Daewoo Espero : la Xantia coréenne !

Publié le lundi 7 mars 2016.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

Bertone fut un fidèle compagnon de Citroën dans les années 80, signant avec un certain succès le dessin original de la BX (lire aussi : Citroën BX), même s’il est aujourd’hui, à tort, controversé, et celui (magnifique à mon sens) de la XM (lire aussi : Citroën XM). Au début des années 90, il signera aussi la ligne plus timide de la ZX (lire aussi : Citroën ZX). Pourtant, il faut bien l’avouer, le studio italien est aussi, au choix, une grosse feignasse (si l’on est méchant) ou un excellent recycleur (si l’on est gentil). Cette politique de recyclage chez l’italien n’est pas nouvelle, on le verra, mais sautera aux yeux dans les années 90 avec la Daewoo Espero.

Espero 07

La BX était une vraie révolution stylistique pour Citroën, et la marque aux chevrons jouaient gros avec un tel design sur un modèle si capital à sa survie et à celle du groupe PSA ! La direction n’hésita cependant pas à choisir le dessin de Bertone, mais ne pouvait ignorer que la proposition italienne n’était pas nouvelle. En 1979, le designer avait proposé le projet Tundra à Volvo (l’un de ses plus gros clients à l’époque), pour rendre plus sexy la gamme 340/360 issue de la gamme Daf (lire aussi : Volvo Tundra) ! Projet refusé, mais projet recyclé chez Citroën, avec le succès que l’on sait ! Après le succès de la BX, Citroën fera encore appel à Bertone pour la XM, offrant cette fois-ci un dessin original. En revanche, pour la ZX, l’ami rital la jouera à l’économie.

Espero 04

Il avait dessiné une jolie petite berline de milieu de gamme pour le constructeur yougoslave Zastava, la Yugo Florida (lire aussi : Yugo Florida). Il lui suffisait de remettre au goût du jour le style et de proposer un dessin encore relativement proche à Citroën, qui valida ce qui deviendra la ZX ! La Yugo Florida n’était pas très connue en France, et après tout, tant que le constructeur français disait oui, pourquoi se priver hein ? Inévitablement, ce coquin de Bertone se retrouve sur l’appel d’offre pour dessiner la nouvelle Xantia. Est-ce parce que les pontes de Citroën se sont rendus compte de l’arnaque, ou tout simplement parce que le dessin ne leur plaisait pas ? Toujours est-il que le projet Bertone fut refusé, et Bertone ne retravaillera plus jamais pour Citroën.

Espero 06

Mais fidèle à sa tradition, Bertone comptait bien rentabiliser son dessin, et frappa à la porte d’un inconnu coréen, Daewoo, membre de la galaxie GM à l’époque. Cela tombait bien puisqu’il désirait produire une berline de ce gabarit, et s’apprêtait à conquérir l’Europe. Emballé c’est pesé, Daewoo accepte le projet qui deviendra l’Espero. Ironie du sort, la Xantia ne sortira qu’en 1993, tandis que l’Espero s’offrait le luxe de sortir en 1990 ! Bon l’Espero partage certains traits avec la berline aux chevrons, mais n’en est pas une copie puisque la Xantia a bien été dessinée par le centre de style du constructeur français. Cependant, partant du même cahier des charges, certaines ressemblances sont troublantes. Surtout, on reconnaît bien dans le dessin le « style » instauré par Bertone chez Citroën avec la BX et la XM. L’Espero, de profil, semble avoir le même traitement des vitres latérales que la XM.

Espero 01

Bref, avec Bertone, rien ne se perd. Dernière ironie du sort, la coréenne sera en partie fabriquée par la société roumaine Rodae, filiale de Daewoo renommée après le rachat du constructeur Oltcit, et partagera les chaînes de fabrication avec les derniers exemplaires de la Club, plus connue chez nous sous le nom de Citroën Axel (lire aussi : Citroën Axel).

Espero 02

Espero 03

Bon, revenons à notre Espero. Si sa ligne est relativement moderne (merci Bertone), il n’en va pas de même de son châssis, dérivé de la plate-forme J du groupe GM, et vieille de presque 10 ans ! Côté moteur, on trouve des moteurs GM d’origine australienne (Holden) : 1.5 16v de 90ch, 1.8 de 85 ch ou 2 litres de 110 ch ! Pas de diesel à l’horizon. Véritable patchwork (dessin italien prévu pour un français, moteurs australiens, châssis allemand), l’Espero est aussi internationale dans sa fabrication : en Corée certes, en Roumanie (chez Rodae, on l’a vu), en Iran ou bien en Pologne (chez FSO).

Espero 11

Espero 09

En Espagne, où elle fut vendu, on comprit que son nom d’origine (qui signifie « j’attends » en espagnol) n’était pas une idée géniale : elle fut rebaptisée Aranos. En Grande Bretagne, elle connut un succès correct, les anglais étant souvent intéressés par les offres low cost (Dacia tenta même d’u vendre sa 1310 sous le nom de Denem, lire aussi : Dacia Denem). L’Espero fit le job jusqu’en 1997, et sera remplacée par la Leganza, contribuant à changer un peu l’image de Daewoo en Europe occidentale.

Espero 05

Aujourd’hui, une Espero ne vaut rien sur le marché de l’occasion (ne parlons même pas de « collection »). Pourtant, son histoire marrante et son design très Citroën pourraient en faire une pièce de choix dans votre collection décalée. Le plus dur sera d’en trouver une (ce genre de bestiole a souvent fini à la casse, car difficile à revendre), et encore plus en bon état. Une fois cette difficulté surmontée, vous pourrez rouler alors avec une voiture signée Bertone (qui malgré ses filouteries, a signé quelques belles œuvres hein!), et si vous avez l’esprit facétieux, vous pourrez toujours lui coller des chevrons, histoire de faire parler vos voisins si cette étrange Citroën qu’ils ne connaissent pas !

 

Articles associés

34 commentaires

niko

Le 07/03/2016 à 11:32

Quand je travaillais dans l’automobile, j’en avais une en GPL sur le parc. Elle était toujours là quand je suis reparti, elle a du se biodégrader depuis…

Max

Le 07/03/2016 à 11:55

On en voyait encore beaucoup il y a quelques années, même après la prime à la casse de 2009. Mais aujourd’hui…plus rien, ou presque ! Sauf en Europe de l’Est…

fc30

Le 07/03/2016 à 12:51

Dans le même genre de réutilisation, il y a eu la Punto I issue d’une étude de Giugaro destinée à Renault (remplacement de la Supercinq) et la Daewoo Matiz (étude d’Ital Design pour une Fiat 500 moderne). Sans parler des nombreux « clones » de Pininfarina dont la Peugeot 404

Michel

Le 07/03/2016 à 14:04

La partie arrière, au niveau du montant C me fait penser à des modèles de chez ROVER

fc30

Le 08/03/2016 à 22:23

Oui elle ressemble beaucoup aux Rover 200 & 400 « R8 » et leurs cousines Honda Concerto (tiens, bon sujet d’article sur une voiture qui a semble-t-il marqué les esprits outre manche)

Greg

Le 07/03/2016 à 16:05

Allez, boum!
Au compacteur!
Je travaillais chez Casino quand les têtes pensantes de l’enseigne se sont avisées qu’elles allaient révolutionner la distribution automobile!
Notre hypermarché a donc reçu l’une des 308 Daewoo Nubira achetées on ne sait comment.
La même année, Larusso chantait « Tu Nubira », et oui…

Paul

Le 07/03/2016 à 16:58

Oui cette affaire de vente dans les Géant Casino m’avait interessé à l’époque: une autre marque « prestigieuse » s’y est aussi essayée avec un bonheur mitigé, DR Motor: http://boitierrouge.com/2014/03/09/dr-motor-lautre-constructeur-italien/

niko

Le 08/03/2016 à 00:44

je m’en rappelle? je bossais chez Skoda à ce moment là. Tout le monde pensait que ça allait marcher, les garages flippaient à moitié. Ca a fait un énorme bide

Greg

Le 07/03/2016 à 16:35

Daewoo, c’est d’abord des fours micro-ondes « à pas cher », donc un fabriquant de voiture aussi crédible que Moulinex ou Whirlpool.
Ce déterminisme quasi inéluctable a longtemps conduit les Daewoo à devenir
a/ l’innommable « voiture de courtoisie » du carrossier franchisé adhérent à quelque enseigne leader
b/ l’achat « acte manqué » du ménage qui n’y entend rien à la chose automobile et qui ignore totalement quels sont la marque et le modèle de son déplaçoir.
Et il y’en a; j’ai aussi traîné mes guêtres dans la réparation rapide et je vous dis pas le nombre de fois où j’ai accueilli un client qui avait « une Ghia » ou autre élucubration!
GM, heureux actionnaire de ce bazar électro-ménager, s’est dit qu’il pourrait repeindre sa camelote coréenne sous un vernis plus à même de faire décoller un électro-cardiogramme plat.
CHEVROLET.
Ça claque, Chevrolet, et désormais notre ménage qui n’y entend rien à la chose automobile peut s’offrir une part de vrai rêve américain « à partir de 5990€ », prime à la casse déduite pour la reprise de sa bonne vieille… Espero; c’est quoi comme marque déjà?
Ah oui, Daewoo, comme le four à micro ondes!

fc30

Le 07/03/2016 à 20:08

Belle description, à laquelle j’ajouterais l’image de la voiture gagnée au juste prix ou au bigdil. Le genre de caisse absolument sans intérêt, qu’on vire à la moindre panne, exactement comme un frigo low cost, et dont ne transparait absolument rien d’intéressant, encore que cette Espéro est franchement stylée par rapport au reste de la gamme.
Rares sont les marques à avoir eu une image aussi « insipide », même Lada et Dacia sont à des années lumières.

GM a finalement jeté l’éponge avec Chevrolet ici aussi, le rêve américain fabriqué au pays du matin calme ayant séduit peu de monde. Seule la Camaro représente encore la marque je crois.

Paul

Le 07/03/2016 à 20:43

Pour le juste prix, c’était pas (il me semble) l’Espero, mais la Nubila (ou du genre) dérivée d’une Kadett ancienne génération !

poum

Le 08/03/2016 à 16:44

Je me souviens aussi que chez daewoo, il y eu la série spéciale nexia « le juste prix » avec de gros logos de l’émission collés sur les ailes avant … une bonne youngtimer, certes moins classe qu’un renault express mais tellement plus originale.

Paul

Le 08/03/2016 à 16:52

je ne suis pas sûr que cela ait été une série spéciale (à vérifier), cependant, je me rappelle bien, lors d’un stage d’entreprise en 1996 chez un revendeur d’occasion, avoir du batailler pour vendre une Nexia gagnée au Juste prix (sans succès d’ailleurs) 😉

poum

Le 08/03/2016 à 18:06

C’est flou mais il me semble me rappeler d’une publicité dans auto plus avec une photo de la bête prise de trois quart avant.

Paul

Le 08/03/2016 à 18:07

c’est flou aussi pour moi, je ne prétends pas avoir raison ;)… mais l’anecdote est marrante en tous les cas 😉

fc30

Le 08/03/2016 à 18:32

Au vu des différents sites de cotation (Argus et consorts) la mentionnant, oui, cette série spéciale a bien existé…

Paul

Le 08/03/2016 à 18:49

ah … bon un article en perspective 😉

ElPoY

Le 10/03/2016 à 18:55

C’est la Nexia qui est dérivée de l’Opel Kadett E, Les deux modèles ont été proposés comme cadeaux pendant le juste prix.

OLIVIER WASTERLAIN

Le 16/03/2016 à 20:00

c’était la Nexia (un énième relookage de la Kadett E) d’abord le mans (identique au Opel- Vauxhall astra mk2, chevrolet kadett-ipanema, pontiac le mans, passport optima) puis racer-pointer-fantasy (identique aux asuna se et gt) puis cielo (notre nexia, cielo de Zaz) et encore aujourd hui la Nexia II de Uz-Daewoo en Ouzbékistan pas mal pour une voiture sortis en 1984

Laurent BUNNIK

Le 01/09/2016 à 21:06

C’était la Nexia (ou Racer dans certains pays)

Jota

Le 07/03/2016 à 21:22

Excellent! Des analyses et réflexions que j’avais déjà à ce moment là. Je vois qu’on a vecu la même époque! Je me souviens que le buzz sur les Daewoo vendues en supermarché s’était vite transformé en gros flop.

niko

Le 08/03/2016 à 00:45

La Kadett c’était la Nexia. Première Daewoo importée en france

niko

Le 08/03/2016 à 00:46

après ils ont sorti la Nabilla avec deux airbags

Paul

Le 08/03/2016 à 01:03

Enre un nubile et la Nabilla… ahaha 😉

Paul

Le 08/03/2016 à 01:03

Oui Nexia putain !!! Bordel, honte à moi 😉

eddy123

Le 08/03/2016 à 06:49

Peugeot fabriquait des moulins à poivre, non??

c’est beau le dénigrement!!!

Greg

Le 08/03/2016 à 09:06

Oui, je suis de mauvaise foi et ça fait du bien de rire 5 minutes!
Peugeot fabrique toujours des appareils ménagers: moulins à poivre, à sel et à café!
Au commencement de « l’Aventure Peugeot »: de l’outillage, des lames de scies… d’où le choix d’un lion pour représenter la marque… par rapport aux dents.
Puis des cycles, et des motocyclettes, puis des automobiles, et enfin LE modèle qui fait entrer Peugeot dans le cercle des « grands constructeurs » : la Bébé », conçue par Ettore Bugatti…
C’était il y a un siècle, donc au bénéfice du doute je reconnais la légitimité de Peugeot en tant que constructeur automobiles!
Regardons l’exemple de Soïchiro Honda, qui crée sa société en 1948 et commercialise un vélo greffé d’un minuscule moteur de sa fabrication.
En 1963, soit 15 ans plus tard: première automobile.
L’année d’après, 1964: 1ère Formule 1 avec une monoplace de conception 100% maison, châssis et moteur V12!
Au sortir de la guerre, Ducati, fabricant de transistors et autres composants, crée tout petit moteur, le Cucciolo (petit chien) destiné à motoriser des vélos.
Il y a des exemples de diversification industrielle qui forcent le respect, et d’autres non 😉

Gds

Le 07/03/2016 à 17:56

Un exemplaire en quasi parfait état trouvé dans les rues de Strasbourg, sinon le style me parait pas vraiment mémorable, sinon un avant ressemblant à une Citroen ou aux phares arrières d’une 200sx.

Olivier

Le 07/03/2016 à 23:46

Je retiendrais une chose « le design magnifique de la XM » ! Je suis totalement d’accord !

Benjamin

Le 08/03/2016 à 06:31

Fait amusant, les premières esquisses de la futur Xantia ressemblent assez à ce projet Bertone.
Vu dans un magazine (surement A-J) de 90-91, où elle est appelée DX. Il faudrait que je le retrouve.

Serge

Le 25/03/2016 à 10:44

à propos de Xantia , et d’influence de style à travars le temps , j’avais été frappé à la première vue d’une Xantia , par sa ressemblance avec la …. NSU Ro 80 ,

Olivier

Le 12/03/2017 à 14:53

Je pense que ce genre de marque a autant sa place que dacia.. Le gros du PB c est le manque de distributeurs et le s.a.v a la ramasse… A l heure actuelle des voiture simple et fiable auraient leur marché surtout au vu des prix des voitures actuelles de grande marque….

Theo

Le 22/01/2019 à 17:13

Du coup, car je m’y perds, la Xa’tia a-t-elle été dessiné par Bertone ?

Cfhttp://boitierrouge.com/2017/11/28/citroen-xantia-seuls-les-connaisseurs-savent/

Ialuset02

Le 20/06/2019 à 02:46

Article qui a tout de suite retenu mon attention puisque j’ai une espero depuis fort longtemps, c’est une 2.0 CD à boîte automatique (une rareté dans la rareté) de 96.
C’est une voiture qui est dans ma famille depuis 98, achetée en véhicule « occasion récente » chez un concessionnaire Daewoo, je la connais donc assez bien.
Je précise qu’elle fait 105 cv et non 110 (petite erreur de l’article).
C’est un moteur type C20LE qui est aussi monté dans les Opel (Vectra je crois), avec une boîte AISIN 4 rapports à gestion électronique (avec un programme sport et neige, oui oui !).
Elle accélère très correctement, mais la consommation est assez importante, très difficile de rester sous les 10 litres/100 sur route et en ville n’en parlons même pas.
C’est une voiture très attachante, silencieuse, souple, très bien équipée (de série) pour l’époque (clim, ABS, airbag, jantes alu, 4 VE, le coffre qui s’ouvre automatiquement de l’interieur…) et très confortable, la suspension est vraiment trèèès souple, peut être ont ils poussé la « citroenerie » jusqu’aux amortisseurs…
Après les quelques essais de l’époque (autoplus entre autres) mentionnaient une finition plus que moyenne, une présentation dépassée, une tenue de route aléatoire, et une voiture qui se « dandine » quand on la pousse. Personnellement je n’ai jamais trop essayé de la pousser dans ses retranchements, elle a un âge respectable et je tiens à la garder le plus longtemps possible. Mais je trouve la tenue de route tout à fait correcte pour un usage normal.
Le problème pour la garder le plus possible, c’est la disponibilité des pièces qui commencent à manquer. Et le passage au nouveau CT depuis l’année dernière n’est pas de bon augure (le dernier était quasi-vierge en 2018 mais qu’en sera t-il avec la nouvelle norme).
Je ne compte pas le nombre de personnes qui m’ont demandé « mais qu’est ce que c’est que cette voiture ? », elle a déclenché la curiosité des mécanos du centre auto où je suis allé dernièrement pour la vidange. Et je confirme qu’on en voit pratiquement plus depuis quelques années.
Niveau fiabilité elle n’a jamais eu aucune panne hormis les pièces d’usure courantes, comme quoi pour une voiture low-cost…
Personnellement je trouve la ligne très réussie, même si on ne peut pas en dire autant de l’intérieur.
En résumé c’est le parfait youngtimer rare et original à collectionner, moi j’adore cette voiture, vous l’aurez compris !

Laisser un commentaire