. Cela est, me semble t’il regrettable, parce que ce que vous appelez, l’esprit exclusif et décalé que je vous accorde bien volontiers, aurait été réalisé au détriment de ce qui, entre autre, a fait la réputation de cette auto, à savoir sa tenue de route. Comprenant que ce type de transformation n’avait pas pour but d’en faire une bête de rallyes, je me questionnai néanmoins sur l’impact qu’avait l’ablation de ce toit, allégeant d’autant l’auto et ce faisant abaissant son centre de gravité, sur la rigidité finale, voilà tout…

Antoine

Le 18/10/2016 à 14:11

Il semblerait quand même que le produit soit plus qu’un simple découpage. Les efforts sont bien repris au-dessus de l’essieu arrière par une traverse spécifique.
En fait l’auto semble partiellement renforcée à la façon d’un cabriolet classique dans sa partie basse mais d’une façon plus « légère ».
Voir lien ci-dessous :
http://2.bp.blogspot.com/-xNNw91QA478/UOeNuX8MImI/AAAAAAAAK2A/ff0pa7xV7WI/s1600/BMW+TC2+ad+article+2.jpg
Mon allemand est approximatif et l’article n’est pas très technique, voir commercial, mais il évoque des qualités de résistance à la torsion et prétend que les qualités dynamiques seraient équivalentes à celles du coach.
Pour avoir pas mal conduit une E36 cabrio (en 2,5 tds… cherchez l’erreur), il est vrai que la rigidité de ces cabriolets 4 places sans arceau est perfectible au point de vraiment nuire à la tenue de route. Une M3 E36 cabriolet ordinaire doit très vite trouver ses limites alors qu’une M3 Baur TC4 doit être utilisable… et tellement snob !
Il faut sans doute en profiter car TC, TC2 ou TC4 ces autos ne sont pas si rares en Allemagne, leurs prix restent en-dessous des cabriolets « usine » et pour une fois l’exclusivité rime avec discrétion et maintenance facile.

Nabuchodonosor

Le 18/10/2016 à 14:55

Oui, ça parait logique et plus sérieux ainsi. Merci Antoine.
Monsieur gtman, pouvez vous voulez vérifier svp en passant votre main sous le dessus (ou sur le dessous) de la partie du capot de coffre qui reste fixe.
🙂

Laurie

Le 09/12/2016 à 14:59

Pour avoir fait des recherches sur la baur TC4 il y a quelques années (on m’en a proposé une a 6000€ en 318i) j’ai lu sur des sites allemands que BMW a refusé le découpage de la M3 berline et que c’est la 325i qui trône au sommet de la gamme.

Alexandre

Le 10/08/2017 à 23:19

Tout a fait Antoine d’ailleurs les années passant n’ont fait qu’exacerber mon amour pour les allemande et j’ai eu la chance ou la folie de m’offrir sa petite fille la e46 avec un L6 musical en première voiture

Laisser un commentaire