Ford Eagle Squadron Mustang GT : coup de pub historique

Publié le jeudi 17 octobre 2019.
Retour

Que le marché de la voiture de luxe et sportive explose est en soi de bon augure pour les officines spécialisées autrefois artisanales mais devenues aujourd’hui industrielles, mais cette production “de masse” (toutes proportions gardées) a aussi un revers : l’exclusivité tant recherchée par la clientèle devient moins flagrante. La démocratisation (par le nombre, pas par le prix) des modèles de luxe et/ou hautes performances oblige ainsi les marques à créer des séries spéciales, voire des modèles uniques pour satisfaire le désir de distinction de clients encore plus riches que les autres. Bugatti s’en est d’ailleurs fait le spécialiste, multipliant les modèles uniques dérivés de sa Veyron pour attirer le chaland. L’année dernière, c’est au tour de Ford d’offrir un modèle unique de sa Mustang, célébrant les 100 ans de la Royal Air Force mais aussi les fameux boys de l’Eagle Squadron. Voici donc la Ford Eagle Squadron Mustang GT présentée en 2018 et vendue aux enchères à un riche américain.

Aux débuts de l’aviation militaire, il n’existait pas d’armée spécifique et ce n’est qu’après le fantastique développement aéronautique durant la première guerre mondiale que le besoin d’une “arme” spécifique se fit sentir. Le Royaume-Uni fut le premier pays à s’engager dans l’indépendance des forces aéronautiques en créant la Royal Air Force le 1er avril 1918 (et non, ce n’est pas une blague). Il faudra attendre 1934 pour voir la France créer une Armée de l’Air indépendante, l’Aéronautique Militaire faisant jusqu’alors partie de l’Armée de Terre. 

L’Eagle Squadron et la bataille d’Angleterre

En juin 1940, la France capitulait, laissant seul le Royaume-Uni face à l’Allemagne nazie. Affaiblie par une campagne de France éreintante et un rapatriement en catastrophe depuis Dunkerque, l’Angleterre voyait alors la Luftwaffe fondre sur elle dès juillet 1940, lancée dans ce qu’on appellera la Bataille d’Angleterre. Avec ses Hawker Hurricane et ses Supermarine Spitfire, la RAF s’engageait dans un combat féroce et au départ inégal face à la Luftwaffe et ses Messerschmitt Bf109. Avec l’aide d’un nouveau système appelé radar, à l’héroïsme des pilotes et à une organisation sans faille, la RAF, réussit à tenir le coup, mais subit aussi de lourdes pertes. Si les usines tournaient à bloc pour fournir des Spit’ en nombre, les pilotes venaient à manquer. Charles Sweeny, riche homme d’affaire américain résidant à Londres et qui avait déjà tenté de former une escadrille en France avant la capitulation, décidait alors de former l’Eagle Squadron composé de pilotes américains volontaires.

A partir de septembre 1940, l’Eagle Squadron rentrait en service, avec pour dotation des Hurricane et des Spitfire. Pendant deux ans et jusqu’à leur intégration dans l’US Air Force en septembre 1942, l’Eagle Squadron allait participer à la défense de l’Angleterre ou à des opérations plus offensives, comme la couverture aérienne de la tentative de débarquement à Dieppe en août 1942. Au total, 244 pilotes américains serviront au sein de 3 unités des Eagle Squadron (71, 121 et 133 Eagle Squadron).

Une Mustang grimée comme un Spitfire

Réaliser une jolie voiture, braquer les projecteurs sur sa production et faire un joli coup de pub, Ford sait faire et s’est souvenu des 100 ans de la RAF et des actes héroïques de l’Eagle Squadron pour réaliser et présenter à Goodwood, en juillet 2018, la Ford Eagle Squadron Mustang GT, modèle unique destiné à être vendu aux enchères au profit de l’Experimental Aircraft Association, proposant des programmes d’éducation pour les jeunes pilotes.

Les éléments spécifiques les plus visibles sur cette Mustang un peu spéciale reste sa décoration : avec sa livrée proche de celle des Spitfire de l’Eagle Squadron, elle prend des allures guerrières. Camouflage, cocardes anglaises, identifications, logos d’escadron, rivets apparents sur les ailes, elle tente de ressembler le plus possible aux Spitfire de l’époque, le tout sous la supervision de Darrel Behmer, le responsable du design Ford. Mais pour faire de cette Mustang un objet encore plus exclusif, il lui fallait plus de watt.

700 chevaux sous le capot

Grâce à Ford Performance et le pilote Vaughn Gittin Jr., le V8 de 5 litres reçoit un compresseur pour s’offrir une belle cavalerie : 700 chevaux accolés à une boîte manuelle à 6 rapports. Elle récupère en outre une suspension active MagneRide et des barres stabilisatrices RTR. De quoi rendre encore plus sportive la Mustang pourtant déjà fort plaisante dans sa version initiale (lire notre essai ici : ). L’intérieur est lui aussi spécifique, avec des Recaro siglés de l’emblème Eagle Squadron, des logos de-ci de-là, une plaque “série limitée 1/1”, entre autres petits raffinements.

La Ford Eagle Squadron Mustang GT n’est donc pas un concept-car, mais un objet unique destiné à un amateur ou un collectionneur prêt à surenchérir pour s’offrir cette étonnante voiture, séduisante sur l’instant mais sans doute un peu “too much” à l’usage. Présentée aux enchères du Woodward Dream Cruise en août 2018, elle trouvera son nouveau propriétaire, Breyton Williams, délesté de 420 000 dollars (366 000 euros) au passage.

Modèle unique, cette Mustang originale est donc potentiellement sur le marché : il vous faudra juste trouver un accord avec l’actuel propriétaire, ou attendre qu’elle ressorte lors d’une vente aux enchères dans les prochaines années. En attendant, les amoureux d’histoire, d’aéronautique et d’automobiles d’exception ne se lasseront pas d’admirer les photos de la bête ainsi que ces deux vidéos. Et si vous voulez une Mustang plus accessible, la série spéciale Bullit peut être une solution.

Articles associés

1 commentaire

Cariou

Le 16/11/2019 à 21:57

Compte tenu de leur prix, ce sont des beautés faites pour demeurer dans les musées, non pour rouler.
Est-ce cela l’automobile ?

Laisser un commentaire