Citroën Kar-A-Sutra : monospace érotique

Vendredi 5 janvier 2018
Retour

Et si le monospace n’avait pas été inventé par Renault, Chrysler ou d’autres (lire aussi : les origines de la Renault Espace ?), mais par Citroën, ou du moins par Mario Bellini, designer italien qui réalisa dès 1972 une sorte de voiture à vivre (hum), à rouler, à dormir, à « baiser » aussi, avec le soutien de l’industriel aux chevrons mais aussi celui de Pirelli : la Citroën Kar-a-sutra ?

Bon ok, la Kar-a-Sutra n’est pas vraiment belle, c’est mieux, elle est faite pour toi. Elle est aussi bien dans son époque du début des années 70, complètement perchée mais en phase avec le côté hippie certes, mais aussi le côté industriel (classe laborieuse?) rappelant le Type H (les stries, bien que carrées, rappellent la tôle ondulée malgré tout, lire aussi : Citroën Type H). En bref, la Kar-a-Sutra n’est pas vraiment une voiture, mais un thermomètre de l’époque, sans savoir qu’elle anticipait sur l’avenir, la Renault Espace et toute la tripotée de monospaces qui apparaîtront dans les années 80 et 90 (comme le Chrysler Voyager ou le Pontiac Trans Sport).

Le rapport entre le cul et la bagnole a souvent été fait. Dans les années 70, la voiture, instrument de liberté, à tous les niveaux, était un lieu de rencontre, un instrument de plaisir, et un bien de consommation (à tous les sens du terme) dans une période consumériste et de libération des mœurs. Résultat, d’autres se penchèrent sur la question du lupanar roulant (lire aussi : Renault 5 LeCar Van by Heuliez).

Pour ce projet de 1972, Mario Bellini, designer et architecte, voulait présenter au MoMa de New York, pour l’exposition « Italy, the New Domestic Landscape – Achievements and problems of Italian Design », un projet original d’une voiture bien dans l’air du temps, mais sortant des canons classiques des salons automobiles. Allez savoir comment il réussit à convaincre deux entreprises familiales et austères (les Michelin et les Pirelli) de financer ce drôle de concept ouvertement érotique (dans son usage, pas dans ses formes), mais Citroën comme Pirelli filèrent du pognon, avant que la crise ne pointe son nez l’année suivante. Bellini avait eu le nez creux ! Un autre industriel, le fabricant de meubles Cassina se joindra au projet.

Malgré son look carré, bizarre, et somme toute assez perturbant dans sa simplicité, la Kar-a-sutra utilise le châssis d’une Citroën SM (lire aussi : Citroën SM), symbole de la coopération franco-italienne de ces années là (et rappelez-vous que Fiat est alors l’un des gros actionnaires de Citroën, autant dire que la marque au Chevron a des intérêts ultra-alpins, lire aussi : Fiat actionnaire de Citroën). Malgré cette base, difficile d’imaginer qu’un monospace puisse dériver d’une SM. Pourtant.

La logique est avant tout architecturale, artistique et fonctionnelle, dans la lignée des idées de Le Corbusier par exemple. Cependant, il faut bien admettre que Bellini anticipe des principes qui seront appliqués dix ans plus tard chez Renault et Matra : plancher plat, modularité, simplicité des traits. Si le Kar-a-Sutra avait surtout fait du bruit dans les milieux artistiques, force est de constater que l’art apporte des solutions innovantes, parfois avec beaucoup d’avance, y compris dans les milieux industriels.

Inspiratrice, novatrice, la Kar-a-sutra n’était pourtant pas une voiture désirable, mais plutôt un truc d’initiés. Peu de gens s’en souviennent, trop pointue, et pas évocatrice techniquement (la performance artistique que les photos trahissent ne pouvait pas séduire l’amateur de bagnole), mais elle a sûrement influencé pas mal de designers et ingénieurs qui finirent par accoucher du monospace dans toutes ses composantes (architecture, organisation, style) : une sorte d’ébauche érotique soi-disant artistique qui finira pas se retrouver presque telle quelle dans l’industrie automobile. Chapeau Bellini !

Car tout commence, comme un artiste, par des croquis quasiment dessinés sur le coin d’une nappe en papier d’une brasserie parisienne, ou d’un Café italien plutôt. Des traits simples, d’enfants, comme on en a tant gribouillé. Il y a des réminiscence de Fiat 600 Multipla (une voiture italienne, rappelons-le), mais surtout une volonté de mettre l’utilisation (dormir, rouler, baiser, partager) avant la fonction (aller d’un point A à un point B). Le plaisir n’est plus mis au même niveau : la conduite en tant que telle devient accessoire, c’est pour tout le reste que la Kar-a-Sutra est faite. Adieu concours de quéquettes sur la puissance du moteur, voici venu le temps de la voiture lupanar !

Au moins, cette Kar-a-sutra n’oubliait-elle pas l’essentiel… L’amour, le partage et le plaisir, ce que bien des SUV oublient aujourd’hui… reflet de cette époque et de notre époque !

Images: Bellini.it

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

11 commentaires

24heures

Le 06/01/2018 à 00:49

Oh la vache! Ça sort d’où ce truc?

Je ne connaissais pas… On dirait un peu un mélange entre les univers de « The Wall » et de « Orange Mécanique », niveau ambiance lifestyle…

Non seulement on peut y trouver un précurseur du monospace, mais on peut aussi se dire que c’est une réflexion d’avant-garde sur la voiture autonome et la manière dont on pourrait imaginer s’y occuper pendant les trajets…

Qu’est devenue cette chose psychédélique? Existe t’elle toujours?

Germain

Le 06/01/2018 à 01:00

On dirait juste un cabanon de jardin sur roues

pilote91

Le 06/01/2018 à 12:38

Pour moi, les stries dans ce sens là, ça rappelle plus la Méhari que le H.

Mirage

Le 06/01/2018 à 15:05

ça fait drole de penser que les émules d’orange mécanique présents sur ces images sont désormais des quasi-septuagénaires bedonnant.e.s… Les concepts esthétiques de ces années étaient vraiment fantasmagoriques, à l’image des intérieurs de Verner Panton par exemple. Y’a un gap face a ce qui a précédé et on a rien fait de plus depuis, à mon sens.

Gérald

Le 07/01/2018 à 00:01

Le véhicule idéal pour trimbaler toute la clique de Cetelem…;-)

JCF

Le 07/01/2018 à 16:43

Ce truc a vraiment dû inspirer Philippe Guedon et l’équipe qui a conçu la première version de l’Espace! En tout cas mon épouse et moi-même avons bien dormi plusieurs fois dans le notre (de 1987) sur un matelas de 140×190 🙂

Choco

Le 08/01/2018 à 12:10

Encore un que je découvre !
Et quelle découverte. Hormis le côté flippant des hommes et femmes présents sur les photos, c’est vrai que les bases sont là. Après c’est moche et la couleur n’aide en rien. Mais les codes du monospaces sont bien présents

Clem

Le 09/01/2018 à 00:24

Il ne s’agissait pas d’une base de GS plutôt ?

Sinon je n’avais jamais remarqué que le toit se déployait. Habile.
Et je viens de lire ailleurs que Bellini aurait été consultant pour Matra par la suite. ^^

otto

Le 11/01/2018 à 15:35

La base c’etait une SM non ?

Antoine

Le 14/03/2018 à 21:55

On dirait un conteneur a ordures surmonté d’une pergola… étrange ! Et puis, c’est moi, où un des schémas montre une partouze ?

Philippe T.

Le 22/08/2018 à 07:20

On est en pleine période psychédélique exploratrice de nouvelles sensations et cet engin m’a subitement fait penser à la comédie musicale Haïr. J’adore. Par ailleurs l’avant du véhicule de profil -contrastant avec la forme cubique ensuite pouvant ravir par sa surface vitrée les voyeurs- me fait penser également à un penis au repos ne demandant qu’a fendre l’air ou autre chose en mode … Kamasutra.

Laisser un commentaire