Ford Probe : la mal aimée !

Lundi 16 mars 2015
Retour

J’aime marcher à Paris, surtout s’il fait beau. L’autre jour, j’avais un rendez-vous pas trop éloigné de mon hôtel, et c’était l’occasion pour moi de traverser le quartier où j’ai passé mon adolescence. Plein de souvenirs me sont revenus en passant devant l’ancien immeuble de ma petite amie de l’époque, devant mon lycée, et tout à coup, je me suis retrouvé directement en 1994 : une Ford Probe était garée devant le bar où je jouais au flipper (et où je buvais bravement mes bières au comptoir): « Back to the Future » ! Tombé en arrêt devant la voiture comme mon épagneul breton en balade dans les bois, de nombreuses questions se bousculaient dans ma tête.

La Probe de 1ère génération devait s'appeler Mustang !
La Probe de 1ère génération devait s’appeler Mustang !

La première restera sans doute à jamais sans réponse : qu’est-ce qui poussait un client en France, en 1994, à acheter un coupé Probe ? Mystère, mais le coupé à l’ovale réussit le tour de force (à mon sens) de se vendre, entre 94 et 98, à 5350 exemplaires en France, tout de même ! La deuxième question qui me venait était plus simple sans doute : mais où voulait en venir Ford avec ce coupé ?

?????????????????????????????

En cherchant un petit peu quelques informations sur la Ford Probe, j’ai compris que justement, Ford ne sût jamais comment positionner son coupé, que ce soit la Probe de 1ère génération (inconnue chez nous) ou celle de 2ème génération. Sorte d’enfants non désirés, conçus pour des mauvaises raisons, les Probe 1 et 2 seront toujours mal aimés, voire carrément raillés aux Etats-Unis. Les américains lui feront toujours payer ses origines Mazda et sa traction avant. Aux States, on la considérait comme une japonaise, et au Japon, où elle était aussi vendue, comme une américaine : jamais vraiment chez elle quoi !

Probe 06

L’histoire de la Probe commence après le deuxième choc pétrolier. Les ventes de la Mustang, avec ses V8 gourmands, déclinent. Ford décide donc de la remplacer par un nouveau modèle plus économique. Et pour réduire les coûts, décide de s’allier à Mazda : la plate forme sera commune avec la MX6. Cette nouvelle Ford Mustang sera donc une traction, stricte 2 places, disposera de moteurs plus petits (4 cylindres japonais et V6 américain), et devra être construite dans l’usine commune Ford/Mazda à Flat Rock. Le design est déjà figé et les études bien avancées lorsque le marché se retourne : le prix du pétrole baisse, et les ventes de Mustang rempartent à la hausse. En outre, les fans de la mythique Pony car ont eu vent des projets de Ford, et entament une campagne contre cette nouvelle Mustang qui n’en est pas une à leurs yeux. Devant la vindicte populaire, Ford fait marche arrière, et celle qui devait s’appeler Mustang devra se trouver un nouveau nom. Les hommes de la FoMoCo n’iront pas chercher bien loin : plusieurs concept cars s’étaient déjà appelé du nom de Probe (des études aérodynamiques notamment), et le nouveau coupé Ford s’appelera donc Probe.

Probe 01

Cette Probe de 1ère génération sera lancée en 1988, et prendra la succession de la Ford EXP, mais il faut admettre que son design hyper daté 80’s était déjà un peu dépassé à l’aube des années 90. Elle ne restera pas longtemps au catalogue, et tirera sa révérence en 1992. Cette lignée improbable aura pourtant une descendance. La Probe de seconde génération sera lancée en 1992. Son design se veut plus moderne (bien qu’un peu mou pour un coupé qui se veut « dynamique » à défaut d’être sportif), mais conserve une particularité de ces années-là : les phares escamotables. Là encore, il s’agit d’un partenariat avec Mazda, Le châssis provient toujours de la MX6, tandis que les moteurs sont eu aussi japonais : un 4 cylindres 2 litres de 118 ch et un V6 2,5 litres de 165 chevaux, pour propulser les 1313 kg du coupé. La Probe « nouvelle génération » n’arrivera en Europe qu’en 1994, avec la dure tâche (il fallait bien lui trouver un positionnement) de remplacer la Capri disparue en 1987.

Probe 02

Généalogie compliquée, positionnement flou, ni vraiment sportive, ni vraiment luxueuse, design toujours un peu dépassé, les deux générations de Probe seront toujours le cul entre deux chaises. La Probe mkII sera retirée du catalogue en 1998. Au total, cette Ford qui m’avait fait revenir dans le passé n’aura été fabriquée qu’à 311 373 exemplaires, ce qui pour un coupé populaire américain, n’est pas vraiment phénoménal (bien qu’inespéré).

La Probe GTS esy une rareté: le graal pour tout amateur !
La Probe GTS est une rareté: le graal pour tout amateur !

Malgré tout, en la voyant garée là, rue de la Pompe à Paris, j’ai trouvé qu’elle méritait sa place dans une collection décalée. Son look incongrue la distingue aujourd’hui de la masse des automobiles, et la rend attachante à défaut d’être belle. On en trouve à moins de 1000 euros sur Le Bon Coin, mais pour une V6 pas trop usée, comptez entre 2500 et 3000 euros. Enfin, si les challenges vous motivent vous pouvez vous mettre en chasse de la rare version GTS qui se distingue surtout par sa déco spécifique (quelques centaines d’exemplaires vendus uniquement aux Etats-Unis), mais alors là, bon courage !

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

6 commentaires

leclercq

Le 18/12/2015 à 18:41

Je possede sa cousine la mx6 qui est beaucoup plus rare

Ben

Le 06/04/2016 à 10:30

Mon père en avait une à l’époque!… Une ’96 « évolution » avec un équipement complètement farfelu tel que les sièges cuir gonflants ou encore les serrures de portes rétro-éclairées lorsque l’on actionnait la poignée extérieure (afin de ne pas mettre la clé à coté de la serrure et de rayer la peinture!)

Une super souvenir, j’avais 18 ans et le V6 au si faible rendement ronronnait tout de même bien mieux que les twingo des potes sur le parking du lycée et déjà à l’époque ( nous sommes en 2001) ça s’échangeait pour le prix d’une poignée de cacahuètes.

Jean-Michel

Le 05/02/2018 à 22:46

J’ai eu le modèle 2l de 1995, je l’ai gardé pendant 15 ans sans un soucis. De super souvenirs avec cette voiture au moteur très souple qui grimpait allègrement à plus de 215. Un plaisir de conduite de conduite pépère mais qui faisait se retourner les têtes !

michel

Le 14/03/2018 à 16:22

je l’ai eue neuve en 1994 et je l’ai toujours ,elle a 210000 kms et n’a été au garage qu’une fois pour un anti -démarrage défectueux (en garantie).Une chose est sure les veaux actuels poussifs car dépollués ne font pas le poids à cylindrée égale.Pour le plaisir à 70 ans j’ai fait un stage centaure sur glace avec , elle passe encore le 210 sur autoraute.

alandu78

Le 29/07/2018 à 14:50

Coucou ! J’ai eu la 24v superbe auto mais le prix des pièces etait hallucinant

alandu78

Le 29/07/2018 à 15:00

Une auto qui me rapelle de tres bons souvenirs et aussi de tres mauvais ! Ce fût la voiture qui m’a couté le plus depuis que je possede des autos.(Porsche 928 et Féfé 456 comprises) Et je n’exagère absolument pas ! La dernière reparation fût des triangles avant à 5000€ pour une simple Ford -!!!!(Amortos arriere+freins+ triangles complets bras/fuséesmoins de 3500 € posé chéz A.S.G Alfort sur une 456)

Laisser un commentaire