Ford Scorpio Mk2: batracien de luxe !

Mercredi 4 mai 2016
Retour

Il est de bon ton de se moquer de la Ford Scorpio, deuxième du nom. Autant la première génération pêchait par manque de caractère, autant cette dernière mouture avait un peu trop exagéré l’enthousiasme que sa ligne étonnante provoquerait chez les consommateurs potentiels. Il semblerait qu’il ne fasse jamais bon être trop excentrique sur ce segment de marché des grandes berlines, où le notaire de province veut en imposer et imposer sa réussite tout en restant dans le rang de « ce qui se fait ».

Scorpio 02
Avouons le, l’arrière du break paraît bien fade à côté de la berline ! Mais y’a de l’espace !

Etonnament, Ford ne communiqua jamais sur le nom du responsable du design de cette drôle de bestiole ? Sans doute pour le protéger des quolibets, et pour lui assurer de continuer sa carrière. Bel état d’esprit en tout cas, car la marque, qui avait validé le projet, aurait pu le lâcher complètement et dire : « c’est de sa faute, nous on voulait pas ». Assumant jusqu’au bout, Ford eut l’outrecuidance de croire qu’on pouvait bousculer un peu les codes du haut de gamme. Grave erreur. Cela dit, on aurait tort de se moquer, nous, français, puisqu’en seulement 5 ans de production, il s’en vendra plus que de Vel Satis (lire aussi : Renault Vel Satis) et de C6 réunies (lire aussi : Citroën C6) ! 4 ans après sa disparition, Lancia tentera même un design approchant (quoique plus réussi, et plus original), sans réussir à atteindre les mêmes niveaux de vente (lire aussi : Lancia Thesis) !

Scorpio 13

Alors oui, avec 98 587 exemplaires vendus, la Scorpio Mk2 était un échec… Mais dans la catégorie des berlines qui osent, elle ne s’en était pas trop mal tirée ! La force sans doute d’une marque comme Ford, présente dans toute l’Europe, Angleterre comprise, avec un réseau de distribution performant. Mais sans doute aussi grâce à des qualités insoupçonnables en regardant son look !

Scorpio 03

Parlons en de cette ligne justement. Si l’arrière n’est pas si raté que cela, avec son bandeau lumineux traversant la poupe lui donnant un air typique des grandes berlines américaines de l’époque, l’avant en revanche… Comment dire ? Spécial serait un peu faible. Moche ? Plus sûrement. La faute sans doute à ces yeux globuleux tombant vers le bas, encastrés dans des ailes mollassonnes tombantes elles-aussi ! Un air tout mou, pour une berline tout molle.

Scorpio 04

Cette berline propulsion qui se voulait nouvelle en 1994, année de son lancement, n’était en fait qu’un très gros restylage de la précédente Scorpio sortie en 1985. Contrairement à elle, seules deux carrosseries étaient disponibles, 4 portes tricorps, ou break. Sous le capot, les moteurs évoluent peu eux aussi depuis les dernières versions de la Scorpio Mk1 restylée de 1991 : un 2.0 litres de 136 ch, un 2.3 de 147 ch, et un V6 « Cologne » revu par Cosworth (tout de même) de 2.9 litres et 207 ch. Avec ce dernier, cela commence à devenir intéressant ! En diesel, Ford est allé se fournir chez les italiens de VM Motori, avec un 2.5 litres TD de 115 puis 125 ch à partir de 97 !

Scorpio 10

A la lecture de la liste des moteurs, vous commencez à voir où je veux en venir. Oui, si la Scorpio Mk2 est moche, elle est originale, s’est mal vendue, et donc, vous permettra d’acquérir un V6 à 24 soupapes de plus de 200 bourrins pour une bouchée de pain, le tout dans un très grand luxe (pour l’époque). A l’américaine certes, mais de production allemande (ouf).

Scorpio 15

Scorpio 14

Bon, of course, ne vous attendez pas à une sportive, malgré le nom de Cosworth accolé à son moteur. La berline est lourde (1,5 tonne), et pas forcément très agile. Cela dit, est-ce vraiment cela que vous chercheriez si d’aventure vous vous laissiez tenter par une acquisition ? Non, ces voitures là son fait pour rouler sur un filet de gaz, profitant du couple quand cela est nécessaire, et permettant de cruiser largement au delà des limites de vitesses sur autoroutes, et pas du tout pour enquiller les virages de petites routes de montagne. Il faut savoir ce que l’on veut.

Scorpio 11

Cela dit, il vous faudra quand même une bonne dose d’auto-dérision, et un savoir garder son flegme face aux quolibets des sceptiques devant votre batracien dopé aux hormones et aux amphet’ ! Mais d’une certaine manière, c’est aussi cela avoir la classe ! « Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils disent ». Et puis dites-vous qu’en plus de posséder ce qui deviendra inévitablement un chef d’oeuvre du design des années 90 dans quelques années (mais sans doute lointaines), vous aurez la joie de griller le béotien en Seat mazoutée au feu rouge ! C’est un petit plaisir, mais qui peut suffire à faire passer la pilule d’un look… étrange. Cela dit, bientôt de nombreux hommes de goûts rouleront en Vel Satis, en Thesis, et surtout en C6, la plus belle de toutes les tentatives (et l’un des plus beau bide aussi), rien que pour faire chier les tenant du bon goût à l’allemande. Question de principe !

 

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

26 commentaires

LOUIS

Le 04/05/2016 à 11:44

je trouve que son design est encore d’actualité, malheureusement en trouver une qui ne soit pas sur-kilometré, releve du challenge.

Greg

Le 04/05/2016 à 11:51

Plutôt une Vieille Satis que cette Scorpio!!!
Et à tout prendre, une Omega B sortie la même année propose elle aussi V6 + propulsion 😉

Michel

Le 04/05/2016 à 14:35

je ne veux pas m’avancer, mais le point commun de SCORPIO et de VEL SATIS serait un certain Patrick LE QUEMEND

Greg

Le 04/05/2016 à 20:46

Oui, je crois que c’est juste!!! Le Quément parti chez Renault, Claude Lobo a mis un terme définitif au bio-design chez Ford et a imposé ce qu’il appelait « edge-design ».
Le Quement a lui aussi tourné le dos au bio-design avec un style baroque-rococo…

Yoann

Le 04/05/2016 à 11:52

J’ai toujours adoré cette voiture. Quand jetait gosse je pensais que c’était une américaine importée. Son arrière me plaît toujours autant. Et l’avant est pas mal. Pour moi elle bien plus réussi que la taurus dégoulinant de bio design de l’époque ou d’une classe E a 4 phares ronds…

Kévin

Le 04/05/2016 à 12:38

Exactement pareil que Yoann, depuis que je suis gamin j’adore cette voiture, je croyais aussi qu’elle était importée.

rubinho

Le 04/05/2016 à 15:22

Bonne synthèse et je suis d’accord, c’est un style typiquement de l’époque où le bio design faisait fureur (on ne sait tjs pas pourquoi) et avec un mix d’Amerique (notamment pour l’arrière) ; alors oui le design est daté, mais je trouve que c’est encore plus vrai pour l’intérieur avec le cuir plissé en croûte de cul de plastique de porc, la ronce de plastique made in china….
Et pour revenir aux noms des stylistes, quel constructeur a vanté le coup de crayon des designers des c5 mk1, renault wind, pontiac aztec…. Globalement, ils ne communiquent que sur les designers connus ou les directeurs du design…

Steed56

Le 04/05/2016 à 17:46

J’en possède une au moment où J’écris. Une version2.5 T.D intercooler finition ghia de 1996, en « cherry metallic », soit bordeaux métal. Elle totalise actuellement 110000kms. Le gros défaut de ce modèle est son moteur manquant de fiabilité à cause de son joint de culasse fragile et de ses 4 culasses. Pour l’instant, je n’ai pas eu d’ennui, mais je fais un voeu à chaque fois que je la démarre; Surtout, je respecte scrupuleusement le temps de chauffe. Autre défaut, elle est désagréable en ville à cause de son poids: 1T600 à vide. Surtout dans les embouteillages. Un défaut coûteux est l’absence de parechocs: ils sont purement décoratifs, et, à la moindre touchette, ils cassent comme du verre; d’ou le grand nombre d’occasion avec les parechocs cassés. De plus, ils sont très chers à remplacer, compter 600euros sans la pose, et rajouter le prix de la peinture… Les pièces chez Ford sont extrémement chéres pour ce modèle, plus cher que VW. Au niveau de la ligne, l’arrière est tout simplement superbe, et vous ne passerez pas inaperçu . Beaucoup de personnes me demande ce que c’est comme modèle, puisque le logo Scorpio est absent d’origine. Et la prenne pour une américaine importée, même les propriétaires de Mondeo. Quand je dis que j’ai une Scorpio, la plupart des gens se souviennent de celle de 1985, l’espèce de « Renault 25 joufflue ». mais bien plus solide. Par contre, officiellement, c’est une version MK2, alors, qu’en vérité, grace aux nombreux restylage, il a existé 4 Scorpio différentes.

Greg

Le 04/05/2016 à 20:49

Le moteur VM et les culasses qui pêtent: moteur marine au départ, c’est pas faute d’avoir pété des culasses à qui mieux mieux sur les Range Rover « Classic », il a fallu que d’autres constructeurs l’imposent à leurs clients!
Et les enjoliveurs d’extrémité de carrosserie: idem Ford Mondéo, il n’y pas UNE Mondéo en circulation sans pare-chocs rafistolés au gros scotch!

wolfgang

Le 09/05/2016 à 17:47

Ouais enfin, il faut relativiser.
J’ai un Voyager TD de 2000. Les culasses ont été renforcées. Je les ai changées à 310 000 km par ce que les 2 du milieu commençaient à se fissurer (mais il n’y avait encore aucune perte de compression ou d’eau, je suis sûr qu’elles pouvaient continuer encore 50 000 km). C’est costaud si c’est conduit correctement. En fait ces culasses sont composées de deux métaux différents qui ne se dilatent pas à la même vitesse, donc il faut éviter les hausses brutales de température, sinon ça fissure. Donc pas de coups de chauffe, pas d’éccélérations à froid et accélérations modérées à chaud. En gros c’est du diesel, pas un moteur de course, donc ça se conduit comme un diesel…
La faiblaisse c’est plutôt les culbuteurs et les tiges qui s’usent beaucoup (à tel point qu’elles peuvent sauter) et les poussoirs hydraulique (il faut déculasser pour les changer). Les pièces moteurs sont chères car c’est dispo que chez VM, pas sur internet, et quand on achète chez Ford ou Chrysler ou ailleurs, le vendeur marge encore un peu…

Paul

Le 09/05/2016 à 17:48

En fait, comme pour beaucoup de moteur, le temps de chauffe (trop souvent négligé) était important ?

Jota

Le 04/05/2016 à 22:02

…et un arrière qui fait penser a un cétacé! On en a pas vu beaucoup rouler et je me souviens petit j’avais du mal à savoir de quel modèle il s’agissait car pas de monogramme à l’arrière.

jean-paul DIASSISE

Le 05/05/2016 à 01:30

j’en ai 3 , 2 berlines et break en cosworth , j’adore

jean-paul DIASSISE

Le 05/05/2016 à 01:32

j’en ai 3 , 2 berlines et 1 break cosworth

Lorenzo

Le 05/05/2016 à 08:18

Quitte à rouler en grosse berline avec le feulement du v6 qui remonte aux oreilles, autant rouler en Saab!

Paul

Le 05/05/2016 à 10:54

On est d’accord ahahah 😉

Mnbee

Le 07/05/2016 à 21:44

+1 Lorenzo

Mnbee en saab 9 3 cabriolet 99
B204i bvm se

wolfgang

Le 09/05/2016 à 17:49

mouais enfin moi je dirais plutôt en 6 en ligne BM ou V6 Busso ou 6 boxer

poum

Le 05/05/2016 à 17:01

Encore une victime des ravages du bio … cela dit, je trouve que son style a plutôt bien vieilli.

fc30

Le 05/05/2016 à 23:31

Une curiosité souvent décriée comme étant un des pires exemples du biodesign, avec le Fiat Multipla (en omettant le ratio habilité / encombrement exceptionnel de ce dernier). C’est vrai que la face avant est loupée, par contre l’arrière de la berline et la planche de bord inspirée de la Mondéo passe bien. Et le break, reprenant l’arrière de la précédente génération me semble finalement pas très beau lui aussi (proportions), comme quoi la beauté est très subjective et pas qu’une question de style.
Il y a eu bien pire que la Scorpio, genre certaines Daewoo / Hyundai, ou même Citroen (qui s’y est mis sur le tard mais s’est bien loupé avec la C5 I).
Nous sommes souvent sévères avec le biodesign, mais je ne suis pas sûr que dans un quart de siècle nous serons plus tendres vis à vis de la production de l’époque actuelle, au formes trop souvent agressives, grimaçantes et massives.

Emmanuel

Le 06/05/2016 à 13:44

En référence aux Guignols de l’info, elle pourrait être surnommée la « grande toute molle »!

Steed56

Le 06/05/2016 à 18:11

Peut être, mais, essayez rien qu’une 2.3 ghia, et voyez, vous apprécierez le confort, pour une voiture conçu à la base en 1985… Et surtout, ne la comparez pas, comme je l’ai lu plus haut, à une « opel omega 2 ». Même si elles viennent toutes les deux d’une maison mère américaine, la Scorpio a un look bien moins insipide. La seule belle Opel, avec un côté américain restera toujours la Senator…

Alexandre

Le 22/09/2016 à 08:52

Ravi d’avoir trouvé cet article et de lire un peu de douceur sur cette vieille dame ! 🙂
Pour information, je vais mettre en vente sous peu, ma Scorpio 2.9l i COSWORTH V6 24s Essence. Je viens de passer les 139 000 kms, elle a été mise en circulation le 14/03/1997, boîte automatique, intérieur cuir, tableau acajou, très bon état.

Pour les intéressés, vous pouvez me laisser un message avec vos coordonnées sur mon email : alex.mongrenier@gmail.com

Bonne journée,
Alexandre

Hugo

Le 22/09/2016 à 22:21

Je suis un possesseur de ces scorpio, un régal jamais retrouver ailleurs, tester c’est approuver.

jean-paul DIASSISE

Le 22/09/2016 à 22:39

je viens de faire 1900 kms avec une des miennes et me suis régalé

Hugo

Le 13/10/2016 à 08:41

Ca ne m’ étonne pas, un vrai plaisir de conduite, par contre je trouve les nouveaux train roulant trop souple comparer au premières versions.

je ne retrouve pas la même sensation de bateau, l’ impression de ressentir un peu plus la route?

La position de conduite, elle est améliorer, une assise plus haut que les premières aussi, donc meilleur visibilité.

Laisser un commentaire