Harris 244: le mystère des Aro irlandais !

Publié le mardi 21 juin 2016.
Mis à jour le jeudi 11 juillet 2019.
Retour

Il a fallu que je tombe sur une image étonnante pour que je ruine mon après-midi. Une seule image ou plutôt deux, issues d’un catalogue présentant un curieux 4×4, sous la marque J. Harris Road & Land Vehicles. Pas difficile de reconnaître sous la peinture bi-ton blanche et bleue un Aro 244, de fabrication roumaine (lire aussi : La fin sans gloire du roumain Aro). Mais si j’avais entendu parler des Portaro portugais, ou des Hisparo espagnoles, je n’avais encore jamais entendu dire que des Aro avaient été produits en Irlande !

Et pourtant ! On en apprend tous les jours, et j’ai ainsi découvert que Robert « Pino » J. Harris, aujourd’hui l’une des plus grosses fortunes d’Irlande, avait tenté de lancer son propre 4×4 sur son île natal en 1978, sur la base du 244 d’Aro jamais regardant pour vendre des véhicules ou des pièces à droite ou à gauche.

Harris 02

Pino Harris n’en était pas à son coup d’essai. Distributeur et assembleur des camions anglais Leyland dans les années 60, Harris avait refusé l’uniformisation des produits du constructeur britannique, lui qui était si attaché à personnaliser les véhicules selon les désirs de ses clients professionnels. Il rompit donc toute relation avec Leyland, et, découvrant par hasard le constructeur japonais Hino, se mit en tête d’assembler en Irlande ces camions japonais.

Le contrat sera finalement signé en 1968, date à laquelle l’usine J. Harris Assemblers de Dublin commence à produire des Hino. Au fil des ans, Harris grappilla les parts de marché, provoquant l’ire des constructeurs britanniques qui y voyaient une concurrence déloyale. C’est dans cette idée iconoclaste, et jouant sur sa bonne réputation auprès de la clientèle irlandaise, qu’il se décide à lancer un concurrent au Land Rover.

En juin 1978, le directeur général de J. Harris Road & Land Vehicles, Liam O’Reilly, révèle au magazine Commercial Motor le lancement de 3 versions du nouveau 4×4 irlandais (bâché, tôlé ou pick up) suivi bientôt d’une version luxueuse à 5 portes sur la base du 244 roumain, mais motorisés par des mécaniques Peugeot diesel (Indenor) ou essence (en option), et dotés de pneus Dunlop et de freins Girling.

On apprend à cette occasion que déjà 50 véhicules ont été fournis à l’armée Irlandaise, et que quelques exemplaires ont déjà été vendus à de fidèles clients. La compagnie d’Electricité de Dublin a quant à elle refusé l’engin, après l’avoir testé quelques mois, tandis que la Poste en teste 3 exemplaires. Liam O’Reilly n’y va pas par quatre chemins : il envisage 500 Aro vendus en Irlande par an, et 1000 pour l’Angleterre… où il dit avoir déjà une touche avec un distributeur.

Robert "Pino" Harris, l'une des plus grosses fortunes irlandaises aujourd'hui !
Robert « Pino » Harris, l’une des plus grosses fortunes irlandaises aujourd’hui !

Depuis ce jour de juin 78, impossible de retrouver les preuves d’une réelle commercialisation. J. Harris Group existe toujours, fabriquant des Hino, mais aussi des Iveco ou des Isuzu, dans son usine de Dublin, mais le silence est total concernant l’affaire Aro. Robert « Pino » Harris s’est-il rendu compte qu’il serait difficile de lutter contre le Land Rover, la cible designée ? Ou bien les négociations avec les roumains d’Aro furent plus délicates que prévu ? Nul ne le sait. Reste cette brochure, unique souvenir des 4×4 J. Harris ! Pas de doute, les Aro irlandais sont bel et bien un mystère !

 

Soyez le premier à commenter cet article

Aucun commentaire

Laisser un commentaire