Dangel quitte le giron familial pour un nouvel investisseur

Mardi 10 octobre 2017
Retour

Alors que la presse auto se focalise sur une éventuelle faillite de PGO (une information à vérifier), seule l’Alsace, quotidien alsacien, nous fait part d’une nouvelle intéressante : Dangel, réputé pour ses transformations de 4×2 en 4×4, change de main et quitte le giron de la famille du fondateur, Henry Dangel, décédé en 2006.

L’amateur d’automobile se souvient avec délectation des Peugeot 504 4×4, pick up ou break, à la garde au sol étonnante (lire aussi : Peugeot 504 Dangel), et rêve même encore de s’offrir une 505 Break passée entre les mains du génial Henry Dangel (lire aussi : Peugeot 505 Dangel). Après l’arrêt de la production de ces deux icônes de l’entreprise alsacienne, ce sera le C15 qui marquera les esprits des entrepreneurs, agriculteurs et autres fonctionnaires, utilisateurs de cet étonnant utilitaire devenu franchisseur grâce à Dangel.

Aujourd’hui, Dangel s’occupe des Citroën Berlingo, Spacetourer et Jumper, des Peugeot Partner, Traveller et Boxer, ou du Fiat Ducato. D’ici peu, Dangel transformera des Toyota ProAce en version 4×4, premier Toyota dont la transmissin intégrale ne sera pas réalisée en interne. La petite entreprises des débuts a bien grandi. Après un investissement de 10 millions d’euros en 2015 afin de moderniser son outil de production, Dangel a réalisé 18 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016, produisant près de 3000 véhicules, avec 92 salariés en CDI et 28 en CDD. On est loin du quasi artisanat du début des années 80, lorsque Henry Dangel commença à produire les fameuses 504 avec la bénédiction de Peugeot.

Depuis 2015, la famille Dangel voulait passer la main, pour permettre à l’entreprise de se développer. En décembre de cette année-là, Robert Lacker, le directeur général, était chargé de trouver un repreneur susceptible de reprendre la vénérable société devenue référence dans son secteur. L’homme idéal, Lacker l’aura finalement trouvé en la personne de Philippe Hébert, un ancien de chez PSA où il fut notamment responsable du département Liaison au sol, puis directeur d’usine. Une expérience technique, industrielle et managériale idéale pour l’entreprise alsacienne. Le voilà désormais, après une période de formation et d’observation au sein de l’entreprise, propriétaire de Dangel par l’intermédiaire d’une société de holding dénommée Financière 2×4.

On ne peut que se réjouir qu’un industriel reprenne l’entreprise, à l’heure ou tant d’autres se retrouvent rachetés par de fonds d’investissements ne cherchant qu’une rentabilité à court-terme pour revendre en faisant la culbute, ou doivent finalement fermer boutique, comme Heuliez en son temps. Dangel a su se créé son créneau, spécifique, adossé à un puissant partenaire (PSA). Si désormais la marque produit aussi pour Fiat et Toyota (profitant des plate-formes communes), Dangel devra à l’avenir se diversifier pour éviter une trop grande dépendance.

Souhaitons donc bonne chance à Philippe Hébert dans cette nouvelle aventure qui, on l’espère, permettra à Dangel de se continuer à se développer.

Merci à Raphaëlle (http://miss280ch.com/) pour m’avoir glissé l’info.

A lire : l’article de l’Alsace sur le rachat de Dangel

Images: Dangel

Articles associés

6 commentaires

Choco

Le 10/10/2017 à 12:02

Souhaitons le meilleur à cette entreprise.
Le fait que ce soit un industriel qui rachète est plutôt bon signe : les gains se feront via l’innovation et la technique, plutôt que par une traque des coûts.
En revanche si cela se confirme pour PGO c’est bien triste.

Eddy123

Le 10/10/2017 à 13:23

Effectivement, cela semble être une bonne nouvelle!!
Souhaitons qu’ils puissent s’émanciper de PSA…..

Rubinho

Le 10/10/2017 à 17:00

Pourquoi une émancipation? PSA est un partenaire historique, aussi ce lien fort doit être conservé et entretenu (surtout avec un patron venant du groupe).
Par contre, une ouverture à d’autres constructeurs, oui clairement ; côté business c’est même souhaitable pour être moins dépendant de PSA et de ses alliances ponctuelles, mais aussi côté technologique car c’est en s’ouvrant à d’autres constructeurs et à leur spécificité que Dangel pourra aussi se développer

Eddy123

Le 10/10/2017 à 19:09

C’est grosso modo m’a pensé. .. un seul partenaire est plus que risqué.

SRDT

Le 10/10/2017 à 22:11

Il faudra obligatoirement se diversifier pour pouvoir survivre en cas de pépin avec PSA.
Le nouveau patron a certainement pas mal d’anciens collègues bien placés mais à mesure qu’ils partiront ailleurs cet avantage disparaitra… Il y a un paquet de PME qui finissent par couler à cause de ça.

zeboss

Le 12/10/2017 à 09:31

un 3008 4*4 pour de vrai ? les bases emp2 sont adaptables par dangel donc…
😉

Laisser un commentaire