BMW Série 3 « E30 » : la youngtimer par excellence

Mercredi 23 avril 2014
Retour

J’ai un ami qui ne me pardonnerait pas de ne pas parler de la BMW Série 3 E30, dont il possède un modèle 323i. Enfin à l’origine seulement, puisque frustré par ce 6 en ligne de « seulement » 150 ch, il lui a greffé celui de la 325i, avec ses 171 ch, pour la dénommer la « Barquette ». Au cours de sa carrière de plus de 12 ans entre 1982 et 1994, l’E30 aura fait envie à beaucoup d’amateurs d’automobile, et chacun en conserve un souvenir précis (pour moi, il s’agissait de la voiture de la mère de ma petite amie de l’époque, que nous utilisions fréquemment, une 320i 4 portes, d’où une certaine affection de ma part pour ce modèle).

L’E30, c’est d’abord une habile évolution (mais en grande profondeur hein) de l’E21, la série 3 de précédente génération (lire aussi : BMW E21). Son profil se fait plus doux, plus moderne, tout en restant très fidèle à sa devancière. Mais le vrai génie de « Béhème » sera surtout de lui offrir de nombreuses déclinaisons, 2 portes, 4 portes, break, cabriolet, 4 roues motrices (325iX), ou de nombreux moteurs (des 4 cylindres essence, diesel ou turbo diesel, et des 6 en lignes), et bien entendu, la mythique M3 (200 ch tout de même) qui dynamise (ou dynamite, c’est au choix) la gamme en version 3 portes ou, plus rare, cabriolet (lire aussi : M3 E30 Cabriolet). Un point commun : cette ligne et cette calandre au double haricot, et bien entendu, il s’agit d’une propulsion. On peut aussi en trouver d’intéressantes versions découvrables fabriquées par Baur (lire aussi : Carrosserie Baur).

Ce n’est pas compliqué, avec l’E30, il y en a pour tous les goûts, toutes les bourses ou toutes les utilisations (y compris de rares déclinaisons étrangères, comme les 320iS italiennes et portugaises, lire aussi : 320iS E30). D’ailleurs, le succès sera au rendez-vous avec plus de 2,3 millions d’exemplaires produits, malgré des tarifs (en neuf) bien supérieurs à ceux de ses concurrentes sur le même segment. Il faut dire que l’E30 contente tout le monde : le bourgeois, le sportif, le père de famille, le gros rouleur (diesel et turbo diesel), le retraité voire le jeune conducteur pour ses versions d’appel 316i ou 318i.

Le plus étonnant c’est qu’elle conserve encore aujourd’hui une ligne moderne, qui ne dépare pas du tout dans la circulation des automobiles d’aujourd’hui. J’irais même jusqu’à dire qu’elle personnifie assez bien le mouvement « youngtimer » qui se développe ces dernières années, car elle permet de se faire plaisir, avec de beaux moteurs (particulièrement les 6 en ligne), à des tarifs relativement abordables (sauf bien entendu pour les M3).

On peut trouver des E30 à bas prix, certes, mais ensuite il y en a pour tous les tarifs: il devient cependant de plus en plus difficile d’en trouver en bel état, car c’est la voiture idéal d’un jeune conducteur épris de belles mécaniques, mais parfois (souvent) sans le sou. Elle a souvent aussi servi de base à des tuners de plus ou moins bon goût.

Malgré tout, à ces prix là, et vu la relative disponibilité sur le marché, les bonnes affaires se chinent sur Leboncoin mais la cote a tendance à grimper (surtout pour les versions les plus rares, les plus sportives ou les plus motorisées). A vos chéquiers !

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

4 commentaires

Sam

Le 02/03/2016 à 21:19

Merci pour cet article synthétique.

Quand on recherche des e30 cabriolet, la plupart des véhicules (avec les vrais kilomètres, si vous voyez ce que je veux dire 😉 sont au dessus de 200 000 kms. Y a t-il un risque à la revente ? Exemple, 10 ans plus tard à 250 000 kms, y aura t-il des acheteurs ?

Paul

Le 02/03/2016 à 21:20

Non aucun risque… Il vaut mieux une voiture qui roule qu’un trop faible kilométrage, surtout si l’entretien est fait correctement… Enfin, notamment en L6, c’est increvable les E30

Sam

Le 02/03/2016 à 21:32

C’est juste. La fiabilité globale du véhicule devrait supprimer le seuil psychologique…

Utopiaboy

Le 09/04/2016 à 10:21

La série 3 E30 est l’une des plus belles représentantes de la génération des Youngtimers. Elle en est même l’icône !
Elle ne connaîtra, en version diesel, que des 6 cylindres 324D et 324TD.
J’ai une préférence pour les modèles restylés dits « Worldline » (millésime 88), avec ses boucliers plus enveloppants abandonnant le chrome, et ses feux arrière plus gros. Il est curieux que ce restylage ne soit apparu qu’en 1990 sur le cabriolet. Sans doute le constructeur souhaitait-il préserver la finesse de la version découvrable, au moins jusqu’à ce que le remplacement du reste de la gamme par l’E36 ne l’oblige à moderniser un peu le cab…

Laisser un commentaire