GM Ranger : une marque Suisso-belge pour concurrencer Opel !

Lundi 16 mai 2016
Retour

Ce qu’il y a de bien avec General Motors, c’est qu’il y a comme une sorte de constance dans les choix et les erreurs, ce qui permet d’avoir, au gré des époques, des petites histoires rigolotes de marques éphémères. Dans les années 90, il y eut en Amérique du Nord des « nouvelles marques » comme Geo, Asüna (lire aussi : Asüna) ou Saturn, mais dès les années 60, GM s’était mise en tête de créer des marques automobile dès qu’un marché ou qu’un positionnement lui en offrait la possibilité (Acadian ou Beaumont au Canada par exemple, lire aussi: Acadian et Beaumont). C’est ainsi qu’est née la marque Ranger, en deux temps : d’abord en Afrique du Sud, puis en Europe.

Ranger 03

Si la GM est l’exemple type de l’entreprise mondiale dès cette époque, elle mène pourtant une politique de marques locales, avec Holden en Australie, Vauxhall en Grande Bretagne ou Opel en Allemagne. Peu importe si ces marques partageaient soit leurs modèles, soit nombre de leurs composants, elles permettaient (croyait-on) de flatter l’honneur national ! C’est avec cette idée d’ailleurs qu’est née Ranger en Afrique du Sud en 1968. A l’instar d’Holden en Australie, GM voulait créer une « vraie » marque, histoire de titiller le chauvinisme des afrikaaners !

Ranger 02 GTS

Fabriquée à Port Elizabeth, la gamme Ranger est basée sur… l’Opel Rekord C, mais avec une calandre de Vauxhall Victor, et disponible en 2, 3, ou 4 portes, et break ! Bien que présentée dans les publicités comme « la voiture sud-africaine », le succès ne sera pas au rendez-vous, et la marque sera abandonnée en 1973, et l’Opel Rekord D badgée Chevrolet, à l’image de marque bien meilleure.

Ranger 07 4 door deluxe

La création de la marque Ranger en Europe relève quant à elle d’une toute autre logique. Allez savoir pourquoi, en Belgique et en Suisse, des réseaux distincts vendaient, en totale concurrence, pour les uns de Opel, et pour les autres des Vauxhall (dont la gamme n’était pas encore totalement identique à celle de sa cousine allemande). GM maintenait cette politique avec l’idée que les deux marques se complétaient plus qu’elle ne se concurrençaient. Soit. Mais la qualité médiocre des Vauxhall à l’époque (ah, l’automobile anglaise des années 70!) poussa GM Suisse à créer leur propre marque destinée à aider les concessionnaires Vauxhall à lutter contre Opel !

Ranger Pub 03

Pour cela, une usine va se mettre en février 1970 à produire, à Biel en Suisse, des Opel Rekord C sous le nom de Ranger A. Car GM Suisse ne va pas aller chercher très loin pour créer sa nouvelle marque, lorgnant sur l’expérience sud-africaine. Seuls 15 % des pièces provenaient de Suisse, le reste étant importé d’Allemagne (Opel), Angleterre (Vauxhall) et Afrique du Sud (Ranger). Comme en Afrique, les Rekord étaient camouflées sous une simple calandre différente, issue de la gamme Vauxhall. En Septembre 1970, General Motors Continental va piquer la bonne idée aux Suisse en lançant eux-aussi la marque en Belgique, avec des véhicules produits quant à eux à Anvers. Vous voyez un peu le mic-mac ?

Ranger 06 1900

Au salon de Genève 1971, GM Continental et GM Suisse font stand commun et présentent la Ranger B, une Opel Rekord D grimée ! En Europe, la gamme s’offre en 2 portes « Saloon », 2 portes Coupé, ou berline 4 portes, sans possibilité de break 5 portes comme en Afrique. Les moteurs venaient bien entendu tous de chez Opel, allant du 1.7 litres 4 cylindres (uniquement en Belgique) au 2500 à 6 cylindres, voire 2800 pour la Ranger B, en passant par un 1.9 litres 4 cylindres (le cœur de la gamme).

Range Pub 02

Les Suisses mirent 5 ans pour s’apercevoir du peu de rentabilité de leur usine, étant données les faibles ventes. Les Belges prirent 3 ans de plus. La marque Ranger disparaissait donc en Suisse dès 1975, poussant jusqu’en 1978 chez les Belges. Le lancement de l’Opel Rekord E en 1977 scellait définitivement l’histoire de cette marque Belgo-Suisse. Désormais, sur le vieux Continent, il ne faudrait plus compter que sur Opel. Si Vauxhall gardait son badge en Angleterre, il ne fallait plus compter sur des modèles spécifiques : tout serait conçu à Rüsselsheim ! Quant à la marque Ranger, elle sera rangée aux oubliettes, sans véritablement de regrets.

Ranger 01

Etrangement, ces 3 échecs, en Afrique du Sud, en Suisse et en Belgique, n’empêchèrent pas GM de continuer à multiplier les marques, par rachat ou création, dans une folle segmentation marketing qui finira par faire perdre la tête à ses clients ou distributeurs. Les petites marques créées dans les années 80 et 90 pour contrer les japonais finiront toutes par disparaître : Passport, Asüna, Geo, ou Saturn. Certains autres, historiques, finiront aussi à la trappe comme Oldsmobile ou Pontiac… Quant à Saab ou Hummer, on connaît l’histoire ! Même Opel sera à deux doigts d’être vendue, ne devant sa survie qu’au sauvetage in extremis du groupe, et au succès de l’Insignia !

Ranger 05

Reste que toutes ces marques créées par GM parfois en dépit du bon sens sont autant d’histoires croustillantes à raconter pour Boîtier Rouge, alors rien que pour cela, merci GM. Sachez qu’on peut trouver (si l’on est vraiment motivé) des Ranger en vente dans les petites annonces (notamment en Belgique et en Hollande où la marque fut aussi distribuée), mais elles se font de plus en plus rares !

 

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

10 commentaires

Olivier Guin

Le 16/05/2016 à 13:30

Merci pour cette lecture savoureuse ! Quand je vais en Angleterre, je suis toujours étonné du sentiment national lié à Vauxhall alors que pour nous Continentaux (et depuis la fin des années 70), on ne voit que des produits Opel rebadgés.

Franchement, je ne sais pas si le choix de Ford est plus intelligent à garder à l’international une seule marque mondiale mais avec des modèles spécifiques à chaque marché (US, Brésil, Europe, Afrique du Sud et Australie); avec pourtant parfois des noms similaires pour des modèles distincts comme la Fusion par ex. Ca tourne parfois au grand bazar ! Et je ne parle même pas des tentatives du genre Merkur aux US…

Nabuchodonosor

Le 16/05/2016 à 13:54

Rendons à Opel Suisse, la paternité de l’expression mécanique : « Coulé à Biel ! »
🙂

Nabuchodonosor

Le 16/05/2016 à 14:54

Petite précision : Opel est installé dans une petite ville du Land du Hesse (Hessen), au bord du Main entre Mainz et Frankfurt, répondant au doux nom de Rüsselsheim am Main, avec umlaut et trois s…
😉

Paul

Le 16/05/2016 à 15:31

Oups bien vu, je corrige 😉

rubinho

Le 18/05/2016 à 15:50

On part 4 jours en vacances et pimmm plein de retard de lecture, ca va pas du tout 🙂

Toujours interessant et affligeant cette gestion des marques chez GM ; je suis a peu près persuadé qu’ils n’y comprenaient rien eux même.

Petite nuance sur Saturn qui partait sur des produits spécifiques pour concurrencer les nouvelles marques asiatiques à la différence des moultes autres marques qui n’étaient que des replatrages d’autos du groupe ou nom et qui du coup n’avaient pas vraiment de légitimité (hormis faire plaisir a quelques directeurs marketing ou autres potes concessionnaires….)

BernerBaer

Le 05/09/2016 à 16:32

Quelques infos sur GM en Suisse:

La société GM Suisse, filiale de General Motors Corporation (Detroit), fut fondée à Bienne le 2 mai 1935. Comme la direction de GM pour l’Europe, domiciliée à Genève, cherchait un site pour installer un atelier de montage en Suisse, le maire de Bienne, Guido Müller, lui offrit une fabrique clés en main et une exonération fiscale pour cinq ans. Le corps électoral biennois accepta le projet de crédit correspondant par 5088 voix contre 151 le 19 mai 1935, créant ainsi 300 emplois. La première voiture, une Buick huit cylindres, sortit d’usine le 5 février 1936 déjà. La production annuelle s’établit, jusqu’en 1939, à quelque 2000 unités des marques Buick, Chevrolet, Oldsmobile, La Salle (Cadillac), Vauxhall et Opel. De 1939 à 1945, GM Suisse fabriqua du matériel de guerre. La société acheta en 1947 les terrains qu’elle occupait; elle construisit en 1957 un entrepôt pour pièces détachées et accrut la capacité de production à 14 500 automobiles par année. Elle mit en exploitation en 1966 un entrepôt et un centre de distribution à Studen (BE). En 1970, GM Suisse vendit 28 017 véhicules, dont 17 102 avaient été montés à Bienne. L’entrée en vigueur du traité d’association avec la Communauté économique européenne (auj. UE) priva le montage en Suisse de son intérêt économique. Après avoir monté au total 329 864 véhicules, l’usine ferma ses portes en 1975, entraînant la perte de 450 emplois. L’entrepôt de pièces détachées fut supprimé en 1992. L’entreprise modifia sa raison sociale en Opel Suisse SA en 1994. Elle occupait 199 personnes en 2001 (contre 1420 en 1964) et son chiffre d’affaires s’élevait à 943 millions de francs en 2000. En 2004, elle reprit son ancien nom et transféra son siège à Glattbrugg.

Source : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F41979.php
Remarque : la ville de Bienne s’écrit Biel en allemand (c’est une ville bilingue, capital de l’horlogerie, où les deux langues sont couramment pratiqués)

Paul

Le 05/09/2016 à 16:36

Ho merci pour ces précisions hyper intéressantes et qui complètent l’articles !!! C’est là que je m’aperçois que les lecteurs sont partie prenante du rédactionnel 😀

Patrick

Le 02/10/2016 à 13:07

Et bientôt vous pourrez conter l’histoire de GM qui a acheté à PSA une inédite Opel built in France devant tout à Peugeot ! 😀

Lulu

Le 03/05/2018 à 14:37

Non c’est GM qui a vendu Opel aux groupe PSA en 2017
du coup PSA étant Français et tout le monde sait que les
Français font disparaitre les marques qu’ils achète

henri graber

Le 12/07/2018 à 08:08

Pour autant que je me souvienne, les automobiles de marque Ranger produites par General Motors à Biel/Bienne (nom officiel de la ville) étaient plus luxueusement équipées que celles de la marque Opel. Un sellier à la retraite de GM Suisse avait en son stock un set de housses en tissu Ranger qu’il a adaptées sur ma DAF 66 SL. Pas original mais du plus bel effet. Leur tissu était intégralement produit en Suisse.

Laisser un commentaire