Ferves Ranger : une laborieuse et originale Fiat 500

Publié le mardi 21 février 2017.
Mis à jour le jeudi 4 octobre 2018.
Retour

Voilà une petite découverte que je me gardais sous le coude depuis longtemps, et qu’il serait temps de vous présenter. Car si les Fiat 500 et 600 sont aujourd’hui à la mode, elles commencent à le devenir un peu trop à mon goût. Pour faire dans l’original, il faut donc se tourner vers quelque chose de plus pointu, tout en en gardant la base. Quoi de mieux alors que de s’offrir un Ferves Ranger ?

Oui, je vous vois hausser les sourcils en lisant ce nom : vous n’en aviez pas encore entendu parler ? C’est normal, la bête est rarissime. Voyez plutôt : produite de 1967 à 1972, elle n’aura été fabriquée qu’à 600 exemplaires environ, dont seulement 50 seraient encore en état de marche aujourd’hui. Pourtant, malgré cette relative rareté, le Ranger reste dans des prix presque raisonnables. Jugez plutôt : le Ranger vert présent en photographie sur cette page, en parfait état et ayant appartenu au designer Philippe Starck, ne s’est vendu qu’à 29 120 £ !

Le plus rigolo, c’est que cette Fiat 500 tout terrain décapsulée, dédiée à des travaux utilitaires plus qu’aux plages de Capri ou de Portofino, porte le nom de Ferrari. Mais pas celui d’Enzo hein, non, ce serait trop beau. Celui plutôt du fondateur de Ferves, Carlo, sans rapport avec son homonyme de Maranello. Ferves, c’est tout simplement l’acronyme de Ferrari Veicoli Speciali.

La bestiole est présentée pour la première fois au Salon de Turin 1966. Haute sur pattes, rondouillarde, elle ressemble à une voiture d’enfant, alors que c’est tout le contraire : il s’agit d’une voiture utilitaire, prête à rendre de multiples services notamment en zone de montagne. Tout comme le tracteur Cournil en France, mais dans un autre genre (lire aussi : Tracteur Cournil), il s’agit d’offrir un véhicule à tout faire pour les travaux des champs, notamment.

Avec seulement deux cylindres, une cylindrée de 499 cm3 et 18 ch en provenance de la Fiat 500, et une suspension arrière provenant quant à elle de la 600, le Ranger pouvait atteindre les 72 km/h. Mais ce n’était pas vraiment dans le domaine de la vitesse qu’on l’attendait. Petit et râblé, il excellait dans les petit chemin tortueux, pentus et boueux. Aujourd’hui, on le collectionne pour tout autre chose : on imagine pas Philippe Starck transportant des bottes de paille sur ses sièges joliment redécorés.

Pour être franc, il ne s’agit pas d’un 4×4, mais d’un 4×2 doté d’un système ingénieux : le blocage des roues avant agit comme un différentiel autobloquant. Ingénieux, oui, mais pas facile à appréhender. Mais une fois le système compris et assimilé par le conducteur, ce petit tout terrain peut en théorie franchir à peu près tout, avec toutefois un risque de renversement du à son empattement ultra court !

Si jamais vous tombez, par hasard, sur cette étrange monture, posez-vous la question. Il doit sans doute en rester dans les montagnes italiennes, rangés dans des granges et rendant encore des services à leurs propriétaires sans doute peu au fait de la rareté de l’engin. Si à l’occasion d’une balade transalpine vous avez la chance d’en découvrir un, faites une offre. Sinon, vous pouvez toujours attendre une vente aux enchères comme celle de RM Sotheby en 2015 pour toucher au prix fort un exemplaire rénové comme celui de Starck. Une voiture en tout cas très Boîtier Rouge.

Images: RM Sotheby, DR

Articles associés

8 commentaires

Michel

Le 21/02/2017 à 18:05

le sucés de la Jeep importée par les GI’s a fait que les constructeurs nationaux des divers pays européens, ont conçu un véhicule a tout faire
GB > Land Rover
RFA > Unimog
FR > Cournil
IT > Fiat Campagnola
mais des petits constructeurs ont aussi développés leurs vision du véhicule multitache
FR > Poncin

Quentin

Le 21/02/2017 à 20:54

Petit, léger, rustique, avec un moteur arrière, elle me fait penser à la « Petite voiture du bled » imaginée par George Irat après guerre. En tout cas, je suis fan, ce truc c’est la classe absolue.

jc goyard

Le 22/02/2017 à 08:34

Salut à tous

Il me semblait avoir lu quelque part qu’il existait aussi une version 4 roues motrices. Je pars faire des recherches dans mes vieux bouquins.
Par contre je ne connaissais pas l’origine du nom de Ferves. Merci pour cette précision totalement inutile donc totalement Boitier Rougé.
By

Antoine

Le 22/02/2017 à 15:56

Elle avait également une concurrente un peu moins haute sur pattes et beaucoup plus laide en RFA avec la Farmobil à moteur BMW 700. Encore un utilitaire très BR…
Mais elle est bien plus courante que la Ferves.

poum

Le 22/02/2017 à 19:47

Chaud à comprendre le fonctionnement du blocage de différentiel, et internet semble assez avare en schéma explicites …

Philippe K.

Le 27/02/2017 à 14:33

En fait il s’agissait de deux mini leviers de frein à main reliés aux freins arrière… si la roue motrice droite tournait à vide on pouvait la freiner et envoyer la puissance à gauche… et vice versa. Une sorte de grip control…l’éléctronique en moins! J’ai lu il ya quelques temps un essai sur un Quattroruote de l’epoque (1967) dans lequel le journaliste essayeur criticait le systeme pour le manque d’efficacité… du coup, à ma conaissance, c’est le seul vehicule à en être equipé…

Fuego.25

Le 24/02/2017 à 02:28

Une revue de voitures ancienne avait un article dessus

Suisse

Le 25/03/2018 à 19:54

Je viens d’en voir une à vendre aux enchères à l’Avignon Motor Festival.

Ne sachant pas ce que c’était, même si je me doutais de l’origine transalpine, j’ai lancé une recherche sur Google. Qui m’a menée directement sur le site le plus à même de me renseigner !

Laisser un commentaire