YOUNGTIMER

GMC Syclone et Typhoon : les prémices du SUV ultra-sportif

Lundi 28 janvier 2019
Retour

Au début des années 90, la General Motors était déjà un groupe tentaculaire, premier constructeur mondial vendant de la berline Buick comme du SUV Chevrolet un peu partout dans le monde et surtout sur son marché domestique, les USA. Dans ces conditions, il est difficile d’imaginer que ce mastodonte pouvait aussi produire de très petites séries destinées à une clientèle éclairée : les GMC Syclone et Typhoon.

La gamme « Sport Truck » de GMC : Syclone, Typhoon et Sonoma GT

Aujourd’hui, l’idée de SUV surpuissants et présentés comme sportifs ne choque plus personne. AMG s’occupe de toute la gamme Mercedes, Jeep n’hésite pas à mettre des V8 de plus de 700 chevaux dans son Grand Cherokee et Porsche propose depuis des années son Cayenne qui, dans sa version la plus puissante, culmine à 550 chevaux grâce à la suralimentation. Dans les années 80, l’idée paraissait déjà plus saugrenue : un pick-up ou un SUV se devait certes, aux USA, de proposer de gros moteurs, mais jamais au grand jamais ils ne se vantaient d’être de vrais sportifs !

Le Sonoma GT (en haut) n’a que les atours d’une sportive, contrairement au Syclone dont le moteur est revisité (en bas)

Un truck « super sport »

Pourtant, GM va décider de confier à sa filiale “trucks” GMC l’étude d’une version sportive du Sonoma, dérivée des S10 et S15 de chez Chevrolet. Dès l’année 1989, les équipes de GMC commencent à imaginer ce que pourrait être un Truck “super sport” et la proposition séduit tellement à Détroit que la direction de Chevrolet tente même de le récupérer pour eux.

Cette même année 1989, GM fêtait les 20 ans de la Pontiac Transam. A cette occasion, il fut décidé de lancer en petite production une série spéciale équipée d’un V6 3.8 issue de la Buick Grand National / GNX et de l’équiper d’un turbo. Pour développer ce nouveau moteur, le mastodonte de l’automobile s’allia avec un petit poucet : Production Automotive Services (PAS) en Californie. 1 555 exemplaires de la Transam Turbo seront produits (réalisation des moteurs chez PAS, montage chez GM puis finition chez PAS).

Le Syclone Marlboro, série limitée à 10 exemplaires

Le projet « Lil Red Truck »

Forts de ce premier accord, GM et PAS décidèrent d’approfondir leur collaboration avec le projet “Lil Red Truck”. Bien que développé par GMC, ce projet serait industrialisé par PAS. Les dirigeants de GM savaient en effet que malgré l’intérêt du produit, il ne concernerait qu’un petit public, avec une production forcément limitée. A cette époque, les gros constructeurs n’avaient pas la souplesse industrielle pour produire des petites séries sur les mêmes lignes que les grandes et nombre d’entre eux faisaient appel à des prestataires extérieurs comme PAS : en Europe, il s’agissait d’Heuliez, Bertone, Pininfarina ou Karmann.

En fait, le projet “Lil Red Truck” allait donner naissance à 3 modèles spécifiques : en 1991, deux trucks “sportifs” faisaient leur apparition au catalogue de GMC, le Syclone doté d’un V6 Turbo 4.3 litres de 285 chevaux (dénommé LB4) et le Sonoma GT, au look sportif mais se contentant du V6 Vortex en version atmosphérique (195 ch). En 1992, c’était au tour du Typhoon de rentrer dans la danse : cette fois, il s’agissait d’un SUV (5 portes donc), équipé du même moteur que le Syclone.

Un nouveau segment du marché des SUV

Cette triplette provoqua une prise de conscience de la part des concurrents mais surtout de la presse automobile : un “truck” ou un SUV pouvait faire aussi bien qu’une sportive en termes de performances. Avec un 0 à 60 mph (0 à 97 km/h) mesuré par Car & Driver en 5,3 secondes, le Typhoon s’avérait comparable à des sportives européennes comme la Ferrari 348 à laquelle le magazine l’opposa. Bien entendu, il lui manquait l’agilité propre à ces voitures taillées pour les courbes, profilées comme des avions et parfaitement équilibrées lorsqu’elles disposaient d’un moteur en position centrale arrière. Mais les performances obtenues restaient bluffantes pour de tels engins (sauf le Sonoma GT, dont les modifications restaient cosmétiques).

Revers de la médaille, le Syclone et le Typhoon, avec leur garde au sol rabaissée et leurs spoilers saillants, perdaient leur côté “tout chemin” malgré une transmission intégrale. Premier lancé sur le marché, le Syclone, à l’instar d’une Ford T des débuts, n’était disponible qu’en noir. En revanche, le Typhoon proposait plusieurs déclinaisons de couleurs. Les deux modèles rencontrèrent un succès d’estime, mais le Syclone ne resta en production qu’une seule année (1991) : son utilisation était bien trop limitée et les transformations lui faisaient perdre toutes ses capacités “utilitaires”, notamment le transport de charges sur la plate-forme.

Diffusion confidentielle, mais propriétaires stars

Le Typhoon, en revanche, sera produit deux années de suite (1992 et 1993). Plus utilisable grâce à ses 5 places et son grand coffre, il pouvait servir de véhicule familial pour papa pressé ! Il représentait en outre l’Amérique dans toute sa démesure, séduisant de célèbres clients comme Clint Eastwood (qui en posséda plusieurs exemplaires, et en conserve encore un aujourd’hui), Jay Leno, Ziggy Marley, Vanilla Ice ou bien John F. Kennedy Junior.

Quelques critiques limitèrent tout de même les ventes de ceux que les fans appellent les SyTys : une plage d’utilisation limitée, on l’a vu, une finition relativement médiocre et surtout un prix plutôt élevé (aux alentours de 30 000 dollars). Quand au Sonoma GT, il n’apportait pas grand chose de plus qu’un Sonoma classique. Ce dernier ne se vendra qu’à 806 exemplaires en 91, tandis que le Syclone trouvait dans le même temps 2 995 clients. Le Typhoon, lui, fut fabriqué à 2 497 unités en 1992 et 2 200 en 1993 (soit 4 697 exemplaires au total).

La production limitée de ces modèles en font des voitures rares aujourd’hui et plutôt recherchées par de nombreux amateurs du genre. Il existe d’ailleurs une communauté active autour des SyTys (ainsi que des spécialistes de l’entretien et de la fourniture de pièces). Seul le Syclone connut une petite exportation (113 en tout, dont une bonne partie fut expédiée en Arabie Saoudite), autant dire qu’il sera difficile pour un français d’en trouver un. Mais pour un passionné, rien n’est jamais impossible bien que ces modèles n’ayant pas encore 30 ans seront difficiles à homologuer. A vous de jouer.

Caractéristiques techniques

YOUNGTIMER

GMC Typhoon

1992 - 1993

Motorisation

Motorisation V6 Turbo LB4
Cylindrée 4 300 cc
Alimentation Injection, Turbo Mitsubishi TD06 17C-
Puissance 285 ch à 6 000 trs/min
Couple 373 Nm à 3 600 trs/min

Dimensions

Longueur 4 326 mm
Largeur 1 732 mm
Hauteur 1 524 mm
Poids à vide 1 734 kg

Transmission

Roues motrices Transmission intégrale
Boite de vitesses BVA à 4 rapports

Performance

Vitesse max 200 km/h
0-100 km/h
Production 4 697 ex (Typhoon)

Tarif

Cote 2018 (LVA) nc

Articles associés

1 commentaire

Enso CLM P1/01 Nismo

Le 11/02/2019 à 20:17

Tombé amoureux de cette caisse malgré son coté 4×4 SUV

Laisser un commentaire