Emelba 7: le coup de poker raté du carrossier catalan !

Publié le vendredi 30 mai 2014.
Mis à jour le mercredi 20 février 2019.
Retour

En Espagne, le paysage automobile « national » est dominé par Seat, et aucun autre constructeur n’a jamais réussi à émerger vraiment, si l’on excepte Santana (Land Rover puis Suzuki sous licence) et les marques « étrangères » produisant en Espagne (Renault, Peugeot, Talbot notamment). Pourtant, au milieu des années 80, un petit carrossier tenta de se diversifier et de produire à une cadence industrielle un petit monospace astucieux (et visionnaire) : Emelba.

Emelba-Seat 127 Poker, un pick up sur base 127

Emelba fut créé en 1978 dans la province de Gerone. Son activité principale sera dans un premier temps de produire des dérivés de Seat, comme des pick-ups ou voiture de plage sur la base de la 127, ou même une Seat Panda 5 portes, mais Emelba s’attachera à proposer aussi des version cabriolet « façon Baur » (lire aussi: Baur) de l’Opel Corsa, ou de la Talbo Samba. L’essentiel des revenus de l’entreprise venait cependant des dérivés utilitaires de Seat.

Mais en 1985, la petite marque espagnole a le désir de percer, et compte proposer sa « Siete » qui n’a rien à voir avec la Renault-Fasa du même nom (lire aussi: Fasa-Renault et Renault Siete): son nom lui venait des 7 places qu’elle proposait sous sa carrosserie monovolume. A voir l’Emelba 7 aujourd’hui, on lui trouverait une ressemblance avec le Chrysler Voyager, mais à l’époque, c’était relativement révolutionnaire. Renault venait à peine de sortir son Espace produit par Matra, et le Voyager n’avait pas encore traversé l’Atlantique. Deux moteurs étaient prévus, un 4 cylindres de 1,5 litres et 85 ch, et un diesel de 1,7 litres et 55 chevaux.

La 7 était basée sur un chassis de Seat Ibiza. La petite entreprise avait de grandes ambitions pour elle, et envisageait la production d’au moins 5000 véhicules par an. Mais sans capacité de financement, difficile de vivre sur ses fournisseurs : 100 chassis avaient été commandés à Seat, mais rien ne fut jamais payé. Ecrasé par ses dettes, Emelba n’avait pas les moyens de ses ambitions et la Siete ne fut construite qu’à environ 7 à 9 exemplaires (dont 4 à 5 prototypes). En 1986, moins d’un an après la présentation de la 7, Emelba fit faillite.

Beaucoup virent dans cette tentative effrénée une fuite en avant, car les dettes d’Emelba (1000 millions de pesetas de l’époque) ne dataient pas de la 7. C’est sans doute vrai mais le pari des dirigeants n’étaient pas idiots : le marché du monospace se développait, et surtout un concours devait être organisé dans le but de proposer un taxi unique et modulable lors des JO de Barcelone de 1992, avec à la clé une commande de 11 000 exemplaires. Emelba ne put jamais y participer.

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire