Citroën Berlingo Bulle : une 2CV du 21ème siècle restée au stade de concept

Mercredi 11 octobre 2017
Retour

Avant même d’avoir totalement écris l’article, j’imagine la réaction classique de certains « observateurs » sur les réseaux sociaux : « beurk », « c’est moche », « quelle horreur », seront les réactions avant toute lecture de cet article. Comment les blâmer puisque même l’Argus classe le Berlingo Bulle parmi les pires concept-cars de 1990 à nos jours (à lire : les pires concept-cars). J’ai pourtant une vision légèrement décalée de cette drôle de voiture restée pourtant one-off : n’y avait-il pas, là, sous la main, la 2CV du XXIème siècle que Citroën aurait laissé passer ?

Bien entendu, je ne peux pas, si je suis honnête, dire que cette Bulle est belle. Pourtant, un peu plus de 20 ans après sa présentation, j’avoue que la regarder me fait avoir des regrets alors qu’elle ne m’avait pas fait tant d’effet que cela en 1996 ! Peut-être que mes yeux se sont habitués à découvrir (et à aimer) des designs différents, décalés, et surtout peut-être que la mode du « revival » est passée par là. En 1996, l’heure n’est pas tout à fait au re-création, mais force est de constater qu’il y a de la 2CV dans cette Bulle.

Franchement, vous trouvez ça beau ? Si la voiture était restée un prototype, lui trouveriez-vous aujourd’hui du charme ?

Regardez bien la photo ci-dessus : vous découvrirez l’un des premiers prototypes de la 2CV, et permettez-moi de vous dire qu’il n’est pas vraiment beau. De même que la 2CV « de série » détonnait tout de même en 1949 avec les autres populaires. Sans penser que la Bulle soit aussi révolutionnaire que ne l’était cette ancêtre, elle va chercher l’originalité au même endroit, le design, tout en offrant, a priori, l’économie suffisante pour la rendre populaire au sens même de la 2CV : une voiture accessible, pas chère, familiale ET utilitaire, et surtout différente.

Que la Bulle dérive d’un utilitaire n’est d’ailleurs pas un hasard. A cette époque, le Berlingo et son frère jumeau Peugeot Partner venaient juste d’être lancés sur un châssis re-travaillé façon utilitaire de ZX/306. Une base déjà amortie, et qui le sera encore plus avec ces deux versions « en bleu de travail » (il s’en vendra un maximum durant leur longue carrière). C’était cela, l’idée forte du directeur du Centre de Création Citroën (CCC), Arthur Bakeslee : réduire les coûts grâce à une plate-forme et une base mécanique éprouvée, mais aussi grâce à un design facile à emboutir et usiner.

Regarder un peu ses lignes : l’avant du Berlingo est peu modifié, tout en récupérant une personnalité propre avec un tout petit détail, ses feux avant qui perdent leurs glaces et gagnent un fond peint, « efficace et pas cher ». Les portes avant comme arrière sont presque plates, les découpes sont rondes et faciles, sans fioritures de « galbe ». La rondeur, c’est le profil qui le lui donne à cette Bulle, comme son ancêtre 2CV.

Avec une base utilitaire issue elle-même du segment supérieur (ZX/306), on peut offrir une citadine pas chère tout en offrant 5 vraies places, et un coffre à peu près digne de ce nom. Les gros pare-chocs en plastoc ne s’intègrent pas si mal dans l’ensemble, tout en protégeant la carrosserie pour une utilisation en ville. Haute de plafond, la Bulle joue là dessus, comme, encore une fois, la 2CV, pour offrir une impression d’espace non négligeable.

Economie mais efficacité dans le style (qui à mon avis aurait fini par plaire), économie dans la technique avec sous le capot, un 1.1 litre 4 cylindres de 60 chevaux utilisé déjà sur le Berlingo comme sur une tripotée de modèle PSA, on est pas loin de toucher du doigt l’idée de low cost expérimentée quelques années plus tard par Renault avec Dacia. Avouez qu’il y avait quelque chose à proposer, en entrée de gamme, à côté d’une Saxo encore en activité. L’idée de rondeur sera reprise sur la C3 en 2002, mais sans le côté low cost précédemment évoqué.

Chez Bakeslee, il y avait l’idée de montrer que la base des Berlingo/Partner pouvait être déclinée. En 1996, aux côtéx de la Bulle, dessinée par Citroën mais réalisée par Heuliez Torino, seront présentés le Coupé de Plage, dessiné en collaboration avec Bertone, et le Grand Large concept qui lui sera décliné en série en tant que « ludospace ». Autant de propositions montrant le potentiel très « Citroën » d’une base presque conçue en marque blanche.

La Bulle restera un concept, mais imaginez ce qui aurait pu se passer si la décision de la produire avait été prise ? On aurait pu voir une 2CV des temps modernes, sans chercher à la singer, ou bien une Axel réussie (lire aussi : Citroën Axel / Oltcit Club). Enfin, avec des si, on pourrait mettre Paris en bouteille, mais une chose est sûre : cette Bulle n’était pas si idiote que cela !

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

28 commentaires

Docteur Oliv

Le 11/10/2017 à 18:01

Pas mal, surtout remis dans le contexte d’il y a 20 Ans. Le capot très plongeant du M49 y est pour beaucoup

Germain

Le 11/10/2017 à 18:20

Pas très belle mais pas hideuse non plus, ça ne m’aurait pas choqué d’en voir dans les rues. Par contre il n’aurait pas fallu compter sur moi pour en acheter une.

Damien vatine

Le 11/10/2017 à 19:24

On dirait un xsara Picasso en jouet en regardant des 3/4 avant!

fred

Le 16/10/2017 à 12:50

c’est exactement ce à quoi je pensais

Quentin R.

Le 11/10/2017 à 19:34

Je trouve que sa forme générale est réussie mais que le traitement de la partie arrière aurait dû être retravaillé.
Par contre Paul, la voiture que tu présentes comme un « prototype » de la 2CV n’a jamais été un proto mais bien une voiture de série dûment homologuée par le service des Mines fin août 1939 et devait être présentée au salon de Paris en octobre suivant… mais les envies conquérantes et guerrières d’un petit moustachu en décideront autrement… Toutefois, 250 exemplaires de cette « TPV » furent fabriqués puis détruites pour la plupart avant l’arrivée des Allemands… Certaines ressortiront de leurs cachettes bien des années plus tard…

Paul

Le 11/10/2017 à 19:39

exact, j’ai fait un raccourci, mais vu le faible nombre de TPV, on peut parler de proto de la 2CV malgré tout 😉

Quentin R.

Le 11/10/2017 à 20:14

j’essaierais de faire un article dessus un de C4… 😉

Alex c.

Le 11/10/2017 à 20:57

J’ai toujours trouvé ce concept amusant et l’idée de la base utilitaire fortement amortie intéressante. Il est certes original mais pas non plus hideux vu les courants de design des années 90 et de la à dire qu’il est l’un des pires faut pas exagérer il y a eu le fameux Fiat multipla qui était présenté au même mondial 1996…

Eddy123

Le 11/10/2017 à 21:06

Elle est très sympa, de plus l’arrière fait très néo rétro. …

Il a eu un concept, Chrysler, de mémoire, qui rappelait la Deux CV, dans les années 90…. toujours de mémoire. ..

Alex c.

Le 11/10/2017 à 21:30

Oui c’était la ccv je crois de mémoire elle ressemblait beaucoup à une 2cv avec carrosserie en composite et petit bicylindre elle avait été conçue pour la Chine il y a eu un article complet dans auto plus à l’époque je crois vers 1997.

Eddy123

Le 11/10/2017 à 22:54

Exact…
Elle m’avait beaucoup marqué à l’époque. ..
Les mêmes contrainte avaient donné les mêmes résultats car leurs cahiers des charges étaient similaires. ..

Maytal

Le 11/10/2017 à 21:08

Non la bulle n’est pas moche, elle n’a pas un physique facile, c’est différent

Theo

Le 11/10/2017 à 23:22

Mon yeux de jeune homme de cette génération me disent qu’on dirait un accident entre une saxo à l’avant, un Picasso et des phares arrières d’une opel corsa

Germain

Le 12/10/2017 à 00:34

Voilà pourquoi il ne faut pas mettre plusieurs voitures en même temps dans le téléporteur. Le film de Cronenberg nous avait pourtant mis en garde,lol

zeboss

Le 14/10/2017 à 13:44

et ne jamais abuser de kronembourg, c’est bien connu…

John

Le 12/10/2017 à 00:32

J’y vois aussi une similitude avec la 2cv. Et avis perso : j’aime bien ce dessin tout en rondeur et ses petits phares qui louchent!

fc30

Le 12/10/2017 à 07:46

Je trouve mes critiques de l’Argus très sévères, voire injustifiées… Le style de ce concept car a bien vieilli, il n’y a que les feux arrière qui sont « spéciaux ». Après recherches, il semblerait que la planche de bord soit la même que celle d’un Berlingo normal, mais avec des inserts de couleur « dorée » en plus.

Francis

Le 12/10/2017 à 08:33

Vraiment dommage qu’ elle ne soit pas sortie !

Nous sommes victimes du MARKETING qui décide de tout !

Francis

Le 12/10/2017 à 08:35

 » post comment  » ….vous ne pouvez pas le dire en français ? ! ? !

JM

Le 12/10/2017 à 10:10

J’ai l’impression qu’au bureau d’études ils ont poursuivi plusieurs pistes en parallèle avant de décider de retenir définitivement le Xsara Picasso.

La finition de la banquette arrière ne m’inspire pas vraiment une approche de type low cost, sauf par le fait qu’elle ne soit pas fractionnée.

Greg

Le 12/10/2017 à 12:09

Bon, la TPV / 2CV « cyclope » de 1939, c’est déjà dit…
Le fantasme d’une nouvelle 2CV revient souvent, tout comme celui d’une nouvelle 4L d’ailleurs…
La 2CV du futur, donc, c’est comme ça que l’on a interprété à l’époque (1998, presque 20 ans!) le concept car C3 Lumière.
Y’avait pas mal d’ingrédients: découpe de capot et calandres, vitrage à 6 glaces en arc de cercles, passages de roues marqués, levier de vitesses émergeant d’une planche de bord dépouillée dans un intérieur minimaliste.
On a tous gobé l’histoire de bonne grâce, mais à l’époque Citroën n’a JAMAIS évoqué la 2CV!
Ce n’est plus le cas aujourd’hui, le site Citroën Origins décrivant maintenant un « concept optimiste (d)étonnant, évoquant la mythique 2CV ».
Aparté en lien avec la C3 de 1ère génération, qui « ajoute un traité plus énergique […] au capital sympathie du concept initial.
Sortie avec un bien plus conventionnel que la C3 Lumière, elle était aussi beaucoup plus petite que la Berlingo Bulle dérivée d’une plateforme plus grande (306).
Logiquement, une Berlingo Bulle produite en série aurait été plus chère et plus lourde que la C3: pas très Deuche, en vérité…
Mais comme évoqué plus haut, l’idée a probablement fait son chemin jusqu’à la Xsara Picasso, indispensable dans la gamme pour ne pas laisser un boulevard à la Mégane Scénic.
Bien joué, Citroën!

jmg

Le 12/10/2017 à 15:03

La nouvelle « 4L » existe… adaptée au 21eme siècle, aux nouveau usages et surtout aux nouveaux goûts : elle s’appelle Duster.

ArnoH

Le 12/10/2017 à 21:53

L’envolée lyrique est belle mais pour le coup je resterai bien plus prosaïque : c’est tout simplement le concept car qui a servi de base au dessin du Xsara Picasso. Le concept comme le véhicule de série étant pas cher.
Et le Xsara Picasso reprend toutes les vertus décrites ici : base éprouvée, mécaniques simples et peu nombreuses, design simple et fonctionnel.

J2M

Le 12/10/2017 à 22:12

Ces réincarnations de la Deuche, de la Quatrèle, de la Mini ou de la Cox me font toujours sourire.
La seule qui s’en est bien sortie est la Mini, avec des moteurs en phase avec l’époque. Une Cooper S, attention ! Grâce au moteur. Merci BMW.
Mais sur le fond, ça cache un manque d’imagination désolant. Et ça conduit tout ce petit monde à la ruine.
On parle de tout électrique à Paris en 2030, sans avoir la moindre idée des structures de ravitaillement qu’impliquera ce type de motorisation en grande masse. Et c’est la preuve emblématique de ce qui nous attend. Ça craint ! Belle feuille de route… Mise dans un coin.
C’est maintenant qu’il faut faire preuve d’imagination, pour se sortir d’une contrainte qui sera de plus en plus prégnante, à échéance visible.
C’était la démarche des constructeurs au moment de la gestation de ces voitures et de quelques autres. On attend des solutions, pas des copies de marketing de ce qui a remis la France sur roues il y a 70 ans…
Cette Citroën est moche et, surtout, inutile. Que de temps, de fric et d’énergie gaspillés…
Ils sont où les Lefèbvre, les Picard, les Porsche, les Giacosa, les Issigonis dont on a tant besoin ?

Greg

Le 13/10/2017 à 09:03

Ta réflexion va un peu dans le sens de ce qui disait Carlos Tavares à la presse ce mois-ci:
en substance, que les injonctions de Nicolas Hulot ont « le mérite de la clarté ».
Mais il ajoute qu’en tant que citoyen -ce n’est plus le PDG de PSA qui parle- il s’inquiète de l’emballement pour l’électrique et rappelle que la communauté scientifique ne s’entend toujours pas sur innocuité des émissions radio-électriques de nos smartphones.
Alors quid des courants induits par les super-chargeurs qui déverseront des cataractes d’électrons dans des batteries de très forte capacité???
Il espère juste qu’on ne découvrira pas dans, disons 30 ans, des effets délétères à nos chères autos électriques.
Et, de nouveau, c’est le PDG qui s’exprime:
il regrette que les états, les gouvernements, imposent une telle rupture technologique sans beaucoup de recul ni de connaissances.
Selon lui, il estime à 250.000 le nombre d’ingénieurs de premier plan chez tous les constructeurs automobiles et regrette que cette somme de connaissances, cette force de travail, soit sommée de ne plus phosphorer sur le moteur à combustion interne qui, selon lui, a encore un potentiel de développement.
Les mauvaises langues diront que c’est parce que PSA est en retard sur l’électrique.
Ce n’est plus tout à fait vrai depuis que la General Motors leur a donné accès à la technologie de l’e-Ampera.

J2M

Le 13/10/2017 à 17:31

Je te rejoins assez. Perso, l’électrique me convainc un peu (Tesla), pas beaucoup (schémas d’infrastructure inexistants) et pas du tout (la production électrique « propre » n’existe pas, sauf barrages).
Ce qui est positif est le coup de pied dans la fourmilière.
Mais comme on ne change que sous la contrainte, que faut-il attendre pour que politiques et techniques prennent un cap réaliste ? Un Tchernoshima en France ? Le baril à 1000€ ?
Rien de ce qu’on nous propose ne convient. Calme plat technologique. Inquiétant, non ?
En 2030 à Paris, il restera les bus électriques (à inventer), les voitures électriques de ceux qui auront une prise (donc un garage) et des deux-roues plus ou moins électriques (la compet’cycliste constituant de ce point de vue un superbebanc d’essai public). Autant dire qu’on pourra flâner sur les Champs aux heures de pointe.

SuperBee

Le 16/10/2017 à 15:48

Tiens à propos de revival avorté, je suis tombé il y a peu sur un concept d’ItalDesign, la Lucciano, qui en 1992 proposait une version modernisée de la Fiat 500 originelle. Concept qui sera par la suite recyclé non pas chez Fiat mais chez Daewoo !
Peut-être l’objet d’un prochain article 🙂

catafalco

Le 19/02/2018 à 10:26

Moi j’aime bien son dessin. Dommage qu’elle n’a pas sorti.

Laisser un commentaire