Bentley : ode au Bentayga !

Publié le lundi 7 mars 2016.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

Ah le Bentley Bentayga ! Que n’a-t-on pas entendu à son sujet depuis son lancement (et même depuis 2012, date de présentation du concept EXP 9F, certes un peu raté) ? Sans vouloir comparer Boîtier Rouge à Bentley (quoi que ?), cela m’a fait penser aux quelques lecteurs très déçus à l’idée qu’il puisse y avoir de la publicité sur le site, avec le letimotiv « tu vas y perdre ton âme ». Seulement il faut bien vivre, et loin de faire perdre son âme à des constructeurs « de tradition », force est de constater que le SUV est même sa planche de salut, ou tout du moins sa bouteille d’oxygène.

Le Bentley EXP 9F de 2012 est à l'origine du Bentayga
Le Bentley EXP 9F de 2012 est à l’origine du Bentayga

EXP 9F 02

Prenons tout d’abord Porsche. Le féru du flat6 ne jurera que par la 911, et regardera avec condescendance les Cayenne et Macan (et bien entendu la Panamera). Pourtant, si Porsche peut aujourd’hui nous proposer de fabuleuses voitures, que ce soit la 911 ou la 918, c’est sans doute grâce au cash des 4×4 qui l’ont fait passé à une autre dimension. Bentley ne fait en quelque sorte que suivre la tendance : « pour faire perdurer la tradition, proposons ce qu’une frange non négligeable de la clientèle attend : un SUV ». Car les Porschistes fanatiques et collectionneurs ne sont souvent acheteur de Porsche qu’en seconde, troisième ou quatrième main, et ne sont en tout cas pas toujours (voire rarement) ceux qui engraissent la marque et lui permettent d’avancer. C’est tout naturellement que le constructeur de Stuttgart est allé chercher la clientèle qui lui fallait avec un modèle dans l’air du temps, sans se poser trop de question, laissant l’immuable 911 remplir son job de gardienne du temple !

Le Cayenne fait la fortune de Porsche qui entretient le mythe avec la 911: imparable !
Le Cayenne fait la fortune de Porsche qui entretient le mythe avec la 911: imparable !

A Crewe, on s’est dit la même chose (mais bon, Bentley fait partie du même groupe que Porsche) : pour continuer à proposer des Mulsanne, il faut élargir la gamme en offrant ce que la riche clientèle, adepte des « signes extérieurs de richesse » plus que d’automobile, attendait : un SUV encore plus luxueux que le Range Rover ! D’autant que Bentley n’en est pas à son premier 4×4, sachez-le !

Le Bentlay Bentayga, disponible dès cette année !
Le Bentley Bentayga, disponible dès cette année !

Bentayga 01

Car avant que ces marques de luxes (Porsche, Bentley, Lamborghini, ou Aston Martin, entre autres) n’intègrent de grands groupes, il fallait bien trouver de l’argent. Les mécènes « s’offrant » une marque ne courant plus les rues dans les années 80 ou 90, il fallait bien que du cash rentre, discrètement, quitte à faire le contraire de ce que l’on dit ! Pendant des années, les riches monarchies du Golfe ou de Brunei passèrent commande d’engins « sur mesure » et parfois décalés ! Aston Martin lança toute une série de berlines et breaks dans les années 90 (lire aussi : Aston Martin Shooting Brake et dérivés), Ferrari, bien que propriété du groupe Fiat, ne dédaignait pas récupérer une peu de thune pour financer la coûteuse F1 en cédant aux pétrodollars (lire aussi : Ferrari 456 GT Venice). Quant à Bentley, dès les années 90, elle produisait son premier SUV en toute discrétion à destination de Brunei, avec le Dominator (sur base Range Rover, lire aussi : Bentley Dominator).

670174

Bref, ce qui se passe aujourd’hui n’est pas nouveau, mais on est passé à une autre échelle, et désormais, on n’en a plus honte dans les états-major ! Etrangement, le plus légitime de tous, Lamborghini, faisant pourtant partie du groupe VW, n’a toujours pas sorti son Urus, lui qui avait sorti son LM002 dans les années 80 (lire aussi : Lamborghini LM 002). D’ailleurs personne ne s’en était offusqué à l’époque : sans doute parce que ce genre de délire ne surprenait personne venant d’un ancien constructeur de tracteurs !

A la sortie du LM 002, personne ne s'offusqua de l'incursion de Lamborghini dans le 4x4 !
A la sortie du LM 002, personne ne s’offusqua de l’incursion de Lamborghini dans le 4×4 !

Aujourd’hui, le fort courant nostalgique chez les amateurs et/ou collectionneurs de voiture oblige à se pincer le nez devant ces 4×4 rutilants, surpuissants, et parfois un peu bling bling je vous l’accorde ! Mais le marché est là. Et si je suis le premier à tomber de ma chaise quand j’apprends qu’Alpine envisage un second modèle SUV après l’A110 (lire aussi : Alpine Vision), je suis bien obligé d’admettre qu’il faudra vendre de forts volumes pour qu’Alpine ait enfin les moyens de créer une voiture qui me plaise et corresponde vraiment à l’idée que je me fais de la marque. Alors s’il faut passer par un SUV ou tout ce qui marche sur le marché du premium/luxe (car c’est bien ce marché là qui est visé), pourquoi pas ?

Bentayga 14

Je me souviens même qu’à une époque, je jubilais à l’idée que Venturi puisse fabriquer dans son usine de Couëron un monospace de luxe doté d’un V12 Mercedes, que ce soit sous sa marque ou celle de De La Chapelle (lire aussi : De La Chapelle Parcours). Comme quoi. A l’époque, l’avenir, c’était le monospace, aujourd’hui, c’est le SUV : autre époque !

Le Parcours, la proposition osée de De La Chapelle et Venturi pour un monospace de luxe V12 !
Le Parcours, la proposition osée de De La Chapelle et Venturi pour un monospace de luxe V12 !

Mais revenons au Bentayga. Si l’on passe sur son design qui peut diviser (mais les questions de goûts et de couleurs sont un peu différentes), on ne peut pas nier que tous les codes Bentley en particuliers, et ceux du luxe en général, sont là. Et puis, en Angleterre, la tradition, c’est la Reine. En choisissant le nouveau 4×4 de Bentley pour ses parties de chasse, au détriment du Range Rover (elle recevra d’ailleurs le tout premier Bentayga de série), Elizabeth II a validé le concept : un choix qui vaut adoubement, « by appointment to her Majesty the Queen » ! Ce seul argument permet de balayer d’un revers de la main les grognements de tous les grincheux que le progrès rebute.

Bentayga 04

Bentayga 11

D’ailleurs, à bien écouter certains, nous serions, en matière d’automobile, restés bloqués dans les années 70, refusant toute électronique, voire même l’injection, et toutes ces choses modernes qui dénaturent la conduite. Je ne suis pas de ces gens-là : l’automobile progresse, malgré les difficultés créées par l’électronique et je n’ai aucune envie de vivre comme à Cuba, avec pour tout choix automobile l’éternel recommencement, comme « un jour sans fin » !

Bentayga 08

Bentayga 09

Bref, je dis oui au Bentayga, comme je dis oui aux Porsche Cayenne ou Macan. Je n’en serais jamais client, par manque de moyen ou parce que ces modèles ne répondent pas à mes besoins ou envies, mais je ne les méprise pas car sans eux, aurions-nous les modèles qui nous passionnent aujourd’hui ? Et soyons honnête, si Bentley m’avait invité à tester le Bentayga, j’en serais sûrement revenu bluffé par la débauche de luxe, son W12 de 6 litres et ses 608 chevaux ! Et vous ?

Pour compléter cet article, un excellent papier de mon ami Dalil, d’Autoalgerie.com: Porsche toujours aussi rentable grâce à ses SUV

 

Articles associés

13 commentaires

Greg

Le 07/03/2016 à 13:56

Aïe aïe aïe!
Le SUV chez Porsche, Jaguar, Bentley, et bientôt Maserati: un mal nécessaire.
Dans le secteur du haut de gamme, le constat est simple: il n’y avait pas de proposition plus luxueuse ni plus chère que Sa majesté le Range Rover.
Pourtant, il existe une clientèle disposée à payer encore plus cher. Beaucoup plus cher.
Résultats d’une étude de marché faite par Bentley: les propriétaires de Bentley possèdent en moyenne, 7 voitures. Et parmi ces 7 voitures, dans 80% des cas, il y a… un Range Rover.
De plus, cette Bentley sortira bientôt en Diesel.
Vous vous dites, « un client qui peut mettre un tel prix dans une bagnole peut se payer les pleins d’essence », et vous avez raison!
Argument avancé par Bentley: l’autonomie…
Les clients qui usent et abusent des capacités d’accélération de leur Range Rover Supercharged ou leur Cayenne Turbo S peuvent être lassés, à juste titre, de devoir passer à la pompe 2 fois par jour…
Alors voilà, il faudra s’habituer à voir devant le Casino de Monaco des Bentley, à la fois SUV et Diesel.
En même temps, pour ma part je vais à Monaco une fois tous les tremblements de terre alors ça ne me dérange pas trop…

Paul

Le 07/03/2016 à 13:58

Tout à fait… Monaco n’étant pas mon terrain de jeu, et ma banquière ayant déjà du mal avec la consommation de ma modeste 9-5, tout ce qui m’importe c’est qu’une marque comme Bentley continue à me faire rêver avec une Mulsanne par exemple, et s’il faut pour cela faire des SUV, alors banco 😉

Marzal

Le 07/03/2016 à 14:51

Pour le coup, les baleines Classe-G AMG 63 et 65, à mon sens , on déja défrichés le terrain du SUV à 200000€, reste a voir si il s’agit d’une tendance qui va s’essoufler ou pas…

rubinho

Le 07/03/2016 à 14:38

Entièrement d’accord avec toi ; on peut en critiquer le style, mais chacun son sale gout et il y a surement moultes clients (au moins les 10000 qui ont signé les pré-commandes) qui le trouve a leur gout, mais on ne peut pas tirer sur Bentley et donc VAG de ne pas savoir ce ce qu’ils font.
Le marché est là, comme tu le dis, Porsche l’a prouvé avec ces déclinaisons Cayenne, Macan, Panamera…, et ils seraient bien « cons » de ne pas proposer un produit qui colle au marché… et qui permettent de continuer a proposer les véhicules « mythiques » de la marque qui n’ont pas les volumes suffisant pour assurer la rentabilité des marques respectives.

Je ne sais plus si c’est sur BR que je l’écrivais, le retour d’Alpine avec l’A210 c’est bien, mais c’est surtout le coup d’après qui va être important : re-sortir un mythe comme l’A210 pour Alpine, c’es « facile »… et j’ai bien mis des guillemets, car c’est là qu’on attend la marque… par contre, entretenir la marque et la développer, cela passe forcement par qqc de différent et là, il faut coller au marché et aujourd’hui le marché, il est sur les SUV

Paul

Le 07/03/2016 à 14:43

Et oui, savoir « coller » au marché, voire « créer » le marché, n’est pas donné à tout le monde, et c’est là que la « stratégie automobile » devient intéressante. Je suis le premier à critiquer le groupe VW, mais je ne peux qu’être admiratif devant le travail effectué depuis des années avec tant de vista, de constance et d’intelligence !

Greg

Le 07/03/2016 à 14:54

Le SUV Alpine est prévu…
Au même titre que la future berlinette « marque » la Porsche 718 Cayman, il semble que le succès du Macan aiguise l’appétit de la concurrence.
Alpine prendrait donc Porsche comme référence ou « benchmark ».
C’est bien de viser haut, il en restera toujours quelque chose.

Olivier

Le 08/03/2016 à 00:00

J’ai écrit ici mon enthousiasme quant au retour d’Alpine et s’il faut en passer par Super Kadjar Premium DCI pour assurer l’avenir, je dis tant mieux ! Bentley (enfin Volkswagen) l’a bien compris. Je ne suis pas client (moi aussi !) de SUV, mais force est de constater qu’aujourd’hui c’est ça qui marche ! Lotus devrait d’ailleurs y penser…

Paul

Le 08/03/2016 à 00:18

oui Lotus devrait 😉 C’est peut-être ce qu’il manquait au plan de Dany Bahar ahaha 😉

poum

Le 08/03/2016 à 17:33

J’ai quand même quelques doutes sur l’éventuel « succès » de cet engin. Etait-il réellement nécessaire de botoxer avec autant d’outrance tous les gimmicks du suv de luxe lambda?

Ce ne serait pas la première fois que vw rate sa cible à partir d’une bonne idée.

Et puis je vois mal la reine dire no thanks au « cadeau » d’un constructeur britanique emblématique. D’ailleurs, jusqu’à présent le Range était le seul représentant anglais de l’espèce.

Grégoire

Le 09/03/2016 à 12:28

Par rapport à Porsche ou Bentley, le cas d’Alpine a quand même ceci de différent que la marque n’est pas encore installée. La 911 est une icône au rayonnement suffisamment puissant pour que des modèles trahissant son héritage n’en ternissent pas trop la légende. De plus, elle est épaulée par des 718 très légitimes, si l’on peut dire, apparues dans la gamme avant les SUV. Si, dans la foulée d’une sportive relativement légère, Renault présente un second véhicule sans aucune continuité, ne risque-t-il pas de brouiller le message censé accompagner la résurrection de la berlinette ?

Paul

Le 09/03/2016 à 13:33

C’est vrai qu’en ce qui concerne Alpine, ils devraient attendre de voir avant de parler de SUV… Mais bon, c’est eux qui voient. De toute façon chez Alpine, le vrai problème c’est surtout la com’ 😉

Pierre

Le 17/05/2016 à 11:43

Après l’avoir enfin vu en vrai (de l’avantage d’être en Albion), je n’ai qu’une chose à dire, OUI !
De tous les SUV de ce genre, c’est le seul avec le Jaguar F-Pace à offrir, à mes yeux (car cet avis est parfaitement subjectif) un produit massif, certes, mais en rien grossier, contrairement à ce que les teutons on pu nous offrir sur ce segment. Et en le comparant à Sa Majesté le Land Rover de dernière génération, il semble liliputien, signe que tout est loin d’avoir « foutu le camp » du côté de Crewe !
J’ajouterais également que le Bentayga n’est pas photogénique, je n’ai trouvé aucune photo retranscrivant l’effet qu’il donne « en vrai ». Moi le premier, je n’avais pas été convaincu (mais alors pas du tout) par la bête suite aux diverses photos le présentant. Et pourtant… De près, il offre un véritable agrément à l’oeil, comme quoi, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

Suisse

Le 19/03/2018 à 00:51

Cher Paul,

Je suis tout à fait d’accord avec votre analyse.

Je me permet d’ajouter une idée fantaisiste de mon cru : il aurait été fort amusant, dans le style de l’humour absurde et du non-sens britanniques, d’emprunter la célèbre phrase d’Ettore Bugatti, dont la marque fait désormais partie du même groupe :

« Bentley construit les camions les plus rapides du monde ».

Laisser un commentaire