Citroën C4 Cactus 2018 : difficile équilibre entre originalité et consensus

Samedi 28 octobre 2017
Retour

Depuis la présentation de la nouvelle mouture (à paraître en 2018) du C4 Cactus, je lis tout et son contraire à son sujet comme au sujet du précédent opus de 2014, et j’avoue avoir besoin de faire le point, tant sur le nouveau que sur l’ancien Citroën C4 Cactus.

Non Boîtier Rouge ne devient pas un site généraliste, comme il n’a jamais été un site « spécialisé » dans l’ancienne. Comme d’habitude, nous nous focalisons sur l’Automobile Autrement, comme le précise notre base-line depuis 2014. Né en même temps que le C4 Cactus, BR ne pouvait laisser passer ce pari fait par Citroën en osant un « truc » différent sans en parler puis en reparler.

En haut, l’ancien Cactus, et en bas le nouveau…

En 2014, nous faisions ce titre : « ça passe ou ça casse » (lire aussi : C4 Cactus, ça passe ou ça casse). En 2015, nous testions la bête, ressortant globalement séduit par ce Cactus malgré ses défauts (lire aussi : C4 Cactus, la prime à l’originalité). Une chose se dégageait : nous avions apprécié l’audace de Citroën à proposer quelque chose de nouveau, distordant les codes du SUV pour se les réapproprier. C’était finalement très en phase avec l’idée qu’on se faisait des chevrons. C’était osé aussi, et le résultat mitigé 4 ans après prouve l’éternel problème de la marque en milieu de gamme. 212 000 exemplaires vendus en 4 ans, c’est beaucoup moins qu’attendu certes, sans pour autant sonner la défaite.

En haut, le nouveau Cactus, en bas, l’ancien…

Alors que la tendance des marques françaises a souvent été de défaire tout ce qui avait été fait, Citroën pour une fois pousse son idée, tout en l’assagissant un petit peu.Les C3 (lire aussi : Citroën C3) et C3 Aircross (lire aussi : Citroën C3 Aircross), sortis cette année, avaient décliné en bas de la gamme le design inauguré par le Cactus, tout en l’améliorant. Il était logique que ce dernier soit mis au goût du jour. Et comme pour prouver le bien fondé de sa démarche tout en donnant une plus grande chance à son Cactus et en laissant le terrain de la berline « classique » à Peugeot et sa 308, Citroën envoie aux oubliettes sa C4 qui sans démériter manquait de sex-appeal dans la tradition de certaines compactes aux chevrons (ZX en tête).

Banale sans démériter, la C4 laisse sa place au Cactus seul désormais sur son segment

On peut ne pas aimer la nouvelle direction prise par Citroën, force est de constater qu’il y a là une certaine cohérence : adieu compactes ou berlines type C4 ou C5, plutôt bonnes routières mais sans image de marque (même pour cette excellente C5, dernière Citroën à suspension hydraulique), place à des voitures colorés, rondouillardes mais pas trop, typées loisir et fun, le fameux slogan « feel good ». Citroën se cherche une nouvelle jeunesse (il était temps, la marque est celle dont les acheteurs sont les plus vieux), et, quitte à désarçonner les « fidèles », s’engage vers la voie d’un certain renouveau (à défaut d’un renouveau certain).

Rome ne s’est pas faite en un jour, et le C4 Cactus 2018 n’étant qu’un restylage du Cactus 2014, il ne fallait pas s’attendre à la révolution. Comme attendu, c’est une évolution, en phase avec les nouveautés de la marque grâce à un design remis au goût du jour et à un positionnement plus « consensuel ». Les amateurs du premier Cactus (dont je fais partie) jugeront sans doute qu’il perd avec ses nouveaux atours beaucoup de son originalité (et de sa capacité de séduction) : pourtant, il faut se rendre à l’évidence, pour vendre aujourd’hui, il faut trouver l’équilibre parfait entre originalité et consensus… Autant dire qu’il s’agit de la quadrature du cercle !

L’intérieur change peu (en haut le nouveau, en bas l’ancien) et garde son charme, en espérant qu’il gagne en qualité

Avec des moyens restreints (cela se voit), Citroën a tenté d’atteindre cet équilibre : pour séduire plus largement, le Cactus se la joue moins SUV, moins baroudeur (ce qu’il n’était pas, de toute façon, dans les faits), perdant ses airbumps et ses barres de toit au profit d’un look plus typé berline. Mais de façon assez habile, il faut le dire, il garde un profil haut sur patte qui satisfera ceux qui veulent de la hauteur même en ville. En cela, il suit la tendance actuelle de certains SUV du segment inférieur, comme le Kia Stonic ou le Hyundai Kona, qui jouent sur les deux tableaux berline/SUV : le meilleur des deux mondes ?

Côté moteur, l’offre reste globalement la même, en essence comme en diesel (à peu de chose près). En essence, on aime ou pas les 3 cylindres : moi j’avais plutôt apprécié, avec un petit côté joueur et sportif (sans doute un peu fatiguant à la longue). En revanche, le Cactus innove (enfin, c’est ce qu’on nous dit) avec des suspensions à butée hydraulique (attention, rien à voir avec les sphères d’antan) améliorant le confort pour un coût bien moindre. Il faudra tester pour voir.

Côté design, la disparition des airbumps me titille un peu car c’était un élément distinctif et original, mais le rendu est assez séduisant sans aussi. La nouvelle calandre lui donne un air plus statutaire, moins jouet, et les feux arrières sont eux aussi plus « classe ». En gros, elle perd en fun, mais gagne en sérieux : le fameux rééquilibrage. A l’intérieur, le design est toujours aussi chouette et épuré, en espérant qu’il dure un peu plus sur le long terme que la première mouture qui vieillissait mal. La banquette arrière fractionnable (ouf) est là, mais les « meurtrières » à la place des vitres arrières aussi : pas sûr que les clients de la C4 classique s’y retrouvent sur ce coup là.

D’ailleurs, le vrai risque est là : pourquoi avoir sacrifier la C4 sur l’autel de la Cactus alors que deux modèles, à l’instar de C3 et C3 Aircross, auraient pu cohabiter. La C4 n’avait pas démérité avec plus de 450 000 exemplaires depuis 2010, malgré son côté passe-partout. Mais bon, c’est pas non plus beaucoup plus annuellement que le Cactus si on y réfléchit. De là à abandonner le terrain pour n’y laisser que le seul Cactus ?

Bref, ce nouveau Cactus laisse un sentiment mitigé : d’un côté Citroën lui redonne sa confiance au point de rayer du marché la C4, mais de l’autre, il rentre dans le rang, y compris vis à vis des petits C3/C3 Aircross, perdant son originalité qui faisait pourtant l’essentiel de son succès pour qui voulait rouler un tant soit peu décalé. Oui il est joliment dessiné, mais résultat, il devient terne, avec le cul encore plus entre deux chaises puisqu’il remplace deux modèles antinomiques répondant à deux attentes différentes. Mais d’une certaine manière, Citroën reste dans la tradition en ne sachant pas bien comment se positionner à ce niveau de gamme. Et comme la marque n’a plus droit au premium depuis le lancement de la marque DS, cela risque d’être le même topo en haut de gamme, avec juste un C5 Aircross un peu seul. Citroën n’étant pas ce qu’on appelle un spécialiste du SUV, ne disposant même pas de transmission intégrale pouvant légitimer ce positionnement (à moins que Dangel s’y colle, lire aussi : Dangel change de main), on peut se demander si tout cela est vraiment pertinent, le brio des deux nouveautés C3 ne suffisant pas à rendre l’ensemble cohérent. Verdict : peut mieux faire, mais semble avoir perdu sa boussole !

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

17 commentaires

ROBINSON

Le 28/10/2017 à 19:54

On peut espérer qu’il se vendra mieux que l’ancien…Citroën, marque historique, va donc maintenant se battre sur le terrain des KIA Stonic et Hyundai Ionic, c’est un pari très osé, à moins que ce Cactus soit moins cher et plus fiable que ses concurrentes. Et puis, toujours pas d’hybrides essence dans les gammes PSA.

fraberth

Le 28/10/2017 à 21:33

j’aime bien l’ancien, mais il lui manque un truc: l’idée est intéressante mais il aurait fallu des options pour rendre chic le véhicule (par exemple l’intérieur très simple mais avec un écran plus grand et du beau cuir partout). Donc j’aurais eu du mal à acquérir l’ancien, alors que le nouveau me plait et me tente presque à l’achat.
Il est plus simple d’aspect sans franchement être très différent de l’ancien.
Mais il pose surtout la question du positionnement de Citroen, car depuis 1974 c’est le flou:
– Peugeot le premium généraliste sur le modèle de volkswagen, ça marche bien et ça colle à l’histoire de la marque.
– DS le haut de gamme un peu excentrique
– Opel je ne sais pas, une sorte de Skoda par rapport à Peugeot?

reste Citroën, le cul entre deux chaises, mais j’ai une idée: reprendre le concept de la Cactus de 2007 (une voiture avec beaucoup moins de pièces) mais ajouter une personnalisation à la carte et des matériaux écologiques, naturelles, ou vegan en options.

En gros des voitures simples et basiques, très fiables et pas cher en modèle de base. Mais personnalisables à la carte avec des nombreuses options.
Le tout avec un design différent et une faible empreinte écologique.

Eddy123

Le 28/10/2017 à 22:56

Tu écris « Avec des moyens restreints (cela se voit) »… Diable! On a pas vu un lifting pareille depuis la C5… il y a partiquement plus de panneau de carrosserie identiques (meme les ailes avant avec le deplacement de repetiteur de cligno… moi au contraire je suis épaté
Par ce changement de physique.. on sans qu’il donne une vrai chance à ce véhicule..

Mon seul regret, je l’avais depuis la sortie du cactus est ses vitres arrières.. ..
Enfin… c’est toujours mieux que sa cousine DS qui elles sont fixés.. .. comme … ben comme sur les 2cv… 🙁

é

VDR

Le 29/10/2017 à 10:47

On sait bien : qui aime bien châtie bien. Vu ce qu’on lui met dans les gencives, je pense qu’en vérité on doit, quelque part, vénérer Citroën.

C’est un billet très intéressant Paul car dans ton texte tu saisis bien toute la difficulté que tu as à trancher, et je pense que c’est à l’image de la position de Citroën vis-à-vis de la Cactus. Avant même de parler de l’auto, j’ai envie de saluer la tentative, si ce n’est le tour de force, du service communication qui a dû bien se tordre le cerveau pour rendre crédible le discours sur le renouvellement du segment chez la marque au Chevron. Remarque, c’est peut-être là une culture d’entreprise, une expérience acquise au fil des revers…

Tu soulignes souvent, à juste titre, la qualité des commentaires que suscitent les articles de BR. Je réagis quelques fois quand je me sens concerné, et ce soir je peux dire que je suis gâté.

On a acheté une Cactus en février. Notre première voiture neuve. On s’est fait plaisir, on a pris celle qui coûte un prix indécent. Surtout avec des vitres arrière à compas et des vitres avant électriques sans fonction à impulsion. Pire, on a même pas eu à négocier. Moi qui voulais tester mes capacités et faire le malin devant mon épouse, les pourcentages de réduc’ se sont alignés comme à la parade. Pas idiot le vendeur, un acheteur décidé, il s’agissait de finir de le convaincre (et vider les stocks).

Je la laisse à ma petite femme, j’ai envie qu’elle ait son confort, et je l’avoue, j’entretiens une relation malsaine avec ma… Dacia. Tu comprends pourquoi c’est un peu Noël pour moi en ce samedi.

C’est que… l’automobile contemporaine me laisse de marbre. Et encore c’est peut-être faire insulte au marbre que de dire cela. Je n’y trouve que trop rarement de l’émotion, et trop souvent de l’esbroufe. Beaucoup de branlette autour d’un objet qui, finalement, a toujours 4 roues et un volant, et surtout des essuie-glace (ça m’a paru toujours archaïque, encore plus de nos jours)

Alors au moment de choisir l’auto qui me fera bouffer un peu plus de pâtes pendant des années, je ne voulais pas resté bloqué sur les essuie-glace. Et comme on chine un peu, on est assez sensible au mobilier. Surtout les enfilades. C’est ce qui m’a inspiré avec la Cactus. C’est une putain d’enfilade. Avec une roue à chaque coin. Pratique à déplacer, l’aubaine. Ce n’est absolument pas une voiture. Enfin, jsuis pas spécialiste de la modernité alors je sais pas trop.

Finalement c’est ce que j’apprécie avec cette chose, tout comme c’est ce que j’apprécie avec ma Sandero : elle ne ment pas (trop), elle ne m’a pas fait croire au paradis, elle ne s’est ni surestimée, ni survendue. Elle m’a même dit tous ses défauts. Car elle savait que j’apprécierai ses qualités.

Mine de rien, c’est pas rien.

Julien

Le 29/10/2017 à 20:30

Merci pour cet article de qualité, j’aime beaucoup Citroën et j’ai l’impression que les plans produits des marques du groupe PSA on considérablement fragilisé l’image de Citroën, qui doit sauver les meubles avec un positionnement original (mais pas trop). Le résultat ne me convainc pas trop, peut être un problème de positionnement, et j’ai sûrement du mal à accepter que Citroën soit en concurrence avec Hyundai, Kia ou Skoda…

Gérald

Le 30/10/2017 à 10:28

Ce Cactus, n’est pas un restylage de l’ancien, la plateforme est différente puique c’est celle des 208/C3/C3Aircross/DS3 et non plus de la 308.
Elle est agréable à rouler en Puretech 110ch puisque légère.

Guillaume D.

Le 30/10/2017 à 11:46

Vous faites vraisemblablement erreur sur la plateforme puisqu’il s’agit toujours de la plateforme PF1 (208/2008/ etc.), à aucun moment le Cactus ne s’est reposée sur l’EMP2 de la 308…

Guillaume D.

Le 30/10/2017 à 12:05

J’aimais beaucoup le premier Cactus, belle prise de risque de Citroën, qui n’a visiblement pas aussi bien marché qu’espéré. Bizarre, parce qu’il me semble que le véhicule fait souvent parler de lui, il ne passe pas inaperçu dans la rue et j’ai quand même l’impression que les retours sont positifs dans l’ensemble.
J’aimais moins la boîte robotisée à simple embrayage et la banquette monobloc.

Je comprends moins en revanche les critiques concernant les vitres arrières à compas, vitres que je n’ouvre que très rarement (pour ne pas dire jamais) grâce à la climatisation et au fait d’avoir des enfants en bas âge qui ne trouveraient rien de mieux que de jouer avec ces vitres…

J’accueille avec plutôt beaucoup de bienveillance ce restylage profond. Au niveau des petits détails, j’apprécie que les répétiteurs de clignotants se logent désormais dans les rétros. Je suis un peu moins convaincu de la disparition des barres de toit qui étaient bien dessinées et qui affirmaient le caractère de (faux-)baroudeur du Cactus.

Par contre, j’ai bien du mal à comprendre comment un véhicule basé sur une plateforme de petite voiture peut prendre aussi la relève d’un véhicule du segment supérieure en terme de prestations!
Certes, les butées hydrauliques vont aider en matière de vibrations, mais il y a tout le reste!

Greg

Le 30/10/2017 à 13:28

Il semble que pour beaucoup de clients potentiels, les Airbumps aient été un puissant frein à l’achat.
Réduits à la portion congrue sur le nouvelle C3, et tout simplement escamotés sur C3 Aircross.
« Les Airbumps, ils font pschitt » comme dirait l’autre.
En ce qui me concerne, j’attendais avec impatience la sortie de cette Cactus en 2014 et souhaitais commander l’une des premières… mais à l’époque, j’avais renoncé la mort dans l’âme en apprenant qu’elle n’aurait pas de banquette fractionnable.
« Oubli » corrigé par Citroën en cours de route, je me suis senti moins seul…
Cette nouvelle mouture présentée officiellement comme la « Berline C4 Cactus » est diablement séduisante, je trouve le restylage très réussi, elle a une apparence tout à fait cohérente avec les derniers modèles sortis.
De là à affirmer qu’elle remplace « la vraie » C4, c’est un peu plus délicat.
Elle n’est pas basée sur la nouvelle plateforme EMP2 du segment moyen (308, 3008) mais sur celle du segment inférieur, (208, 2008) offrant logiquement… des prestations inférieures?
L’intégration du programme Citroën Advanced Comfort est-elle totale?
Outre les amortisseurs à butée hydro et les sièges avec la mousse qui va bien, le programme prévoyait une caisse assemblée par points de soudure ET par cordons de colle.
Enfin, la gamme Citroën est en pleine reconstruction:
– plus de berline familiale depuis la disparition de la C5
– plus de berline moyenne avec la fin de la C4
– une « nouvelle » Cactus pour assurer l’interim sur le segment le plus disputé en Europe, rien moins que ça…
– une petite berline « intérimaire » avec la C3 III décidée tardivement, et basée sur la plateforme de la 208 faute de disposer la nouvelle « petite » plateforme pas encore prête!
On mesure aujourd’hui les effets de la très grave crise traversée par PSA il y’a 3-4 ans : des programmes ont été gelés, des modèles sacrifiés, et Citroën est passé maître dans l’art d’accommoder les restes!
Donc je leur tire mon chapeau quand même car les équipes de designers et d’ingénieurs font du super boulot avec des moyens limités, et heureusement pour eux les ventes ont l’air de suivre.
Je souhaite le plus grand succès à cette nouvelle Cactus, qui arrive un peu tard pour moi, j’en suis à ma 2ème… Peugeot 2008!

wolfgang

Le 31/10/2017 à 13:50

En 2014 j’avais rencontré un patron de concession Citroën qui m’avait annoncé qu’ils allaient faire un gros coup en lançant le Cactus. Il m’avait montré le projet.
J’ai dit ah oui pour être poli.
Mais je me suis dit »ça m’étonnerait que ça se vende ».

Et encore j’avais pas vu les couleurs excentriques aux harmonies douteuses…

Et puis j’ai envisagé d’acheter une bagnole neuve pour être Hidalgo compatible. Et pour mon budget, c’était Tipo (très classique mais bien équipée) ou Cactus (dépouillée mais originale).
Du coup je me suis intéressé plus au Cactus, me disant qu’elle aurait un avenir en collection, contrairement à la Tipo beaucoup trop banale.
J’ai découvert une bagnole légère, fonctionnelle, avec des petits moteurs essence pas ridicules. Un petit côté Cayenne vu de derrière.
Mais ne me voyant pas arriver quelque part, dans un endroit sérieux ou classe notamment, avec une bagnole de clown, j’ai pris une XJ alu GPL d’occas… et je ne regrette pas.
Je crois que les gens commençaient à s’habituer et apprécier le Cactus 1 et qu’il aurait fallu attendre pour faire une V2. Ce genre de bagnole, faut du temps.

Jota

Le 02/11/2017 à 00:08

Je suis de ceux qui n’aimaient pas la V1 en grande partie à cause de ces satanés Airbump qui ressemblent à un tapis de douche collé sur les portes. Même si dans le principe on est sur un produit atypique, décalé donc du vrai Citroën. Pour le coup et surement à cause de nombreux retours négatifs ils ont compris. Leur concept de gamme Essentielle prend une autre dimension du coup puisque les modèles traditionnels ont pour le moment disparu. Pas facile à suivre leurs délires…

Georges

Le 02/11/2017 à 13:26

J’aime beaucoup la première version, la prochaine me semble pas mal mais j’attends de la voir en vrai.
Je suis assez d’accords avec Guillaume pour les vitres à compas arrière.
Cette Cactus a comme problème son offre différente ce qui fait que certains qui la critique le font car elle bouscule trop leurs certitudes.
Je suis persuadé que cette Cactus est un succès pour Citroën pas tant par le nombre des ventes mais pour la couverture médiatique qu’a généré cette Cactus, elle a aussi lancé le nouvel positionnement de la marque.
Je pense qu’il était nécessaire de la faire renter dans le rang, depuis peu elle à comme concurrence le C3 Aircross et en 2018 celle de la C5 Aircross et elle aura pour tache de remplacer la C4.

Matt02

Le 03/11/2017 à 20:54

@Paul,

D’après Wikipédia, la ZX s’est vendu à 2 100 000 exemplaires tout au long de sa carrière (avec les dérivés chinois). La C4 à 450 000 exemplaires soit moins d’une année (plus ou moins) de vente de Golf ou de Corolla voir peut-être de Focus à vérifier… Donc parler de succès me parait léger… Il est vrai que la C4 n’est pas distribué aux USA mais malgré tout. 60 000 ventes/an sur le marché des compactes, c’est très peu. Quand au Cactus, elles sont de l’ordre de 50 000/an.

Ce serait des chiffres pour les ex-C6 ou 607, ce serait superbe mais là…

J’ai du mal à croire à la rentabilité de la marque avec des chiffres aussi faibles ou alors l’utilisation des plate-formes permet ces demi-échecs…

L’alliance avec GM a fait du tort à PSA en les privant de ventes non négligeables avec l’Iran. Les américains étant par ailleurs maîtres du « Faites de que je dis mais ne faites pas ce que je fais… »

Je voudrais bien comparer les chiffres de vente actuels de la gamme Citroën avec celui de l’époque Ax/Saxo, ZX/Xsara, Xantia et XM.

Bref du temps où la gamme ressemblait à une gamme…
Tout ça ne fait pas rêver… Le temps de la Xantia Activa est bien loin. Bienvenu dans l’univers des Playmobil…
Entre un système activa voir un « simple » essieu arrière autodirectionnel de ZX, et des Airbumps, (voir la superbe Dashcam de la nouvele C3…), je choisis ma vision de l’innovation. Mais je suis bête, DS a repris le flambeau… Méga lol…
La stratégie de Citroën fait des zig-zags mais sans système Activa pour la rétablir…

Et dire que la marque fût capable de sortir la SM…

fc30

Le 04/11/2017 à 22:51

Tout à fait d’accord, la stratégie de PSA pour Citroën est erratique (et ne parlons pas de DS)… Quant aux chiffres de vente, je pense que la comparaison serait cruelle, y compris pour d’autres marques qui en quelques décennies ont quitté des segments où elles avaient auparavant une position correcte.
D’ailleurs, en parlant de Xantia, aujourd’hui, existe-t-il encore une voiture du même acabit : une familiale sans être un paquebot comme l’état devenue la C5, avec à la fois des versions sportives et d’autres plus paisibles, des équipements novateurs et le tout avec une bonne finition ?

fc30

Le 04/11/2017 à 22:44

A sa sortie, la Cactus m’a fait penser à la première Twingo : une voiture osée, avec un design recherché tout en étant assez simple sur certains aspects. Mais le prix trop élevé et certains choix douteux (la banquette, les vitres arrière, les boites de vitesse…) ont dû rebuter les clients. Et peut être que c’est aussi un problème d’époque, le non conformisme automobile est peut être moins bien accepté qu’auparavant.
Même si je n’aurais jamais été client pour cette voiture, je lui trouve un certain charme et je suis persuadé qu’elle sera convoitée dans le monde de la collection dans quelques décennies.

Heathcliff

Le 07/11/2017 à 17:28

« Alors que la tendance des marques françaises a souvent été de défaire tout ce qui avait été fait ». Je trouve cette phrase super pertinente. Je me faisais la même réflexion l’autre jour.

Starluc

Le 08/11/2017 à 17:06

Ces charentaises à roulettes avec du lino sur les portes, Dieu que c’est moche…Aucune classe!

Laisser un commentaire