Ford Ranger : la mascarade du remplacement des P4 de l’armée française !

Jeudi 14 mai 2015
Retour

La semaine dernière, le scandale éclatait : la France allait remplacer ses vieux Peugeot P4 par des Ford Ranger ! Scandale chez les bien pensants jamais à court d’idée pour se ridiculiser : « quoi Môôôssieur, on achète pas français ? ». Pire encore, cette information, qui n’en était pas une, se retrouva aussitôt reprise dans tous les médias comme si le pire était arrivé, et comme si notre industrie nationale venait de prendre un sérieux coup dans l’aile avec la perte de ce contrat de 1000 exemplaires.

Je me suis d’abord tenu à l’écart du débat tellement je le trouvais ridicule. Et puis je me suis dit qu’il était bon de remettre les pendules à l’heure. Car si je ne suis pas un expert militaire, j’ai fait parti de ceux qui ont servi sous les drapeaux, et pu fréquenter divers véhicules militaires ou en comprendre leurs missions. Je n’ai cessé depuis, ayant apprécié mon passage dans l’Armée Française et ayant comme vous le savez une certaine passion pour la chose automobile, de me tenir informé des différents matériels utilisés dans nos régiments. C’est donc, sans être expert, avec une certaine connaissance du monde militaire que je me suis mis en tête d’écrire ce billet, afin de d’éclairer la lanterne de ceux qui, à la lecture de la presse, se sont dit : « ben oui quoi, pourquoi n’ont-ils pas acheté français ? ».

Les Hotchkiss ? Des Jeep Willys fabriquées sous licence américaine !
Les Hotchkiss ? Des Jeep Willys fabriquées sous licence américaine !

Commençons par le commencement. Puisque certains poussent des cris, en croyant (par ignorance, bêtise, ou manque de curiosité) que justement nos p4 étaient purement français, alor parlons  franchement de la Peugeot P4. Sachez tout d’abord qu’elle remplaçait les vieilles Jeep Hotchkiss qui, comme leur nom l’indique, n’étaient que des copies conformes fabriquées sous licence en France de la bonne vieille Jeep Willys. Chacun sait qu’encore plus à l’époque que maintenant nos constructeurs nationaux n’étaient pas les champions du 4×4, et quand il fallut lui trouver un successeur, on fut bien embêté. Pour réponde à l’appelle d’offre, Citroën proposa son interprétation de la Volkswagen Iltis (lire aussi :Volkswagen Bombardier Iltis) sous le petit nom de C44, tandis que Peugeot s’offrait le projet Mercedes, prévu à l’origine pour l’armée iranienne, puis condidat malheureux face au Iltis en Allemagne, sous le nom de P4 (lire aussi : Peugeot P4). Le P4 sortit vainqueur, mais si l’assemblage final du moteur (de 504) et de la boîte de vitesse (de 604) se faisait en France, à Sochaux d’abord puis à Marolles en Hurepoix chez Panhard (alors filiale militaire de PSA), les caisses elles venaient bien directement d’Autriche, où elles étaient fabriquées en collaboration avec Steyr Puch (lire aussi :Mercedes Classe G).

P4 01

Bref, on l’a vu, si le P4 a laissé un souvenir impérissable aux bidasses, il n’avait rien de franco-français. Depuis, les P4 ont beaucoup vieilli, mais surtout, l’armée a changé de format. Lors de la conception et de la fabrication de cette Peugeot militaire un poil teutonne, notre armée étaient encore taillée pour la confrontation avec l’Armée Rouge dans les grandes plaines de l’Est, nécessitant chars et infanterie « à l’ancienne ». Avec la chute du mur, l’armée de Terre a vu ses missions changer, et ses effectifs fondre avec le passage à l’armée de métier. Désormais, le champs d’action de nos militaires est multiple, et l’ennemi totalement différent. Les besoins en matériels ont donc eux aussi évolué !

P4 02

Le P4 était un engin de liaison aux capacités tout-terrain dans une grande organisation (régiment, brigade, division, corps d’armée, armée) d’afrontement de masse. Aujourd’hui, les missions sont tellement variées qu’elles entraînent le besoin non pas d’un remplaçant, mais de plusieurs. L’armée de Terre, consciente des nouveaux risques, n’a pas attendu pour parer au plus pressé, et depuis 2006, Panhard, devenue filiale de Renault Trucks entre temps (qui n’appartient pas à Renault, mais au suédois Volvo), a livré plus de 1500 PVP (petit véhicules protégés), sorte de 4×4 blindé offrant une bien meilleure protection que le P4 (la guerre ayant changée, le risque de mine, d’attentats suicides ou autres roquettes tirées de derrière une fenêtre a considérablement augmenté en « opex »). Le PVP, bien français donc, est produit à Marolles en Hurepoix comme l’était le P4 avant lui, et la dernière tranche du contrat a été livrée en 2014. A ses côtés, et pour d’autres missions, existe aussi le VBL (lire aussi : Panhard VBL), qui bien que vieillissant, remplit encore parfaitement son rôle.

Le PVP produit par Panhard (Renault Trucks Defense)
Le PVP produit par Panhard (Renault Trucks Defense)

Pour certains besoins plus spécifiques, l’Armée Française s’est équipée de Land Rover Defender (336 exemplaires) dont les dernières livraisons datent de 2010. Je n’ai pas le souvenir d’avoir entendu les mêmes âneries qu’aujourd’hui lorsque le choix du Defender a été fait. Pour d’autres raisons stratégiques, l’armée a aussi fait le choix du Renault Sherpa Light qui remplace pour partie les P4 et pour l’autre les VLRA de chez ACMAT (qui quitteront définitivement le service actifs en 2018, lire aussi : Acmat VLRA). Il est donc faux de dire que le Ford Ranger choisi dernièrement remplace totalement les P4. Le renouvellement a déjà commencé depuis longtemps, avec des produits français (quand c’était possible) ou étrangers (comme le Land Rover Defender), en fonction des besoins.

l'armée française dispose de plus de 300 Defender bien anglais !
l’armée française dispose de plus de 300 Defender bien anglais !

Revenons d’ailleurs au Ranger. Il s’agit surtout pour lui d’assumer les missions de transport et de liaison, et d’assumer le besoin en véhicules légers de l’armée. Le vieillissement « prématuré » (si j’ose dire vu leur grand âge) des P4 a conduit l’armée à réagir en urgence. Pour les avoir connu en 2000 (id est il y a 15 ans pour les réfractaires au calcul mental), ils étaient déjà rincés alors que j’étais dans un régiment opérationnel et stratégique, je n’ose donc pas imaginer l’état dans lequel ils sont aujourd’hui. Pour ces missions, outre la question du budget, il fallait un véhicule léger (exit donc les Sherpa de Renault Trucks Defense, ou les PVP blindés), performant, économe, avec des aptitudes au franchissement, et capable d’emporter armes, bagages et munitions, pour un poids d’au moins 1 tonne. Qui connaît un peu l’automobile sait que les constructeurs français n’ont pas ça en catalogue.

Le Sherpa de chez Renault, une alternative trop lourde pour remplacer totalement les P4
Le Sherpa de chez Renault, une alternative trop lourde pour remplacer totalement les P4

L’urgence de la situation réclamait 1000 véhicules disponibles très rapidement. Les choix « français » ? Le Duster de chez Dacia/Renault, pas adapté, et fabriqué au choix en Roumanie, Colombie, Brésil, Inde ou Russie (pour le côté français on repassera), tout bonnement moins performant que le Ranger, et adaptée au « monde militaire » par Poclain Etupes aux capacités industrielles limitées ; le Berlingo de Citroën, enfin, qui lui passe par les mains expertes de Nedey, à Montbelliard pour qu’une transmission intégrale lui soit greffée, aux capacités de production elles aussi limitées. Bref, même si les véhicules avaient répondu aux besoins, et au budget, quid de la capacité à fournir 1000 véhicules en urgence ?

Le Duster proposé par Poclain Etupes (image: France 3)
Le Duster proposé par Poclain Etupes (image: France 3)

Enfin, depuis bien longtemps déjà, les marchés publics ne sont plus soumis à une obligation tacite ou officielle « d’acheter français », et nos policiers et gendarmes roulent, au gré des appels d’offres, en Ford ou en Subaru Impreza. Le cas des Subaru de la Gendarmerie est d’ailleurs assez éloquent puisqu’au moment de l’appel d’offre, l’Impreza semblait correspondre aux besoins. Mais lorsque les problèmes ont commencé à apparaître et qu’il a fallu les remplacer, c’est finalement Renault, enfin force de proposition compétitive avec la Mégane RS, qui a emporté la mise. Tout est donc une question d’adaptation du produit à la demande.

Quand au Ford Ranger, il a pu remporter ce contrat grâce à sa capacité à répondre aux demandes de l’armée en terme de besoins (charges utiles, capacité de franchissement, économie, performance, et budget), mais il a aussi profité de son prochain relifting (en 2016) : il était facile pour Ford d’offrir un prix intéressant puisque son modèle, remodelé l’an prochain, allait subir une inévitable baisse des ventes. Il n’est jamais rentable pour un constructeur d’avoir des lignes de production qui tournent lentement, et des stocks immobilisés sur parc ou en concession.

En bref, il semblerait qu’une fois de plus, le sacro-saint « achetez français, sauvez l’industrie française » ait aveuglé bien des élus et nombre de journalistes avides de sensationnalisme. Il faut cependant plus de temps, une fois la tempête passée, pour rétablir la vérité. Au final, nos industries militaires comme Renault Trucks (qui réunit Panhard General Defense, Renault Trucks Defense et Acmat) ne sont pas oubliées lorsque leur offre est pertinente. Et depuis longtemps déjà, des matériels et véhicules étrangers sont utilisés dans nos armées lorsque le besoin n’est pas comblé par nos industriels (nos avions ravitailleurs et nos Awacs sont des Boeing -américains-, on utilise des Embraer -brésiliens- ou des Casa -espagnols- depuis belle lurette dans notre belle armée de l’air).

Maintenant, imaginez le en camouflage "centre europe" ou en version "Daguet"...
Maintenant, imaginez le en camouflage « centre europe » ou en version « Daguet »…

La conclusion que j’en tire, c’est que, à la lecture de tous les articles parus sur le sujets, ressortent souvent les dirigeants de Poclain Etupes, qui, se sachant en difficulté pour les tranches suivantes de renouvellement du parc P4, tentent de mobiliser l’attention et de susciter l’émotion en jouant sur la corde sensible en période économiquement trouble. Et que les journalistes, soucieux de trouver de l’information sensationnelle ou émotionnelle, ont joué le jeu sans forcément creuser plus loin le sujet. Adieu P4, on t’aimait bien, mais vraiment là c’était plus possible, fallait que tu nous quittes, qu’on roule en PVP, Defender, Sherpa ou Ranger ! Amen !

PS : le Ford Ranger est fabriqué en Argentine, Thailande, et Afrique du Sud, mais pas au Etats Unis, où il n’est pas vendu sous cette forme. Le design et l’ingénierie de ce modèle ont été réalisés par Ford Australia… Le Ranger ? Américain ? Pas plus que le Duster n’est français en somme !

A lire aussi: http://theautomobilist.fr/ford-ranger-garde-a-vous-15860

[EDIT 15/05/2014] Je ne peux que vous conseiller vivement la lecture de cet article extrêmement bien écrit qui résume tout: http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2015/05/desesperer-montbeliard-par-jacques.html

[EDIT IMPORTANT 16/05] Je vous encourage à lire les commentaires avant toute chose (NDLR)

Quelques petites précisions bienvenues dans la discussion, issues des propositions ou contre-arguments parus dans les commentaires (lire les commentaires si vous êtes étonnés qu’on puisse parler de Ducato ou de Ford hors Ranger):

Les Fiat Ducato:

– ils sont produits au même endroit que les Boxer et Jumper, par une société commune à PSA et Fiat, mais gérée par Fiat (SevelSud) dans le sud de l’Italie…

– en contrepartie (et même si Fiat s’en est désengagé), SevelNord (filiale de PSA), produit des Fiat Doblo, des Toyota ProAce, des Experts et des Jumpy…

Les Ford (Europe, pas le Ranger):

  • disposent de boîtes de vitesse produites à Blanquefort dans une filiale commune avec Getrag (oui oui !) de 980 salariés (ca compte)
  • – disposent de moteurs de la gamme DW et DV produits en France à Trémery (de plus de 3000 salariés)

L’usine de Tremery justement, évoquée par certains:

  • il s’agit d’une filiale à 100 % de PSA, qui vend (oui oui vend) des moteurs à Ford donc, mais aussi Jaguar, Land Rover, Volvo, Mitsubishi et Mini/BMW (enfin, le contrat a été rompu récemment).
  • Quand un moteur sort de l’usine, il est facturé au constructeur, quel qu’il soit !

La Française de mécanique:

  • elle fabrique des moteurs pour Peugeot et Renault, essentiellement essence !

Concernant le Duster:

  • il ne s’agit pas d’un Renault au sens propre: si sa conception s’en rapproche, il a été conçu et dessiné en Roumanie, à Pitesti. Il est de plus en plus proche d’une intégration à 100 % de ses composants en Roumanie. Dacia et parfois Renault envoient des pièces détachées dans les usines qui l’assemblent ailleurs dans le monde sous la marque Renault, en Russie, Colombie, Inde, Chine, Brésil, et Maroc.

Le Berlingo:

  • il est lui aussi produit à l’étranger, au Portugal et en Espagne. Il passerait pour presque français, mais de nombreuses pièces détachées dans le groupe PSA peuvent venir aussi bien d’Amérique du Sud que de France (y compris pour les modèles fabriqués en France).
  • sa conception 4×4 est réalisée par Dangel en Alsace, mais la société n’a pas les capacités de produire 1000 ex d’un coup. Les Berlingo arrivent d’Espagne, sont transformés en Alsace puis ensuite envore envoyé chez un autre sous-traitant (Nedey) pour être militarisés. Un mécano industriel qui empêche une réponse dans les délais.

La rénovation des P4:

  • elle est estimée à 27 000 euros par véhicules, sur les chaînes de Panhard, sans pour autant leur donner un avantage particulier si ce n’est celui de durer. Et Panhard n’a pas les capacités de faire cela rapidement sur 1000 ex.

La solution d’un Classe G, évoquée elle aussi ?

  • pourquoi pas, mais actuellement produit en Autriche (Chez Steyr Magna), en des versions orientés luxe, à des tarifs prohibitifs.
  • lorsque le P4 est sorti, Mercedes/Puch fabriquait des G « rustiques », ce qui n’est plus le cas
  • ce serait un cache misère que de « refaire la même manip » qu’avec le P4: une façon de se rassurer en se disant qu’on produit français.

Les autres propositions évoquées ?

  • 4007 ? Produit au Japon, inadapté à la demande, pas au catalogue de l’UGAP, trop cher…
  • PVP ? Trop blindé et lourd pour les missions demandés, déjà en service pour les autres missions spécifiques, français mais fiabilité aléatoire (« Petit Véhicule Pourri » comme il est surnommé. Actuellement en cours de fiabilisation chez Panhard pour la dotation actuelle, donc pas la capacité de produire à nouveau rapidement.
  • Land Rover: pas français (mais moteurs français, produits à Tremery justement chez PSA), mais le Defender vient d’annoncer sa retraite..; Dommage, la solution préférée des militaires !
  • Sherpa: Trop lourd comme pour le PVP, trop cher.
  • Acmat ALTV: l’idéal pour la mission, mais trop cher. Et rappelons le, s’il est fabriqué à Saint Nazaire, il dérive d’un Nissan Navara (châssis et moteur). Coût unitaire: 45 000 euros, soit près de 20 000 de plus que le Ranger
  • VBL: performant, mais lourd, et de conception ancienne, Panhard n’en fabrique plus.
  • quand aux propositions farfelues comme le 3008 Hybrid 4 roues motrices (en fait ce n’est pas un 4×4), qu’il soit au catalogue de l’UGAP n’implique pas qu’il soit adapté aux besoins.

La question du « yakafautkon »

  • la question du remplacement des P4 est connue depuis longtemps des militaires, qui malheureusement n’ont que peu de prise sur les Lois de Programmation Militaire (LPM), et n’ont pas attendu pour commencer à remplacer leur parc de P4 vieillissant.
  • L’augmentation des Opex (opérations extérieures) soumet le matériel à des épreuves qu’il n’était pas sensé subir lorsque les LPM successives ont été votées. Entre l’Afghanistan, le Mali, la Lybie (pour l’aviation), Daesh (pour l’aviation et la marine), et toutes les missions d’assistance ou de coopération internationales, les matériels, et notamment les P4, sont soumis à rude épreuve. Sans compter Vigipirate. La LPM prévoyait le maintien en activité des P4 jusqu’en 2020 (la production a commencé en 1982, et on en met actuellement 600 ex au rebut par an… Bientôt, on pourra vraiment parler de fantassins)
  • Vigipirate parlons-en justement. C’est sans doute salutaire, ou seulement un message envoyé, mais cela explique que vous voyiez des P4 sur les trottoirs de Paris. Mais sachez, comme me l’a indiqué le toujours très renseigné Dabe, que l’armée doit louer à prix d’or des véhicules civils pour ses opérations Vigipirate : d’où l’achat de véhicule en urgence (qui reviennent moins cher in fine).
  • A force de croire qu’on peut jouer à la grande puissance en diminuant le budget et les effectifs, on arrive à ces commandes d’urgence. Et rappelez-vous : l’armée a changé de format, et n’est plus à l’heure des commandes massives comme au temps où l’armée de Terre par exemple représentait 350 000 hommes. Aujourd’hui c’est 100 000. Déjà que dans les années 80, Peugeot, pour un contrat de 12 000 véhicules, n’a pas voulu construire un 4×4 spécifique et s’est appuyé sur Mercedes, alors rendez-vous compte pour un contrat de 5450 en 3 tranches (1000, 2450 et 2000), réparti sur dix ans.
  • Rassurez-vous cependant : la vente de Rafale à l’Egypte, à l’Inde et au Qatar, va permettre à notre industrie aéronautique (Dassault) d’embaucher, tout en n’obligeant pas l’Armée de l’Air à réceptionner et payer des Rafales à partir de l’année prochaine. Au prix de l’oiseau, ce sera une certaine bouffée d’air pour nos armées et leurs besoins en matériel « au jour le jour », ou moins stratégiques.
  • Concernant les Rafale : contrairement à ce que la presse a souvent dit, ils n’ont pas mis 30 ans à se vendre, puisque sortis des chaînes et devenant opérationnels dans l’Armée de l’Air qu’à partir de l’an 2000. Entre temps, il est devenu l’avion de chasse le plus moderne ayant connu l’expérience du feu (et de la maintenance qui va avec), prouvé son efficacité, remplaçant 7 types d’appareils différents, polyvalent donc, et bénéficiant enfin de conditions économiques et diplomatiques favorables : baisse de l’euro le rendant enfin compétitif, et baisse de confiance dans les USA qui conduisent de nombreux pays à souhaiter s’armer ailleurs (je vous passe le cours de géopolitique). Là encore les journalistes n’ont rien compris à l’affaire. D’ailleurs, la vente des Rafales au Qatar le 4/05 (pour un montant de 6,3 milliars d’euro) a fait moins de bruit que l’achat le 6/05 de 1000 Ranger de chez Ford pour un montant de 27 millions d’ euros (prix catalogue non négocié, mais vu l’urgence et le volume de la commande, tablons plutôt sur 25 millions, mais je chipotte). Pour info, le Typhoon concurrent fermera ses chaînes de production en 2018, faute de clients, et le F35 américain coûte les yeux de la tête, n’est toujours pas au point. Quant aux F18, ils commencent à dater hein (et je parle même pas des Sukhoï).
  • Concernant les navires de type BPC (évoqués dans les commentaires) : sans commenter la décision politique de ne pas les livrer à la Russie, cela reste d’excellents bâtiments, et pour qui s’intéresse un peu aux matériels militaires, ils pourraient trouver preneurs (même si on empêchera pas une certaine perte financière sans doute).

Pour ceux qui voulaient une conclusion moins légère mais qui me semblait évidente, je répondrai par le proverbe bien connu : « on peut pas vouloir le beurre, l’argent du beurre, et le cul de la crémière ».

 

 

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

58 commentaires

Dabe

Le 14/05/2015 à 22:41

Le Ranger n’existe plus aux USA. Pour l’instant Ford n’a pas l’intention de revenir sur le segment des pick-up truck midsize. Seulement ce segment semble revenir sous l’effet des recents Chevy Colorado, GMC Canyon et Toyota Tacoma…

panamesc

Le 14/05/2015 à 23:08

il est injuste de dire que la france des années 40 et 50 n’était pas championne du 4×4
lorraine (license tatra soit) et laffly , fournissaient l’armée avant guerre en engins performants
des tracteurs forestiers laffly servent encore , 4×4 et 4 roues directrices !
ce sont les circonstances économiques et politiques de sortie de guerre qui en ont décidé autrement …

Paul

Le 14/05/2015 à 23:11

Oui mais dans les années 70, au moment où il fallait remplacer les Willys/Hotchkiss, y’avait plus grand monde au portillon non ? 😉

Dabe

Le 14/05/2015 à 23:27

Je te rejoins Paul, dans les années 70, il n’y avait plus rien, que dalle, nada (jusqu’à ce qu’un allumé vienne nous parler des Marmon). Quant à évoquer des machines agricoles de l’aprés guerre pour aller taquiner l’ennemi sur des terrains d’opération, faudrait voir à ne pas prendre nos militaires pour des guignols et à leur donner les moyens d’accomplir leurs missions.

Paul

Le 14/05/2015 à 23:30

Bah c’était une « certaine époque »… Aujourd’hui la donne a changée, et l’heure n’est plus aux commandes massives d’un même type de véhicule (le P4) pour une armée de conscrits de plus de 400 000 hommmes (13 000 ex du P4 commandés)… L’heure est au véhicule adapté à sa mission, qu’il soit français ou non ! point barre…

RDLC Yamaha

Le 14/05/2015 à 23:42

Bonsoir,
Il n’en reste pas moins vrai que plusieurs choses ont de quoi faire bondir le citoyen que je suis.
Le prétexte de devoir remplacer 1000 véhicules en « urgence » avec l’armée d’Enarque et de Saint Cyrien sensés se pencher sur la stratégie, planification, mutation de nos forces, ce prétexte est nul et non avenu.
Ensuite que nos constructeurs nationaux ne soit pas capable de prévoir, anticiper, accompagner les futurs besoins de nos administration est tout aussi lamentable.
Il est en est de même au niveau perso pour renouveler son électroménager et que l’on doit se tourner vers la « Deutch Qualitat » pour pas acheter de l’électroménager non jetable.
Une fois de plus, politiques, décideurs, industriels pourraient travailler en collaboration pour tordre le cou à l’obsolescence programmée et encourager les projets nationaux !

Paul

Le 14/05/2015 à 23:55

Ce que vous dites pourrait être vrai s’il en allait du budget d’une armée comme de celui d’un ménage… Mais vous aurez constaté vous même que l’usage de nos forces armées ces dernières années, et parfois (souvent) de façon impromptues (Afghanistan, ou Mali) n’ont pas cessé depuis quelques années. Dans le même temps, les budgets de la Défense baissaient… Il a fallu donc parer au plus pressé (les véhicules vraiments opérationnels, comme le PVP, ou bien le Sherpa, voire le Land Rover, notamment dans le cas du COS). Mais à un moment, on ne peut plus tirer sur la corde. D’où la recherche d’un engin polyvalent en temps de paix et sur le territoire nationale, comme en temps de guerre ou en Opex. Déjà en 2000, dans les ateliers du régiment qui m’accueillait, bien des véhicules (P4, 10RC, VBL ou autres) servaient de banque d’organes aux autres tout en étant considérés comme « en ordre de bataille » par l’état major. Les choses sont parfois plus complexes qu’on ne le croit, et souvent, le chef de famille comme le chef d’Etat Major, doit changer son véhicule qu’il pensait encore apte au service pour une somble histoire mécanique. Les décisions politiques sont parfois contestables, mais en l’espèce il ne s’agit pas d’une décision politique mais d’un constat: les P4 ne suffiront pas dans un contexte d’utilisation intensive des matériels… A nouvelle donne, nouveau contrat d’équipement…Quand à l’obsolescence programmée, les P4 on fait leur temps depuis la présentation en 1981 non ???

Dabe

Le 14/05/2015 à 23:56

Encourager quoi comme projet ? Demander à des constructeurs de grands volumes de concevoir un millier de véhicules basés sur des plateformes et des technologies dont ils ne disposent pas pour fournir une armée (contraintes et exigences de qualité/fiabilité qui nécessites de plus gros volumes). Il ne faut pas sortir de Saint Cyr pour se rendre compte que ce n’est pas réaliste,ni technologiquement ni économiquement. Seuls des Enarques et des polytechniciens pourraient être convaincus du contraire. Ces gens sont plus souvent des gestionnaires de grands ensembles que des stratèges.

Il y a 15 ans, la mairie de Paris a convoqué les 3 marques françaises pour leur demander de concevoir et produire un taxi spécifique à Paris. Faut-il être naïf ou déconnecté de la réalité du métier de taxi et des contraintes auxquelles sont soumis les grands constructeurs pour demander des choses pareilles.

Ne mélangez pas tout. Peu importe d’où vient le matériel tant qu’il répond correctement aux besoins de l’armée. En tant que citoyen je suis beaucoup plus inquiet du budget de la défense et des capacités dont on dispose. Savez-vous qu’en cas de catastrophe naturelle ou industrielle de grande ampleur, nous n’avons pas suffisamment de soldats en France pour assurer le fonctionnement du pays. Au Japon, après Fukushima, ce sont plus de 100 000 militaires qui ont été mobilisés. En France, en raclant les fonds de tiroir, ce serait à peine 20 000 que l’on pourrait rendre disponible et encore, l’équipement viendrait à manquer. Ne nous trompons pas de débat.

Si vous voulez exclusivement des véhicules français pour l’armée française, alors il faut réfléchir au modèle économique, acquérir le savoir-faire et faire suffisamment d’intelligence économique pour pouvoir l’exporter dans d’autres pays qui, à leur tour, se plaindront comme vous le faites.

Cyril

Le 19/08/2015 à 19:44

Et lorsque l’on ne peux pas choisir nationaux, on prends Europeen?
Pour un partisan du drapeau, le nom yamaha me fait bien rire.

Dabe

Le 14/05/2015 à 23:58

Paul, les dessous du P4 datent de 1972 il me semble…

bonhomme

Le 15/05/2015 à 06:47

Quid du devenir des voitures remplacées aussi?
Sur le groupe youngtimers sur Facebook, on a récemment vu partir a la casse des peugeot partner 4×4 dangel en état de marche et peu kilométré. Vraiment dommage. Ca serait un bon sujet de post.

Eric

Le 15/05/2015 à 07:09

Très bon article. Merci d’avoir mis les pieds dans le plat. A diffuser dans les rédactions en quête de sensationnalisme (y)

Luc

Le 15/05/2015 à 09:34

La question du format est interessante car elle resitue l adequation des vehicules aux besoins dans un univers militaire qui a change.
En effet vu la diversite des missions et des theatres d operations on imagine bien qu il n existe pas un mais plusieurs vehicules a potentiel. Par exemple un Hummer dans le dedert pourquoi pas mais pas dans des villages historiques de la vieille europe… Et pas un P4 pour se deplacer rapidement…
A mon avis oui pourquoi pas quelsues rutilants Ford Ranger… Mais on ne m enlevera pas de la tete qu il est toujours plus facile de se faire plaisir a bon compte quand on depense l argent des contribuables.

Dabe

Le 15/05/2015 à 10:13

« se faire plaisir a bon compte quand on depense l argent des contribuables », dans un ministère ou une agence de l’état, oui, c’est la réalité. Dans l’armée, avec la fonte des budgets, c’est un peu déplacé. Mais en France, il fait bon taper sur l’armée. On compte sur elle avec Vigipirate, on fanfaronne quand elle part en Afrique, mais quand il s’agit de lui fournir du matériel à la hauteur, il fait bon critiquer.

Antoine

Le 15/05/2015 à 10:29

Avec les récents engagements au Mali, RCA, et surtout le renforcement du plan vigipirate (que tout le monde semble oublier), en effet, le besoin en véhicule des forces armées est urgent.
L’arrivée des Ranger sera salutaire et permettra entre autre de rendre les voitures de locations utilisées dans le cadre de vigipirate qui coûtent une fortune tous les jours.

Paul

Le 15/05/2015 à 10:35

Voilà une information pertinente que je n’avais pas: l’utilisation de véhicules de location pour Vigipirate. D’ailleurs, on voit bien que les matériels sont désormais inadaptés aux missions quand on voit un P4 garé sur les trottoirs de Paris lors du plan Vipirate: quelle utilité d’un tel engin dans les rues Parisienne. Un Ranger de 200ch, chauffé et économe sera largement suffisant !

Dabe

Le 15/05/2015 à 10:36

Ce qui est triste c’est de penser que Vigipirate est essentiellement un outil de manipulation politique mobilisant des troupes qui seraient bien plus utiles ailleurs puisque le nombre de soldats est en baisse, alors que le nombre d’interventions et de théâtres d’opérations ne change pas tellement.

YO

Le 15/05/2015 à 13:14

Pourquoi le groupe Renault n’a-t-il pas proposé le Nissan Navara ?

Paul

Le 15/05/2015 à 13:18

parce qu’il n’est pas homologué par l’UGAP (la centrale d’achat gouvernementale qui permet de raccourcir les délais d’appel d’offres)…

Dans le genre il y a l’ATLV produit par Acmat à St Nazaire (en France donc) sur base Navarra justement, mais trop cher (45 000 euros pièce contre 27 000 pour un Ranger).

En outre, les Ranger ne seront utilisés qu’en France, et non en Opex. L’ATLV a donc encore toute ses chances pour remporter des morceaux du contrat de 2250 puis 2000 véhicules devant remplacer le P4 !

Alex

Le 15/05/2015 à 17:46

Excellent article.

La possibilité d’avoir un véhicule militaire adapté par Nedey fait froid dans le dos. Nedey est un groupe de concessions Citroen et Peugeot, ils auraient été bien loin de leur coeur de métier (vendeur de leasing et de solution de financement 😉 )

Aymeric

Le 16/05/2015 à 10:10

Je ne peux franchement pas être en phase avec cette position. Il faut être clair aucune voiture peut aujourd’hui dire qu’elle fabriquée qu’avec des organes français. Mais beaucoup de voitures françaises sont fabriquées avec des organes français, et il est facile de dire qu’il y a moins chère ailleurs. D’ailleurs je propose de ce fait que nous achetions tous nos véhicules chez Alliance ou Tâta puisque moins chère… La réalité c’est qu’un appel d’offre de ce type ne se fai pas en une semaine et que des produits français existent pour répondre à ce besoin même si fabriqué en Roumanie ou Russie, comme le Duster, le c4 cactus le 4007 sur plateforme Outlander ou Asx après on a aussi oublié Dangel dans la bataille! Je vous mets au défit de trouver une voiture de service public allemandes qui n’est pas VAG BMW ou Mercedes. Je vous rappelle que la poste à tué Pmc avec l’achat de 6500 Kymco, on constate aujourd’hui que ce n’était pas le bon choix. On voit tous les jours la gendarmerie et la police rouler en Ford, les hôpitaux rouler en ducato ou transit alors que le même véhicule français existe. Je vous invite à expliquer pourquoi on a fait ce choix aux personnes de Tremery ou de la française de mécanique qui ont perdu leur emploi. Rappel pour les véhicules diesel Psa les moteurs sont fabriques en France. Moi je le dis et maintient quand l’état ne soutient pas les constructeurs français il n’est pas à sa place, je rappelle que même si le produit est plus chère il évite de payer des allocations chômages et fait rentrer de l’imposition. Votre regard est minimaliste et c’est avec ce type de démonstration que l’on achète étranger. Dommage je sais ou on va et le mur de rapproche…

Paul

Le 16/05/2015 à 10:40

Bon tout d’abord parlons des Ford Mondeo, Focus ou autres qui équipent nos Forces de Police ou de Gendarmerie: bien que fabriquées (enfin assemblées) en Allemagne, elles ont souvent sous le capot un moteur français PSA (le TDCi c’est un HDi hein, des moteurs qu’ont a même retrouvés sous le capot de Jaguar). Quand à leurs boîtes de vitesses, elles sont fabriquées à Blanquefort, près de Bordeaux.

Pour la question de « l’appel d’offre »: justement, la procédure suivie par l’Armée de Terre a permis d’éviter un appel d’offre classique en passant par le biais de l’UGAP, qui sélectionne des produits en amont, négocie des prix, et propose aux administrations, sur catalogue, des véhicules ou des produits « sur étagère ». Seulement, dans ce cas précis, l’armée avait une contrainte: l’urgence d’être livrée de 1000 véhicules (ce qui n’est pas rien). Pas sûr que les Duster et Berlingo militarisée auraient pu être prêt à temps dans de tels volumes.

D’ailleurs, pour les prochaines tranches (2450 puis 2000 véhicules), il y aura un vrai appel d’offre pour un PVLT (petit véhicule léger tactique) remplaçant réellement les P4 de façon opérationnel. Les industriels français pourront donc mieux se positionner.

Concernant les besoins de l’armée de Terre, il est évident que les constructeurs français ne sont pas vraiment armés pour répondre aux exigences militaires. Le Duster, le Cactus (qui au passage n’est pas 4×4) ou le 4007 ne sont absolument pas adaptés aux besoins de l’armée. Après pour rappel, Duster fabriquée en Roumanie (avec un taux d’intégration de plus en plus proche de 100 %), un Cactus fabriqué en Espagne, 4007 fabriqué lui au Japon. Alors bien sûr il y a des composants français, mais comme dans des Ford (voire parfois moins que dans une Ford comme pour le 4007). Et quelle que soit la voiture, elle contiendra souvent du Valeo (français) ou autre, des pneux Michelin etc. Votre raisonnement ne tient pas dans le monde automobile d’aujourd’hui.

Je pense que la réponse aux prochaines tranches viendra d’industriels moins connus, comme les filiales défenses de Renault Trucks (qui je le rappelle est à capitaux suédois ahahah), et tant mieux s’ils peuvent remporter ces marchés. Après entre acheter français sur un « petit marché de 5000 véhicules au total » (soit environ 150 millions d’euros au max), et préserver l’efficacité d’une force armée utilisée de plus en plus de façon opérationnel, il faut parfois faire des choix. La France a toujours préservé les marchés stratégiques: Avions, hélicoptères, blindés, missiles, radars etc… Ce sont des marchés bien plus stratégiques technologiquement et industriellement (un hélico Caracal vaut à lui seul 50 millions d’euros, et la France en possède 16, les Rafale sont des bijous technologiques qui enchaînent aujourd’hui les contrats export -je vous passe toutes les âneries qui ont été dites sur lui, « avion invendable » etc, car c’et aujourd’hui le choix technologique et tarifaire le plus pertinent pour une armée désireuse d’acheter un avion capable d’effectuer toutes les missions traditionnelles).

Concernant l’Etat qui ne soutient pas nos constructeurs ? Combien de fois a-t-il sauver Renault ? Et ne vient-t-il pas d’entrer au capital de PSA pour sauver la marque et les emplois ? D’ailleurs sur ce coup, on n’entend que des sous-traitants (notamment Poclain Etupes) et pas Renault ou PSA, qui clairement, ne se sont pas positionnés sur le marché.

Votre regard est simpliste, et je pense que le mien et au contraire tout sauf minimaliste: je constate juste que les journalistes parlent sans connaître les nouveaux besoins de l’armée de Terre, sans même savoir que des matériels étrangers sont en service dans l’armée depuis toujours notamment en ce qui concerne les véhicules, et que vouloir rouler en Duster inadapté pour faire plaisir et conserver quelques emplois (et se faire mousser pour les politiques), c’est faire de la communication et du buzz sur le dos de nos militaires.

Concernant la police ou l’armée allemandes: s’ils roulent allemand, c’est que leurs industriels ont développé une offre satisfaisante. Mais quand il s’agit d’acheter français ou américain, ils le font !

Bref, je pense qu’il faut être précis justement: l’armée française, et sachez le une bonne fois pour toute, est l’une des dernières armées à pouvoir prétendre à autant de matériels « nationaux », et bien des pays nous envie notre industrie de défense. Mais on peut pas être bon partout, et concernant les véhicules, parfois, on peut pas acheter français faute d’offre tarifaire suffisante (et c’est important, puisque le budget de l’armée est en baisse), de réponse aux besoins tactiques, ou tout bêtement de capacité de production rapide (Dangel en est un bon exemple).

PS: les personnes de la Françaises de Mécaniques savent très bien combien de moteurs ils ont fabriqués pour Ford ne vous inquiétez pas

Jean Marc

Le 22/11/2015 à 11:21

Les moteurs sont bien d’origine PSA mais Ford les fabriquent eux même depuis bien longtemps.

Cyril

Le 19/08/2015 à 19:56

Si il n’y a pas d’achat dans une agence Française, c’est qu’il y a quelqu’un qui y a réfléchit, et n’a pas cédé a la surtaxe du « made in France ».
Pour avoir vu certains tarif d’achat de pièces françaises pour l’aéronautique, on rigole jaune.
Sous prétexte que c’est l’armée, on surfacture car on croit encore a un grand budget. Alors ne nous étonnons pas de voir ailleurs.
A lieu de voir leurs porte-feuilles, les agences françaises devrait regarder plus loin. Car un véhicule acheté 45 000 euros au lieu de 27 000, c’est deux fois moins de véhicules pour les troupes avec la même enveloppe.
Alors si vous pensez français, regardez nos gars en OPEX, plutôt que vos actions en bourses.

dom

Le 16/05/2015 à 11:13

juste comme ca ,la conception du pickup ranger date de quant, chassis echelle ,essieu rigide arriere,ben monsieur des annee 70, enfin de compte un moteur de ranger sur une p4 etait plus moderne!

Paul

Le 16/05/2015 à 11:22

Oui mais le coût d’une rénovation d’une P4 coûtait 27 000 euros (le prix d’un Ranger). Enfin je vous encourage à parcourir les forums de militaires un peu partout sur le net: ils veulent du fiable, de l’éprouvé, du facile à réparer ou à entretenir. Pour un PVLT, point besoin de technologie moderne, mais de robustesse, de rusticité, de capacité de franchissement et d’emport: en cela, le Ranger bat à plate couture les Berlingo ou Duster 😉

Dabe

Le 16/05/2015 à 11:52

C’est pour l’armée, il faut de l’efficace et du rapide. Etre vraiment patriote, c’est vouloir ce qui se fait de plus approprié pour son armée et pour son succès ou bien avoir un point de vue économiquement arriéré et non rentable ?

Freditane

Le 10/06/2015 à 11:38

Le ranger américain date de 1983 et à une conception ancienne, c’est vrai. D’autant que le dernier en date n’était qu’un restylage de la deuxième mouture. Mais il n’a rien en commun avec celui vendu en europe depuis 1998, donc relativement récent, avec une conception qui n’a rien d’antique.

sventchik

Le 16/05/2015 à 12:52

Article intéressant, bien rédigé (comme d’habitude je dirais 😉 )

La conclusion reste cependant décevante. Le Duster n’est pas Français, on est tous d’accord. Mais s’il avait été commandé, Renault (siège) en aurait bénéficié, de même que Poclain Etupes, avec des emplois à la clé. Et cela serait resté européen tout de même.

Coté Citroen/Peugeot, l’entreprise Nedey (qui est le plus gros distributeur Citroen en Europe, et qui commence à reprendre des concessions Peugeot, qui est entré au capital de Peugeot SA) n’est qu’un « petit » garagiste du village perdu de Lougres dans le 25….. mais qui a su grandir, croitre, et a toujours eu des idées ingénieuses. Il était question de 6 véhicules par jour, avec 50 employés, une petite usine, des emplois pour la région. Sans oublier que le véhicule de base restait fabriqué par Peugeot/Citroen en Espagne. Donc là aussi, emploi en France, solution européenne.

Après, je rigole (jaune) quand un matin, l’armée se réveille et dit : « roo put***, les P4 sont pourris ! Vite, il me faut rapidement 1000 nouveaux véhicules »
Un parc, ça se gère, ça s’entretient, ça se remplace par échelonnement. Tout gestionnaire de flotte vous le dira. Et rien n’aurait empêché l’état de choisir une solution multi-fournisseur.

On en reparlera lorsqu’il faudra procéder à l’entretien de ces Ford Ranger dans 10 ans… la dispo des pièces, le cout des pièces….. (la P4 base Punch/Classe G est toujours existante sans vieillir malgré les décennies écoulées, la Duster est un véhicule basique, simple, dispo en masse sur le marché mondial, le Berlingo/Partner est aussi disponible en masse en europe & Afrique)

Je pense la conclusion un peu hative 😉

Paul

Le 16/05/2015 à 13:06

Humm… il est toujours facile de dire que « si on avait prévu le truc, on aurait pu faire construire français »… Désolé mais le Duster comme le Berlingo ne répondent pas aux attentes urgentes de l’armée d’une part, ni aux attentes à long terme d’ailleurs. Pour les tranches suivantes, ne nous attendons pas à un sursaut de nos constructeurs qui ont d’autre chats à fouetter qu’un marché de 4250 véhicules, d’à peine 120 millions d’euros, qui plus est sûrement pas rentable pour eux ni pour leurs outils industriels en France ou à l’étranger. Je crois beaucoup plus à une solution plus spécifiques: Panhard, Acmat, voire Renault Trucks, qui savent produire des engins rustiques, fiables (quoi que le PVP de Panhard est surnommé le Petit Véhicule Pourri), en petite série (car 4250 ex, c’est de la petite série.
Enfin, l’armée sait depuis longtemps qu’elle doit remplacer ses P4. Mais depuis le dernier modèle sorti des chaînes en 1992, on ne cesse de lui dire: ca attendra, privilégions les investissements « stratégiques ». On a continué à produire du Leclerc pour privilégier Giat devenu Nexter alors que les besoins opérationnels avaient changé. On a maintenu l’activité de Dassault (à raison), avec le Rafale, on met toujours beaucoup de pognon dans la disuasion nucléaire qui, pour utile qu’elle soit (je ne rentrerai pas dans le débat), est dévoreuse de capitaux. Les P4 étaient déjà rincées en 2000, et l’Etat-Major le savait mais on a demandé aux mécanos de faire des miracles et de maintenir en vie ces antiquités. La LPM envisageait leur remplacement en 2020 et cela ce sont les politiques, pas les militaires, qui l’ont décidé. Mais avec l’utilisation intensive de nors forces et de nos matériels en Afghanistan, au Mali, en Lybie ou ailleurs, se pose le problème crucial du vieillissement anticipé de nos matériels, des plus récents aux plus anciens. Rajoute à cela un plan Vigipirate qui n’en finit pas de se renforcer, et le besoin crucial d’un véhicule adapté se fait sentir alors qu’il n’était pas prévu de remplacer autant de P4 aussi vite. Car comme dit dans l’article, cela fait tout de même depuis 2006 que le parc se remplace petit à petit (par des PVP, des Sherpas, des Land etc)… La conclusion n’est pas hâtive, elle est juste évidente et il est étonnant de devoir justifier un choix relativement cohérent.
Pour la base P4/Puch/G, elle est existante, mais horriblement chère désormais, et cela ne serait pas plus privilégier une solution « française »: la rénovation coûte 27 000 euros, et les G modernes construits actuellement sont clairement dans le domaine du luxe et non du militaire 😉
Après, le Ford Ranger est clairement proposé comme un véhicule « tampon », le meilleur dans les délais impartis, les exigences de l’armée, et les questions tarifaires… Il n’a pas vocation à devenir le matériel standard de l’AT. Et il coûte finalement moins cher que tous les véhicules loués actuellement par l’armée pour palier au manque de véhicules légers ou de véhicules de liaison 😛

Cyril

Le 19/08/2015 à 20:06

Duster/Berling/Partner, c’est ne pas écouter le cahier des charges.
Aucun des trois n’a une possibilité de franchissement convenable, aucun des trois ne peux emmener 5 militaires (ptet un peu serrés), et 1 tonnes de matériels.
Si on ne remplace pas certains véhicule, ou pièces, c’est qu’il y toujours quelqu’un qui empêche de tourner rond. Un choix aussi important en termes de budgets se discute. Mais si à chaque fois, une personne peu objective, pose son veto, cela repousse d’autant la décision. D’où le parc très vieillissant des véhicules.

Aymeric

Le 16/05/2015 à 15:19

pour Paul, je ne vois pas l’explication pour les Ducato, les Kymco Et VAG achetés par l’état. Je subodore que vous roulez pas en véhicules français, vous penserez certainement différemment quand votre emploi sera menacé ou quand votre imposition continuera à grimper pour couvrir le déficit de l’assurance chômage. Pour ce qui est des moteurs Dv fabriqués pour Ford, l’argent rentre chez Ford, accord de Psa et Ford. En revanche je souligne et soutiens les collectivités sui achètent Toyota qui sont fabriques en Alsace. Je vous conseille de voir ce qui de passe en Allemagne et aux USA avec les collectivités qui achètent nationale. Tout le monde ne peut pas penser ainsi. Bon courage pour refourguer les 2 frégates équipes en syrilique également…
Les iraniens aussi ont compris et soutenus la production locale avec Iran kodhro ! Bref les produits Français doivent être trop mauvais…

Paul

Le 16/05/2015 à 15:36

Les accords PSA/Ford en terme de motorisation ne l’ont pas été à perte pour PSA rassurez-vous. Quand à la Française de mécanique, elle a produit pour Mini, Fiat ou Toyota, en plus de Renaul, Peugeot et Dacia.
Les Ducato, sont produits dans l’usine SevelSud (en Italie), coproriété de PSA et Fiat et qui produit aussi les Boxer et les Jumper… Les VAG ? Je n’en ai pas vu de proposés en marché public ou sur catalgogue UGAP, mais si vous le dites 😉
Les Kymco ? Je ne suis pas au courant, suis pas très spécialiste de ce genre d’engins hein, mais je ne suis pas sûr que cela sois ce contrat qui ait déstabilisé l’industrie française. A trop regarder par le petit bout de la lorgnette, on finit par ne voir que ce que l’on veut voir, en oubliant tout simplement les besoins.
Toyota ne produit pas en Alsace si vous vous renseigniez… Quand au BPC, je ne dis pas que ce sera facile, mais suis vous suiviez autrement que par les médias traditionnels l’actualité militaire, vous sauriez qu’il y a une certaine demande (un BPC n’est pas une frégate)…
Pour l’Iran, je ne comprends pas bien où vous voulez en venir ? Iran Khodro et l’ensemble de la production iranienne dépend de la fourniture de pièces détachées ou de brevets étrangers (l’arrêt de la fourniture de pièces Peugeot les a mis à mal lorsque GM est rentré au capital de PSA), et n’a pas à proprement parlé de quoi fournir ses armées en véhicules opérationnels 😉 Et les produits actuellement vendus en Iran ne sont pas vraiment le top du top même si j’aime ce genre de voitures exotiques.
Les Etats-Unis ou l’Allemagne achètent eux aussi à l’étranger quand cela doit se faire (les Gardes côtes américains volent en hélicoptère Dauphin, et des Peugeot 504 et 505 ont remportés les contrats de taxi de Chicago ou NY dans les années 70/80). Vous confondez un peu tout je crois… Et vous oubliez qu’on vit dans un monde ouvert et globalisé (que cela plaise ou non).
Enfin je persiste et je signe: le contrat Poclain Etupes ? 8 emplois ? Blanquefort qui produit des BV Ford et Getrag ? 980 ! Toyota (à Valenciennes, qui n’est pas en Alsace ? ), tout comme Smart ou Bugatti: des marques installées sur le territoire français désertées par nos marques nationales au profit de l’Espagne, la Slovénie, la Roumanie ou la république Tchèque (entre autres)… Voyons, le monde est plus compliqué que vous ne semblez le croire 🙂

PS: les collectivités françaises, si vous les fréquentiez, achètent essentiellement français, le parc de véhicule du département de la Charente Maritime par exemple n’est composé que de marques françaises ou presque… sauf quand le besoin n’est pas comblé, et là, on va voir ailleurs 😉

teuschi

Le 16/05/2015 à 20:16

Benz fabrique toujours d’antiques G (génération W460 alors que les civils sont maintenant des W463) pour les armées au moins allemande et je crois australienne.

Paul

Le 16/05/2015 à 20:23

Et ??? la solution serait-elle meilleure (le temps que je vérifie l’information)…. Un 4×4 cher, datant des années 70, pas français (ce qui faisait l’objet de la polémique rappelons le… Je vois pas bien en quoi refaire du G, qu’il soit totalement allemand, ou motorisé par un constructeur national, ferait avancer le schmilblick… et je rappelle l’urgence qui a conduit l’armée de terre à commander sur étagère…Faute de grives, on mange des merles ahahah…

Freditane

Le 10/06/2015 à 11:42

Je pense qu’il voulait juste dire que le classe G à usage militaire existe toujours, dans l’article il est fait mention du fait que le classe G n’est plus produit que dans ses finitions luxueuses 😉

YO

Le 16/05/2015 à 22:20

Pour mémoire, en mars 2015 PSA a vendu 167 308 automobiles en Europe et Renault 146 223 (source Comité des Constructeurs Français d’Automobiles), il est donc totalement illusoire de penser que 1000 exemplaires de Berlingo, de Duster ou de quoi que ce soit est un impact sur l’emploi !

sventchik

Le 17/05/2015 à 23:02

Moi, je dis juste qu’on réfléchit à court terme …. On verra quand tomberont les notes d’entretien, ou que les véhicules seront remisés faute de pièces dispos….

Et dire que techniquement les concurrents n’étaient pas à la hauteur….
Y a pas erreur sur le cahier des charges ? 5 bonhommes + 1 tonne de matériel ?
D’autant plus que ce n’est que pour de l’intervention en France….

Bref !

Paul

Le 17/05/2015 à 23:37

il s’agit d’une commande tampon pour palier aux problèmes des P4, pas d’une solution à long terme (normalement) !

mad

Le 25/05/2015 à 14:04

Le choix du matériel militaire est à priori hautement stratégique. Le matériel doit répondre à des besoins précis et avérés. Nous ne connaissons pas le cahier des charges, soyons raisonnables. De plus, dans un contexte mondialisé, l’armée doit être en mesure d’assurer le fonctionnement et la maintenance des matériels quelles que soient les conflits en cours, il faut donc assurer une diversité suffisante au niveau des fournisseurs. Ce n’est pas pour rien qu’on vend des Rafales en ce moment… Le « tout français » est un total non sens dans le monde actuel.

Paul

Le 25/05/2015 à 15:00

je ne peux qu’approuver l’intégralité de ce commentaire plein de bon sens. Merci !

Liberta

Le 28/05/2015 à 16:58

Beaucoup d’approximations et d’erreurs dans ce papier, comme d’hab. La première tranche n’était pas destinée aux Opex, Nedey n’était pas là pour transformer les Berlingo en 4×4 (elle est bien bonne celle-là…), conception du Duster et j’en passe. Quant aux capacités de franchissement du Ranger comment dire… : bloguer c’est bien, essayer, des fois, c’est mieux.

Paul

Le 30/05/2015 à 10:14

Vous avez raison sur un point, Nedey ne transforme pas en 4×4 mais c’est bel et bien Dangel 😉 Dont acte…. Mais vous auriez lu le papier vous n’auriez vu à aucun moment que je disais que ces Ranger seraient destinés aux OPEX puisque c’est tout le contraire. Quand aux capacités de franchissement du Ranger, à aucun moment je ne considère ni dit qu’il s’agit d’un vrai franchisseur hein 😉 Critiquer (et apporter des précisions) c’est bien (et même recommandé), lire réellement et objectivement c’est mieux. Enfin, il eut été plus intéressant de nous développer votre avis qui sûrement est intéressant. 🙂

Freditane

Le 10/06/2015 à 11:44

Vous avez déjà essayé un ranger ? C’est un excellent franchisseur, donc je ne comprends pas le commentaire… Mais bon, commenter, c’est bien, essayer, c’est mieux…

Liberta

Le 10/06/2015 à 15:52

Non, le Ranger n’est pas un « excellent franchisseur », la blague a ses limites ou alors il vous en faut vraiment peu. Si j’ai déjà essayé un Ranger ? Non, pas vraiment, j’ai juste un 3.2 Wildtrak dans le garage depuis 2 ans et 55.000 km, à côté d’un vieux KZJ 95, d’un Range classic VM (en panne, comme il se doit) et d’une ruine de Lada Niva. Le Ranger est de loin le plus mauvais des quatre en franchissement, mais ça tombe bien, je ne l’ai pas acheté pour ça. A bien des égards c’est un excellent véhicule, mais quand on se balade des angles comme les siens, une monte d’origine ridicule, un empattement de TGV et un faux blocage de diff, euuuh… Notez que c’est le même problème ou presque avec les autres pick-up (j’avais auparavant un Hilux mais qui passait déjà mieux) et ce n’est pas une critique du Ranger que par ailleurs j’adore, réellement. Tellement que j’en reprendrai un sans hésiter après le restylage. Mais pas pour du franchissement 😉

Kevin

Le 01/06/2015 à 20:46

J’ai peut être lu en diagonale mais on ne parle pas de Nissan? Le nippon appartient à un groupe Français dont l’état est actionnaire et propose le Navarra avec un 3.0 DCI et qui répond parfaitement au cahier des charges non? Et au moins on s’affranchit des américains qui ne sont pas les meilleurs partenaires.

YO

Le 18/06/2015 à 21:58

La solution viendrait-elle du Duster pick-up qui vient d’être présenté en Argentine ? 🙂

Il y a toujours le problème de la fabrication hors de France mais les capitaux sont majoritairement français :

http://www.moniteurautomobile.be/article/nouveaute-renault-duster-oroch-pick-up-mi-lourd-mi-leger-20904.cfm#.VYMiRzcSqmF

Paul

Le 18/06/2015 à 22:04

Je n’ai rien contre le Duster (fut-il construit en Argentine), mais je pense que l’argument principale restait la disponibilité rapide, ce que Ford pouvait proposé (notamment avec un objectif de déstockage pré-relifting du Ranger)… Ne pas oublier que procurer 1000 véhicules en un temps record ce n’est pas évident 😉

Maxime

Le 20/06/2015 à 19:02

Parmi toutes les réactions de l’achat par l’armée de ce Ford Ranger, ce qui « m’épate » le plus c’est l’hypocrisie bien palpable, on demande des efforts assez conséquent au Ministère de la Défense, réduction, réduction, et si le cas inverse aurait été choisi, une voiture francaise beaucoup plus chère et ne répondant pas totalement a la demande de l’armée, est ce que les réactions auraient été différentes ou les mêmes pseudo journalistes auraient la aussi pointés du doigt un achat « maladroit » ?

Le seul que j’aurais bien aimé pour notre armée c’est le Citroen Cruise Crosser Concept, au moins ca aurait eu de la gueule, et tant pis si il est a 90% japonais.

Denis Pechon

Le 05/07/2015 à 13:37

Bonjour article concret et explicite, néanmoins un petit détail et explicatif a été passé sous silence…
l’origine de l’absence d’un véhicule adapté dans la gamme d’un constructeur national.Dans les années 60/70 Peugeot vendait en Afrique des bateaux complets de 404 / 504 pick-up.. (en 1982 Peugeot fabriquait toujours la 404 PU pour l’Afrique au départ de France, et des 504 au Nigeria et en Afrique du sud).
Dangel mis au point les versions 4 roues motrices mais dédaignées par la marque qui acceptait de les distribuer mais sans plus (encore aujourd’hui essayer un Dangel dans le réseau vous transforme en petit bonhomme vert…).
résultat Toyota devint le roi de l’afrique avec le BJ. Peugeot ne fit jamais de PU 505 au grand dam des artisans français consommateurs des 504 bennes… et encore moins de version tous terrains. Les pompiers, militaires, garde forestiers se débrouillant avec les UMM (moteurs Peugeot alias indenor) , ex Cournil, et quelques Dangel sur base utilitaire. De son côté Simpar tenta la même expérience sur des bases Renault, et l’armé roula en Renault 4 4×4 !!!
l’abandon a des artisans des versions off road et l’absence de base valable au développement de véhicule de type TT ainsi qu’une haine constante des services publiques vis à vis des artisans ou marque naissantes en France sonna le glas de tous les essais (Cournil, MVS, mais aussi des motos) de production made in France. L’abandon du marché du 4×4 par les grands constructeurs, marché jugé peu rentable face au japonais est typique de l’abandon industriel des entreprises françaises. Je ne crois pas que Toyota perde de l’argent avec ses bj / hj qui inonde la planète et surtout l’ONU. (des commandes de 20000 véhicules pour l’ONU sont monnaies courantes….) . Bon évidement il fallait à Peugeot sortir du 2.5 l Diesel 4 en ligne de 75 cv et passer à qq chose de plus costaux.. Mais là on est tombé sur un os et depuis plus rien… Alors à tous les pleurnicheurs qui rêvent du 100% français, prenez des actions chez lotus, (les mouchoirs ndlr) car vous n’en avez pas fini avec la déshérence industrielle. Quand on arrive 25 ans plus tard sur le marché du PU (Renault Dacia oroch), il ne faut pas rêver avoir le marché en main. Le succès du Duster est plus du à un concours de circonstances qu’à une stratégie markéting… Si Renault avait réfléchit à une version industrielle de son 4×4 la version militarisée serait dispo depuis des lustres. Un chef de l’automobile Allemande disait, parait il récemment, que si les Français savaient vendre leurs voitures, les Allemands auraient du soucis à se faire… Heureusement, les branquignoles qui dirigent les marques savent trouver les excuses pour ne pas faire les véhicules qui conviennent au marché. Si les allemands roulent à 90% teutons c’est aussi parce les produits correspondant à leurs besoins sont sur pieds, pas besoin d’impreza pour la police, la porsche 911 vert et blanc roule depuis 60 ans pour la police routière. En ajoutant un peu de « nationalisme » ou parfois de mauvaise foi et les pompiers outre Rhin auront moins d’Iveco ou de Master que leurs homologues français n’auront de sprinter…

pierre

Le 04/09/2015 à 19:06

FORD a des talents (confirmés) d’excellents commerciaux, et cela se prouve depuis pres de 15 ans (avec les premiers Transit vendus à la Gendarmerie).
ce Ranger fait aussi le bonheur de nombreux SDIS Pompiers , un bon rapport qualité-prix.

Jean Marc

Le 15/11/2015 à 19:16

Les dirigeants de l’ industrie automobile francaise , comme nos politiques ne sont interressés que par le pouvoir , leurs revenus et avantages , leur réélection . En plus ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez
Faire avancer le schmilblik , ils n ‘en ont que faire .J ‘en prends pour exemple les boites de vitesses à double embrayage ou les boites auto .
Pour avoir bossé dans le domaine des boites de vitesses je peux vous dire que les grands chefs ne se sont rendu compte que récemment que l ‘automatisme avait de l ‘avenir .
Résultat des courses : les boites auto comme les DCT , on les achète en allemagne ou au japon .
Les marques francaises , si elles réussissent à survivre termineront au mieux en tant que assembleurs .

Touzo

Le 28/11/2015 à 20:43

Bonsoir.
Juste une question pour les ardents protectionistes, que proposez-vous pour le remplacement des motos de la police, de la gendrmerie, de la douane, etc ?
L’état doit il demander à Voxan de travailler sur un futur appel d’offre ?
Ou bien demander à Peugeot de prévoir un gros scooter 1000 cc ?
En clair qu’on cesse de regarder les choses par le petit bout de la lorgnette.
Attendons donc le remplacement à venir du FAMAS et on rigolera bien aussi

Ar-Men

Le 08/01/2016 à 05:11

Je réagis un peut tard a ce poste que je viens de découvrir.
Premier point. Depuis des années le gouvernement fait passer le message d’acheter français ! A quel point se message peut-il être crédible, alors que l’administration achète du matériel de marque étrangère ?
L’état a sauver plusieurs fois Renault et Peugeot, certes, mais il a avant tout sauver les marques, pas les emplois. Notre argents, a donc servie a créer des emplois a l’étranger ! La pilule a d’autant plus de mal a passer que si j’achète un fourgon Renault, je vais le payer plus cher qu’un Nissan, qui fait partie du même groupe et produit dans la même usine !
Dans le cas présent l’état aurais au minimum pût demander un renvoi d’ascenseur sous forme tarifaire, comme dit pour eux c’est une petite série.

deuxième point l’anticipation. Dans ce domaine l’armée brille surtout par son immobilisme. Pour ma part dans les années 80 j’ai lu des documents qui anticipait différent scénario, dont l’effondrement du bloc de l’Est !!! a l’époque de la science fiction, pourtant d’actualité aujourd’hui. Après effondrement du mur de Berlin, dissolution du bloc de l’Est, puis plusieurs conflit localisé aux moyen-orient !!! difficile de dire que l’on ne pouvait anticipé l’évolution des besoins de l’armée !
Autrement dit si le besoin avait été anticipé et pas pris en urgence, des petites structures comme ACMAT aurais très bien pût produire se type de véhicules.

Troisième point l’économie. Justifié cette achat pour raison économique est difficilement justifiable, quand d’autre coté, on jette l’argent par les fenêtres. Le cas le plus simple le FAMAS. Depuis de nombreuses années, les cartouches ne sont plus produites en France, mais les deux modèles utilisé
entraîne de gros problèmes de précision, de vélocité et d’usure prématuré des canons, ce qui a entraîné une commande, la aussi, en urgence a Benelli de canon a 1 000 € pièce, soit 1/3 du prix des armes susceptibles de le remplacer ( FN Herstal ou HK 416/417). Est-il encore utile d’avoir des chars lourds tel le Leclerc, qui coûte cher a entretenir ( un équipage fait en moyenne 2h d’entraînement annuel en réel ) les vingt-cinq déployé au Liban mange a eux seul la moitié du budget !
Si l’achat des rangers est purement économique, alors comment justifié, la préservation d’une structures comme la DCNS ? Combien de bateau produit par ans ? A-t- ont vraiment besoins d’autant de sites ? D’autant que certain sites civiles ( CMN, STX ) sont capables de construire et entretenir les navires. A-t-on vraiment besoins actuellement pour les opex d’un avions a 70 m€ dans des conflits de faibles intensités sans chasse, comportant peut de moyen de défense air-sol ?

Alors que l’état nous poussent a acheter français, l’achat des rangers, représente juste une contradiction. Au pire, pour des problème de logistique et de gestion des pièces détachées, l’Iveco Daily 4×4, déjà utilisé par la marine n’aurai-t-il pas convenue ? L’économie ne représente qu’une goutte d’eau dans la budget de la défense. Le véritable problème, n’est pas l’achat de tel ou tel marque de véhicule, qui ne sont que des véhicules de liaisons, mais plus le format de l’armée de terre, avec 77 000 hommes, elle tient dans le stade de France ( 83 000 places) !!!

PS : Si le Rafale a été aussi long a sortir, ce n’est pas du a des problèmes techniques, mais essentiellement a des changement politiques, principalement a différent ministres qui ont modifié les spécifications d’origine. A l’origine trois remises a niveaux etait prévus. Le programme d’origine a pris tellement de retard, que le premier exemplaire est sortie au moment ou était prévus, la premiere mise a niveau. On lui reproche d’etre sous motorisé, 8T ( de pousée), alors que les  » standards  » actuels sont a 10T, mais ont oublie souvent que le Rafale contrairement aux 10T n’est pas un chasseur, avec capacité d’attaque au sol, mais belle et bien un multi-rôle tout temps. Pour cette emplois, il est sans conteste le meilleur a l’heure actuel. Il devrais encore s’améliorer avec les nouveaux réacteurs. La derniere amélioration devrais venir avec les drones d’escortes Neuron.
Quand au F35 bien que coutent deux fois plus cher que le Rafale, en simulation de combat, il se fait battre par le  » vieux » F16!!! avec en prime de gros beug a chaque mise a jour de son logiciel !!!

Pierre Boivin

Le 18/12/2016 à 12:16

Aaah, je me souviens, à l’époque je ne connaissais pas Boîtier Rouge, mais cet article avait dû être partagé sur POA.
Et je me souviens que je l’avais trouvé excellent.
J’ai grand plaisir à le relire !

Laisser un commentaire