Hofstetter Turbo : la Carabo brésilienne

Vendredi 3 novembre 2017
Retour

Qui n’a jamais rêvé d’avoir sa propre marque automobile ? J’avoue, de mon côté, avoir souvent imaginé ma vie de capitaine de l’industrie automobile. Il me manquait sûrement le talent, l’envie, les connaissances techniques, l’argent et toutes sortes de choses qui font qu’une marque peut naître au lieu de rester en songe. Mario Richard Hofstetter, lui, a eu le courage de se lancer, même si sa marque n’aura jamais connu l’aura de Porsche ou de Ferrari : avec seulement 18 exemplaires produits (ou 19 si l’on compte le premier proto de 1984) entre 1986 et 1993, la Hofstetter Turbo, devenue Cortada avec le temps, n’aura jamais cassé la baraque mais aura eu le mérite d’exister.

La Carabo de 1968 signée Bertone inspira fortement notre ami Hofstetter

En regardant cette Turbo, difficile de ne pas penser au célèbre show-car Carabo de 1968, œuvre intemporelle de Bertone. Mais il faut bien l’admettre : l’évocation n’égale pas l’originale, et malgré un style plutôt réussi, la sportive brésilienne manque un peu de grâce, de finesse, de l’égance, tout ce que la Carabo possédait si longtemps avant. Cependant, avant de jeter la pierre à la Turbo, admettons tout de même qu’elle partageait avec la Vector américaine un style qui faisait rêver les gosses dans ces années 80, la puissance en moins (lire aussi : Vector).

Le prototype présenté en 1984

Comme toute brésilienne qui se respecte, il fallait bien faire avec les moyens du bord et piocher dans les banques d’organes « à pas cher » locales, et la Turbo optait pour une mécanique Volkswagen, un 1.8 litre issu de la Santana et gavé par un Turbo (d’où son nom) pour atteindre la puissance confortable (pour l’époque et le pays) de 154 chevaux. A partir de 1988, les Turbo S s’offrait même un 2 litres VW porté à 210 chevaux toujours grâce à la magie du turbal !

Histoire d’impressionner les voisins, la Turbo se voyait affublée de portes papillons. Oui c’est idiot, ça sert à rien, et c’est même pas très pratique, mais ça fait toujours son petit effet, que ce soit au Brésil ou ailleurs, et la Hofstetter n’était pas la seule, à l’époque, à céder à ce genre d’effets de style un peu facile (le plus bel exemple reste la DeLorean DMC12, lire aussi : DeLorean DMC12).

Contrairement à d’autres sportives artisanales brésiliennes, la Turbo ne récupérait pas un châssis de Cox/Fusca. Au contraire, elle bénéficiait d’un châssis maison, tubulaire of course, recouvert d’une carrosserie en plastique pour un poids total d’un peu plus d’une tonne. 154 chevaux pour 1030 kg, ça paraît peu aujourd’hui, mais c’était un rapport poids/puissance honorable à l’époque, à défaut d’être extraordinaire.

Image: ANDRE LESSA/AE.

Bon, vous l’aurez compris, cette Turbo ne cassa jamais la baraque. Le premier prototype fut présenté en 1984, deux ans après la création de la société, tandis que la production commençait en 1986. En 1987, 13 exemplaires avaient été construits. 5 autres suivirent entre 1988 et 1993 avant que Hofstetter ne jette le gant, par manque de moyen. Bien évidemment, la voiture était trop chère alors que le marché brésilien s’ouvrait en baissant ses droits de douanes, ouvrant les vannes aux Porsche et autres sportives européennes.

Reste cette tentative intéressante, faite avec les moyens du bord, dont les exemplaires restant font l’objet de tous les soins de leurs propriétaires. Si jamais vous vous mettiez en chasse, privilégiez un des premiers modèles plus fins et élégants que les derniers affublés d’appendices aérodynamiques discutables.

Galerie d'images

Voir toute la galerie

Vous recherchez ou vendez

une auto de collection

Concours

CLASSIC & SPORTS CAR


Tentez de gagner un reportage sur vous et elle dans notre magazine partenaire
Classic & Sports Car France.

Contenu alimenté par

6 commentaires

John

Le 04/11/2017 à 02:25

Merci d’avoir fait un article sur cette auto!
Il y’a encore une quinzaine de jours, je cherchais des infos dessus, mais impossible de trouver quoi que ce soit.
Pour le style, perso, moi ça me fait plus penser à la Maserati Boomerang.

Germain

Le 04/11/2017 à 02:26

Je me demande si les vitres peuvent s’ouvrir, je pense que non, vu leur forme

Fabriziod

Le 04/11/2017 à 07:52

Merci!

On dirait plutôt une inspiration de Giugiaro avec la Maserati Boomerang

Alex c.

Le 04/11/2017 à 19:44

Personnellement je trouve qu’on dirait un mix entre une Vector, la Carabo, mais aussi la Lotus Esprit pour l’arrière, et même un petit peu pour ceux qui connaissent l’Isdera Imperator !

Vinnie

Le 07/11/2017 à 23:05

Je parcours le Brésil en ce moment, je vous tiens au courant quand j’en croise une 🙂

oliver

Le 14/11/2017 à 15:58

par certain cotés elle me rappel l’Isdera Imperator

Laisser un commentaire