Heuliez Wind: sur les traces du Rancho !

Publié le dimanche 3 avril 2016.
Mis à jour le mercredi 10 juillet 2019.
Retour

La mode est aujourd’hui aux SUV, et l’on peut dire qu’avec le Rancho, Matra avait eu raison avant tout le monde (lire aussi : Matra Rancho). Pour survivre, la firme de Romorantin s’était investi dans toutes les niches possibles, du petit coupé sportif (lire aussi : Matra Murena) au futur monospace Espace (lire aussi : les origines de la Renault Espace). De son côté, la société picto-charentaise Heuliez vivait de la sous-traitance, et se rêvait un destin à la Matra : concepteur de véhicules de niche à destination des grands constructeurs. Pour ce faire, dès la fin des années 60, Heuliez recrute designers et ingénieurs formant l’ossature de ce qui deviendra dans les années 80 le studios France Design (remarquez la similitude avec le nom du designer italien Italdesign).

La Gamme VF2 de Simca en 1977, fabriquée par Heuliez !
La Gamme VF2 de Simca en 1977, fabriquée par Heuliez !

Si je vous parle de ces deux sous-traitants et « bureaux d’études » français, c’est que, dans l’affaire qui nous intéresse, les deux entreprises sont liées, et pendant que l’une fournissait l’autre, l’autre inspira l’une. Je m’explique. Depuis septembre 1967, Heuliez produit pour le compte de Simca la version tôlée commerciale de la 1100, la VF1, puis à partir de février 1973, elle en produit la version surélevée VF2, qui servira de base à la Matra-Simca (puis Talbot) Rancho.

Wind 06

Lorsqu’en 1977 Matra lançait pour le compte de Simca ce fameux Rancho, véhicule de loisir aux fausses allures de 4×4, Heuliez devient donc le fournisseur de Matra, envoyant à Romorantin les caisses de VF2 servant à réaliser les Rancho ! Ce mécano industriel inspire les gens de Cerizay : finalement, avec un peu d’imagination et peu de moyens, il est possible de sortir un véhicule de loisir capable de trouver son public. Ce que Matra a fait avec le Rancho, pourquoi Heuliez n’en serait-il pas capable ?

Wind 08

Si le Rancho inventait son marché, il fallait à Heuliez inventer le sien. A l’époque, le marché du véhicule de plage s’est développé autour de trois propositions : la Mehari de Citroën (lire aussi : Citroën Mehari), la Rodeo de Renault mais fabriquée par Teilhol (lire aussi : Renault Rodeo), et l’anglaise Mini Moke (lire aussi : Mini Moke). Il s’agit pourtant de véhicules soit peu valorisants (Mehari ou Rodeo, cela a bien changé), soit assez limités (Moke). La Rancho avait montré que la base VF2 pouvait facilement être rendue sexy, et Heuliez se dit qu’une déclinaison de loisir pourrait séduire Simca devenue Talbot après le rachat de Chrysler Europe par Peugeot (lire aussi : La rachat de Chrysler Europe).

Wind 01

Wind 03

Le cahier des charges des designers du Centre d’Etudes d’Heuliez est simple : il faut réaliser un véhicule sexy avec peu, voire pas de moyens, et facilement industrialisable. De fait, la méthode sera relativement proche de celle utilisée pour le Rancho. Sur la base d’un VF2 pick up, de subtiles modifications esthétiques vont transformer l’utilitaire en pick up de loisir. Sa couleur blanche et bleue suggère la mer, l’arceau arrière rigidifie l’ensemble tout en donnant un look sportif, comme sa calandre plus agressive protégée par un arceau de métal ou ses grosses roues aux jantes peintes en blanc. Sans compter ses phares longues portées sur le toit !

Wind 04

Mais le clou du spectacle sera sans doute le plus simple : en présentant en 1980 sa Wind, Heuliez va avoir un coup de génie, en rajoutant sur le toit une planche à voile. On est alors en plein essor du « windsurf » en France, et la présence de cette planche la rend immédiatement à la mode, alors que la base du véhicule date tout de même de près de 15 ans. Comme quoi quelques détails suffisent à changer l’image d’une voiture. Présentée au Salon de Paris, elle laisse entrevoir à Heuliez une production… qui ne viendra jamais.

Wind 02

D’une part Talbot, filiale de PSA, est déjà en mauvaise posture, et les risques de faillite du groupe ont rendu frileux les décisionnaires de chez Peugeot. Et d’autre part, le doute subsite sur la réalité d’un marché suffisant pour ce type de véhicule, et ce malgré les excellentes retombées presse et l’admiration du public. La Wind restera au stade de prototype, tandis qu’Heuliez se rattrapera en produisant pour le compte de Citroën les BX Evasion à partir de 1985, de façon beaucoup plus lucrative.

Wind 05

La Wind (qui n’a donc rien à voir avec la petite découvrable sur base Twingo des années 2000, lire aussi : Renault Wind) se verra remisée dans les réserves d’Heuliez, pour n’en ressortit qu’en 2012, lors de la vente organisée par Artcurial pour tenter de sauver la firme ! Sans succès. Estimée entre 15 et 25 000 euros, la Wind ne partira qu’à 8340 euros !

 

Articles associés

6 commentaires

Polo

Le 03/04/2016 à 14:12

Bonjour
J’imagine un véhicule comparable sur base Duster
Ça aurait de la gueule.

Nabuchodonosor

Le 03/04/2016 à 16:19

Il me semble que Renault soit sur le point de lancer le Duster Oroch si ce n’est pas déjà fait au pays des écoles de Samba…

SRDT

Le 03/04/2016 à 20:30

Là-bas c’est normal, Peugeot y avait lancé le Hoggar sur base 206 pour succéder à la 504 pick-up.

Eddy123

Le 05/04/2016 à 13:21

Déjà en vente…
https://www.renault.com.br/veiculos/conheca-nossa-gama/duster-oroch.html

il prépare un pickup plus gros sur base Nissan.

Eddy123

Le 05/04/2016 à 13:22

pour le fun!! notre bonne vieille clio 2..
https://www.renault.com.br/veiculos/conheca-nossa-gama/clio.html

Eddy123

Le 05/04/2016 à 13:29

18 ans de clio et presque autant de Kangoo 1
https://www.renault.com.br/veiculos/conheca-nossa-gama/kangoo.html

Laisser un commentaire