GPM Eole : le mirage de la « voiture de plage »

Dimanche 18 septembre 2016
Retour

Un mail reçu ce matin réveille ma curiosité. Un lecteur sans doute marqué comme moi par le foisonnement automobile du début des années 90 en France, me pose cette question :

« Je suis a la recherche d’ une petite marque ayant produit une sorte de Méhari , un peu comme les Mega mais plus ronde à l’avant, avec une bouille vraiment sympa. Dans les année 90- 92 j’ai fait un salon a Grenoble et j’ai essayé cette voiture. Tout ce dont je me souviens, c’est l’argumentaire du vendeur qui vantait la base de 106 Peugeot pour les pièces détachés …. Avez vous une piste de recherche? »

Il peut en témoigner, je lui ai tout de suite donné la réponse : il parlati évidemment de l’éphémère marque roannaise GPM, réponse que je lui envoyais aussitôt par retour de mail. C’était évident, elle était sur ma petite liste, mais je l’avais délaissée, par manque d’information (un peu) et surtout par manque de photos. Je suis donc reparti, ce matin, à la chasse de cette petite Eole qui voulait succéder à la Méhari dont la production avait stoppé depuis longtemps (lire aussi : Citroën Méhari) ou lutter à armes égales (ou presque) avec la toute nouvelle marque Méga, qui offrait une intéressante proposition avec les Ranch et Club (lire aussi : Méga Club et Ranch).

Les sketchs de l'Eole, par PG Design
Les sketchs de l’Eole, par PG Design

Marrant de voir combien le créneau de la voiture de plage a toujours titillé malgré la faiblesse du marché (la Méhari ne s’est pas aussi bien vendu qu’on ne le dit avec 144 853 exemplaires en 20 ans, ce qui fait que ce modèle culte tient l’hallucinante moyenne de 7000 ex par an). Renault et sa Rodéo n’a pas réussi à faire mieux (lire aussi : Renault Rodéo 4 et 6), ni la Teilhol Tanga, sa petite sœur, d’ailleurs (lire aussi : Teilhol Tangara). Franck Alamo, alias Grandin, réussit un temps à bien vendre sa Jeep Dallas, sans pour autant résister aux réalités du marché (lire aussi : Jeep Dallas). On le verra par la suite, Mega n’arrivera pas non plus à émerger, autant dire que si ce marché fait rêver, il est plutôt casse-gueule en fait.

eole-03

Cela n’empêche pas les promoteurs de GPM, créée en 1992, de penser pouvoir tirer leur épingle du jeu en proposant l’Eole. Sur la base (moteur et boîte) d’une Peugeot 106, la petite société propose un véhicule de loisir au look… étonnant. Ce design a été réalisé par la société de design PG Design ( PG Design) mais dont le dessin a été simplifié par rapport au sketch d’origine, sans doute pour des questions pratiques et/ou de moyens. PG Design, pour la petite histoire, est aussi l’auteur du dessin du Panhard PVP, qui équipe aujourd’hui l’Armée de Terre.

Côté technique, un seul moteur disponible, le 1.4 diesel PSA de 51 ch, qui permet une consommation très basse, eut égard au faible poids de l’engin. Rapidement, GPM a de grandes ambitions : produire cette voiture « pas cher » dans les pays émergents, notamment au Maroc. La société Jow North Industries envisage d’y construire entre 3 et 4000 exemplaires par an en 1994, espérant notamment une grosse commande en provenance de Grèce, où ce genre de véhicule a eu son heure de gloire (lire aussi : Namco Pony et Renault Farma).

eole-05
Mais rien ne se concrétisera vraiment. Pendant ce temps là, la production commence en France, sans casser la baraque. Entre 1993 et 1995, seule une centaine d’Eole seront produites. Rapidement, les dirigeants de GPM se rendent compte de la faiblesse du marché, et proposent à Seat de produire une version cabriolet de la Marbella en série limitée à 500 exemplaires : un contrat qui ne viendra jamais malgré l’intérêt de la firme espagnole (selon GPM). En 1995, il faut bien se rendre à l’évidence : l’Eole ne se vend pas (1,7 millions de francs HT de chiffre d’affaire correspond à environ une vingtaine de voitures produite en 1994), tandis que les pertes se creusent. GPM doit déposer le bilan, et rejoindre tous ceux qui ont cru, un jour, à l’avenir de la voiture de plage rustique pour surfer sur l’ambivalent succès de la Méhari.

PS : les photos se faisant rares sur le net, je suis à la recherche de toute photo de qualité concernant ce véhicule.

L’essentiel des photos de cet article vient d’une annonce, disponible ici : GPM Eole à vendre. Offrez vous une belle Eole pour…. 3900 euros !

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

6 commentaires

Wolfgang

Le 18/09/2016 à 23:49

Point commun : toutes moches… pas étonnant qu’elles se vendaient pas.
Et puis maintenant il y a la concurrence des buggy et des quads.

Max

Le 19/09/2016 à 13:40

Cet article tombe à pic car j’ai justement eu l’occasion de croiser une Eole lors de mes vacances d’été et je dois avouer que je ne connaissais pas du tout…et ce n’est pas le peu d’informations glanées sur internet qui m’ont aidé à y voir plus clair. La voici : http://image.noelshack.com/fichiers/2016/38/1474284858-img-9326.jpg

Paul, je pense que tu devrais pouvoir la retrouver puisque j’étais quelque part entre Bourges et Henrichemont, sur la D11…

Paul

Le 19/09/2016 à 13:50

Ah tiens, rigolo, une Eole berrichonne… je vais faire attention en prenant la D11 alors !

Philippe

Le 19/09/2016 à 20:22

ce qui caractérise ces voitures: une finition très perfectible et une étanchéité aléatoire ( j’ai une Méga club …….) Á l’époque de leur sortie on leur pardonnait moins que la méhari plus dans la lignée des rustiques 2cv.
Par contre dès leur volant en main on retrouve un vrai plaisir de conduire très ludique moins « tracteur  » que la
Mehari, ceci grâce a la mecanique 106/AX.
Par contre le choix d’un diesel me semble mal,adapté à ce type de véhicule (poids coût entretien bruit ….)

Emilie

Le 03/10/2016 à 10:58

Je dois vous avouer que cette auto n’est pas très stylée ! mdr

Laisser un commentaire