David Brown Speedback GT Silverstone Edition : singularité britannique

Mercredi 7 mars 2018
Retour

Alors que certains font du neuf avec de l’ancien, comme Jaguar-Land Rover (lire aussi : Jaguar XJ6 Série 3 Greatest Hits), d’autres font de l’ancien avec du neuf (ou presque). Ainsi, jouant habilement d’une homonymique bienvenue, David Brown a-t-il fondé sa petite marque en 2014, lançant une Speedback GT aux furieux airs d’Aston Martin DB5 (lire aussi : Speedback GT). On avait pu découvrir en vrai cet étonnant modèle l’année dernière à Genève, et cette année, rebelote avec une série spéciale dénommée Speedbackt GT Silverstone Edition.

Jusqu’alors, la Speedback GT n’avait pas de prétentions sportives, bien que basée sur la Jaguar XKR. Le V8 Jaguar développait certes 510 chevaux, mais sa ligne élégante, racée, et finement évocatrice d’une Angleterre des années 60, laissait plutôt croire à une aimable voiture, luxueuse et puissante, sans plus. Cette année, et sans doute pour apporter un peu de nouveauté en terre hélvétique, David Brown a décidé d’offrir un soupçon d’agressivité à son grand coupé en présentant la Silverstone Edition.

N’allez pas chercher bien loin l’origine de ce nom, il s’agit certes du célèbre circuit anglais, mais aussi le lieu des ateliers de la petite firme britannique. Côté design, outre une peinture noire spécifique appelée « fly by night », la Speedback GT Silverstone s’encanaille par rapport à sa sœur « de série », offrant plus de sportivité à un dessin plutôt vintage. Pas de quoi non plus s’affoler, avec des longues portées installées dans la calandre devenue « nid d’abeille », des jantes plus sportives tendance « black », des bas de caisse retravaillés, un faux fond plat visible à l’arrière, et des feux abandonnant le orange pour ne garder que le rouge et le blanc. A l’intérieur, la présentation est toujours aussi cosy, mais les siège changent, passant du « Chestefield de club » à du « baquet de luxe ».

Voilà pour le look, mais le vrai changement de cet Speedback GT Silverstone Edition se trouve sous le capot. Le V8 est en effet porté au delà de la symbolique puissance de 600 chevaux (601 pour être précis). Est-ce vraiment la vocation de ce coupé ? Peu importe, l’essentiel est là, puisqu’il en faut toujours plus. Pour accompagner cette hausse de puissance, David Brown Automotive a aussi retravaillé les suspensions, histoire de pousser un peu plus la sportivité du véhicule.

A l’origine, la Speedback GT était prévue pour 50 exemplaires. Désormais, David Brown Automotive assure qu’elle ne dépassera jamais les 100 unités sans pour autant donner les réels chiffres de production ou de vente. Cette Silverstone Edition, qui aura demandé 8 semaines de travail, sera quand à elle limitée (selon la marque), à 10 exemplaires seulement !

Pour s’offrir l’un de ces dix exemplaires, il faudra tout de même débourser 600 000 £. Une pacotille pour les grands de ce monde, mais une montagne pour nous, communs des mortels. Cela dit, voir perdurer une petite entreprise comme celle-ci est plutôt rassurant : il existe donc une clientèle prête à sortir une telle somme pour un peu d’exclusivité malgré la base relativement ancienne utilisée (la Jaguar XKR, répétons-le). Preuve s’il en était que l’argent ne conduit pas tout le monde au même endroit, et encore moins chez Mansory.

Pour ceux qui n’auraient pas les moyens de rouler en Speedback GT mais que l’univers David Brown attire inexorablement, il existe cependant un solution : s’offrir une Mini Remastered, produite par l’officine britannique sur la base d’une Mini d’origine. Il ne vous en coûtera plus que 75 000 £. Un modèle donc Boîtier Rouge vous reparlera très bientôt !

Articles associés

6 commentaires

Rob

Le 07/03/2018 à 14:45

Oui mais non.
Une fausse Aston historique.

François-Xavier

Le 07/03/2018 à 16:19

Bref, Finn Mc Missile a fait de la gonflette 😉

Rubinho

Le 07/03/2018 à 16:45

Et avec de « beaux » aérateurs Mercedes Classe E… A 600 000£, ca pourrait etre personnalisé qd meme! c’est plus ce que c’était l’hyper luxe, je passe mon chemin 😉

Céladon

Le 11/03/2018 à 16:12

Sans vouloir vexer, c’est un clone/copié collé, d’Audi,l uxe et puissance n’y changeront rien, on ne peut plus les exploiter, sauf au Maldives, ? Groenland? Liechtenstein? ou son île privée avec 300 m de route.
Jolie; mais ne sert à rien.
Sauf à gonfler son égo.

philippe

Le 17/03/2018 à 18:31

Même si je ne suis pas un fan des répliques approximatives ce n’est quand-même pas une Excalibur, le bon goût anglais est préservé.
Une DB5 en bon état flirte maintenant avec le million d’euros.

Georges

Le 18/03/2018 à 17:51

« le bon goût anglais est préservé » j’adore l’humour au second degrés quoi que là serai-ce que troisième ?
Disons c’est ça dans lignée du design anglais bien baroque.
En voyant les images avant de lire le texte (enfin l’essentielle se trouve à la fin), je me suis dit tient un avant à la Mini (BMW) même pas moins lourde malgré la place et l’arrière toujours avec la même source d’inspiration, le reste de la ligne ne rachète rien. Je ne mettais pas trompé sur la source d’inspiration elle se trouve ne chez Mini bmw.
Mais bon c’est anglais du pure anglais aussi délicat qu’un Tornado !

Laisser un commentaire