Honda City : une Twingo avant l’heure

Publié le samedi 15 octobre 2016.
Mis à jour le jeudi 11 juillet 2019.
Retour

Je m’aperçois que je parle peu de Honda, aussi lorsqu’un lecteur me suggère de parler de la petite Honda City (première du nom, dite AA), je saute sur l’occasion de combler les manques de Boîtier Rouge. D’autant que cette petite automobile est bien rigolote, tant dans son design que dans ses différentes versions.

Mais commençons tout d’abord par une série de sketch, qui préfigure la voiture. Il suffit de regarder les dessins pour se rendre compte que le concept de la Renault Twingo était déjà dans l’esprit des designers à la fin des années 70.

La City Turbo (en haut comme en bas)
La City Turbo (en haut comme en bas)

city-08-turbo

Cette petite citadine (qui n’est pas une kei car) est sortie sur le marché japonais en novembre 1981, soit 12 années avant une certaine Renault Twingo (lire aussi : Renault Twingo) au concept et au style assez similaires. Comme la petite française, cette japonaise offre un sacré espace dans une si petite carrosserie, un style proche du « monospace » avec un capot avant plongeant, et un look amusant tendant légèrement sur le batracien avec ces phares ronds. Tout comme la française le fera plus tard sur son marché, la City révolutionne la citadine, et loupera de peu le titre de voiture de l’année au Japon.

city-11-turbo-ii
L’intérieur d’une Turbo II (en haut) et une City E (Economy) en bas

city-21-e

Mais outre ces ressemblances amusantes (y compris dans le design intérieur, voyez par vous-même sur les photos), la City proposait une gamme bien plus variée que ne le fera la Twingo : en entrée de gamme, la City E, pour Economy, puis la R, au look plus sportif, ainsi que deux versions utilitaires appelées Pro. Viendront ensuite une version Turbo en 1982, une version plus puissante Turbo II en 1983, une version cabriolet (dessinée par Pininfarina) en 1984, une version d’entrée de gamme encore plus cheap que la E sous le nom de U en 1985, pour finir par laisser la place à une nouvelle City dite GG en fin d’année 1986, au style plus conventionnel.

city-14-cabriolet

city-12-cabriolet

city-13-cabriolet

Ouf… Côté moteurs, la base est la même pour toutes les versions, un petit 4 cylindres de 1.2 litres placé à l’avant en position transversale. Les versions E, et U devaient se contenter de 63 chevaux, tandis que la R pouvait obtenir une version plus « sportive » de 67 chevaux (tout comme le cabriolet). La Turbo faisait un bond en terme de performances, avec 100 canassons, mais la Turbo II, elle, en offrait encore plus, avec 110 ch (ce qui, pour un poids contenu de 735 kg, promet des performances intéressantes).

La Turbo II, ses 110 canassons et son look démonstratif
La Turbo II, ses 110 canassons et son look démonstratif

city-01-turbo-ii

Autre petit truc rigolo concernant cette City. Honda, chacun le sait, ne produisait pas que des voitures, loin s’en faut, mais aussi tout un tas d’engins motorisés, de la tondeuses à la moto. Pour compléter l’offre urbaine intelligente de la City, Honda proposait (seulement de 1981 à 1983) d’acheter avec sa City une Motocompo, petite moto pliable adaptée au coffre de la voiture, ne pesant que 45 kg ! Idée géniale qui fera pourtant long feu.

La City et sa Motocompo (en haut). La City et son Manhattan Sound dans le toit (en bas)
La City et sa Motocompo (en haut). La City et son Manhattan Sound dans le toit (en bas)

city-23-r-manhattan-sound

Honda proposait aussi une version Manhattan Roof dont le toit était réhaussé de 10 cm pour encore plus d’espace. Cette version permettait de s’offrir l’option Manhattan Sound, un système audio de qualité logé justement dans le plafond, précurseur des caissons « boum boum » des tuners d’aujourd’hui.

Une City R (en haut comme en bas)
Une City R (en haut comme en bas)

city-06-r

Comme vous le savez, le système de distribution automobile au Japon est assez complexe, chaque marque disposant de plusieurs réseaux pour distribuer tout ou partie de sa gamme au plus près du consommateur. Honda n’échappe pas à la règle avec à l’époque 3 réseaux disctincts : Honda Verno, Honda Clio (en 1984) et Honda Primo (en 1985). A partir de 1984, c’est dans les concessions Honda Clio que sera vendue la City… Et vous venez de comprendre pourquoi Renault dut renommer au Japon ses Clio en Lutecia, le nom Clio appartenant là-bas à Honda. Voilà, un mystère de plus révélé !

city-07-cabriolet

city-15-cabriolet

Certains d’entre vous se diront sans doute, à la lecture de cet article, qu’ils connaissent cette voiture… sous un autre nom. Effectivement, ils auront raison, car la City fut un temps vendue en Europe sous le nom de Jazz (entre 1984 et 1986), puisque celui de City appartenait à Opel. Un autre mystère révélé, alléluia ! Mais pour l’Europe, point de version cabriolet ou Turbo, juste les modèles de base. Elle sera aussi vendue en Australie mais seulement en version 2 places, pour des raisons fiscales, et en Nouvelle Zélande.

La Honda Jazz, importée en Europe de 1984 à 1986
La Honda Jazz, importée en Europe de 1984 à 1986

jazz-02

Bref, si l’envie vous vient d’acheter une petite citadine bien pensée, rigolote, et à la fiabilité toute japonaise, la City/Jazz pourrait être une alternative intéressante à la vue et revue Twingo. Et qui sait si votre folie ne vous mettra pas l’idée en tête de tenter d’importer une version Turbo, Cabrio ou Manhattan Roof, histoire de vous la jouer cool et original ? A vous de voir.

Articles associés

12 commentaires

LOUIS

Le 15/10/2016 à 15:27

je reve de trouver celle avec la motocompo!

Daniel

Le 15/10/2016 à 15:36

Je ne vois aucune ressemblance avec la Twingo ?!
Je ne savais pas que Renault vendait des voitures au japon

Eddy123

Le 15/10/2016 à 17:58

Très mignonne cette city…
Et une gamme complète en plus..

gtman

Le 15/10/2016 à 19:56

Comme quoi Quément n’a rien inventé et que les copieurs ne sont pas toujours ceux à qui l’on pense…

Eddy123

Le 15/10/2016 à 20:25

C’est pas du copiage. .. seulement des idées qui se croisent…

gtman

Le 19/10/2016 à 23:45

Mais bien évidemment ! Seulement une dizaine d’année d’écart, comme ça pas de doute sur qui a copié qui.
Mais ça n’empêchait nullement le sus nommé designer de parader à la télé pour montrer à quel point les français sont géniaux, créatifs… Lui en tête, bien sûr ! Pas certain que la sienne (de tête) ait passé toutes les portes…
A comparer à l’humilité d’un Tom Tjaarda ou la discrétion d’un Marcello Gandini.

poum

Le 15/10/2016 à 21:29

45kg la motocompo, c’est quand même l’équivalent de 5 packs de flotte à extraire ou à remonter dans le coffre (qui du coup doit s’en trouver réduit).
Sans parler des vapeurs d’essence et autres effluves de mobylette chaude …
Bref, la fausse bonne idée arrivée trop tôt.

Salva

Le 16/10/2016 à 00:12

En Europe il y avait la Mini, la référence des citadines, insurpassee,insurpassable .

Heathcliff

Le 16/10/2016 à 01:41

J’adore cette voiture! Une de mes préférées! Dans le genre nom de voiture différent au Japon : l’Opel Corsa. Elle s’y appelle Vita car Corsa appartient à Toyota (la Toyota Corsa était un clone de la Tercel dans les 90’s)

Mnbee

Le 16/10/2016 à 10:14

Encore un brillant article Paul !

De ma marque en plus …

En plus d’être saabiste, j’ai un poste chez Honda pour qui je voue un véritable culte !

Actuellement je roule avec sa signe héritière :

HONDA LOGO de 1999 totalisant 212 000 kms.

Que du bonheur…

A bientôt avec un nouvel article sur la marque de Soichiro

Greg

Le 17/10/2016 à 11:00

Vérifiant l’adage que rien ne se crée-rien ne se perd:
-Peugeot « offre » son nouveau 3008 avec une trottinette électrique pour parcourir « le dernier kilomètre » (comme disent les logisticiens), par exemple du parking relais à votre boulot.
-le sympathique Dodge Caliber était proposé avec une option « boum-boum » consistant en une paire de haut-parleurs dans le hayon: vous vous installez pour votre activité sportive et/ou récréative d’extérieur, et le coffre ouvert vous pourrissez l’existence de tous vos voisins ainsi que la quiétude de votre petit coin de nature avec vos MP3.
Pour revenir à cette croquignolette petite Honda:
J’ai le catalogue (Suisse) de ce modèle qui est effectivement devenu Jazz en atteignant l’Europe…
Par la suite, pour remplacer la Logo qui lui succéda dans un anonymat quasi total chez nous (désolé Mnbee…), Honda créa la citadine ultime avec la Jazz II: carton plein sur son marché domestique, en tête des ventes sous le nom de… Fit!
Depuis cette génération, City désigne une variante 4 portes et 3 volumes destinée « aux émergents » de la zone Asie Pacifique.

PS: pour ma part j’ai eu une Jazz « II » et une Jazz « III » 😉

Michel

Le 17/10/2016 à 16:39

La prise d’air devant la roue AR de la TURBO II et du CABRIOLET, c’est pour les freins?

Le CABRIOLET fait penser a une GOLF II Cabrio a l’echelle 0,8

Laisser un commentaire