Ferrari Testarossa : « LA » supercar des années 80

Mercredi 16 avril 2014
Retour

Pour être franc, j’ai eu pendant longtemps un poster de la Testarossa dans ma chambre. S’il y a eu une automobile mythique pendant cette décennie 80, c’est bien elle (avec la Lamborghini Countach peut-être, lire aussi : Lambo Countach).

HYTS autós galéria -

Bien plus que la 308 GTS de Magnum (lire aussi: Magnum), la Testarossa nous aura marqué, comme le prémice des super-sportives qui suivront (Porsche 959, Jaguar XJ220, Ferrari F40, Bugatti EB110 ou McLaren F1) et initieront la recherche de la performance extrême et des mythiques 400 km/h. Surtout, la Testarossa préfigure les Ferrari de l’ère moderne grâce à son dessin si particulier et pourtant si familier que l’on doit au génie de Pininfarina.

Cette ligne basse, puissante mais élégante, ces « coupes-frites » présents de la calandre à l’arrière en passant par les flancs, ce mélange d’angles et de courbes qui laissent penser à une étude poussée en soufflerie, tout est en même temps révolutionnaire et classique, et c’est là le tour de force de Pininfarina : impressionner tout en recueillant l’unanimité.

HYTS autós galéria -

Son nom rappelle la course et les 24 heures du Mans, mais la Testarossa est bien dédiée à la route. Voiture de course apprivoisée ou GT dévergondée ? Difficile de choisir. Mais le 12 cylindres « Boxer » de 4,9 litres en position centrale arrière est là pour rappeler qu’on n’a pas à faire à une voiture classique : 390 ch à l’époque, ce n’est pas rien, même si la bête pèse quand même ses 1,5 tonnes. Il permet à la Testarossa de flirter avec les 300 km/h.

Produite de 1984 à 1996 (de 1991 à 1996, il s’agit de sa version modernisée 512 TR) à 7700 exemplaires pour un prix frôlant le million de francs, la Testarossa est un véritable succès pour Ferrari. Elle est la voiture des Golden Boys des 80’s et des vedettes de cinéma. Aux Etats-Unis, les américains friands de cabriolets auront droit à des versions découvrables. Pas officiellement, puisqu’une seule Testarossa cabriolet sortira des chaînes de Maranello dans cette configuration (destinée à Gianni Agnelli), mais Pininfarina en produisit plusieurs exemplaires pour le Sultan de Brunei, et surtout le carrossier américain Richard Straman, ou le préparateur allemand Koenig (à la ligne plus discutable). On verra une Testarossa Straman apparaître dans Miami Vice.

Aujourd’hui, vos souvenirs d’enfance sont accessibles pour … DES SOMMES FOLLES, et n’oubliez jamais de rajouter au coût d’achat le coût de l’entretien d’un tel monstre, mais si vous avez les moyens, pourquoi pas ?

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

7 commentaires

maxime

Le 04/09/2014 à 15:13

dans Miami vice, il s’agit d’une Testarossa phase 1 COUPÉ…. (et non pas de spyder)… A noter, une testarossa Straman (spyder) a appartenue a Michael Jackson qui l’utilisait dans un clip pour Pepsi……

kweko

Le 03/11/2014 à 21:36

Bel article, et site super agréable à lire 😀 mais pour revenir à notre Testarossa, l’emploi de la dénomination « V12 » est usurpée, c’est un boxer, un moteur à plat 😉 (certains diront un V12 à 180° LoL).

Geoffrey

Le 18/12/2014 à 10:13

Hello,

Super article, très bien écrit !

Je trouve que le prix de 50 000 euros n’est pas excessif vis-à-vis de la « bête » mais qu’en est-il du prix de l’entretien ? Par exemple, à combien revient une révision et quelle est la fréquence conseillée ? etc.

Geoffrey

Mathieu

Le 18/12/2014 à 11:37

Quelle ligne! Mention spéciale pour les 1ères série avec le rétroviseur unique perché <3

francoistasiaux

Le 23/01/2015 à 18:44

Du fait d’un centre de gravité bas et des poids bien répartis la testarossa est plus maniable qu’elle n’en a l’air. Et quelle pêche ! beaucoup de place aussi à l’intérieur (je suis plutôt du genre grand & large)

Cath

Le 20/01/2016 à 22:59

Attention c’est un 12 à plat.

Arno

Le 02/01/2018 à 08:29

Il s agit bel et bien d un V12 a 180 degrés et non d un boxer. La géométrie des vilebrequins de ces 2 architectures de moteurs sont différentes : le mouvement des pistons s opposent dans le cas des boxers (d ou le nom).
Pour illustration :
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Moteur_à_plat

Laisser un commentaire