Fiat Ritmo Abarth 130 TC : tête au carré, mais avec un moteur !

Publié le mercredi 17 septembre 2014.
Mis à jour le jeudi 4 avril 2019.
Retour

Je m’aperçois que je parle trop rarement de Fiat sur ce site. Il est temps de corriger l’impair, même si j’ai déjà parlé du Coupé (lire : Fiat Coupé) ou de la Barchetta (lire : Fiat Barchetta). Ces modèles sont cependant assez récents (les 90’s). Il me fallait donc parler d’une Fiat qui aurait marqué mon enfance dans les 80’s. Il y avait bien la X1/9 dont je parlerais plus tard (désormais disponible ici : X1/9), mais c’est finalement d’une petite bombe venue de Turin dont je vais vous parler.

La 105 TC inaugura la série des Ritmo signées Abarth

Avec la déferlante GTI, on pense un peu trop souvent à l’omniprésente Peugeot 205 GTI (lire aussi : 205 GTI) ou à l’initiatrice du mouvement, la Volkswagen Golf GTI. On oublie pourtant qu’une autre bombinette existait à l’époque, la Fiat Ritmo Abarth 130 TC. A sa sortie en 1983, c’était la plus puissante de toutes les petites sportives, même si Oettinger s’attacha à greffer 16 soupapes au moteur de la Golf l pour aller tutoyer les 136 ch dans une version réservée à la France (lire aussi : Golf GTI 16s Oettinger).

La 125 TC offrait déjà 125 chevaux

Bon ok, le physique de la Ritmo, fut-elle badgée Abarth, faisait franchement rigoler. On ne pouvait pas faire plus dans son époque, avec sa ligne tracée à la règle, où le triangle semble être la thématique. Déjà à l’époque, je trouvais la Ritmo un peu ringarde. Aujourd’hui, je la regarde d’un autre œil. Son dessin n’est pas si raté que cela, ses doubles optiques à l’avant lui donnent un petit air agressif à souhait, et le sigle Abarth sur la calandre suffira à faire comprendre aux initiés à quoi ils ont à faire.

La Ritmo Abarth 130 TC coiffe la gamme Ritmo II à partir de 1983, mais il existait déjà avant elle deux versions sportives travaillée par le scorpion, la 105 TC et la 125 TC. Avec le restylage, la 125 gagne 5 chevaux pour devenir 130 TC, et perd du poids en plus (50 kg en moins). Vous suivez ? Sous le capot, on retrouve donc un Lampredi de 2 litres modifié par le sorcier Abarth qui donne toute sa saveur et son caractère à cette Ritmo.

Avec un tel moteur me direz-vous, elle a du exploser les compteurs de vente ? Et bien non, peu de clients ont vu plus loin que son physique disgracieux, tandis que les 205 et autres Golf, ou Supercinq GT Turbo (lire aussi : Supercinq GT Turbo) séduisaient les golden boys des années 80. En tout, seuls 13 158 exemplaires trouveront preneurs en 5 ans de commercialisation (1983-1987).

Aujourd’hui, Abarth revient sur le devant de la scène comme une marque à part entière, fabriquant des versions délurées de la Fiat 500 notamment. Le sigle au scorpion recommence à dire quelque chose aux plus jeunes générations, et c’est peut-être le moment d’offrir à la Ritmo Abarth 130 TC une nouvelle chance ? Bon, bien sûr, il vous sera difficile d’en trouver une tout court, et a fortiori en bon état. Mais si vous tombez sur la perle, posez-vous sérieusement la question comme une alternative aux GTI si courantes et banales de nos jours.

 

Articles associés

7 commentaires

badsamer

Le 17/09/2014 à 20:43

Bonsoir, mon grand père en avait une, depuis malgré une ribambelle de voitures ( et de chevaux !) je la cherche toujours …

L'Ornithorynque

Le 13/01/2015 à 23:39

Dommage ce moteur si lourd (poids), elle perdait l’agilité d’une 105TC, qui était un jouet bien agréable et … rageur.

Dans les italiennes marantes, l’Alfasud était un plaisir à pratiquer, et le son rageur du 4 cylindres Boxer … mamma mia … de l’opéra … comique.

Richard

Le 26/07/2016 à 11:24

visiblement vous n’avez pas eu la 130 TC en mains… la 105 TC était une voiture sportive, plaisante et rapide mais avec la 130 TC on entrait dans l’hyperespace… la plus performantes des « GTI » rien ne lui résistait… Golf, 309, 205, etc… tous derrière…

Le son du 2L était envoutant et rien qu’à mettre le contact, le son de la pompe à essence se mettant en route donnait des frissons

Le tableau de bord m’a toujours fait penser à un cockpit d’avion, le rétro-éclairage couleur sanguine donnait le ton, on se trouvait à bord d’une voiture démoniaque…

Patrick

Le 27/10/2016 à 15:35

Ah mais je l’aime bien la 130, elle me déplairait pas par ailleurs, mais son moteur est lourd et le comportement moins agile et joueur que la 105 TC.

Avec les Recaro elle était bien aussi, et oui un tableau de bord complet – le mien faisait sapin de noel, il supportait pas l’humidité … mais c’est le genre de voiture à qui on pardonne beaucoup.

mad

Le 27/05/2015 à 21:36

On se moque facilement d’une Fiat en France… Et pourtant, cette ritmo avait certainement de la personnalité à revendre. En tout cas, un essai comparatif de l’auto-journal de l’époque ne la donnait pas vaincue d’avance face à une Golf, loin de là.

Daniel

Le 21/12/2015 à 11:00

Au risque de provoquer l’ire des amateurs du Scorpion, j’ai fait 40 mètres en vol plané dans un ravin au sud de Rouen avec une Abarth 130 TC en 1984 (je maîtrisais encore très mal le freinage à cette époque….).
Les arceaux de sécurité (incrustés dans le toit) m’ont très certainement sauvés la vie, ce jour là.

Patrick

Le 27/10/2016 à 15:37

Abarth, qui fabriquait des protos, s’est scindé en 2 parties au début des 70’s

Fiat a récupérer le nom, Osella la partie course (l’âme?), avec des succès divers – (endurance et F1) marque tjs active dans les barquettes, et imbattable depuis des années en championnat d’Europe montagne

Laisser un commentaire