Ford RS200 : quatuor pour un concert raté

Mardi 1 novembre 2016
Retour

Ah la Ford RS200… Cette bête de course, uniquement conçue dans le but d’aller chercher des noises aux Audi Quattro (lire aussi : Audi Sport Quattro), Peugeot 205 T16 (lire aussi : Peugeot 205 T16 Série 200), fera aussi malgré elle la une des journaux suite à 2 accidents mortels qui scelleront le sort du Groupe B à la fin de la saison 1986. Ford, comme Citroën (lire aussi : Citroën BX 4TC) ou Rover (lire aussi : MG Metro 6R4), arrivera en retard face à ses concurrents, et n’aura pas l’occasion de démontrer le potentiel de sa voiture. Dommage !

L'un des 6 prototypes de 1984
L’un des 6 prototypes de 1984

rs200-18-proto-84

Mais je vais un peu vite. Il est vrai qu’on a tout dit sur cette RS200, qu’on présente souvent comme la fossoyeuse du Groupe B. Certes, les accidents mortels du Rallye du Portugal, ou de celui d’Hessen en Allemagne, impliquèrent une RS200, mais était-ce vraiment la voiture qui était en jeu ? Cela aurait pu arriver avec bien d’autres voitures, mais j’avoue ne pas être assez spécialiste pour parler de cette période sportive. En revanche, je m’en vais vous parler de la production de cette étonnante petite voiture qui, contrairement aux autres concurrents du plateau, ne faisait référence à aucun modèle de série de la gamme Ford.

rs200-13

rs200-10

Au début, Ford va étudier une version « Groupe B » de la Ford Escort (Mk3) avant de faire machine arrière pour se concentrer sur une toute nouvelle voiture. La RS200 (le chiffre correspond non pas à la puissance, mais au nombre d’exemplaires prévus) sera une œuvre pour quatuor, avec dans l’orchestre Ford (of course), Ghia (pour le design), Tickford (pour le développement, mais aussi l’aménagement des versions « civiles ») et Reliant (développement aussi, mais surtout production).

rs200-12
L’intérieur des versions civiles, réalisé chez Tickford, est moins minimaliste que celui des versions courses

rs200-15

Rien n’est anodin dans le choix des partenaires. Pour Ghia, cela coule de source puisqu’il s’agit d’une filiale « design » depuis 1973 et le rachat des Ghia et Vignale à De Tomaso (lire aussi : Quand Ford et Ferrari bataillaient pour Le Mans). Pour Tickford, les liens avec Ford ont été lié dès 1981 pour lancer une version spéciale de la Capri dans une version de grand luxe (lire aussi : Tickford Capri Turbo). Enfin, Reliant sera choisi pour son sérieux reconnu, mais aussi pour sa maîtrise de la fabrication des carrosserie en fibre de verre (lire aussi : Reliant Scimitar).

rs200-29

rs200-31

Après la production de 6 prototypes en 1984, la voiture est présentée au Salon de Turin de la même année, en novembre. Elle est équipée d’un 4 cylindres dérivé du bloc « Kent » de 1803 cm3, à 16 soupapes et Turbo Garrett… pour offrir 250 ch en version civile « classique ». Pour les modèles de compétition, les puissances seront supérieures, selon les kits, avec 380 et 450 ch. Nous verrons plus tard que les puissances ont beaucoup varié en fonction des modèles. Toutes sont en tout cas équipées d’une transmission intégrale, le tout pour un poids de 1180 kg (pour la version civile).

Il semblerait qu'un exemplaire fut livré à la Police anglaise (information à prendre au conditionnel)
Il semblerait qu’un exemplaire fut livré à la Police anglaise (information à prendre au conditionnel)

rs200-20-police

Parlons des choses qui fâchent : combien de RS200 furent réellement produites et vendues ? Selon la FIA (qui a validé l’homologation de la RS200), 200 véhicules furent produits. En fait, c’est un poil plus compliqué que cela. Il semblerait que 200 châssis, et l’équivalent en pièces détachées, furent produits. En réalité, toutes ne furent pas totalement assemblées. Ce qui est sûr, c’est que 29 exemplaires furent des versions « Rallye », et 20 exemplaires furent fabriqués en version « Evolution » (avec des freins et suspensions revus, mais surtout un moteur de 2.1 litres développant 350 ch). 4 exemplaires supplémentaires (appelés « Evolution 2 ») recevront un kit portant la puissance à 450 ch.

Une RS200 Evolution, sans bandes bleues
Une RS200 Evolution, sans bandes bleues

rs200-23-evolution

Au total, 52 exemplaires furent vendus en 1985, 7 en 1986, 41 en 1987, 36 en 1988 et 18 en 1989, soit un total de 154 exemplaires vendus, sans compter les 6 prototypes. Il manque 46 exemplaires, qui serviront a priori de banque d’organes et de pièces détachées. Sur les 154 exemplaires, si l’on considère que 53 furent des Rallye cars ou Evolution, cela nous fait donc 101 véhicules « civils » passés chez Tickford pour y recevoir quelques éléments de confort.

rs200-06

Après ces calculs d’apothicaire, ce qui est sûr c’est qu’aujourd’hui, une RS200 ça coûte un bras : voiture hyper rare, à l’histoire controversée, au look atypique et unique (aucune Ford ne lui ressemble), autant de caractéristiques pour faire exploser les enchères. Cela dit, sa ligne ramassée, son ramage blanc (seule couleur disponible, hors Evolution – qui avait droit à un stripping bleu – et Rallye cars), son moteur parfois surpuissant (surtout en version Evolution), font d’elle une bestiole bien désirable… Bien entendu, n’ayant pas le pognon, je laisse ce plaisir à d’autres, mais ça m’empêche pas d’en rêver !

 

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

Articles associés

4 commentaires

pipo

Le 02/11/2016 à 19:51

La fin du Groupe B était déjà scellé puisque l’on parlait du groupe S qui lui est , du coup tombé à l’eau. Des autos encore plus folles que les groupes B … je ne crois pas que Ford en préparé une mais les projets AUDI, TOYOTA, … étaient engagés.

Salva

Le 02/11/2016 à 20:43

Le Groupe B était la formule idéale pour la compétition : 200 exemplaires sur 12 mois consécutifs point barre.
Mais peut-être cela faisait-il de l’ombre à la monoplace tournant en rond sur circuit que de voir des autos de tourisme sur les routes de tous les jours faire le spectacle…

Greg

Le 02/11/2016 à 21:00

Article très intéressant avec des photos que, pour ma part, je n’avais encore jamais vu!
2 mots sur le groupe B et l’attitude de Ford:
Cette année, 2016, on « célèbre » les 30 ans de l’année la plus folle du rallye automobile, la saison 1986 qui atteindra des sommets en nombre d’engagés et touchera aussi le fond de l’horreur.
Quand la Fédération annonce que les groupes 1-2-4-4 seront remplacés par les groupes N-A-B, elle accompagne la mesure d’un plan de transition en douceur.
Une auto de course acquiert son homologation quand le constructeur présente le nombre d’exemplaires requis: 500 puis 400 pour le groupe IV, et la conserve aussi longtemps qu’elle reste en production.
L’homologation devient caduque 5 ans après l’arrêt de la production.
Ainsi, les autos du groupe IV encore en production lors de la bascule vers le groupe B, sont automatiquement prorogées dans la nouvelle catégorie.
Les cas les plus illustres sont: Audi Quattro, R5 Turbo, Ferrari 308, Porsche 911 SC, mais aussi l’Alpine A310 V6 (1 seul exemplaire connu d’A310 groupe B, et son proprio lui fait prendre l’air dans des épreuves comme le Tour Auto historique!).
Don, personne ne peut vraiment imaginer la course à l’armement qui va s’engager en l’espace de 2 ou 3 ans.
En dehors des voitures ultra spécialisées qui précèdent, les constructeurs généralistes préféraient courir avec des groupes IV aisément identifiables comme proches de la série.
Ce qui nous a valu des « berlines à papa » en tenue de sport comme la Fiat 131 -c’est pour elle que la Stratos est mise au rencard!-, l’Escort, la Sunbeam ou les Ancona et Manta.
Même l’Audi Quattro est volontairement dérivée du coupé de série! Avec la pincée de génie de la transmission intégrale et d’un turbo, certes…
Lors de la transition vers le groupe B, une partie des constructeurs reste fidèle à cette conception d’une auto de rallye: moteur avant, propulsion, 2 roues motrices, et parfois… essieu rigide!
Toyota et Nissan se concentrent sur les difficiles rallyes africains, Opel tente crânement sa chance sur tout le calendrier.
C’est comme ça que Ford imagine promouvoir sa nouvelle Escort Mk III -qui est une traction, à la base- en faisant courir une groupe B, discrètement convertie à la propulsion et au turbo…
Vous noterez que l’idée ne sera pas tout à fait perdue puisque la Sierra Bosworth en profitera, plus tard!
La première « vraie » groupe B, une auto qui n’est pas issue de la génération précédente, c’est la Lancia Rallye 037.
Chassis tubulaire, moteur central, compresseur, suspensions à grands débattements.
Elle remporte le tire en 1983, malgré l’Audi Quattro!
La 205 T16 arrive l’année d’après.
Ford est convaincu de s’être fourvoyé et abandonne le projet Escort Turbo au profit d’une vraie rupture technologique.
La construction estultra légère avec emploi intensif de matériaux composites, la boite-pont est rejetée à l’avant pour la répartition des masses, ce qui nécessite 2 arbres de transmission (disposition reprise par la Nissan GTR mais dans l’autre sens avec le moteur devant et la boite derrière!)
Mais le retard ne se rattrape pas et la RS 200 arrive tard, trop tard!
Les chiffres les plus fous circulent à son sujet: elle est parfois créditée de 600 chevaux, on lui prête une accélération de 0 à 100 en mois de 3 secondes… aussi bien qu’une Veyron… mais sur revêtement en terre!!!
Un exemplaire était encore engagé à Pikes Peak en… 2013, l’année de la Peugeot 208!
Qui sait ce qu’elle aurait pu faire, qui sait…

Malo

Le 03/11/2016 à 15:20

Quand ‘étais petit je m’entêtais a dire qu’elle ressemblait à une Porsche surement la faute aux phares ronds…

Laisser un commentaire