Citroën ZX Vent d’Ouest by Heuliez : un cabriolet unique pour moins de 15 000 euros !

Publié le mardi 2 décembre 2014.
Mis à jour le dimanche 16 décembre 2018.
Retour

Le Salon de Paris 1994 fut vraiment un salon particulier pour moi. Cette année-là, on sentait vraiment frémir un renouveau automobile, particulièrement chez les français, grands constructeurs ou petits artisans. Chez Heuliez, ce fut un festival. Outre la présentation de la Renault Safrane Biturbo Long Cours, on eut droit sur le stand de l’industriel picto-charentais à une charmante version cabriolet de la Citroën ZX, dénommée Vent d’Ouest.

C’est au début de l’année 1994 qu’est décidé chez un Heuliez décidément en grande forme (qu’il est loin ce temps) de proposer au public cette ZX décapotable. Cela fait déjà trois ans que la berline compacte au chevron est sortie sur le marché, prenant place entre l’AX et la BX (puis la Xantia). Le design est assez passe-partout, mais elle conserve des qualités très « Citroën », notamment en tenue de route grâce à son essieu arrière « auto-directionnel ».

Citroën valide le projet et offre à Heuliez un modèle prélevé sur la gamme. Il s’agit d’une version 16v, équipée du 2 litres 16 soupapes de la Peugeot 405 Mi16 développant 155 ch (soi disant), dont l’empattement sera rallongé de 13 cm. Si Heuliez va assurer le design et le montage du prototype, c’est ASC, une société américaine spécialisée dans les systèmes de capotes (et à qui l’on doit notamment la Saab 900 Cabriolet) qui va s’occuper du mécanisme d’ouverture du toit en toile.

Cette Vent d’Ouest inaugure le « facelift » de la ZX, qui modernise sa ligne de façon étonnante sans pour autant lui donner beaucoup plus de personnalité. De couleur rouge, elle est parfaitement équilibrée, et le public du salon de Paris sera bluffé par cette version. Si Heuliez envisageait de convaincre PSA d’une production en petite série, ce sera peine perdue.

Il faut dire que PSA compte deux marques concurrentes sur tous les créneaux de gamme, et qu’en 1993 venait de sortir la Peugeot 306. Surtout, sa version cabriolet dessinée et construite chez Pininfarina en Italie venait de sortir, en mars 1994 (lire aussi: 306 Cabriolet). Autant dire que Peugeot ne voyait pas d’un bon œil la sortie d’une concurrente au sein même du groupe. Le projet Vent d’Ouest, bien que séduisant, fut donc rangé au placard, parmi la collection de prototypes oubliés d’Heuliez.

Il refera surface en 2012, lorsqu’Heuliez en faillite revendit l’ensemble de sa collection pour obtenir un peu de cash. Estimé entre 20 et 30 000 euros, il ne partira qu’à un peu moins de 15 000 euros, frais compris. Pour une voiture roulante, unique, plutôt belle, et cabriolet de surcroît, avouez que ce n’est pas grand chose. D’ailleurs, Heuliez sera très déçu du fruit de cette vente (un peu plus de 600 000 euros au lieu du million attendu).

 

Articles associés

1 commentaire

Piero_AX_GTI

Le 25/09/2017 à 08:30

Bonjour , je l avais vue au Salon de Paris en 1994 , ensuite j ai su que FABIEN SABATESSE l’avais essayé (photos à l appuie) sur circuit

Laisser un commentaire