DKW GT Malzoni : l’étrange mélange germano-brésilien

Dimanche 18 mai 2014
Retour

Le Brésil n’y paraît pas comme cela, mais c’est une vraie terre d’automobiles. Si aucun constructeur résolument national n’a émergé, ce grand pays lusophone perdu au milieu de pays hispanophones a toujours fait preuve de son amour pour l’automobile. Les taxes importantes sur les véhicules d’importation et l’existence d’un réel marché automobile a conduit à l’implantation de nombreuses marques européennes. Si aujourd’hui Volkswagen est quasiment considéré comme un constructeur brésilien, c’est que son implantation (et la production de véhicules spécifiques) ne date pas d’hier. Même si à l’origine, il s’agissait d’une autre marque allemande : DKW.

Ce nom n’évoque sans doute pas grand chose aux jeunes générations, mais son logo formé de quatre anneaux (l’alliance de quatre marques allemandes, DKW, NSU, Horch et Wanderer au sein d’Auto-Union) leur rappelera qu’il s’agit là de la préhistoire d’Audi. Dès les années 50, Auto-Union s’investit au Brésil en participant à la création de la société Vemag (Veiculos e Maquinas Agricolas) à hauteur de 52 %. Cette marque construit sa gamme autour des modèles DKW, particulièrement les utilitaires, mais aussi des modèles spécifiquement « Vemag », jusqu’à produire plus de 15 000 exemplaires par an au début des années 60.

Puma GT

Si la classe moyenne brésilienne cherche avant tout à se déplacer grâce à l’automobile, la classe supérieure a soif de sportives. A défaut d’en créer réellement, et pour contourner les lois d’importation, on recrée des sportives européennes sur le sol brésilien. C’est ainsi que la Willys Interlagos n’est autre qu’une Alpine A108 construite sous licence (lire aussi : Willys Interlagos et les cousines étrangères de la berlinette). Pourtant, certains voudraient créer une vraie marque d’automobiles sportives. C’est le cas de Genaro Malzoni, dont la famille a fait fortune dans le café et la canne à sucre.

DKW Course

D’origine italienne (faut il y voir un lien), il a le virus de la vitesse, de la mécanique et de l’automobile malgré une formation d’avocat, et se lance avec des associés, dont l’ingénieur Jorge Lettry, dans la création de la société Lumimari, destinée à produire une sportive sur une base DKW. Le petit coupé sportif qui apparaît en 1965, finalement doté d’une carrosserie en polyester et motorisé par le petit 3 cylindres 2 temps de 981 cm3 développant 60 ch, fera des étincelles en compétition (avec à son volant de futurs champions comme Emerson Fittipaldi), à tel point que Vemag noue un accord pour le produire dans ses usines. Ainsi naquit la DKW GT Malzoni.

Malgré ses succès en compétition, la GT Malzoni ne sera vraiment pas un succès commercial, puisque seulement 35 exemplaires seront produits jusqu’àu rachat total de la marque Vemag par Volkswagen en 1966. Fini les pièces DKW, et donc adieu la GT Malzoni. De toute façon, son prix prohibitif et son usage limité l’avait contrainte à rester marginale. Cependant, elle sera à l’origine de la marque de coupés sportifs brésilienne Puma, sur des bases VW désormais.

Acheter aujourd’hui une DKW GT Malzoni relève de la mission impossible, puisqu’on estime qu’il n’en reste que 14 exemplaires en état de marche, et seulement un seul en Europe, précieusement préservé par Audi Tradition dans son musée d’Ingolstadt.

Pour lire la suite des aventures de la DKW GT, c’est ici: Puma, l’icône sportive du Brésil

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

2 commentaires

Le 18/05/2014 à 16:54

Merci de nous faire découvrir cette sportive exotique !
Petite rectification : le groupe Auto Union était formé des marques DKW, Horch, Wanderer et Audi (et non NSU). Le constructeur NSU n’est venu qu’après (absorbé par Audi en 1969, selon la page Wikipedia).

Paul

Le 18/05/2014 à 16:59

Exact, NSU n’intégrera le groupe qu’en 1969. Mea culpa (le latin est de rigueur avec une marque comme Audi)…

Laisser un commentaire