Citroën BX Dyana Heuliez: une autre vision de la BX

Publié le samedi 29 octobre 2016.
Mis à jour le vendredi 5 avril 2019.
Retour

On en a pas encore fini avec la BX. Après l’essai de notre vénérable rédacteur Niko en tenue d’époque, moustache comprise (lire aussi : BX 16 TZS), il était temps de vous parler de celle qui nous fait tous rêver. Non non, pas la 4TC (lire aussi : BX 4TC), ni même la Sport (lire aussi : BX Sport) ou la 16 soupapes (lire aussi : BX 16 soupapes), mais la fameuse, la désirable, l’unique Dyana !

dyana-06

Chez Citroën, la déesse de la chasse avait déjà prêté son nom à la remplaçante malheureuse de la 2CV (lire aussi : Citroën Dyane), ou fait partie d’un jeu de mot pour son dérivé utilitaire (AK Dyane = Acadiane, avec la référence à l’Acadie française, lire aussi : Citroën Acadiane), mais c’est avec ce prototype d’Heuliez datant de 1986 que son nom sera le plus adapté : normal pour un break de chasse.

dyana-03

Bien des années plus tard, cette proposition du carrossier-designer des Deux-Sèvres paraît bien incongrue, et pourtant, l’idée n’était pas si bête. A cette époque, Heuliez fait son beurre en produisant la version break de la BX (comme il le fera plus tard avec l’XM et la Xantia), et comme à son habitude, Heuliez ne va cesser de faire des propositions à son grand donneur d’ordre, histoire d’augmenter son volume de production.

dyana-02

En 1985, Heuliez avait déjà proposé une version coupé de la BX (j’y reviendrai), ainsi qu’une version monospace, la BX Van (j’y reviendrai aussi). Mais au Salon de Paris 1986, c’est cet étonnant Break de Chasse qui sera présenté. Et Heuliez y croit puisqu’un catalogue de 6 pages sera édité à cette occasion, et que quelques exemplaires seront produits. 3 versions étaient possibles : une version 5 places « classique », une version 5 places + deux sièges enfants dans le coffre, et une version 2 place à TVA réduite. Combien seront réellement construits ? Deux, trois, peut-être 4 exemplaires. On a vu, outre le modèle rouge illustrant cet article, au moins une Dyana de couleur verte, et une autre de couleur grise.

dyana-01

Ce modèle n’entrera jamais en production. Enfin pas tout à fait. S’il était couru d’avance que le marché du « break de chasse » n’était pas assuré d’exister réellement, la BX Dyana donna naissance à un réel produit qui sera introduit dans la gamme « utilitaire » de Citroën, et construit par Heuliez : la BX Service (qui deviendra BX Van en dehors de la France). Plus qu’une vraie Dyana (qui était très travaillée, avec des portes avant plus longues, et une belle intégration des deux vitres arrières à la ligne grâce à un « stripping » cachant le montant), il s’agit en fait d’une BX Break dont les portes arrières ont été soudées, et les flancs tôlées. Mais l’idée est là : un break trois portes sur la base de la BX !

La BX Service, une sorte de Dyana du pauvre... en tout cas un utilitaire partageant la même philosophie sur base BX
La BX Service (ou Van à l’étranger), une sorte de Dyana du pauvre… en tout cas un utilitaire partageant la même philosophie sur base BX

Mais revenons à notre Dyana. Sa présentation montre clairement l’orientation choisie par Heuliez : dans la tradition des breaks de chasse à l’anglaise (shooting brake), elle se veut luxueuse avec son intérieur cuir et son toit ouvrant Webasto-Heuliez. Les photos de présentation la mette clairement en scène en situation de chasse, avec chiens et fusils : c’est dans cette idée que la suspension hydraulique prend tout son sens. Avec elle, la BX Dyana peut sans soucis s’engager dans les petits chemins de Sologne, avec les chiens à l’arrière. Avouez que désormais, vous regardez la BX avec un regard neuf !

dyana-05

Un exemplaire (celui qui illustre cet article) sera conservé de longues années par Heuliez, avant d’être vendu le 7 juillet 2012 lors de la grande vente des bijoux de famille de la carrosserie en faillite. Elle partira à 10 127 euros. Comme les prototypes vendus ce jour là ont tendance à resurgir quelques années plus tard dans les petites annonces, soyez attentifs. Il ne faudra pas laisser passer l’occasion de devenir propriétaire de l’unique Dyana restante. Lors de la vente, elle n’avait que 35 km au compteur (voir aussi : La vente d’Artcurial).

 

Articles associés

8 commentaires

J2M

Le 29/10/2016 à 17:52

La BX reste pour moi une énigme.
Intelligente, mais mal présentée, fabriquée au maillet et motorisée sans noblesse, elle a dans un premier temps tué la CX. Ensuite elle ne s’est jamais vraiment imposée. Son look de jouet en plastique l’a toujours desservie. Même après le « restylage ».
La Xantia est beaucoup moins baroque et meilleure à tous points de vue. Et en V6, c’est une superbe voiture, en berline comme en break.

Eddy123

Le 29/10/2016 à 22:39

Mon père a eu une xantia et j’ai toujours trouvé ma BX meilleur en tout point de vue.. surtout le fait des seintures de sécurité arrières qui finissaient dans les portières sur la xantia alors qu’elles reposent bien sûr leurs dossiers dans la Bx….

Olivier S.

Le 29/10/2016 à 17:54

Quelle beauté…
Par contre, quant a la vente de ce modèle aux enchères et son éventuelle ressortie sur le marché, il est clair que ça sera pour la collec’ pure et dure, a l’instar de l’AX break elle ne doit pas être homologuée donc impossible de rouler avec….

Paul

Le 29/10/2016 à 18:05

Elle a désormais plus de 30 ans, et une plaque constructeur: elle peut donc être immatriculée en « collection » 😉

poum

Le 29/10/2016 à 20:41

Une ex-future concurrente de l’Aerodeck.

Au niveau de la cible, j’aurais plutôt vu le 16s sous le capot et de la technologie embarquée.

D’ailleurs, ça fait un moment que l’on ne voit plus de chasseurs dans les publicités.

Eddy123

Le 29/10/2016 à 22:40

Elle est magnifique cette auto…. Miam..

McCloud

Le 30/10/2016 à 12:49

C’est cette fâcheuse tendance à couper court aux idées originales qui portait bien de ceux de ma génération à préférer les américaines et les anglaises aux françaises, qui savaient si bien tuer le rêve. On avait là de quoi dé-banaliser cette voiture à qui il ne manquait qu’une poignée pour ressembler tout à fait à un fer à repasser monté sur roues. Heuliez cultivait l’art de transcender la banalité de certains modèles de série pour en faire des voitures de rêve. Même leurs minibus avaient de la gueule. Dommage…

Eddy123

Le 31/10/2016 à 20:46

Banale?
Qui, quoi, la BX?..

Laisser un commentaire