BMW M5 E34 Cabriolet : « dans le doute, abstiens-toi »

Jeudi 10 août 2017
Retour

1er mars 1989, à Munich. La voiture est là, belle à mourir, puissamment campée sur ses jantes, musculeuse certes mais rendue féminine grâce à l’ablation de son toit. Dans l’atelier, les ouvriers et ingénieurs sont fiers de leur création qui devrait, selon toute vraisemblance, passer en production après le salon de Genève, qui ouvre ses portes dans 9 jours exactement. Tous admirent leur œuvre : la BMW M5 E34 Cabriolet.

La M5 Sedan est alors le fleuron de la gamme E34

La décision est presque prise : la M5 Cabriolet rentrera bien en production, et avec elle ses sœurs « normales », histoire de décliner la gamme E34 déjà disponible en berline (lire aussi : BMW Série 5 E34) et dont la version touring complètera la gamme en 1992. Pour annoncer l’événement, la direction leur a donc demander ce prototype, évidemment dans sa déclinaison la plus désirable, siglée du M de Motorsport, et dotée du L6 de 3,6 litres et 315 chevaux.

Pour répondre à la commande, les hommes de béhème sont donc partis sur la base d’une E34 M5, avec le même châssis et donc le même empattement, pour conserver l’évident avantage de 4 vraies places. Il a donc fallu travailler dur sur la carrosserie pour la transformer en cabriolet. Si la face avant ne change pas, il en va tout autrement de l’arrière.

Les portes avant ont été considérablement agrandies par rapport à la berline, tandis qu’à l’arrière, les ouvrants disparaissent. Pour la capote en toile, elle reproduit assez fidèlement la pente de la vitre arrière de l’E34 traditionnelle, tout en rendant cette version « « convertible » particulièrement désirable : on croirait que la série 5 est faite pour cette déclinaison ! Bien entendu, tout a été rigidifié pour éviter toute torsion d’une part, et pour se passer d’un disgracieux arceau !

Au service de communication de la marque, on prend les choses au sérieux : sur le stand BMW en préparation, on a pris soin de réserver une place de choix pour cette M5 Cabriolet. C’est prévu : elle doit être le clou du spectacle à Genève. Le public va enfin découvrir la belle, et bien entendu s’enflammer pour la nouvelle création de la marque à l’hélice.

Pourtant, dans les bureaux de la direction, on s’inquiète ! On se demande même si c’est une bonne idée finalement. L’E30 Cabriolet se vend encore bien (même si la version M3 est anecdotique, lire aussi: BMW M3 E30 Cabriolet), et dans les cartons se prépare l’E36, sa remplaçante, qui doit elle aussi se décliner en cabriolet 4 places (lire aussi: BMW M3 E36). Et si, en présentant l’E34 Cabriolet, on était pas en train de se tirer une balle dans le pied ?

Les heures passent, et le doute se transforme en certitude : l’E34 Cabriolet pourrait bien phagocyter les ventes d’E30 puis d’E36. Est-il vraiment nécessaire d’offrir une décapotable sur ce segment là ? Toute séduisante qu’elle soit, l’E34 est-elle indispensable sous cette forme ? La mort dans l’âme, les dirigeants tranchent : il n’y aura pas de M5 Cabriolet.

Ordre est alors donné de remiser le prototype dans les réserves. Personne ne doit parler de ce cabriolet devenu encombrant malgré les espoirs et la fierté des hommes qui l’avaient conçue. Il n’y aura pas d’E34 M5 Cab’ à Genève, où l’on comblera le vide par d’autres modèles de la gamme. On n’entendra plus jamais parler d’elle jusqu’en 2009 où, pour célébrer les 20 ans de la M5, on ressortira le proto pour enfin l’exhiber à un parterre de journalistes médusés : et dire qu’on aurait pu l’avoir en série !

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

9 commentaires

Choco

Le 10/08/2017 à 12:06

Très désirable cette M5 Cab’.
Tu m’étonnes que cette Série 5 aurait bouffé sa petite sœur : plus de place, plus statutaire. Elle aurait fait un carton aux USA.
Et encore une fois je découvre un modèle grâce à BR. Merci !

Olivier S

Le 10/08/2017 à 12:30

Vraiment dommage! Je n’ai jamais su qu’il y avait ce projet chez BMW. Pas mal!
.
Chose qui était bon pour Mercedes, qui ont vendu ~34.000 Cabriolets A124 entre 1991 et 1997 (par contre, cette version est basée sur la C124 Coupé, donc a empattement 8,5cm plus court que la limousine)…
.
La Saab 900 Cabrio avait aussi fait des ravages, vendu bien mieux que Saab le croyait au début – même a un prix de vente élevé.
.
Donc, il y avait un marché, surtout si on considère le prix de vente extrêmement élevé des Cabriolets 4 places Mercedes dés qu’on y mettait quelques crochets l’immense catalogue de commande des options!
.
Chose qui se reproduit aujourd’hui: Mercedes-Benz vend une dérivé grand Cabriolet 4 places de l’actuelle Classe E W213, la C238, tandis que BMW n’a rien d’équivalent de la Serie 5.
.
Par contre, BMW a quand-même les Cabriolets Serie 2, Serie 4 (en faite une 3) et Serie 6 (en faite on retrouve la 5 dans la classe 6, mais en plus sportif), donc il ne manque pas d’alternatives décapotables…
.
Probablement dans les coulisses en s’entent bien entre Stuttgart et Munich, et ont se reparti quelques créneau de marché, a BMW les plus petites Serie 2 ou plus sportives Serie 6, a Mercedes l’exclusivité de la classe E Cabrio, mais concurrence entre Classe C et Serie 3 découvrables…

Nabuchodonosor

Le 10/08/2017 à 17:01

Des ententes ? Entre les constructeurs allemands ?? Non, vous n’y pensez pas ???
🙂
Nabudésabu

Quentin R.

Le 10/08/2017 à 13:12

Dommage, elle avait vraiment de l’allure.

Marvista

Le 10/08/2017 à 13:40

Mandieu! Quelle auto! Qu’est-ce qu’ils sont fort à Munich !
Dans un sens je regrette que cette voiture n’est pas été présentée et commercialisée en son temps, elle aurait fait un véritable carton surtout aux USA comme l’a dit Choco.
J’imagine les golden-boys de wall street, les starlette d’Hollywood, les femmes aux foyer de bel air ainsi que les rappeurs des cotes est et ouest à son volant. Le chic des années 90 quoi…
Mais au final je me dis qu’au moins je n’aurais pas en voir des modèles tout ( et surtout très mal ) tuné et usé jusqu’a la corde comme c’est trop souvent le cas aevec ce genre de modèle passé après 2,3 voir 4 mains…

En tout cas merci pour ce partage qui m’a fait rêver 🙂

Tristan

Le 10/08/2017 à 16:55

Quelle beauté !!! J’ai toujours aimé l’E34.
Par contre je vois pas l’intérêt de l’avoir chaussée en pneus TRX car la production normale était en pouces.

Germain

Le 10/08/2017 à 19:49

Ça y est je suis amoureux, blague à part elle aurait eu tout à fait sa place dans la gamme, la e30 était un peu petite et la e36 qui lui a succédée était moins chère que la e30 (mais aussi moins bien finie, et je sais de quoi je parle j’ai eu les deux)
Mais surtout ce que moi j’aurais voulu voir c’est une 850i e31 cabriolet, là ça aurait été la caisse ultime.

CENTiNEX

Le 10/08/2017 à 20:01

Bon, ben ils auraient pu faire un carton avec ça. Aux jeunes kékés la série 3, aux bourgeois sa grande sœur.
Dommage. La ligne est superbe.

Rayan

Le 16/08/2017 à 01:26

Encore une voiture dont je ne soupçonnais même pas l’existence
Merci Paul

Laisser un commentaire