Coste C1 : un artisan à l’anglaise !

Publié le mardi 24 juin 2014.
Mis à jour le mercredi 27 mars 2019.
Retour

Il y a des aventures automobiles qui relèvent plus du hasard que de la volonté de créer une nouvelle marque. C’est un peu ce qui est arrivé à Jacques Coste, le créateur de la marque Coste Engineering en 1992. Mathématicien éclectique, il quitte un jour l’enseignement pour se consacrer à une première passion, le vin. Non pas comme œnologue, mais en en faisant le commerce. C’est donc près de Bordeaux que notre ami fait discrètement fortune en négociant les grands crus. Et quand l’argent ne manque pas, les rêves peuvent devenir réalité.

A l’abri du besoin, Jacques Coste peut donc se consacrer à son autre passion : l’automobile. Il pourrait s’offrir le bolide de ses rêves, mais l’homme est un grand enfant, et ce qu’il veut, c’est la construire lui-même. Scientifique et homme de défi, il se lance dans l’aventure avec l’enthousiasme d’un enfant devant sa nouvelle boîte de Lego. Comme il lui manque la notice, Jacques Coste réinvente lui même la méthode avec pour objectif de réaliser une évocation de sa voiture favorite, la Ferrari 330 P4.

Sorte de professeur Tournesol, notre homme se base sur une maquette au 1/43ème pour réaliser sa voiture, appliquant les règles mathématiques de la proportionnalité. Il créé lui même le chassis et les liaisons au sol. Pour tout ce qu’il ne peut pas faire lui-même, il pioche dans la grande série, à commencer par le moteur. Pour sa voiture, il choisit un moteur éprouvé et devenu fiable au bout de 20 ans d’évolution, le V6 PRV. Il mettra 4 ans à terminer sa voiture, qu’il dénommera Coste C1. Si d’évidence la C1 s’inspire de la Ferrari 330 P4, il ne s’agit pas d’une réplique, mais d’une évocation.

En tout cas, en présentant sa C1 à son entourage bordelais, Coste fait sensation, et donne même des idées. L’une de ses relations le convainc de tenter l’aventure commerciale en lui achetant ce premier modèle et en finançant le lancement de la société Coste Engineering. La C1 de pré-série est présentée en 1992, puis pendant un an, Jacques Costes s’attachera à faire homologuer sa voiture. En 1993, les ventes peuvent commencer.

Comme beaucoup d’artisans anglais, Jacques Coste propose deux options : la voiture entièrement montée (de 330 000 à 438 000 francs en fonction notamment de la version du PRV choisie), ou en kit (à partir de 148 000 francs). En tout, 3 véhicules furent montés chez Coste, et 23 autres vendus en kit, soit une production totale de 27 exemplaires (en comptant le premier). En 1999, Jacques Coste présente la C2, qui se voulait plus démocratique (avec un 4 cylindres 2 litres) et plus moderne. Malgré l’ambition, la C2 restera lettre morte, et devant les difficultés, Jacques Coste revendra son entreprise en 2001 pour passer à autre chose, comme il l’a toujours fait. L’entreprise ne lui survivra pas malgré la présentation d’un cabriolet dénommé Kimberley qui ne verra lui non plus jamais le jour.

Aujourd’hui, avec une production de 27 véhicules, dont seulement 17 immatriculés, la C1 est extrêmement rare. Difficile de dire à combien s’échange ce type de véhicule. Si vous en trouvez une, essayez la, et vous serez bluffé par la tenue de route et l’agilité de cette voiture extraordinaire, ainsi que par la qualité de sa finition pour une voiture si artisanale.

 

Articles associés

3 commentaires

Fabrice Jolie

Le 25/06/2014 à 08:41

et les 10 non immatriculées?

Luc

Le 24/06/2015 à 13:45

Je me souviens avoir vu ces Coste C1 à Sainte Foy la Grande en Gironde il y a oufff 20 ans +-

Mercier

Le 29/10/2016 à 18:21

Bonjour,
Votre article est très intéressant mais il comporte une erreur.
La C2 a bien existé et roule encore à ce jour ! Mon père en est l’heureux propriétaire. Il l’a acheté en kit à Mr Coste et l’a faite homologuer et immatriculer il y a 20 ans. Elle a était présentée au salon du cabriolet et est passée au JT de TF1 à l’époque de PPDA. Je tiens les photos à votre disposition si cela vous intéresse.

Laisser un commentaire