Fiat 850 City Taxi : 15 brevets pour un taxi

Publié le samedi 8 avril 2017.
Mis à jour le dimanche 7 octobre 2018.
Retour

Le Currus Cityrama d’hier (lire aussi : Currus Cityrama) m’a donné des envies de balades citadines, et m’a rappelé combien, dans les années 60, la question du transport urbain turlupinait les constructeurs automobiles ou de poids-lourds. Aussi, pour ce samedi ensoleillé, j’ai décidé de vous parler d’un petit prototype dont tout le monde – ou presque – a oublié l’existence : la Fiat 850 City Taxi.

En cette fin des années 60, dans une Italie urbaine où la circulation est difficile, particulièrement dans les petites rues romaines ou napolitaines, la toute puissante Fiat réfléchit donc à proposer un petit Taxi qui pourrait transporter 3 passagers et leurs bagages dans un minimum d’encombrement. Cela tombe bien, Fiat a dans sa gamme une petite voiture à moteur arrière, la 850, qui pourrait bien servir de base à ce projet de « nouvelle mobilité ».

La vénérable maison italienne va donc faire appel au designer indépendant Pio Manzu qui va, en collaboration avec le centre de style de Turin, proposer cette étonnante carrosserie qui semble hésiter entre modernisme (c’est très « carré ») et passé (ces phares tout ronds qui lui donnent un air ébahi).

Les solutions trouvées par Manzu vont être nombreuses (15 brevets rien que pour cette voiture). Au chapitre des incongruités, une asymétrie novatrice : à gauche, la porte du conducteur s’ouvre normalement, tandis qu’à droite, la porte est plus large et coulissante, pour faciliter l’accès aux sièges passagers arrière. Avec un moteur arrière, et un capot avant si plongeant, pas facile d’imaginer les bagages ailleurs que dans l’habitacle. Pour y remédier, point de siège côté droit, mais un emplacement pour les valises que la large porte coulissante permet de contourner malgré tout.

Sa carrosserie monovolume est elle aussi en avance sur son temps, même si la 600 Multipla en avait déjà fait l’expérience. L’équipement est assez complet pour un petit taxi, avec notamment un système de radio téléphone ingénieux, avec micro intégré au pare-soleil : un avant goût de téléphonie sans fil et « blue tooth » actuel. L’espace à bord a déjà un côté « modulable », avec 3 places assises à l’arrière, sans compter un petit strapontin pour un 4ème passager s’il n’y a pas de valise, of course. L’accès au petit coffre avant est aussi faisable de l’intérieur comme de l’extérieur. Comble du luxe, la voiture dispose d’un petit téléviseur intégré…

Vous l’avez compris, la City-Taxi était en avance sur son temps mais n’aura jamais de déclinaison « de série ». Allez savoir pourquoi, malgré l’ingéniosité des solutions proposées, la Fiat ne se décidera pas à la produire en série et restera un prototype unique. Les taxis italiens étaient-ils prêts à rouler dans une aussi petite voiture ? Pas sûr.

Articles associés

4 commentaires

Alex c.

Le 08/04/2017 à 13:37

Article intéressant.
L’idée et la forme générale me rappelle le prototype de taxi h4 sur base Peugeot 204 proposé par heuliez vers 1972.

Car Design Archives

Le 09/04/2017 à 02:36

Je voulais également faire un petit papier dessus. Dante Giacosa, dans son livre, explique qu’il avait été bluffé par le talent et les théories du jeune Pio Manzù avec ses concepts très innovants (Autonova Fam et coupé Autobianchi). Il pense alors à lui pour la future Fiat 127 mais refus catégorique de la direction Fiat, effrayée par son jeune âge (il n’a alors que 27 ans).
Giacosa va alors demander à Manzù de créer ce concept car qui servira de « démonstrateur » dans le seul but de convaincre et de rassurer le management.
La suite est bien connue : carton plein pour le design de la 127 puis mort tragique de Manzù à l’âge de 30 ans qui se rendait à Turin pour le « gel » final de la 127 et où on devait lui annoncer sa nomination à la tête du Centro Stile.
Probablement l’un des designers le plus prometteurs du XXe siècle.

Patrick

Le 09/04/2017 à 10:28

Absolument génial, même aujourd’hui il resterait – du point de vue de l’agencement et format, tout à fait pertinent dans les villes.

Laisser un commentaire