Honda Integra Type R : le compromis idéal ?

Mercredi 31 mai 2017
Retour

Il est loin le temps où on se foutait de la gueule des japonaises. Au début des années 80, j’étais jeune et ignorant, et je ricanais au passage d’une Honda, d’une Toyota ou d’une Datsun. J’ignorais bien entendu que même à cette époque, les ingénieurs japonais n’étaient pas des brêles. Curieusement, j’étais beaucoup moins sectaire quand on parlait de Hi-Fi, et ma marque favorite c’était bel et bien Sony. Ah jeunesse. Toujours est-il qu’aujourd’hui j’ai bien changé, et je ne regarde plus de la même façon les automobiles venant du pays du soleil levant, et particulièrement une, moins connue que sa compatriote Subaru Impreza, j’ai nommé la Honda Integra Type R (connue aussi sous le sobriquet d’ITR).

La version japonaise dispose de feux avant plus conventionnels

Oui, je kiffe cette bagnole. D’abord parce qu’elle est rare en France (on parle de 430 exemplaires tout au plus), mais surtout parce qu’elle distille beaucoup sans faire trop d’esbroufe (mis à part son look pour le coup un poil ostentatoire). Avec « seulement » 190 chevaux sous le capot, elle pouvait vous faire atteindre le Nirvana. Ici, point de turbo, que de l’atmo ! Avec son 1.8 VTEC, elle offrait à l’époque la plus grande puissance au litre sans turbo à sa sortie en 1995 : 106ch/litre. Elle se fera cependant détrônée par… la Honda S2000 en 1998 (120ch/litre, lire aussi : Honda S2000).

Oui vous avez bien lu : l’Integra Type R est sortie en 1995… au Japon. Il faudra cependant attendre 1998 pour la voir débarquer en France. D’ailleurs, si au Japon l’Integra Type R dispose de feux avants rectangulaires, à l’export (Europe, USA sous la marque Acura), elle recevra à partir de 1997 des doubles phares ronds. Dans sa version coupé 2 portes (dite DC2), elle sera fabriquée à 24 860 exemplaires jusqu’en 2002 (allez savoir pourquoi, 25 type R furent fabriquées en 2001, et 1 en 2002). Si nous n’avons connu que l’Integra Type R DC2 (c’est à dire coupé), les papas sportifs japonais eurent droit, les chanceux, à une Integra Type R DB8 (c’est à dire 4 portes). Elle rencontrera dans l’archipel un certain succès, avec 5135 modèles écoulés entre 1995 et 2000.

Les p’tits chanceux japonais eurent droit à une version 4 portes, dites DB8

On peut ne pas aimer le look général de l’auto (bien que sa couleur blanche, la seule vendue en France, lui aille franchement bien), surtout avec cet aileron qui vous classerait rapidement dans la catégorie « fou de tuning », mais une fois au volant, la technologie Honda se fait sentir ! Avec ses 190 ch (au Japon, elle faisait 200 ch, et 195 aux USA), le moteur B18C6 est ce qu’on appelle un VTEC (pour comprendre le système, je vous conseille de lire l’excellent dossier de l’Automobile Sportive : Dossier Honda VTEC). En gros ce moteur permet d’avoir du couple à bas régime et d’atteindre la puissance très haut dans les tours (7900 pour être précis)… Une sorte de mission impossible que les ingénieurs de chez Honda ont pourtant réussi.

une version européenne, avec ses phares ronds

Simple traction, l’Integra Type R s’en sort très bien malgré la puissance du moteur (notamment grâce à un différentiel autobloquant Torsen entre les roues avant), et tient la route impeccablement. Sa boîte est parfaitement adaptée au moteur, et la qualité de fabrication est au dessus de tout soupçon. Il faut dire qu’un sacré paquet de petites différences avec les Integra classiques, issues de l’expérience de la course, font de l’Integra R une voiture à part dans la gamme. A tel point que son coût était largement supérieur à son prix de vente. Honda acceptait de perdre de l’argent sur chaque voiture pour des raisons d’image, et c’est tout à son honneur : quelle meilleure publicité pour sa gamme qu’un tel véhicule.

L’Acura Integra Type R, la version US !

Non vraiment, il n’y a pas beaucoup à reprocher à cette voiture : on peut regretter sa teinte blanche, mais on peut la trouver ailleurs en Europe en d’autres couleurs, noir, rouge et jaune. Si vraiment on veut jouer la différence, pourquoi pas en dénicher une avec le badge Acura, ou une version japonaise avec ses phares passe-partout, voire en version berline (so BR). Bien qu’elle soit moins connue que d’autres sportives japonaises, et que beaucoup se retournent devant l’engin avec étonnement, sa rareté en France (et le peu de transactions, quand on l’a, on la garde) fera qu’il sera difficile d’en dégoter une, surtout à bon prix.

En même temps, avouez qu’une telle voiture, utilisable au quotidien (toujours grâce au VTEC) et à la consommation raisonnable (en utilisation normale), idéale pour aller chercher le pain comme pour faire l’arsouille dans les virolos, ça titille. Encore une à rajouter sur votre longue liste de vos envies ! Mais après tout, on a qu’une vie !

Galerie d'image

Voir toute la galerie

Contenu alimenté par

Vous possédez une

auto de collection

Racontez votre histoire et soyez publié dans Classic & Sports Car

Découvrez le meilleur moyen de bien vendre votre Auto

Vendre

Vous recherchez une

auto de collection

Faites appel à nous pour trouver la meilleure auto

Articles associés

14 commentaires

Greg

Le 31/05/2017 à 13:12

A ma connaissance, le marché français n’a eu que des autos blanches.
Il y a une justification « culturelle » à cette teinte passe-partout: les premières F1 Honda étaient blanches, et le « Blanc Grand Prix » en perpétue le souvenir 😉
A savoir aussi au sujet des Integra R « européennes »: ce sont grosso-modo des « compétition client », elles se destinaient avant tout aux pilotes amateurs qui voulaient se faire plaisir en Groupe N.
C’est pourquoi elles étaient chichement garnie en matériaux insonorisants…
Les sièges baquets étaient de série, et le choix de roues de 15 pouces seulement permettait de maintenir le budget pneus sous contrôle, toujours dans l’optique d’un pilote amateur qui se ferait une saison de rallyes régionaux.
Le moteur VTEC enfin ne demandait aucune préparation pour livrer le meilleur de lui même!
Comme toi Paul je considérais avec dédain les autos japonaises quand j’étais gamin, mais va savoir pourquoi, pas les Honda qui ont toujours une place à part dans mon cœur!

BinOozE

Le 31/05/2017 à 18:15

Ce n’est pas un white grand prix sur l’ITR mais un white championship, le white grand prix étant présent seulement sur les NSX et S2000. Autrement l’histoire du choix de la couleur est juste.

Germain

Le 31/05/2017 à 13:29

En fait au Japon elle a commencée sa carrière avec les phares ronds que nous connaissons partout ailleurs mais les japonais ayant été très critiques envers cette face avant elle a vite été restylée de manière consensuelle sur son marché intérieur, à noter que beaucoup de proprio d’ITR en Europe et aux US adoptent cette face avant pour un look JDM.

Tom's

Le 11/06/2017 à 20:07

ce qui est dommage car ça la rend plus commune

Germain

Le 31/05/2017 à 13:47

Ca me rappelle les vidéos de Best Motoring avec « Dorikin »Tsuchiya et sa horde de pilotes du JGTC sur le circuit de Tsukuba, un humour parfois en dessous de la ceinture mais du grand pilotage avec des sportives de séries.

Richard

Le 31/05/2017 à 13:50

Il y a une légende Wikipedia qui précise que Honda perdait du blé sur chaque ITR.
Toutefois, la base Integra, le design , est simplement repris de la version standard jamais commercialisée chez nous, les trains roulants affutés, le B18C est une évolution des séries B de chez Honda, pas ou presque pas d ‘équipement, petites jantes, peu d insonorisation.
Tout ça pour dire, qu’elle ne part pas de feuille blanche comme une LFA par exemple, qui justifierai la « vente à perte ».
Aurait elle été produite pendant 5 ans si c’était pour perdre de l’argent ?
Bref, il va falloir me prouver que Honda perdait des sous sur chaque Integra car je n’y crois pas 1 seule seconde 😀 😀 😀
A+++

Nabuchodonosor

Le 31/05/2017 à 16:30

Entendre d’un constructeur qu’il mange du blé parce qu’il extrait une petite série sportive de sa chaîne de production qui lui en rapporte par ailleurs beaucoup, alors qu’il se fait de la publicité à bon compte avec un produit fait pour relayer sa présence en F1, qui elle doit lui en bouffer des moissonneuses entières, me parait être un enfumage de comptable… On peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres, le principal est que l’activité globale prospère et permette aux généreux actionnaires de se verser des dividendes de temps à autres…

jeff

Le 01/06/2017 à 12:42

C’est sur une super voiture mais pour prendre la version 4 portes il faut mieux partir sur le Accord type-r ou la version ultime la Euro-r !

Gregocox

Le 01/06/2017 à 17:12

A l’époque dans les magazines, la voiture était jugée efficace, mais comme toutes japonaises bien fade sur le plan esthétique. Personnellement aussi.

Paul

Le 01/06/2017 à 17:15

on aurait pu le dire aussi de la Xantia Activa: efficace mais bien fade… Tout cela est très subjectif puisque moi, justement, je trouve l’ITR bien désirable mais too much niveau esthétique 😉

Cedric

Le 08/10/2018 à 19:13

Bjr .
Au Japon , d’un point de vue puissance spécifique , Nissan a vendu 500 éditions limitées de la PULSAR équipée d’un SR16 neovvl N1 … 1.6L atmo 197 bhp .

Merci boîtier rouge pour tous ces bons articles

Laisser un commentaire