Citroën C6 : un train de retard

Vendredi 28 mars 2014
Retour

La Citroën C6 aurait pu être celle qui aurait mis tout le monde d’accord. Lorsque le prototype Lignage est présenté en 1999, on se met à espérer que le haut de gamme français sort de son marasme et des échecs successifs (XM, 605, et dans une moindre mesure Safrane).

lignage

A la vue de cette belle berline aux gênes Citroën, sorte de CX des temps modernes (lire aussi: Citroën CX), on se dit que Citroën fait à nouveau du Citroën, et qu’enfin la XM pourrait prendre sa retraite en sachant la relève assurée (lire aussi: Citroën XM). Mais allez savoir pourquoi, la C6 n’est finalement sortie qu’en 2005, soit 6 ans après la présentation de la C6 Lignage à Genève.

C6 04

6 ans, dans le monde de l’automobile, c’est une éternité, et lorsque la C6 sort, elle arrive presque après la bataille. Les 607 de chez Peugeot (lire aussi : Peugeot 607) et Vel Satis de chez Renault (lire aussi: Renault Vel Satis) se sont une nouvelle fois cassées les dents face aux berlines allemandes. La C6 ne fera pas mieux, elle qui sans doute arriva trop tard sur le marché.

C6 05

En 7 ans, il s’en vendit tout juste 23 421 exemplaires, un comble pour une voiture à la ligne si majestueuse, intégrant en toute modernité l’identité Citroën et proposant de réelles qualités dynamiques. Bien sûr, on peut toujours dire qu’il lui manquait un moteur, mais la C6 n’était pas ridicule avec son V6 3 litres de 215 ch, voire en fin de carrière son V6 Hdi de 240 ch.

C6 01

En bonne Citroën elle propose, of course, la suspension hydropneumatique qui lui confère une tenue de route magistrale. L’équipement n’est pas en reste, et on a affaire à un vrai haut de gamme. Pourtant, le public la boudera, et c’est à se demander si nos constructeurs français trouveront un jour la martingale sur ce segment exigeant.

C6 06

Il reste cependant un mystère. Pourquoi Citroën a mis 6 ans à sortir ce modèle qui dès 1999 semblait avoir déjà son style figé, et toutes les chances de percer à cette époque ? Des finances limitées ont sans doute donné la priorité à la Peugeot 607 (qui se vendra à 200 000 exemplaires en dix ans). Mais entre le classicisme de Peugeot et l’originale Vel Satis de chez Renault, il y avait sûrement la place pour cette troisième voie dès 2000. En 2005 c’était déjà trop tard.

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

6 commentaires

gdqqloc@gmail.com

Le 30/09/2014 à 12:25

I’ve been browsing online more than 3 hours today, yet I never found any interesting article like yours. It’s pretty worth enough for me. In my view, if all site owners and bloggers made good content as you did, the internet will be much more useful than ever before.

Michaël

Le 21/01/2015 à 12:05

C’était effectivement trop tard : quand elle est sortie, il n’y avait plus l’attrait de la nouveauté, surtout qu’elle ne se démarquait que trop peu du prototype. Une impression de déjà-vu. Après, j’ai toujours été gêné par la planche de bord, que je trouvait pas assez haut de gamme. Bref, que de regrets….

Rodrigo

Le 14/04/2015 à 06:10

Elle est arrivée trop tard, et manquait cruellement des V8 essence et diesel pour faire image plutot que ventes, mais Dieu sait combien des voitures finition base auraient eté vendues.

airline maintenance software

Le 01/08/2015 à 04:25

At this moment I am going to do my breakfast, afterward having my breakfast coming over again to read further news.

fabrice

Le 30/10/2015 à 00:03

La C6 c’est pour mi une superbe ligne à la fois classique ( tres citroen ) et tres originale mais l’intérieure est trop moderne ou trop bizarre pour une voiture haut de gamme et la 607 n’est pas originale : biensur on peut y retouver les traits de la 405 et de la 605 . C’est juste une peugeot en version grosse et moderne

McCloud

Le 28/08/2016 à 14:29

Le problème des françaises haut-de-gamme, qui explique peut-être leur insuccès, est leur appartenance à des marques qui proposent conjointement des voitures très courantes et des utilitaires. L’histoire de l’automobile nous apprend qu’une marque de voitures de luxe, qui n’a toujours produit que des voitures de luxe, peut se permettre des ratages « premium » (Cadillac avec sa Cimarron, Lincoln avec sa Versailles…), quand des marques qui doivent leur renommée à des voitures populaires, même si elles n’en fabriquent plus, auront beaucoup de mal à s’imposer sur le marché du luxe sous le même logo.

Laisser un commentaire