Cadillac BLS : la fausse américaine

Jeudi 10 avril 2014
Retour

Si General Motors a imaginé des Saab destinées au marché américain sur des bases multiples (lire aussi: Saab 9-2X), elle fit aussi l’inverse. Décidée à percer (enfin) sur le marché européen avec sa marque haut de gamme Cadillac, mais consciente que ses produits purement américains n’étaient pas adaptés au marché visé, la General Motors décida donc de mutualiser encore une fois les compétences pour accoucher de la Cadillac BLS.

La Cadillac BLS Concept de 2006, préfigurant la BLS de série

Dans les années 90, elle avait initié cette politique en grimant l’Opel Omega en Cadillac Catera avec succès (uniquement aux Etats-Unis, lire aussi: Cadillac Catera), alors pourquoi ne pas retenter le coup en Europe avec une voiture européenne dotée du charme et du prestige de la marque Cadillac ? En outre, GM cherchait aussi à rentabiliser ses investissements dans sa filiale suédoise Saab, qui venait de sortir une nouvelle 9-3, et par là-même à optimiser les chaînes de l’usine de Tröllhatan.

En 2006 sortait donc la Cadillac BLS, entièrement développée sur une base de Saab 9-3 et équipée de moteurs suédois : un 4 cylindres 2 litres turbo de 175 ou 210 ch, un 4 cylindres Flexpower (fonctionnant au bioethanol) 2 litres turbo de 200 ch, et un V6 2,8 turbo de 280 ch (d’origine Opel celui là, mais passé par chez Saab). Cette fois c’était sûr, Cadillac allait conquérir l’Europe.

C’est dans sa version Wagon (break) qu’on reconnaît le mieux la Saab 9-3

Sauf qu’encore une fois, la mayonnaise ne prendra pas, et la BLS se traînera dans les bas de classement des ventes de voiture en Europe, pour finir par quitter la scène en 2010 après 7500 exemplaires fabriqués. Pourtant la voiture était jolie, sa base Saab moderne et performante, et surtout elle était la première Cadillac disponible en break. Mais elle ne sera jamais vendue aux Etats-Unis (ce qui aurait pu peut-être la sauver), et quitte à acheter une bonne voiture, autant acheter l’originale, c’est à dire une Saab. La BLS s’est éteinte il y a peu, et personne ne s’en souvient. Sans doute y-a-t-il de bonnes occasions à faire sur Leboncoin.

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

4 commentaires

Geoffrey

Le 05/12/2014 à 05:10

Lorsque la BLS est sortie, je pensais qu’elle serait un succès, mêlant l’aura de la marque Cadillac et les qualités d’une voiture à l’européenne. Bon, c’était sans compter sur des notions que je connaissais peu à l’époque, comme une forte décote en occasion ou le manque criant de réseau (20 distributeurs Cadillac en France, je crois). D’ailleurs, je me demande si le modèle qui la remplace aujourd’hui, l’ATS (qui a pourtant une sacrée ligne), se vend mieux que son aînée…

Paul

Le 06/12/2014 à 13:21

Je n’ai pas été vérifier les chiffres de vente de l’ATS… Mais ça serait intéressant tiens 😉 Pour la BLS, c’était une bonne voiture, et pour une fois pas une trop mauvaise idée. Sauf que sans promotion, dur de percer. Enfin, elle n’était pas distribuée aux States (idiot non ?)

Vincenzo213

Le 17/10/2016 à 12:02

De toute manière le réseau Cadillac actuel ne permet pas de vendre correctement une gamme. L’Ats est beaucoup plus aboutie mais le succès encore moindre vu la faiblesse du réseau.

Romain Sandt

Le 22/03/2017 à 17:33

J’ai toujours aimé la BLS même si je lui reprochais une affiliation trop évidente avec la 9-3 en faisant une production un peu risible (les compteurs identiques), quand à l’aura de Cadillac… Aux USA peut être et encore. Cadillac est vue comme une marque produisant des voitures américaines de mauvaise qualité pour papys. Bien que ça ne soit plus le cas. L’ATS possède un excellent châssis, de très bons moteurs essence… Ce qui avec un réseau absent, une décote énorme, une image jamais rétablie ne risque pas de faire beaucoup de ventes. Les Cadillac en France sont bien trop chères pour avoir une chance. Il y a peu je me suis même demandé si Cadillac était toujours en France, n’ayant croisé aucun modèle récent depuis des années. Mais je me demande si suite à la vente d’Opel, GM va essayer de mieux vendre Cadillac, ou si en perdant petit à petit les bénéfices d’Opel pour certaines pièces, GM jettera l’éponge. Cadillac ne greffera jamais de diesel dans des voitures si Opel n’est plus derrière pour les amortirs. Les Cadillac doivent se vendre à peine plus (ou moins?) que les Camaro et Corvette dont l’importation et homologation (donc adaptation) avait été décidée quand Chevrolet était encore en Europe, ou parti pour sauver Opel selon GM. Mais on est pas à l’abri de voir Cadillac rester, après tout GM nous vend bien sa nouvelle Camaro. A vos paris, Cadillac, Camaro et Corvette toujours en Europe dans 5 ou 10 ans?

Laisser un commentaire