Dina Renault 4 Costero : le mystère de la Plein Air mexicaine

Mardi 30 mai 2017
Retour

Ne croyez pas que je connaisse à l’avance l’histoire de toutes les voitures présentées sur Boîtier Rouge. Il s’agit le plus souvent d’un travail de recherche si possible pointu, suivi d’une vulgarisation et d’une rédaction que j’espère le plus souvent agréable à lire. C’est d’ailleurs souvent au gré de mes recherches sur un véhicule en particulier que je tombe sur un autre : ce dernier vient rejoindre ma longue liste de sujets. C’est ainsi que je suis tombé hier sur une mystérieuse voiture : la Renault 4 Costero.

Mystérieuse, c’est bien le terme, car peu d’informations circulent sur cette soi-disant version mexicaine de la 4 Plein Air (lire aussi : Renault 4 Plein Air). Même sur les sites ou forums mexicain, cette Costero semble jouer l’arlésienne : on en parle, on l’évoque, mais personne n’en a jamais vu. Seule une annonce au Mexique (disparue depuis) présentait une R4 de type Plein Air, mais tellement tuning qu’elle semble être plus artisanale qu’autre chose.

Peu à peu, l’histoire se dessine ainsi : après l’arrêt de la Plein Air en France, Dina, l’assembleur de nombreuses Renault au Mexiqe (4, 8, 10 puis 12 jusqu’en 1977, mais aussi et surtout la fameuse Dinalpin, lire aussi : Dinalpin), aurait eu l’idée de la proposer à la vente à ses clients. Si la Plein Air fut un échec en France, son style pourrait plaire en Amérique Centrale.

C’est du moins ce qu’on du se dire quelques pontes chez DINA puisqu’un catalogue de 4 pages va être imprimé, présentant la Costero dans le détail. On trouve ce catalogue en vente, preuve qu’il a existé. C’est d’ailleurs de ce catalogue que vient la seule photo de la Costero disponible : celle qui se trouve en ouverture de l’article, où l’on note bien le nom Costero à la place de Plein Air. Si la photo donne une impression très « mexicaine », elle me donne un air de « déjà vu ».

Normal, puisqu’il s’agit d’une photo publicitaire pour la Renault Plein Air : seule différence (retouche?), le nom sur la voiture et sur le titre. Alors, cette Costero a-t-elle réellement vu le jour ? J’en doute. Sans doute quelques catalogues « tests » ont-ils été imprimés, et sûrement que DINA s’est réellement posé la question. Mais Renault ou Sinpar, ou les deux, ont sans doute refuser qu’elle soit produite au Mexique : du moins est-ce mon idée. A moins que tout simplement les études ne révèlent pas plus de marché en Amérique Centrale qu’en France.

La publicité orignale pour la Plein Air

Je peux me tromper, mais pour moi, la Costero n’a jamais existé ailleurs que sur cette brochure. Je serai en revanche ravi de m’être trompé si quelqu’un m’apportait la preuve de son existence réelle.

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

12 commentaires

Jean-Michel

Le 30/05/2017 à 10:56

Elle a bien existé! On peut voir la photo de l’une d’elles et de sa facture d’achat sur http://www.renault4pleinair.com

Paul

Le 30/05/2017 à 12:19

Oui cette facture pourrait prouver qu’au moins 1 exemplaire aurait été fabriqué (importé ?). Cela dit l’état de la voiture actuellement (c’est d’elle dont je parle dans l’article et qui fut à vendre quelques temps) empêche de voir des spécificités mexicaines. Alors, quelques modèles importés de France pour « voir »… Du CKD ? Plusieurs exemplaires ou un seul resté dans les réserves puis revendu dans les 70’s ?

gregocox

Le 30/05/2017 à 12:09

Paul

Le 30/05/2017 à 12:16

Oui, la Plein Air, ça on en est sûr… La preuve, vous citez un lien de… Boîtier Rouge. Mais la Costero, c’est déjà plus compliqué. Reste la question de la facture relevé par le premier commentaire… Seule preuve pour l’instant d’au moins un exemplaire !

gregocox

Le 30/05/2017 à 12:23

apparemment Costero est le nom donné à l’exportation.
http://elautomovilenespana.blogspot.fr/2010/09/renault-4-ix.html

Paul

Le 30/05/2017 à 12:27

Non, seul le Mexique avait cette appellation… Les exemplaires du Canada n’étaient pas des imports, mais des voitures pour l’Expo universelle (de mémoire) au nombre de 50… Avec 563 exemplaires fabriqués (chiffre le plus haut) de toute façon, l’export hein… Donc la question: y-a-t-il eu des Costero en plus grand nombre qu’un exemplaire ? 😉

Quentin R.

Le 30/05/2017 à 17:04

Dans le tome 2 du cahier Passion concernant la R4 dispo sur le site Renault Classic et qui raconte la carrière internationale de celle-ci, dans le paragraphe parlant du Mexique, la Costero n’est même pas évoquée… Ce qui tenterai à prouver son inexistence en nombre…
https://fr.renaultclassic.com/outils-services/

Jean-Michel

Le 30/05/2017 à 19:10

Selon le site elautomovilenespana.com, la Costero n’était autre qu’une Plein-Air rebaptisée pour son exportation vers le Mexique. Parcontre, il y eu une autre version vendue en Colombie et construite sur place, baptisée Renault 4 Brisa.

J2M

Le 30/05/2017 à 19:52

Je suis Citroëniste dans l’âme, mais je hais la deuche et ses dérivés.
Au secours, docteur !
J’ai longuement conduit, souffert (des) et comparé petites Citron et petites Renault. Victoire à plate couture des dernières à tous points de vue.
C »est vécu sur 35 ans de conduite. Et je ne comprends pas pourquoi la Quatrèle Plein air n’a pas fait le carton du Tupperware roulant et démotorisé qu’est la Méhari…
J’ai aussi le souvenir de la R4 Sinpar dans les boues du Tchad à la saison des pluies. On avait la garantie de passer de l’autre côté du marigot. Lol, hein ?!
Quand je vois la côte de l’invraisemblable 2cv Sahara, je me dis que la mithridatisation touche aussi le monde automobile. Help ! Justice à la Plein air !

Laisser un commentaire