Ferrari 208 Turbo : la Turbo de Maranello !

Publié le mardi 24 février 2015.
Mis à jour le mardi 26 février 2019.
Retour

Chez Ferrari, il y a bien sûr des vraies raretés, mais qui souvent coûtent et cotent un bras, voire des millions d’euros pour certaines. Difficile donc de rouler de façon originale et exclusive dans une voiture portant le cheval cabré à un tarif raisonnable. Difficile certes, mais pas impossible. Car si l’arrivée du turbo sur les modèles récents de Ferrari a fait crier les puristes, ce n’est pas la première fois que cela arrive ; et cela donne une Ferrari rare, étonnante et sous-côtée au doux nom de 208 GTB/GTS Turbo. Oui vous avez bien lu : un turbo chez Ferrari, et ce dans les années 80 ! Voici sa petite histoire !

C’est en 1975 qu’est apparue, dans la gamme Ferrari, la 308, en version coupé (GTB) ou targa (GTS). Ce modèle fit rêver une génération de petits garçons grâce à son apparition dans la série Magnum PI (lire aussi : Magnum PI), avec son V8 3 litres (en fait 2926cm3) de 255 ch (la puissance évoluera au gré des modèles, redescendant à 214 ch avec l’injection puis remontant à 240 ch). Vous ne voyez toujours pas le rapport avec la 208 Turbo ? J’y arrive.

En Italie, une subtilité fiscale limitait la TVA à 18 % sur les modèles de moins de 2 litres de cylindrée, tandis qu’elle taxait lourdement tout moteur de plus forte cylindrée. Ferrari vendait partout dans le monde, et mettait donc en avant des moteurs plus gros, mais sans oublier ses clients italiens (marché important s’il en est). Pour ceux-là, Ferrari concocta une version atmosphérique de moins de 2 litres de son V8, développant 155 ch, lançant en 1980 la 208 GTB/GTS réservée au marché transalpin.

Rouler en Ferrari, c’est bien, mais il fallait bien l’admettre : 155 ch, c’était 100 chevaux de moins que la version 3 litres, et les performances étaient en net recul. Il fallait réagir. La solution la plus simple pour rendre des chevaux à un si petit moteur était de lui greffer un turbo. En 1982, la 208 Turbo inaugurait la turbocompression à Maranello : la puissance grimpait à 220 ch et se rapprochait des nouvelles 308 Quattrovalve de 240 ch. Ouf !

Elle fut produite de 1982 à 1986, à seulement 437 exemplaires (sur les 3100 Ferrari 208 produites) et remplacée en 1986 par la GTB/GTS Turbo (tout court), dérivée elle de la nouvelle 328 ! Elle cote aujourd’hui largement moins que ses soeurs atmo, si l’on excepte la Mondial (lire aussi: Ferrari Mondial). Alors si vous aimez les voitures un peu décalées, les Ferrari, et si vous voulez parier sur la montée de sa côte, optez pour une 208 Turbo !

 

Articles associés

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire