Ferrari 365/400/412 : divine diva !

Publié le lundi 7 mars 2016.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

On pourrait croire que si je ne parle pas d’une voiture, c’est qu’elle ne me plaît pas. Il n’en est rien. Parfois, il s’agit juste d’un refus d’obstacle, devant l’ampleur de la tâche, ou de la stature iconique de la belle ! C’est le cas du trio de Ferrari 365/400/412 qui fait sans doute partie de mon panthéon automobile. J’adore le style de cette bagnole, j’adore sa philosophie, et surtout, j’aime son décalage dans la gamme Ferrari. D’ailleurs, vous aurez remarqué mon affection certaines pour les Ferrari 4 places, comme la 456 GT (lire aussi : Ferrari 456 GT) ou même la Mondial (lire aussi : Ferrari Mondial), sans parler de la sublime 308 GT4 (lire aussi : Ferrari-Dino 308 GT4).

Le proto de la Ferrari 365 GT 2+2 parfaitement restauré !
Le proto de la Ferrari 365 GT 2+2 parfaitement restauré !

365 06 Proto

Et puis j’avais été marqué par la 400i de Charlie Babbitt (Tom Cruise dans Rain Man), lui qui semblait faire un métier de rêve : importateur de voitures de luxe et de collection (on ne se refait pas). Détail rigolo, malgré la présence d’une boîte automatique (à partir de la 400) et le respect des normes américaines, les 400 et 412 ne furent jamais importées officiellement aux USA, mais bel et bien par des importateurs « parallèles » à la manière de Charlie Babbitt ! Bref, j’aimais la 400, puis la 412, voitures de mon adolescence, et par extension la 365 GT4, leur prédécesseur à la carrosserie quasi identique (mais reconnaissable à ses 6 feux arrières).

400 11

400 10

La 365 GT4 2+2 est apparue en 1972, prenant la succession de la 365 GTC/4 (lire aussi : Ferrari 365 GTC/4). Avec cette dernière, on était dans le sublime façon sixties, mais avec la nouvelle 2+2 dessinée elle aussi par Pininfarina, on touche au sublime des seventies qui aura su évoluer par toute petite touche pour atteindre … le sublime des eighties ! Rien de plus difficile de rester intemporelle, et la 365/400/412 aura su rester relativement à la page stylistiquement durant toute sa longue carrière (1972-1989) ! Encore aujourd’hui, sa ligne frise la perfection, à l’heure où les carrosserie se plissent, se courbent, se couvrent de vagues, de calandres façon coupe frites et de tout un tas d’artifices parfois malheureux.

400 04 Auto

400 02

Avec cette nouvelle « grande Ferrari » à moteur V12 à l’avant, tout n’est que simplicité, pour une fois en 3 volumes (ce qui n’arrivera plus vraiment chez Ferrari), et il faut avouer que tout fonctionne. Elle nous paraît classique aujourd’hui, mais à l’époque, elle était en rupture avec le style en vogue chez Ferrari jusque là. Le carré se fait plus présent, et on sent que la marque de Maranello cherchait à se renouveler en ce début des années 70 (la 308 GT4 en est la preuve, même s’il s’agissait au début d’une Dino).

400 05 Auto
La dernière fois que je suis venu là (Florence), c’était en Renault Talisman: pas le même charme !

400 06 AUto

La première génération, produite de 1972 à 1976 n’était disponible qu’en boîte manuelle, avec un V12 de 4,4 litres de cylindrée développant ses 350 chevaux tout de même, ce qui, à l’époque et sur une 4 places, n’était pas banal ! Elle se vendra à 524 exemplaires avant d’être remplacée par la 400, qui n’en est qu’une évolution stylistique mais aussi mécanique puisque son moteur, gardant la même puissance, gagne en cylindrée avec 4,8 litres. Grande nouveauté, la boîte automatique est introduite. L’Automatic, disposant d’une boîte à 3 vitesses Borg-Warner, se vendra désormais mieux que la version manuelle dite GT (avec 355 exemplaires vendus pour la première, et 147 pour la deuxième). Pas étonnant, car finalement, cette voiture n’était pas faite pour le sport, mais pour le Grand Tourisme : la philosophie de la boîte auto (une première chez Ferrari) lui allait plutôt bien.

412 01

412 05

412 02

En 1979, c’est au tour de la 400i de faire son apparition. La vraie différence ? L’adoption de l’injection et le respect des normes de pollution américaine, faisant chuter la puissance du V12 à 310 chevaux ! Malgré cela, elle sera la série la plus vendue du trio, avec 855 Automatic et 422 GT jusqu’en 1985. Vient alors, pour assurer la fin de carrière du modèle, la 412, qui vient corriger le défaut essentiel de la 400i : sa perte de puissance. Désormais, le V12 cube 4,9 litres (4943 cm3) et retrouve ses 340 chevaux tout en recevant un très léger coup de cosmétique (avec notamment des clignos blancs). 270 GT et 306 Automatic seront vendus jusqu’en 1989, cloturant la longue carrière du modèle sur un total de 2879 exemplaires (524 pour la 365, 502 pour la 400, 1277 pour la 400i et 576 pour la 412… Le tout réparti entre 1516 Automatic et 1363 GT. La 412 restera quelques temps sans descendance puisqu’il faudra attendre 1992 pour que la 456 GT fasse son apparition, dans un autre style mais tout aussi séduisante !

412 03

412 06

412 04

Aujourd’hui, l’un ou l’autre de ces modèles sont bien entendu recherchés, mais reste encore dans des zones tarifaires raisonnables ! Si l’envie vous prend de rouler avec une 365, une 400, une 400i ou une 412, je vous conseille de vous décider rapidement, la cote montant un peu plus à chaque vente aux enchères. Moi j’avoue que, dans un monde idéal, je roulerais probablement avec un tel modèle (sans doute une 412 si je devais choisir). Si vous recherchez l’originalité, vous pouvez toujours vous mettre en chasse d’un break de chasse Felber (lire aussi : Felber) ou bien d’une version cabriolet (notamment Straman, mais je reviendrais un peu plus tard dessus). En attendant, vous pouvez toujours vous repasser Rain Man !

 

Articles associés

7 commentaires

Guillaume

Le 07/03/2016 à 18:48

Olivier

Le 07/03/2016 à 23:34

Comme le Boss, j’ai toujours eu un faible pour les Ferrari familiales ! De la 250 GT/E de 1962 à la 612 Scaglietti de 2004 (j’ai un peu plus de mal avec la FF!), toutes bénéficient d’une élégance rare. La série des 400 et consorts étaient en rupture de style comparées à ses aînées (365 GT 2+2 & l’hybride 365 GTC/4, mais également par rapport à la fabuleuse 456 GT qui lui a succédé, bien dans la lignée des deux sus nommées. Cela en fait une Ferrari atypique, ma favorite, du coup !

Greg

Le 08/03/2016 à 09:27

Une génération après l’autre, chaque modèle Ferrari est assuré de sortir du marasme de l’occasion pour accéder au statut très enviable de voiture de collection.
Symptôme: un intérêt subit des investisseurs/spéculateurs et une cote inflationniste.
Aujourd’hui, c’est le tour des 365/400/412, tous les « experts » s’accordant à le dire.
Ben oui, les générations précédentes étant devenues intouchables, il ne reste plus qu’à se rabattre sur celles qui végétaient encore dans les limbes.
Vite.
A privilégier :
1/ les GT 2 places à moteur V12 (il est encore temps de casser sa tirelire pour une 550; pour les variantes 550 Barchetta et 575 Superamerica il est définitivement trop tard)
2/ les 2+2 à moteur V12, l’heure de la 456 GT viendra…
3/ les berlinettes V12 à plat , frémissement nettement perceptible du coté des 1ères Testarossa
4/ les berlinettes V8, bouillonnement assez soutenu chez la 308, rien du coté des 348 et pour cause, autant choisir une 355 infiniment meilleure.
5/ les 2+2 V8 en désespoir de cause…

wolfgang

Le 08/03/2016 à 11:57

La ligne est sympa en photo, mais dans la rue, ça donne quand même moyen.
Trop tape à l’oeil pour une berline et trop gros pour une Ferrari.
Maserati sait mieux faire ce genre de bagnole, plus dans la subtilité.
Et puis la boite auto sur une Ferrari, bof, surtout les boites d’ancienne génération, lentes et qui bouffent de la puissance.
Le principal intérêt de l’auto c’est pour moi son V12 et son prix.
Il y a quelques années ça valait pas plus cher qu’une Mondiale. Ceci dit c’est une Ferrari, et elle va forcément prendre de la valeur avec le temps.

poum

Le 08/03/2016 à 16:55

C’est clairement la Ferrari que je préfère … avec la testarossa (syndrome du poster punaisé dans la chambre d’ado)

wolfgang

Le 10/03/2016 à 10:10

La Testarossa est une auto emblématique des années 80 par son design sculptural.
Il y en a eu beaucoup de fabriqué et sa cote était decendue très bas.
J’ai failli m’en payer une en Espagne il y a une dizaine d’année pour 35 000 € en état de marche (1ère version). Mais je cherchais un appart, on ne peut pas tout acheter…
Aujourd’hui ça vaut autour de 150 000 €.
Et je ne suis pas surpris, une auto qui a marqué son époque avec un 12 cylindres et des perfs pareilles, c’était évident que ça allait grimper fort…
Aujourd’hui la 348 reste assez abordable. La ligne est sympa aussi, mais ça tient pas trop bien la route, surtout les 1ères versions.

Laurent BUNNIK

Le 01/09/2016 à 21:00

Ma préférée de toutes les Ferrari aussi, et sûrement dans mont top 5 toutes marques confondues…

Laisser un commentaire